Quand l’amour ne suffit pas d’Anna Jane

:star: Quand l’amour ne suffit pas d’Anna Jane


quand-lamour-ne-suffit-plusFormat :
Format Kindle
Nombre de pages de l’édition imprimée : 58 pages
Editeur : Éditions Sharon Kena
Date de parution : 4 septembre 2015
Prix éditeur : 1€49
Langue : Français
ASIN: B0144CDCN6

De quoi ça parle?

L’Amour: Sentiment inconditionnel d’affection et d’attirance. Émotion la plus puissante qu’il nous est donné de ressentir dans une vie. À l’origine de nos plus belles rencontres, il peut nous ouvrir les portes de nos plus grands bonheurs mais aussi de nos plus douloureuses trahisons. Parfois, bien que brûlant en nous, il ne suffit plus à nous faire avancer dans la même direction. D’autres fois, il s’estompe, tout simplement.

Adelia et Lucas ont découvert tout ça à leurs dépens…

 

Mon avis:

C’est un sujet bien difficile qu’aborde cette nouvelle d’une soixantaine de pages ! Lucas, un brillant jeune chirurgien, a tout en apparence pour être heureux: une carrière, une belle maison et une femme qu’il aime éperdument. Mais voilà, malgré les apparences, son couple part à la dérive et est au bord de la rupture. La raison ? Elle nous est dévoilée peu à peu au fil des pages et des souvenirs évoqués. Le seul petit bémol que je pointerai dans la narration serait un suspense inutile  et répétitif en début de nouvelle sur le drame qui a touché le couple. D’autant qu’on le comprend très vite. Il est des épreuves qui balaient tout sur leur passage et que l’amour que se portent deux êtres ne parvient pas à guérir. C’est ce type d’épreuve à laquelle sont confrontés Adelia et Lucas.

Cette nouvelle est un petit condensé d’émotions: pleine de tendresse, de nostalgie, de regrets et une pointe de sensualité. En peu de pages, Anna Jane parvient à aborder des sujets sombres sans en faire de trop et en montrant le mécanisme de la culpabilité qui mine ce couple. En temps normal, j’ai du mal avec le format « nouvelle » parce que je ne parviens pas à m’attacher aux personnages et que tout me semble survolé. Ici, rien de tel. On ne peut pas ne pas être touchés par ce que vivent Adelia et Lucas. Pourtant, rien de larmoyant dans ce texte. Le ton est pudique et juste.

L’histoire nous est dévoilée au travers du point de vue de Lucas. On découvre un homme sensible, désemparé, mais qui continue à espérer malgré l’issue inéluctable de son mariage. Le point de vue abordé donne une touche d’originalité à la narration. Dans ce genre de sujet, on a souvent plus l’habitude de s’identifier au point de vue féminin. C’est d’ailleurs ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce récit: on ne peut pas prendre parti pour l’un ou l’autre des deux époux. Même si l’ « obstination » d’Adelia peut être irritante en comparaison de la patience du narrateur, on finit par comprendre et compatir à sa détresse.

Quant au style d’Anna Jane, (que j’ai découvert avec Méfiez-vous des apparences), il est fluide, très addictif et surtout juste. Si vous ne connaissez pas encore, je vous encourage à découvrir cette autrice !

Excellent, j'en ai encore les papilles qui frétillent !

Acheter cette nouvelle sur Amazon

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*