Un amour de Geek de Luc Blanvillain

Un amour de geekPoche : 224 pages
Editeur : Livre de Poche Jeunesse (28 août 2013)
Collection : Livre de Poche Jeunesse
Langue : Français
ISBN-10: 2013200773
ISBN-13: 978-2013200776
Prix : 4€95
Disponible sur liseuse : Non

Résumé : Thomas est un geek. Un quoi ? Un geek. C’est-à-dire un nolife qui fragge comme il respire, slappe les cheaters et bizute les noobs. Si vous n’y comprenez rien, c’est que vous êtes un pauvre parent, perdu dans la réalité. Mais si, comme Thomas, vous passez vos nuits devant l’écran à dégommer des crâs, à assiéger les donjons d’Azeroth, à diriger des guildes, vous savez ce que vivre veut dire. Dans son monde Haute Définition, Thomas échappe aux êtres désagréables qui grouillent  » in real life  » : les nazes du lycée, l’odieux Latreille, Mme Friol, la prof de français fan de gros bouquins bourrés de descriptions. II supporte même ses parents, leurs gratins bios et sa petite soeur Pauline. Alors ? Où est le problème ? Le problème, c’est Esther dont Thomas est bêtement tombé amoureux. Esther qui voltige sur le dos des chevaux, aime la lumière dans les arbres et rêve de vrais voyages. Esther qui déteste les ordinateurs et ne sortira avec lui que s’il cesse d’être un nolife et jure de ne plus s’approcher d’un écran. Thomas relèvera-t-il l’impossible défi ?

Mon avis

Pour ne rien vous cacher, j’avais besoin d’une lecture légère en ce milieu de semaine et après les romances que j’ai pu enchaîner. Mais évident, on reste toujours dans le même thème : une histoire d’amour sur fond de tragédies contemporaines. J’étais un peu sceptique lors que j’ai débuté ma lecture puis finalement, je suis complètement laissée envoûter par l’univers de Luc Blanvillain qui a su nous offrir un roman digne de ce nom : une histoire pour tous les âges, ancrée dans l’ère du temps et qui en séduira plus d’un. Mais n’ayez crainte, je vous en dis plus dès maintenant !

Quand un geek rencontre une amoureuse des chevaux

Le livre commence sur les chapeaux de roue avec juste un chapitre de trois lignes. On y fait la connaissance de Thomas, définitivement tombé amoureux d’une certaine Esther.

Thomas Poupinel, notre héros, est un geek agrémenté d’une sauce de no-life : son univers, à lui, c’est les ordinateurs. Il ne vit que pour eux : il joue sans cesse, et est devenu un maître en matière de piratage. Cependant, Thomas en est venu à négliger l’essentiel : ses parents qui ne prêtent plus attention à son addiction et sont dépassés par la situation ; sa petite sœur Pauline, accro aux histoires d’amour et qu’il continue à surprotéger ; les cours dont il honore tout de même de sa présence alors que le bac, c’est dans moins deux ans et Jeremie, son meilleur ami, perdu lui aussi dans une bulle, celle du dessin. Mais voilà, ce qu’il n’avait pas prévu, c’est qu’il tomberait amoureux. Amoureux d’Esther Camusot.

Esther Camusot est une jeune fille, tout ce qu’il y a de plus sain : elle ne vit que pour les chevaux. Elle est d’ailleurs voltigeuse et est même reconnue dans les grandes compétitions. Elle est également accro au jus de mangue bio, dessine et fabrique elle-même ses vêtements et croit aux belles et longues histoires d’amour, au fin heureuse où le prince vient sauver la princesse après une terrible épreuve. Puis, le secret, c’est qu’Esther aime aussi Thomas. Mais voilà, elle déteste les geeks. Quand on vous dit que les opposés s’attirent, ce n’est pas pour rien. 

Pourtant, finalement, grâce à l’intervention divine de Pauline (mais si, la petite sœur collante et chiante), nos deux héros vont apprendre à connaître la teneur de leurs sentiments respectifs. Et qui sait ? Peut-être vivre une belle et longue histoire d’amour.

L’épreuve (le prince sauve la princesse d’un terrible dessein).

C’est finalement grâce à Pauline que l’histoire entre nos deux tourtereaux va enfin voir le jour. Enfin presque. en effet, Esther décide de faire subir à Thomas une terrible épreuve. En échange de ça, s’il réussit, elle sera complètement à lui. Alors voilà, la jeune Camusot va proposer au jeune Poupinel de se désintoxiquer pendant un mois de tout ce qui est nouvelles technologies : plus d’ordinateurs, plus de téléphone. Adieu Facebook, adieu WoW, adieu les jeux stupides de rôle. En échange de quoi, ils pourront enfin être ensemble. Pour Esther, cela montrera à quel point Thomas tient à elle.

Elle voudrait lui (re)faire découvrir la vie, la vraie, pas celle qu’on vit par ordinateur interposé, pas celle qui demande de rester éveiller toute la nuit pour une histoire de téléchargement. Puis Esther sait qu’elle pourra compter sur Pauline pour lui raconter les faits et gestes de Thomas pendant ce long mois. Pauline qui se met à surveiller son frère ? C’est le monde à l’envers. Thomas va devoir lutter de toutes ses forces pour combattre cette vilaine addiction. Mais voilà, la vie fait que, parfois, on est obligé de rompre ses promesses.

En effet, Thomas va découvrir le mensonge, la tromperie, l’adultère, va avoir le coeur brisé, va devoir lutter contre une brute du collège qui s’acharne sur lui et sa sœur. Il va devoir défendre son innocence face au proviseur pour une histoire de culotte, ou d’empoissonnement. Il va devoir apprendre à aimer les chevaux, lui qui les a en horreur, il va devoir remonter sur un vélo. Thomas va devoir sortir de sa bulle et affronter la vie IRL (In Real Life). Et puis, se rendre compte que même si il y a ces petites choses qui sont belles et qui nous font aimer la vie, il y a toutes ces choses malhonnêtes et terribles qui pourraient en faire craquer plus d’un.

Une histoire palpitante pour une brochette de personnages haut en couleur.

Pourquoi ai-je dévorer ce livre ? Tout d’abord parce que la brochette de personnages présentés est tellement hétérogène : nous avons la baba cool (Esther) amoureuse de la nature ; Thomas le geek bien ancré dans l’ère de son temps et toujours connecté ; la petite soeur Pauline, chiante mais tellement attachante. Puis, nous avons les parents de Thomas : son père, égoïste, et gentil mais égoïste qui, à défaut de s’occuper de sa femme, préfère sa musique ; puis sa mère, qui veut rester jeune à tout prix, une working girl qui fait manger du bio à sa famille. D’ailleurs, un rapprochement est fait entre eux et les héros de Madame de Bovary. Puis, on apprend au fur et à mesure de la lecture que la famille, même si elle apparaît soudée, ne l’est plus vraiment : chacun vaque à ses occupations, défaitistes. Ce qui est drôle, d’ailleurs, c’est qu’ils regrettent le temps où ils étaient collé-serré devant la télé (un comble quand on pense ) comme au Moyen-Âge. C’est ainsi qu’on voit que le roman est ancré dans l’ère du temps : on regrette le film du soir, en famille, devant la télé.

Puis, je dois dire que la relation développée entre Pauline et Thomas, cette relation fraternelle, est tellement touchante qu’il est impossible de leur résister. C’est très rare de nos jours de voir ça ! ^^ En tout cas, ils sont mignons et on ne peut pas leur reprocher : ils s’aiment, se protègent et se secourent l’un l’autre. Jusqu’à se couvrir. Puis leurs parents qui traversent une crise … Quelle vie on mène quand on est adolescent !

Puis ce livre est bourré d’humour. On ne cesse de rire devant les plans foireux des Poupinel ou les conneries de Latreiche (chers étudiants, à ne jamais reproduire, pour le bien être de vos preuves). Et puis, ça fait plaisir de voir un livre écrit pour n’importe quel âge. C’est frais et rafraîchissant. Et d’ailleurs, je soupçonne l’auteur d’être un geek qui se cache ! On retrouve les craintes des parents, les angoisses des adolescents, les questions existentielles sur l’amour ou sur la vie. Alors, parents ou enfants, ados ou profs, geek ou non, ce livre est fait pour vous. Un cocktail explosif de rires, de larmes, d’angoisse ! Le style est l’écriture sont fluides, l’intrigue est rondement menée : pourquoi s’en priver ?

Excellent : très belle histoire !

 

 

ACHETER UN AMOUR DE GEEK

Les petites citations qui font envie : 

 » Il faut suivre l’exemple de gens comme Jésus, Gandhi ou Luther King. Ne jamais répondre. Tendre l’autre joue. Quand on te fout un gnon, tu balances de l’amour.
– Tu sais comment ils ont fini ?
– Je sais. Massacrés. Tous les trois. Mais quand même. « 

 » J’ai eu un moment de faiblesse, une réaction bien compréhensible, mais c’est fini. Je suis de retour. I’m back ! Et n’imaginez pas que je vais me taire, au motif qu’il s’agit de mes sous-vêtements. On peut être prof, sans être coincé, croyez-moi !
Elle illustra cette dernière affirmation d’une grimace de reptile repu qui fit froid dans le dos.
-Vous ne me bâillonnerez pas avec ma petite culotte conclut-elle, en une envolée. « 

A propos RockAndStone 561 Articles
Charlie - Rockandstone, passionnée de musique et amoureuse des livres. #TeamRonWeasley

8 Commentaires

1 Rétrolien / Ping

  1. Un amour de geek : découvrez les critiques ! | Lecture Academy Lecture Academy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.