Avis Mangas : Fragments d’elles T1 & Blue Period T5

J’essaie de me mettre à jour dans mes avis mangas et romans. Je continue donc avec cette fois deux avis en un article avec le premier tome de Fragments d’elles de Mag Hsu au scénario et de Nao Emoto pour le dessin, et la suite de Blue Period de Tsubasa Yamaguchi qui me ravit toujours autant !

Et je commence par le moins récent, à savoir Fragments d’elles sorti fin août.

De quoi parle ce manga ?

Alors qu’il rentre du travail, Yusuke est victime d’un accident de scooter en croisant une jeune femme qui lui rappelle subitement un amour de jeunesse… À son réveil sur son lit d’hôpital, il met tout en œuvre pour retrouver cette fille qui a prévenu les secours. Mais troublé de ne pas pouvoir mettre de nom sur son visage, il rassemble les souvenirs de ses rencontres amoureuses et se remémore avec douleur chacun de ses actes manqués, chacune de ses ruptures. Un retour dans le passé qui le ramène au collège lorsqu’il aborde la timide Nobuta…

Lire un extrait de Fragments d’elles

Mon avis :

En toute franchise, je me suis régalée avec ce début déjà très prometteur à mes yeux ! Yusuke Serizawa est le héros de cette histoire et il nous relate sa vie passée, les femmes qui ont marqué son adolescence. C’est un personnage qui apparait sympathique et qui se remet en question sur ses actions passées pas forcément reluisantes. Serizawa était alors à l’époque un jeune garçon faible et timide, facilement influençable par son entourage. Il n’a pas forcément toujours eu les bons choix et aujourd’hui, alors qu’il voit une silhouette féminine qu’il semble reconnaitre, il se demande si ce n’est pas une des filles qu’il avait mal traitées plus jeune.

Si l’histoire, la psychologie des personnages est très bien amenée, avec cette attente latente de savoir si Serizawa finira par savoir de quelle fille il s’agit, on est tout de suite embarqué dans son passé. S’il a été odieux avec elles, on ne peut vraiment lui en vouloir. 

Les dessins de Nao Emoto subliment le travail de scénario de Mag Hsu avec beaucoup de délicatesse.

Les décors, les expressions des personnages et ce trait un peu rond, mais pas trop, et bien travaillé, nous offrent de superbes pages. De vous à moi, j’aime beaucoup.

Ce premier tome est déjà une belle surprise qui nous promet une histoire riche autant en émotions qu’en rebondissements et il n’y a qu’à voir la fin de ce tome 1. Ca donne carrément envie de lire la suite.

Fragments d’elles, c’est autant un récit de remise en question de la part d’un jeune adulte qui prend conscience de n’avoir pas toujours bien agi. Aujourd’hui, il s’en mord les doigts, mais saura-t-il et pourra-t-il réparer les torts qu’il a causé ? Je ne sais pas et du coup, j’ai très envie de savoir !

Bref. Je vous recommande chaudement ce titre !

Ma note pour ce titre :

Note : 5.5 sur 6.

Ensuite, j’ai lu la suite de Blue Period de Tsubasa Yamaguchi que j’attendais avec autant d’impatience que mes résultats au bac ! Il faut dire que dans le tome précédent, notre héros venait de terminer sa première épreuve pour le concours d’entrée à Geidai ! Bref, j’avais hâte de savoir s’il avait réussi ou pas.

Résumé du cinquième tome :

À la première épreuve du concours, Yatora réussit tant bien que mal à terminer son œuvre, malgré l’incident du miroir cassé. À peine remis de leurs émotions, les candidats doivent déjà se remettre au travail dans l’espoir d’être admissibles pour la deuxième épreuve qui sera centrée sur la peinture à l’huile. Alors, pour détendre et stimuler ses élèves, l’extravagante Mme Ooba organise une excursion un peu spéciale. Cette sortie décoincera-t-elle Yatora qui redoute la discipline qu’il va devoir aborder dans trois jours ?

Mon avis :

C’est toujours un plaisir de retrouver Yatora et ses compères ! Cette série aborde avec beaucoup de réussite (enfin selon moi), les décisions des jeunes adultes que ce soit au sujet de leur avenir personnel ou bien professionnel. Pour Yatora, totalement à fond dans l’art, la question ne se pose plus, il y va à fond et son esprit est entièrement consacré aux différentes techniques artistiques et le concours d’entrée à Geidai. Il se remet sans cesse en question.

Pourtant, certains n’ont pas la chance de pouvoir s’y attarder comme Ryûji alias Yuka. J’ai aimé qu’enfin la mangaka s’attarde sur lui parce que ce protagoniste méritait vraiment qu’on le connaisse un peu mieux. Et autant le dire, la vie de Yuka est loin d’être rose. Ce petit aparté le concernant m’a beaucoup touché. Tout comme Yatora, que je trouve finalement assez innocent et naïf dans ses réflexions, et qui va tout faire pour aider son camarade, même si par moment il est très maladroit.

Ah, et je vous vois venir, est-ce que Yatora et Yuka ont-ils réussi la première épreuve ? Eh bien…

Lisez le manga !

Franchement, dans mon cas, Blue Period est une réussite tant visuel qu’au niveau de l’intrigue. On est toujours aussi happés par le suspens latent et l’enthousiasme de Yatora.

Ce titre est à mon sens une vraie réussite et ce tome 5 est aussi bon que les autres. Ça promet pour la suite !

Ma note pour ce nouveau volume :

Note : 5 sur 6.

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive et blogueuse depuis 2005. 🖤🕯 Je suis également une maman en deuil depuis le 16 octobre 2019 🕯🖤 Je reprends goût progressivement à la lecture (et à l'envie de bloguer) et j'essaie d’avancer comme je le peux dans la vie, sans mon enfant 🙏💖

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :