Le Prince d’été de Alaya Dawn Johnson

Voilà encore un titre dont j’avais beaucoup entendu parler. Pour ne pas changer dans mes habitudes, j’étais vraiment curieuse de savoir ce qu’il avait dans le ventre… enfin entre les pages.

Le Prince d’été de Alaya Dawn Johnson

Le Prince d'été de Alaya Dawn Johnson

Broché: 448 pages
Editeur : ROBERT LAFFONT (28 mars 2013)
Collection : R
Langue : Français
ISBN-10: 2221134850
ISBN-13: 978-2221134856

Son résumé :

Il y a quatre cents ans, le monde tel que nous le connaissons a connu une fin tragique. Désormais, sur la côte de ce que l’on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu’une fois tous les cinq ans, à un Prince d’été dont l’histoire enfiévrera la cité le temps d’une année.
Pour June Costa, la vie n’est qu’art. Ses oeuvres géniales – des peintures murales aux hologrammes, en passant par des tatouages lumineux – impressionnent, voire irritent ses professeurs tout autant que ses camarades. Elle rêve de remporter le prestigieux Trophée de la Reine pour jouir d’une célébrité instantanée et de tous les privilèges qui vont avec. Un rêve qu’elle n’avait jamais remis en question… jusqu’à ce qu’elle rencontre Enki.
Fraîchement élu Prince d’été, Enki est le garçon dont tout le monde parle à Palmares Três. Mais lorsque June le regarde, elle voit plus loin que ses fascinants yeux d’ambre et sa samba ravageuse : elle reconnaît en lui un artiste total, comme elle. Ensemble, June et Enki décident alors de créer un chef-d’oeuvre qui restera gravé à jamais dans les annales de Palmares Três, attisant la flamme rebelle qui se lève contre les restrictions anti-technologie qu’impose le gouvernement matriarcal. Mais June va bientôt tomber profondément et tragiquement amoureuse d’Enki…
Or, à l’instar de tous les Princes d’été qui l’ont précédé, Enki va devoir être sacrifié.

Mon Avis :

Que dire, l’histoire est juste réellement époustouflante et prenante. Pourtant, j’avoue que la relation, enfin les relations qu’entretiennent les personnages dans ce livre peuvent surprendre.

Surprendre mais pas dans le mauvais sens. Disons plutôt qu’Alaya Dawn Johnson a fait preuve de beaucoup de tolérance et de liberté dans sa façon d’appréhender les histoires amoureuses entre tous les protagonistes de son roman.  Je dirais même qu’elle a eu une idée tout à fait visionnaire sur l’ensemble de ses personnages.

Le lecteur se retrouve plongé dans un monde de SF pure ou la guerre des hommes a fait d’énorme ravage. Dans ce Neo Brésil, Palmares Trêsle pays est régi par des femmes et tous les cinq ans, dès qu’arrive l’été, elles élisent un nouveau roi pour un an qui sera sacrifié à la fin de son mandat soit l’année suivante.  Nous suivons l’héroïne June Costa dans ce nouveau pays incroyable, cette dernière nous apprend ce qu’il est bon de connaitre des us et coutume et de ce qui fait sa vie. Pourtant la belle n’a qu’un but : se faire remarquer auprès de Enki celui qui deviendra le nouveau roi d’été. Mais elle n’est pas la seule à fantasmer sur lui. A propos de Enki, j’avoue que le personnage m’a vraiment étonnée. Au delà de bien des choses, je n’ai pas réussie à me l’approprier, tout comme June ou son meilleur ami Gil. Enki semble parfois aussi présent qu’il est insaisissable. L’auteure nous l’a laissé flou, énigmatique et cette distance donne parfois du mal à pouvoir réellement se l’attacher. Tout le contraire de June ou de Gil son meilleur ami.

Au départ je pensais que l’histoire se basait sur la relation entre June et Enki et comment le sauver mais finalement, Le prince d’été s’est avéré bien plus complexe qu’on ne pourrait le croire. Comme dirait l’un des personnages, l’une des tantes : tout n’est que politique alors que pour June seul l’Art prévaut.  Finalement, le récit de Alaya Dawn Johnson est bien plus riche qu’il n’y parait. On n’y apprend la tolérance des races, des opinions politiques et religieuse, c’est un peu comme un hymne à une humanité en paix. Étrangement, je vois bien un pays comme le Brésil évoluer comme ça, déshabillé, désinhibé de tout ses complexes en offrant joyeusement les plus beaux reflets de la vie. Même si par moment, je ne comprenais pas comment on pouvait arriver à cela mais ici tout est possible. Il n’y a qu’une chose qui n’a pas vraiment changé au fil des siècles : la soif de pouvoir. Celle là reste identique à elle-même et ce sont toujours les plus riches et les plus ambitieux qui veulent et qui réussissent.

Finalement , June voulait briller de son Art, dans un pays qui ne vit que pour ça, elle se pensait unique et d’un talent incommensurable. Pourtant, je reste persuadé que Enki a été pour beaucoup dans l’évolution de la jeune fille.

Vous l’aurez compris, Le Prince d’été n’est pas qu’une simple lecture. Il fait aussi réfléchir le lecteur sur les valeurs sociales et morales dans un pays futuriste où l’on vit des siècles durant, ou l’on peut commander de mourir et où les tabous n’existent plus.

On pourra vraisemblablement être dérangé dans un premier temps et perplexe aussi, mais au final si on sait s’ouvrir aux delà de tout préjugés, vous passerez un très bon moment avec ce récit totalement atypique. Une histoire bien plus adulte qu’il n’y parait où l’auteure semble tester le lecteur sur sa capacité à voir au delà des apparences et du jugement. Rien que pour cela, je lui tire mon chapeau.

J’aime ce genre de roman totalement surprenant qui ne pourra pas laisser indifférent. Pour ne rien gâcher, c’est bien écrit et agréable à lire. Que demander de plus ?

Se Lit Très bien

Ce livre vous intéresse ? Vous pouvez l’acheter ICI

 
A propos Artemissia 4102 Articles

Créatrice et responsable du webzine « Songe d’une nuit d’été ». 3 enfants, passionnée de lecture. Aime être transportée dans d’autres univers grâce aux livres.

6 Commentaires

    • Parfois, il faut savoir prendre des risques et c’est ce qu’a fait l’auteure de ce livre. En fait, plus j’y pense et plus je me dis que je ne l’oublierai pas de sitôt. Elle a su mettre en avant des aspects, des idéaux sociaux et logiques qui dépassent encore beaucoup de gens au jour d’aujourd’hui… Mais franchement, ça vaut le coup de le lire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*