Accueil ASCF Bridget Jones folle de lui d’Helen Fielding

Bridget Jones folle de lui d’Helen Fielding

9 Temps de lecture
0
0

Chronique de KlolianeKloliane

Bridget Jones folle de lui d’Helen Fielding

Bridget Jones folle de lui d’Helen FieldingNombre de pages :  540 pages
Éditeur :  J’ai Lu
Date de sortie :  2 mars 2016
Collection :  J’ai Lu
Langue :  Français
ISBN-10:  2290119806
ISBN-13:  978-2290119808
Prix Éditeur :  8€
Disponible sur Liseuse : OUI

Son résumé :

“61 kg : calories 3 482 (mal) ; SMS à Roxter : 2 ; SMS de Roxter : 0 ; e-mails collectifs des parents d’élèves : 36 ; minutes passées à me préparer pour la réunion : 0” Que faire lorsque votre toy boy fête ses 30 ans le soir où votre meilleure amie célèbre ses 60 ans ? Est-il moralement condamnable d’aller chez le coiffeur quand vos enfants ont attrapé des poux ? Est-ce mal de tricher sur son âge sur les sites de rencontre ? Confrontée à ces questions existentielles, Bridget relève le défi d’élever seule deux jeunes enfants, d’apprendre à maîtriser tweets et textos et, surtout, redécouvre sa sexualité à l’heure de – aïe ! le mot qui fâche – l’âge mûr. Bridget Jones is back ! !

Mon Avis :

Lorsque j’entends le mot “célibattante”, j’ai deux  héroïnes qui me viennent à l’esprit: Carrie Bradshaw de “Sex and the City” et bien sûr, Bridget Jones. Elle a été ma première héroïne de chick lit et agrandit mon intérêt pour la romance anglaise qui avait déjà débuté avec le cinéma.  J’ai beaucoup aimé les deux premiers tomes et c’est avec le souvenir d’une Bridget heureuse avec Mark et d’un avenir pleins de promesses que je l’avais quittée. Vous devinez donc bien que j’étais ravie d’entendre qu’il y avait une suite. J’avais tellement d’attente…

Nous retrouvons Bridget, la cinquantaine et maman de deux enfants, Billy et Madel. Mère célibataire, elle essaye tant bien que mal d’organiser sa vie sans la présence de Mark  (Je vous laisse découvrir la raison lors de votre lecture). Elle est toujours aussi maladroite, obsédée par son poids et accompagnée d’amis aussi dingue qu’elle. On retrouve plusieurs personnages avec nostalgie (Jude, Tom, le célèbre Daniel, son excentrique mère, ses couples d’amis…), puis on croise de nouvelles têtes ( Talitha, Roxter, Rebecca, Mr Wallaker…) et on remarque l’absence de certains…

Je vous avoue que j’avais peur de lire cette suite sachant un élément qui m’a attristé. Puis je voyais déjà notre chère Bridget devenir une couguar, jetant son dévolu sur un jeune homme et nous raconter ses soirées coquines. Tout cela  à cause du résumé de la quatrième couverture. Dieu merci ! Ce n’est pas que ça. On apprend les raisons de la nouvelle situation familiale de Bridget et  on est touché par les épreuves qu’elle passe (essaye d’être une mère parfaite pour ses enfants pour palier l’absence de leur père, ne se laisse pas envahir par sa tristesse, essaye d’aller de l’avant sans être prise de remords et d’avoir de nouvelles rencontres amoureuses). La “Bridget trentenaire” me faisait rire, la “Bridget d’aujourd’hui” m’a un peu attendrie. Mais il est dommage que certains passages gâchent un peu la lecture : le comportement parfois puéril de l’héroïne, les passages où elle tweet et envoie des SMS ainsi qu’ une longue liste d’organisation que je n’ai pas eu le courage de lire et que j’ai sauté, et les rencontres avec Roxter dont leurs discussions tournent beaucoup autour de la nourriture (là, ça va) et, du vomi et des pets (Hum… Une fois c’est marrant mais pas en gag récurrent).

Mais dans le dernier tiers du livre, on oublie un peu ces désagréments. On y retrouve  l’esprit des deux premiers tomes et on sourit à la fin de ce livre… Oui, un sourire mais avec une  touche d’amertume. Bridget est un personnage littéraire qui m’a marquée. J’avais  hâte de savoir quel avenir lui avait prévu Helen Fielding. En apprenant tous les chamboulements et voir certains personnages secondaires devenir des caricatures d’eux mêmes (Jude et Daniel, pour exemple), je ressors mitigée de cette lecture. L’histoire de Bridget et de ses deux enfants m’a touchée mais de mes espérances déçues, des longueurs inutiles et une impression de déjà-vu dans une de ses nouvelles romances, ont un peu gâché nos retrouvailles. Je fus tout de même contente de la revoir toujours aussi dingue à 50 ans. Et c’est d’ailleurs ce message que je conserverai de ce roman: à cet âge, on peut être encore frivole, avoir envie de séduire, croquer la vie à pleine dent… Bref, que vous ayez 20 ou 50 ans, la vie est faite pour être vécue afin de profiter des belles surprises qu’elle nous offre même après de dures épreuves.

Bon

 Acheter ce livre sur Amazon

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Songe d'une nuit d'été
Charger plus dans ASCF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article qui pourrait vous plaire

Concours : 3 exemplaires d’Un Palais de Colère et de Brume de Sarah J. Maas à gagner !

C’est LE livre que j’attends le plus en ce début d’année ! Vous n’…