Notes noires de Pam Godwin

Notes noires de Pam Godwin

Pam Godwin - Notes noiresBroché : 460 pages
Editeur : Hugo roman
Date de sortie : 9 février 2017
Collection : Blanche
Langue : Français
ISBN-10: 2846285705
ISBN-13: 978-2846285704
Prix Editeur : 17€
Disponible sur Liseuse : OUI

De quoi ça parle ?

Émeric Marceaux est un fils prodigue et un célèbre pianiste qui enseigne avec ferveur et fermeté à de jeunes élèves triées sur le volet.

Autoritaire, raffiné, secret, directif, insaisissable et impitoyable, il envoûte ses élèves toutes amoureuses de lui.

L’une d’elle, Ivory Westbrook, a intrigué le maître qui l’a choisie pour en faire son œuvre érotique malgré l’interdit qui pèse sur leur passion.

Souple et solide, réfléchie et naïve, douce et réceptive, Ivoire porte les stigmates des viols et abus qu’elle a subis et dont son maître veut la débarrasser en la poussant toujours plus loin sur les chemins du plaisir.

 » Ils me traitent de salope. Et peut-être en suis-je une. Parfois, je fais des choses que je méprise. Mais j’ai reçu un cadeau musical un an seulement après avoir quitté l’école secondaire. Ce cadeau s’appelle Émeric Marceaux. Et quand je me mets à jouer, je veux tout lui donner. Il est mon obsession, mon Maître, ma musique. Et mon professeur. « 

Mon avis 

Trouver son content dans l’immoralité d’un livre fait-il de moi une mauvaise personne ? Hum… Je me pose bien des questions depuis que j’ai achevé Notes noires et tant d’incertitudes persistent quant à mon avis sur ce livre. Cette romance interdite est composée avec une telle maestria que le temps d’un soupir j’en ai perdu toute notion de ce qui est droit ou déviant, de ce qui est juste ou mauvais. Mais il est indubitable que ce livre dérange ou subjugue par cette sublime dissonance.

Ivory Westbrook entre en dernière année de la prestigieuse école de musique « Le Moyne Academy ». Brillante pianiste et ce malgré sa grande précarité financière, elle touche du doigt son rêve d’intégrer le plus élitiste des conservatoires – Leopold – qui n’offre qu’une seule place au musicien le plus talentueux. Pourtant, la référente qui allait appuyer sa candidature est malencontreusement partie et son remplaçant n’est autre qu’Emeric Marceaux, pianiste émérite dont la réputation n’est plus à faire compte tenu de ses antécédents sulfureux. Ivory doit à nouveau faire ses preuves devant ce Maitre implacable, intraitable et surtout déraisonnablement sous le charme de la jeune fille.

De la très jeune fille même. Ivory a 17 ans presque 18 ans et ses formes pulpeuses lui en donnent bien plus, surtout sous le regard concupiscent des hommes et celui envieux de ses pairs. Mais Ivory n’est pas seulement un physique « avantageux » ou une interprète exceptionnelle, et cela Emeric l’a perçu. Elle incarne le courage et la détermination, mais également l’extrême fragilité et l’abnégation de soi. Elle ne résiste chaque jour de son existence que grâce à son but d’entrer à Leopold et la musique l’aide à réchapper à son quotidien sordide fait de harcèlement, violences physiques et morales, abus sexuels à répétition […].

J’ai mis moment avant de mettre précisément le doigt sur ce qui me dérange dans cette histoire. Ce n’est pas tant la liaison entre un professeur et son élève mineure qui est gênante puisque toute l’histoire, on le sait, va évoluer sur la transgression de cet interdit. C’est plutôt cette rencontre entre les deux personnages qui est présentée comme salvatrice. Nous découvrons assez frontalement une jeune fille abîmée avec une connaissance complètement biaisée de la sexualité et une carence affective béante face à un homme adepte de sexe bourrin, qui aime infliger un plaisir douloureux et des larmes. Honnêtement, ce n’est pas la thérapie que j’aurais préconisée.

Mais Pam Godwin est incroyablement douée pour nous détourner de nos certitudes morales et pire, nous faire adhérer et croire dur comme fer à cette histoire. Il faut dire qu’il y a une telle une musicalité dans l’écriture, un lyrisme caressant, presque aveuglant tant il sublime ce duo interdit. La romance prend progressivement de l’amplitude et adoucit la violence que l’on peut trouver dans cette relation de domination, continuellement sur le fil. Aussi Emeric reste décisionnaire de beaucoup de choses, mais il met un point d’honneur à ne pas faire endurer ce qu’Ivory ne pourrait supporter. La question du consentement revient à plusieurs reprises et elle est adroitement abordée.

La psychologie des personnages est étudiée, mais selon moi, elle sonne faux si l’on transpose cela dans la réalité (surtout Ivory). Et… bon… le personnage d’Emeric est incroyablement envoûtant sous ses airs de virtuose dandy chic et un peu marginal. Sous son masque d’autorité, il cache une douce sensibilité et beaucoup d’humour, ce qui aide évidemment à tomber en pâmoison (alors ce n’est pas tout à fait important s’il n’est pas très réaliste…). Mais il reste un beau diable.

Notes noires a fait vibrer une corde sensible en moi, dirigeant toute mon empathie vers cette jeune fille fragilisée, « avilie », et tellement coriace en même temps. Cette histoire a aussi fait résonner une note discordante, un plaisir obscur qui trouve sa source dans le déplaisir. Mais ne lit-on pas ce genre de littérature pour être troublé ? Pour s’interroger sur nos limites, notre immoralité refoulée ou notre bonne conscience normée ?

 C'était-excellent.png

Achetez ce livre sur Amazon

 
A propos coxe 35 Articles
Chroniqueuse chez Songe d'une nuit d'été depuis un an environ, je me régale de tous les genres. Mais j’avoue avoir une préférence pour les romances contemporaines et New Adult, c’est mon petit côté fleur bleue.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*