Off-Campus Tome 4 : The Goal de Elle Kennedy

:star: Off-Campus Tome 4 : The Goal de Elle Kennedy

off-campus-the-goal-elle-kennedyNombre de pages : 360
Editeur : Hugo Roman
Date de sortie : 12 janvier 2017
Collection : New Romance
ISBN-10: 2755629444
ISBN-13: 978-2755629446
Prix : 17€
Disponible sur liseuse : OUI

Résumé :

Sabrina James est en dernière année de lycée. Elle a depuis longtemps planifié son avenir : obtenir son diplôme, entrer à la fac de droit et décrocher un super-job dans un des plus grands cabinets d’avocats du pays. Elle veut aller de l’avant et oublier son passé. Quand elle croise le beau Tucker, elle n’a à lui offrir qu’une nuit, il ne peut pas faire partie de ses projets. Mais tout va se compliquer… John Tucker, la star du hockey qui ne vit que pour sa passion, va se transformer quand Sabrina lui annonce qu’elle est enceinte. Il compte bien assumer son rôle de futur papa. Mais la jeune fille est têtue et ne veut accepter aucune aide de sa part. Il va falloir toute la ténacité de Tucker pour que, petit à petit, elle lui ouvre son coeur. Saura-t-il convaincre la belle et froide Sabrina que, parfois, mener un projet à deux est plus facile ?

 Mon avis :

Si j’avais été ravie de retrouver chaque héros dans chacun des tomes précédents, je dois admettre que je n’étais pas particulièrement pressée de commencer celui-ci.

Dans ce tome, l’histoire se déroule en parallèle du tome trois, puis continue quelques mois plus tard, avec, à la fin, le fameux épilogue « un an plus tard ». Dans sa construction, il reste similaire aux tomes précédents, tout en faisant régulièrement des ellipses temporelles pour que le lecteur puisse suivre toute la grossesse de Sabrina, sans pour autant que l’histoire ne stagne ; l’action se déroule sur une année quasi-complète.

Ce n’est pas la façon dont l’histoire est racontée, qui m’a posé problème, même si je dois admettre que la première rencontre entre Tucker et Sabrina est un peu… tirée par les cheveux. Désolée de faire du jugement, mais je trouve qu’il en faut peu à Sabrina James pour mettre un homme dans son lit et renier son principe « antisportifs » (même si ledit sportif est très beau).

En réalité, ce sont les personnages principaux en eux-mêmes, qui m’ont posé problème. Tucker est le stéréotype du mec mignon et sympa. En plus, il ressemble à une montagne et il est roux. Le cliché du gentil nounours musclé. Parce qu’en plus d’être beau, il est romantique et attentionné, patient avec elle et… bref, ni elle, ni même le lecteur, n’est censé lui reprocher quoi que ce soit. Mais moi, il ne m’a pas beaucoup touchée. Certes, on finit par le trouver attachant, mais j’attendais un peu mieux –et surtout une autre petite-amie- pour celui qu’on nous décrivait depuis le premier tome comme le super-gentil du groupe.

Quant à Sabrina… Elle m’a laissée indifférente. Même si Elle Kennedy veut en faire une héroïne dans la lignée des nanas badass qu’elle a déjà présenté pour les trois premiers tomes, Sabrina James n’est qu’une agaçante tête de mule. Elle m’a frustrée par ses décisions et les choix qu’elle a pu faire, se mettant parfois dans des situations qu’elle aurait pu éviter si elle avait mis son ego de côté cinq minutes. En somme, une héroïne dans laquelle je ne me suis absolument pas retrouvé, et qui ne m’a pas parue attachante une seconde.

En conclusion, un tome qui me laisse un goût amer dans la bouche : il conclut une excellente série par une note assez négative, et j’en suis déçue. Ni l’un ni l’autre des personnages ne m’a particulièrement touchée, et je n’ai pas été très sensible à leur histoire de grossesse surprise. Je regrette néanmoins que la série se termine là-dessus, car des petits teasers nous laissait entendre que Colin Fitzgerald –alias Fitzy, donc on parle beaucoup dans ce troisième tome- aurait pu avoir son propre livre, en plus d’une histoire avec Summer Di-Laurentis –la sœur de Dean- dans un prochain tome. Mais la série étant toujours prévue pour se terminer après ce livre, je suppose que nous ferons cette autre romance dans notre tête.

Par contre une petite remarque sur la traduction : « Summer Di-Laurentis » a été transformée en « Eté Di-Laurentis » tout de suite beaucoup moins sympa alors que son prénom restait bien Summer dans le tome précédent 😉

Lecture presque intéressante

 Acheter ce livre sur Amazon


Les tomes précédents


:star: Nos chroniques des tomes précédents


A propos Songe d'une nuit d'été 762 Articles
Songe d'une nuit d'été est un webzine culturel au féminin consacré à la littérature sous toutes ses formes entre autre chose, mais aussi aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

2 Commentaires

  1. Pour Eté … c’était une petite coquille. Certes un peu surprenante mais bon … Cela arrive parfois. Alors oui, j’ai été déçue par Sabrina mais pas au début, c’est plus après la grossesse qu’elle m’a un peu énervée. Tucker a rattrapé la chose on va dire. J’ai eu un coup de coeur mais pas autant que pour The Deal et The Score c’est sûr !

  2. Je suis complètement d’accord avec toi. Je me suis arrêtée à la moitié. Ça m’a énervé ! Surtout la partie grossesse, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. J’ai eu l’impression que sa décision de garder le bébé n’était pas raccord avec ce qu’elle attendait de la vie, elle qui est ambitieuse, forte et indépendante. J’aimerais un jour lire une romance où l’héroïne ne fait pas ce choix là, ça changerait !

Laisser un commentaire