Chroniques de FilmsChroniques DVD & Blu RayCINÉ & SÉRIE TV

La Belle et la Bête (2017) est Le film de la semaine #12

Bonsoir !

Aujourd’hui, c’est La Belle et la Bête de 2017 et oui… je suis toujours en mode Disney.

Attention : cet article risque de vous mettre une chanson en tête.

J’ai eu Histoire Éternelle et C’est la fête en tête à plusieurs moment de la journée après l’écriture de cette chronique.

La Belle et la Bête de Bill Condon

Création de : Kenneth Branagh
Année de sortie : 22 mars 2017
Avec : Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans, Kevin Kline et Josh Gad
Nationalité : Américaine
Genre : Fantasy
Durée : 129 minutes 

Synopsis

Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.

Bande-annonce

Mon avis

BEAUCOUP d’erreurs ont été corrigées dans cette nouvelle adaptation du conte La Belle et la Bête. Enfant, qui aurait fait attention à cela ?

Dans les premières minutes du dessin animé, la narratrice explique que si elle n’a pas brisé la malédiction avant que le dernier pétale tombe, le jour du 21e anniversaire du prince, tout espoir sera perdu. Alors que dans la chanson C’est la Fête, Lumière chante : « Dix ans de vraie galère ». Quand on a onze ans (l’âge du prince au début, dans le dessin animé) , il est encore tôt pour comprendre ce vieil adage sur la beauté intérieure.

Dans le film, l’âge du prince n’est pas mentionnée même si on voit qu’il est adulte. Cependant, il reste toujours la réflexion de Lumière dans la chanson précédemment nommée, qui est explique dans la scène ou l’enchanteresse dévoile sa beauté et jette le sort. On peut voir un Zip de pas plus de sept ans face à la jeteuse de sort, et on le retrouve au même âge à la fin du film. Les domestiques du château ont donc arrêté de vieillir pendant les dix ans de leur malédiction.

Toujours en lien avec la malédiction, le château, que fait-il là ? Un château cela implique un royaume, un système politique, des gens qui s’occupent des terres environnantes… Alors pourquoi en dix ans, personne ne s’est posé la question sur ce qu’il se passe dedans ?

Le scénariste Stephen Chbosky, a réglé le problème avec une simple phrase de la narratrice en début de film disant que la mémoire des personnes qui avaient connaissance du château a été altérée. Stephen Chbosky a aussi ajouté le personnage de Monsieur Jean, qui fait le lien entre le personnel du château et les villageois.

Gaston est un personnage détestable, en dehors des trois filles qui lui courent après et Le Fou, pourquoi il aurait de succès ? Il est colérique, il frappe les autres sans raisons, alors pourquoi chanter une chanson pour lui remonter le moral dans le bistro du village ? Dans le film, on peut voir que Le Fou donne des pièces à droite et à gauche pour que les villageois chantent avec lui, un petit détail qui fait plaisir aux plus pointilleux.

Les personnages sont plus développé dans le film de 2017, on en sait plus sur le prince, la perte de sa mère, le seconde éducation que lui à donné son père. On découvre le passé de Belle, ce qui ajoute plus de corps au personnage.

Les paroles des chansons de 1991 ont subi quelques transformations, ça ne m’a pas choqué car j’ai la sensation de plus de fluidité. Les acteurs sont très convaincants. C’est dommage que la scène de Josh Gad (Le Fou) en Olaf ait été coupée au montage. Cela aurait donné un clin d’œil sympathique à sa voix original dans La reine de neige.

Cette adaptation est (pour moi) incontestablement mieux réussie que le film d’animation de 1991 !

11.75€
9.9

Scénario

10.0/10

Personnages

10.0/10

Chanson

9.5/10

Casting

10.0/10

Les plus :

  • Le personnage de Maestro Cadenza, qui gère l'ambiance musicale du chateau
  • La présence de l'enchanteresse dans le scénario
  • Emma Watson en princesse ❤️

Orme Étoile

Je suis chroniqueuse sur Songe d'une nuit d'été, depuis septembre 2017, et aussi la plus jeune de l'équipe. Je suis une grande fan de Policier, de Fantastique, Surnaturel et d'Histoire. J'adore écouter de la musique en écrivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :