Izana, la Voleuse de visage de Daruma Matsuura

Et si vous pouviez prendre l’apparence de n’importe qui ?

Dans le monde d’Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c’est tout ce qui s’étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres… tout ce qu’elle n’a jamais vu autrement que dans ses livres ou à travers les carreaux. Car depuis sa naissance, elle vit recluse, bien à l’abri entre quatre murs. Un jour, poussée par la curiosité, la jeune fille décide de braver l’interdit et de s’aventurer à l’extérieur. Bien mal lui en prend – elle comprend que son visage est si effroyable qu’il ne peut être montré au grand jour.

:star: Izana, la Voleuse de visage de Daruma Matsuura

Nome de page : 317 pages
Editeur : Lumen
Date de sortie : 18 mai 2017
Collection : HORS COLLECTION
Langue : Français
ISBN-10 : 2371020931
ISBN-13 : 978-2371020931
Prix éditeur : 15€
Disponible sur liseuse : Non

De quoi ça parle ?

Et si vous pouviez prendre l’apparence de n’importe qui ?

Dans le monde d’Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c’est tout ce qui s’étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres… tout ce qu’elle n’a jamais vu autrement que dans ses livres ou à travers les carreaux. Car depuis sa naissance, elle vit recluse, bien à l’abri entre quatre murs. Un jour, poussée par la curiosité, la jeune fille décide de braver l’interdit et de s’aventurer à l’extérieur. Bien mal lui en prend – elle comprend que son visage est si effroyable qu’il ne peut être montré au grand jour.

:star: Mon avis :

Selon moi, les meilleures histoires d’horreur sont celles inventées par les Japonais. Ils arrivent à distiller une ambiance incroyablement sombre et effrayante voire totalement malsaine. C’est aussi le cas dans ce roman qui retrace une partie de l’histoire d’Izana. Izana qui n’aurait jamais dû naître et dont le visage, affreusement repoussant, la cloitrera entre quatre murs une grande partie de sa vie.

Au Japon, le culte de la beauté est presque omniprésent. Il n’est pas rare de croiser une jeune femme qui se soit refaite soit le nez, soit les yeux. Le « superficiel » au Japon est la normalité, une normalité que nous autres occidentaux avons du mal à bien comprendre.

Bref, je digresse un peu. Le malheur d’Izana, est d’être née la mauvaise année dans la mauvaise famille. À peine a-t-elle poussé son premier cri qu’il est décidé qu’elle sera tuée à cause de sa laideur. L’excuse est une malédiction qui perdurerait sur le village depuis plus de 500 ans. Il est donc normal pour eux de tuer les nouveaux nés féminins qui sont nés l’année du cheval du feu et qui sont incroyablement laid.

Le Salut d’Izana, elle le doit à une ancienne infirmière, Chigusa, qui fera ici office de sage-femme. Elle élèvera Izana tout en la cachant du reste du monde et en lui interdisant de sortir. Tant que nous ne savons rien, nous sommes heureux. Izana l’était jusqu’à ce que la curiosité la pousse à désobéir à Chigusa. Le calvaire de la jeune femme commencera bientôt et pour éviter tout problème, Chigusa la cachera alors dans une espèce de vieille cabane ressemblant à un temple Shinto qui n’a pas même de fenêtre.

Et là, vous allez me dire, ne vole-t-elle pas les visages ? Je me suis demandé quand cela allait arriver ? En fait, le but de ce roman, c’est la manière dont tout arrive. Si vous avez lu le manga Kasane, Izana est en fait sa mère. On peut donc dire que ce roman est une sorte de prequel au manga.

La seule rancune ne m’apportera rien. Il me faut prendre ma revanche, les punir… les anéantir ! Tant que ce sentiment m’animera, je pourrai continuer à vivre et ne pas devenir folle… ne pas mourir tout simplement.

L’univers y est incroyablement violent et sombre. Daruma Matssura nous montre à quel point les vieilles légendes peuvent faire du mal quand chacun l’interprète de la manière qui l’arrange. Les petits villages peuvent vite être le centre de choses aussi sordides que meurtrières. Parce que derrière le massacre de bébé nés laids, se cache autre chose de plus grave.

J’ai lu le roman d’une traite. La fin est ouverte et avec beaucoup de logique puisque cela invite le lecteur à découvrir alors le manga qui relate les méfaits de Kasane. Je dois avouer que je n’ai pas lu le manga, bien que je le connaisse de nom, mais du coup, je viens de me commander les deux premiers tomes.

Izana est un excellent roman horrifique avec ce qu’il faut pour vous tenir en haleine tout en vous administrant une dose de frisson d’angoisse bienvenue. On compatit aux malheurs d’Izana bien qu’elle nous mette aussi très mal à l’aise. 

Je ne regrette absolument pas ma lecture qui nous plonge dans un univers fait de légendes ancestrales aussi barbares qu’effrayantes, le tout conté de façon magistrale par Daruma Matsuura. Une histoire de princesse crapaud qui finira par trouver sa place au sein du monde à défaut du prince charmant.

Acheter ce livre sur Amazon

 
A propos Artemissia 4087 Articles

Créatrice et responsable du webzine « Songe d’une nuit d’été ». 3 enfants, passionnée de lecture. Aime être transportée dans d’autres univers grâce aux livres.

17 Commentaires

  1. J’ai beaucoup aimé ma lecture aussi 🙂 Et en effet, les japonais ont un talent particulier pour les histoires d’horreur ! Je n’avais pas lu le manga non plus avant de commencer Izana, du coup je suis très curieuse de découvrir celui-ci 🙂

  2. Lumen est vraiment ma maison d’édition préférée ! Mise à part witchsong pour lequel je n’ai pas accroché, toutes les autres sorties m’ont intriguées (j’achète d’ailleurs maintenant sans réfléchir les sorties de cette ME, ahem). Celui-là aussi je l’ai acheté et je vais pas tarder à le lire et ta chronique me donne encore plus envie ^^
    Mais du coup le manga c’est la suite ou c’est la même chose + la suite ?

    • Oui Lumen a vraiment une très belle ligne éditoriale et en plus l’équipe est au top <3 Alors pour te dire, Izana, c’est vraiment le prequel à Kasane. Kasane se situe bien des années après Izana.
      Vraiment, j’aime cette atmosphère glauque typiquement japonaise. C’est assez malsain et ça te donne des frissons d’angoisse. Tu me diras quand tu l’auras lu ? Ce que tu en as pensé et promis, je ne t’oublierai pas 😛 (non pas taper xD) <3

      • Me revoilà pour te donner mon avis haha ! Alors c’est marrant car je m’attendais pas du tout à ça ! Je n’ai vu rien d’horrifique moi xD J’ai par contre compatis avec Izana, on arrive à comprendre pourquoi elle réagit comme ça.
        J’ai vraiment envie de découvrir les aventures de sa fille mais en fait il y a pas mal de tomes :O

1 Rétrolien / Ping

  1. Songe d'une Nuit d'été - Ce qu’il s’est passé sur Songe – Semaine#6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*