BD & MANGALES CHRONIQUES DE MANGALES COUPS DE CŒUR DE SONGESEINEN

Beastars T01 à T04 de Paru Itagaki

J’ai découvert la série Beastars un peu par hasard sur Netflix. Je n’ai hélas vu que le premier. Comme je préfère lire, eh bien, je me suis dit que la série animée attendrait et que j’allais avant tout commencer par la version papier de cette histoire.

La quatrième de couverture du tome 1 :

À l’institut Cherryton, herbivores et carnivores vivent dans une harmonie orchestrée en détail. La consommation de viande est strictement interdite, et les dortoirs sont séparés en fonction des régimes alimentaires. Tout pourrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes… mais la culture ne peut étouffer tous les instincts. Quand le cadavre de l’alpaga Tem est retrouvé déchiqueté sur le campus, les méfiances ancestrales refont surface !

Legoshi est la cible de toutes les suspicions. Parce qu’il était proche de Tem, parce qu’il est une des dernières personnes à avoir été vues en sa compagnie, et surtout… parce que c’est un loup. Pourtant, sensible et timide, il fait son possible pour réprimer ses instincts. Hélas, ses efforts sont vains face au vent de discrimination qui souffle sur le pensionnat…

Le seul qui pourra apaiser ce climat de terreur est le Beastar, le leader de l’école. Pour l’heure, les candidats se préparent, les élections approchent… Le favori n’est autre que le cerf Louis, étoile incontestée du club de théâtre auquel appartient Legoshi. Bien décidé à remettre les carnivores à leur place, il fait mine de ne pas craindre les crocs acérés du loup gris. Mais peut-être serait-il mieux avisé de ne pas le sous-estimer !

Mon avis :

Ce résumé est une bonne entrée en matière dans l’univers de Beastars et de l’institut Cherryton. Je vais vous faire un avis sur ma lecture des quatre tomes, parce que les faire un par un ne sert à rien et que le tome 1 seul ne donne pas une véritable idée de la valeur de cette histoire que j’ai dévoré avec beaucoup d’intérêt.

Cette histoire est vraiment géniale et prenante !

 

Tout commence avec le meurtre de Tem, un herbivore apprécié de tous. Dans cet univers où les animaux sont anthropomorphes, un vent de panique souffle sur l’institut et Legoshi, qui est le héros de l’histoire, se fait encore plus petit qu’il le peut.

Être un carnivore n’est pas une bonne chose par les temps qui courent. Pourtant, ce loup maladroit et timide fait tout pour réfréner ses instincts. Ce qui n’est guère évident.
La mangaka joue beaucoup sur les effets de situations et les quiproquos qui en résultent. Si Legoshi nous apparait, à nous lecteur, comme un loup débonnaire et attachant, son entourage et plus particulièrement les herbivores qui se méfient de lui. Au fur et à mesure que le récit du premier tome se déroule sous nos yeux, l’intrigue se tisse doucement. Très vite on comprend le malaise ainsi que les enjeux. Si les carnivores ont toujours fait partie du haut de la chaine alimentaire, aujourd’hui, ils doivent se conditionner à un autre comportement plus « correct » et faire profil bas dans une société aseptisée.

Le bien-vivre ensemble est de mise, et ce malgré les différences notables.

Bien que Legoshi soit le héros, nous faisons également la connaissance d’autres protagonistes récurrents comme Haru, le lapin nain qui cache bien son jeu et dont, petit à petit, Legoshi va s’attacher. Il y a également ses camarades de chambre et bien sûr, Louis, le cerf rouge. Beau gosse (selon les critères de l’histoire), charismatique et mystérieux.

Le premier volume est une mise en bouche et il sert aussi de mise en place aux personnages, un peu comme dans une pièce de théâtre.
Si je l’ai apprécié, j’ai eu quelques moments d’inattention parce que je trouvais certaines scènes longues, voire inutiles.

Cependant, dès le tome 2, les intrigues se corsent et ce qui semblait couler de source : les carnivores d’un côté respectant à la lettre le règlement et les herbivores de l’autre, je me suis rendu compte que je me trompais sur toute la ligne.

Il y a bel un bien un malaise.

Legoshi qui se restreint comme il le peut et musèle ses instincts bestiaux découvre que ses camarades ne sont pas aussi… attentionnés que lui peut l’être.

Tout se joue sur la scène du club de théâtre lors de la seconde représentation de la pièce lorsque c’est Bill, un tigre, qui remplace Louis qui est blessé à al cheville. Bill a bien moins de scrupule concernant ses instincts de chasseur que Legoshi et cela se vérifiera par la suite.

À côté de cela, notre cher loup va découvrir ses premiers émois avec Haru, le lapin nain qui a une très mauvaise réputation au sein de l’institut et qui semble d’ailleurs justifié.

Ce second tome m’a vraiment emballée et je pense que c’est à partir de là que je n’ai plus voulu lâcher l’histoire !
La suite a donné raison. Cette histoire est vraiment géniale et prenante. Elle nous montre à quel point les apparences peuvent être trompeuses, voire pernicieuses !

Legoshi, malgré son statut de loup va vouloir se rapprocher de Haru. Petite chose que je n’ai pas dit plus tôt, mais il a failli la dévorer dans le tome 1 ! Eh oui, son instinct de loup avait momentanément repris le dessus, pourtant il a su se contrôler malgré tout.

Des relations aussi ambiguës qu’improbables !

 

De fait, cette attirance qu’il ressent pour elle, lui-même ne sait pas si ça vient d’un sentiment plus noble ou bien de son instinct de chasseur qui voit en elle non pas une amoureuse potentielle, mais bel et bien une proie.

D’ailleurs, Haru, si elle aime bien Legoshi, ne peut s’empêcher de vouloir le fuir, car son instinct d’herbivore lui dicte que le loup est dangereux… et pour cause. À côté de cela, Haru continue d’alimenter les jalousies de ses congénères femelles. On peut dire que c’est un lapin qui n’a pas froid aux yeux. Par moment, on se demande si elle n’est pas un peu trop naïve ou suicidaire. Sans doute les deux.

Dans le troisième tome, nous voyons apparaitre un nouveau protagoniste en une sublime louve grise, Juno. Bien sûr, notre Legoshi ne la voit pas comme une partenaire potentielle, trop obnubilé qu’il est par Haru.

Si tout semble aller pour le mieux à l’institut, une visite au marché noir de la ville va changer à jamais la vision qu’avait Legoshi des relations entre carnivores et herbivores ! Une expérience à vous glacer les sangs dans laquelle il comprendra qu’il est sans doute le seul à vouloir vraiment jouer le jeu et réfréner ses instincts. Puis une rencontre inopportune va bouleverser sa vision des relations interespèces et le faire ouvrir les yeux sur une réalité bien plus sordide.

Ce tome est à mon sens à un tournant essentiel pour la suite qui se dessine. L’histoire qui apparaissait dans un premier temps comme idéaliste, ce malgré le meurtre de Tem dans le 1, prend petit à petit une direction plus sombre, plus adulte également.

Pour l’instant, le quatrième volume est mon préféré. Parce que le jeu des apparences qui se fissurait déjà dans le tome précédent disparait ici.

Les masques tombent et la réalité crue nous apparait dans toute son horreur.

 

Bon sang, je n’en suis qu’au début et je me demande bien quelle direction prendront les tomes suivants !

Dans cette suite, c’est Louis qui est mis en avant. On lui découvre une relation que je n’aurais jamais devinée en fait ! Et cela va donner quelques tensions entre certains protagonistes, dont Legoshi, justement.

Tout comme Juno (la louve grise) qui dévoile enfin ses véritables intentions. Ce tome était palpitant et incroyablement addictif. Il y a de sacrés twists et des rebondissements hallucinants !

Le passé de Louis, un secret qu’il gardait jalousement y est dévoilé et le cerf rouge nous apparait sous un jour nouveau avec ses failles et ses blessures, mais également ses ambitions. Pour ce qui est de Legoshi, il continue à essayer de se rapprocher de Haru même s’il commet bien des maladresses.

La tension est à son comble d’autant plus que de nouveaux meurtres ne rassurent guère les étudiants et amènent un climat tendu au sein de l’institut.

Je ne savais pas ce que j’attendais de cette lecture, toutefois, je peux vous assurer que c’est un titre fort, une critique intelligente sur la société, quelle qu’elle soit. Une remise en question également sur un mode de vie imposé même s’il est pour le bien-être de tous. Peut-on véritablement empêcher les instincts primaires de refaire surface lorsqu’on est conditionné par sa génétique ?

Ce qui est amusant dans ce manga, c’est de voir qu’au final, le plus stable et le plus pertinent de tous reste Legoshi. Parce qu’il a conscience de ce qu’il est et qu’il n’essaie pas de se le cacher. Au contraire. Il ne fait pas semblant d’être quelqu’un d’autre. Lui, il joue le jeu malgré tout. Il se remet en question à chaque instant de sa vie. Lorsqu’il commence à vouloir fréquenter Haru un lapin nain qu’il avait quand même voulut manger dans un premier temps, il essaie de comprendre pourquoi.

Puis, certaines expériences, certaines rencontres l’aideront plus que ce qu’il n’imagine. Quant aux autres, je dirais que certains personnages restent encore énigmatiques. Je n’en suis qu’au début, mais je vous assure que j’ai grand-hâte de lire les tomes suivants !

Voilà un début passionnant, prometteur avec plein de rebondissements et mené avec une très grande intelligence. Les personnages sont attachants, surtout Legoshi. Quant au graphisme, j’aime beaucoup même si le trait reste simple avec peu de décors. La mangaka arrive à faire passer une multitude d’émotions sur les visages de ses animaux anthropomorphes et je pense que dans ce genre de récit, c’est essentiel.

Je ne sais pas ce que les volumes suivants m’apporteront néanmoins, je peux déjà vous dire que j’ai eu un vrai coup de cœur pour le début de ce manga.

À découvrir et je vous promets que vous deviendrez vite accro vous aussi !

Beastars T01 à T04 de Paru Itagaki

6,90€ chaque tome
9.5

Les dessins et la mise en pages

8.9/10

L'histoire

9.5/10

Les personnages

9.5/10

L'univers

9.5/10

Mon intérêt

10.0/10

Les plus :

  • L'intrigue très bien ficelée
  • Les émotions que l'on peut lire à travers les traits des personnages
  • Legoshi, un loup décidément très attachant
  • Les divers twists et rebondissements

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive et blogueuse depuis 2005. 🖤🕯 Je suis également une maman en deuil depuis le 16 octobre 2019 🕯🖤 Je reprends goût progressivement à la lecture (et à l'envie de bloguer) et j'essaie d’avancer comme je le peux dans la vie, sans mon enfant 🙏💖

4 Commentaires

  1. Je suis ravi de voir que tu t’es lancée et que tu apprécies. Je suis justement en train de lire le tome 13, et je suis soufflé par le talent avec lequel Paru Itagaki arrive à toujours renouveler ses situations et son intrigue. Et alors qu’on en est à plus de la moitié, elle réussit à introduire de nouveaux personnages toujours très réussis et à encore étoffer son univers. J’ai découvert les deux premiers tomes à leur sortie début 2019, et à mes yeux aucune des nouvelles séries sorties depuis n’atteint un tel niveau !

    1. Le premier épisode m’avait beaucoup plu. Moins à mon mari qui trouvait ça trop « gnangnan ». Là, je lui ai donné envie de lire la série en manga ^^. Je suis en train de négocier pour qu’on puisse se prendre la suite, parce que la fin du tome 4 est… un joli cliffhanger qui me laisse sur ma faim.
      De prime abord, les couvertures ne montrent ni l’étendue ni la qualité de ce titre, c’est un peu comme un paquet cadeau que tu ouvres.
      Ton commentaire me donne encore plus envie de me jeter sur la suite 😲🤩 !

  2. Les dessins et la mise en pages

    9

    L'histoire

    10

    Les personnages

    9

    L'univers

    9

    Mon intérêt

    9

    bonjour, comment vas tu? gros coup de coeur aussi pour moi. j’ai commencé par la série (en cours de lecture, j’attends que ma bib achète la suite) et ensuite la série sur netflix. à ce sujet, la suite est prévue pour bientôt, j’ai hate. passe un bon jeudi et à bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :