ASCFBD & MANGALES CHRONIQUES DE MANGASEINEN

Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine de Fuyumi Soryo

:star: Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine de Fuyumi Soryo

marie-antoinette-de-fuyumi-soryoBroché: 180 pages
Editeur : GLENAT
Date de sortie : 21 septembre 2016
Collection : Seinen Manga
Langue : Français
ISBN-10: 2344012389
ISBN-13: 978-2344012383
Prix Editeur : 9,15€
Disponible sur Liseuse : NON

Son résumé :

Sa véritable Histoire, pour la première fois en manga !

Marie-Antoinette est l’une des personnalités historiques les plus adaptées en fiction. Sophia Coppola, Chantal Thomas ou Riyoko Ikeda… de nombreux créateurs ont donné naissance à un personnage en adéquation avec leurs idéaux.
Cependant, quand Fuyumi Soryo s’attaque au mythe, ce n’est pas pour reproduire une énième icône malmenée par la vision trop partiale de Stephan Zweig, mais pour restituer dans la réalité historique une jeune fille dénuée de tout artifice.
Avec la précision qu’on lui connaît déjà surCesare et grâce au soutien du Château de Versailles, ce n’est plus un simple manga, mais une plongée virtuelle au cœur de la cour au XVIIIe siècle que l’auteur vous offre. Que vous soyez adepte des fresques historiques, lecteur de manga ou tout simplement curieux de nouveauté, ne passez pas à côté de cette création ! D’autant plus que les Éditions Glénat, co-éditeur dans ce projet, auront la chance de publier ce titre en avant-première de sa sortie japonaise !!

:star: Mon avis

Dès que j’ai su que Fuyumi Soryo avait sorti un nouveau manga et qui plus est, sur la jeunesse de Marie-Antoinette, je me suis jetée dessus les yeux fermés !

marie-antoinette-la-jeunesse-dune-reine

Que dire, si ce n’est que j’en suis ressortie assez dubitative.

Un parti pris qui ne coïncide pas vraiment avec la réalité des faits

marie-antoinette-la-jeunesse-dune-reineLes dessins, sont magnifiques, la mise en page et les décors des plus soignés. C’est un véritable plaisir visuel. Fuyumi Soryo s’est vraiment surpassée pour ce tome unique. Toutefois, je ne sais pas si ça relèvera le niveau de ce titre. La mangaka y narre une toute petite partie de la jeunesse de Marie-Antoinette. Si on ne connait pas trop l’histoire de France et son histoire à elle (je parle de la future reine), je pense que le lecteur fan de romance historique et de manga y trouvera largement son compte. C’est beau, on en a presque la larme à l’œil. Toutefois, si comme moi vous avez lu plusieurs ouvrages (Evelyne Lever, Stefan Sweig entre autre pour ne citer qu’eux) sur cette reine mal aimée des français… Vous risquez de sauter au plafond devant le parti pris de l’auteur. Ici, la jeune future reine y est dépeinte comme une personne sensée, juste, qui a à cœur de trouver sa place au sein de sa nouvelle famille. On y parle peu de sa relation avec le peuple. Le manga s’ouvre sur la reine qui reçoit la visite de son époux dans le petit Trianon.

Dès les premiers dialogues, j’ai su que ça ne me plairait pas du tout. Fuyumi Soryo prend le parti de nous dépeindre Marie-Antoinette comme une reine martyre. Elle a tant fait pour être une bonne reine et sa relation avec son époux en devient, à travers ces quelques bulles, presque idyllique ; véritable romance de fable. Louis-Auguste est lui même devenu terriblement séduisant et sûr de lui… Rien à voir avec le roi de mes cours d’histoires. Quant à ses déboires avec la Du Barry, même s’ils y sont contés, cela reste presque anecdotique alors que ça avait bien porté préjudice aux débuts de la jeune dauphine qu’était alors Marie-Antoinette. Beaucoup de choses sont passées sous silence pour privilégier la « romance » entre le futur roi et la future reine. Et ne cherchez pas Axel Von Fersen, ici, vous ne le trouverez pas.

En toute franchise, j’ai trouvé ce tome unique… assez léger. Je ne comprends pas exactement la démarche. Certes les dessins sont beaux pour qui aime le style épuré… Mais pour l’Histoire ?

Quant à la fin, elle se passe de commentaire, elle est aussi abrupte que ratée.

Finalement, je pense que pour moi, ça n’a pas fonctionné du tout. A lire si vous n’êtes pas regardant sur les faits Historiques.

Très Moyen

Acheter ce manga sur Amazon

Tags
Voir Plus

Artemissia Gold

Administratrice du webzine depuis 10 ans. Songe d’une nuit d’été est un webzine culturel consacré à la littérature (Romans, BDs, Manga, Albums jeunesses etc.) mais aussi au cinéma, aux séries TV, à la musique et tout ce qui touche de près ou de loin au domaine du loisir et de la culture.

9 Commentaires

  1. Je viens de terminer ce manga et mon avis est assez similaire : je suis septique. D’un côté, les illustrations sont très bien réalisées, les décors fabuleux mais l’histoire, trop courte et trop axée sur un point de vue « esthétique » ? Ici, tout est beau tout est rose ce qui est assez loin de la réalité des faits historiques. Qui plus est cela ne narre qu’une infime partie de la vie de Marie-Antoinette et la romance entre celle-ci et Louis Auguste est beaucoup trop idéalisée pour moi. Au final, un manga court qui donne peu à voir au niveau du contenu (à un prix qui n’a rien de petit pour un manga…). J’ai été assez déçue :/

    1. Oui et on ne me fera pas croire qu’il était comme ça alors que la plupart des Historiens en on dépeint une toute autre vision. Quant à la fin, elle m’a quand même fait rire. Je peux être bon publique mais là, j’avoue que j’ai eu du mal à avaler la pilule.

  2. J’ai vu la couverture et j’ai tout de suite pensé à l’offrir à Noël ! Mais, après avoir lu ta chronique, je me dis que ce ne serait pas une très bonne idée. La personnage à qui je comptais l’offrir adore l’Histoire et les manga, mais si c’est pour lui offrir un récit eroné, je n’en vois pas l’intérêt.

        1. Les costumes, l’architecture (enfin quand il y en a), sont plutôt bien respectés. Mais le reste… Une histoire qui prend vraiment trop de liberté sur l’Histoire et un ensemble très vide au final, sa « jeunesse » est assez survolée et l’auteur y a oublié beaucoup, beaucoup de choses.

          1. Esthétiquement, il a tout bon, historiquement, c’est une cata ?
            Les Japonais se font une certaine idée, très idéaliste, de la France, alors ça ne m’étonne pas. Mais c’est vrai que pour nous, c’est de coup moins intéressant.

  3. Je l’ai lu également, et étant donné que j’avais été prévenue sur la légèreté historique, c’est plutôt bien passé. Mais après c’est loin d’être un coup de cœur, j’ai de loin préférée sa série « Mars ». Sinon, pour ce qui est de celui-ci, je suis toujours aussi fan de son coup de pinceau ! Je trouve les dessins vraiment magnifiques 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils