Accueil ASCF Ne t’approche pas de Luana Lewis

Ne t’approche pas de Luana Lewis

9 Temps de lecture
1
0

Chronique de KlolianeKloliane

Ne t’approche pas de Luana Lewis

Ne t’approche pas de Luana LewisNombre de pages :  320 pages
Éditeur :  Denoël
Date de sortie :  18 février 2016
Collection :  Policier – Suspense
Langue :  Française
ISBN-10:  2207129810
ISBN-13:  978-2207129814
Prix Éditeur :  21€
Disponible sur Liseuse :  Oui

Son résumé :

“Depuis trois ans, Stella, psychologue, vit recluse chez elle. Souffrant d’une agoraphobie sévère, elle se sent à l’abri dans cette maison isolée qu’elle partage avec son mari, Max. Mais lorsque la jeune Blue frappe à sa porte, avec ses grands yeux effrayés et ses tristes histoires, le monde que Stella a mis tant de temps à construire commence à s’effondrer…

Derrière le masque de l’adolescente se cache une redoutable manipulatrice. Blue va porter un coup fatal à l’équilibre fragile qui régit la vie de Stella, l’obligeant à se confronter aux traumatismes de son passé et aux secrets qui pèsent sur son mariage.”

Mon Avis :

Après avoir lu ce résumé plus qu’alléchant, je n’avais qu’une seule idée en tête : me lancer dans la lecture de ce roman, plein de promesses. Alors que la neige recouvre la ville de Hilltop, en Angleterre, nous nous retrouvons avec Stella, jeune femme d’une trentaine d’années, qui souffre d’agoraphobie. Se trouvant seule chez elle, lieu qui représente son seul refuge, une jeune fille de 15 ans transie de froid, Blue,  frappe à sa porte. Prise entre sa phobie et le désir de sortir de ses angoisses, elle décide de la laisser entrer. A partir de cet instant, la torpeur, dans laquelle Stella s’est plongée,  va peu à peu se fissurer pour laisser place à une vérité enfouie.

La narration de ce roman alterne entre l’instant présent à Hilltop et des événements passés dans la vie de chacune. L’intrigue se met très vite en place sans qu’il y ait vraiment de suspense (quelques éléments de l’histoire sont assez prévisibles).  Je m’attendais à un huis clos étouffant où la visite de Blue et son comportement manipulateur resteraient un mystère jusqu’à un dénouement imprévisible. Mais à un tiers du livre, vous savez pourquoi elle se présente devant Stella et qu’elle ait son but. Et pour son côté manipulateur, elle ne vaut pas  Hayley Stark  d’ “Hard Candy” (un superbe film avec Ellen Page). On a surtout droit à une ado paumée, dont ses troubles mentaux sont dus à une triste enfance.

Pour l’héroïne, on ne peut qu’être touché par la cause de ses souffrances et de sa phobie. Bien que Stella, par son passé de psychologue, comprend qu’elle s’enfonce peu à peu dans ses troubles, elle semble avoir beaucoup  de mal à sortir de cette torpeur médicamenteuse sécurisante. Pourtant, cette soirée, riche en émotions, va la faire émerger peu à peu. De personne naïve, à victime brisée, elle deviendra une femme plus forte prête à affronter les épreuves qu’ils l’attendent.

Pour ce qui est des personnages secondaires, je retiens seulement que le rôle des hommes dans ce roman n’est guère glorieux. Seul un personnage masculin sort du lot et aura une place de soutien pour l’héroïne. Il remonte un peu le niveau car au regard des autres personnages, on se méfierait à tout instant de la gent masculine ! Mais il est clair que l’histoire se tourne essentiellement sur Stella et Blue. Et lorsque vous comprendrez le lien qui unit ces deux femmes, vous ne resterez pas insensible à la situation.

L’auteur nous rajoute une sorte d’épilogue. Il n’apporte rien, à part donner une vision de l’avenir sur l’un des personnages, occultant tous les autres et laissant de nombreuses questions en suspens. Sans cet épilogue, la fin, certes, ouverte, était largement suffisante.
Pour conclure, je dirais qu’il est dommage que ma déception de ne pas avoir un huis clos plus angoissant et un épilogue qui n’était pas nécessaire, me laisse une lecture en demi-teinte. Pourquoi ?

Tout simplement, parce que l’histoire est prenante sous un regard plus psychologique. On a une trame assez  intéressante qui nous fait dévorer ce roman. Et nous soutenons une héroïne qui affronte sa phobie pour sortir de sa “cage dorée”.

La plume de l’auteur est agréable et fluide.  Nous n’avons pas de sensation de longueur au fil des pages. Ce roman a beaucoup de qualités pour une bonne lecture mais…  Comme pour un  soufflé, mon enthousiasme a baissé lors de la lecture d’éléments prévisibles et de questions sans réponses. Je conseille tout de même la lecture à ceux qui aiment les romans traitant du comportement humain et des troubles psychiques résultant d’un traumatisme ou d’un cadre de vie “toxique”.

Bon

 

Acheter ce livre sur Amazon

  • Unité d’Elite, de Victoria Sue

    Unité d’Elite – H.E.R.O Tome 1, de Victoria Sue Nombre de pages : 300 pages Éd…
  • L’essence du mal de Luca d’Andrea

    L’essence du mal de Luca d’Andrea Nombre de pages : 464 pages Editeur : Denoêl…
  • Renforcer les Liens, de Mary Calmes

    Renforcer les Liens, Marshalls Tome 2, de Mary Calmes Nombre de pages : 300 pages Editeur …
  • Un tatouage teinté de malédiction…

    :star: Irezumi, d’Akimitsu Takagi (traduction par Mathilde Tamae-Bouhon) Nombre de p…
Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Songe d'une nuit d'été
Charger plus dans ASCF

Un Commentaire

  1. Puy des Livres

    11 mars 2016 à 10 10 31 03313

    Il a l’air sympa au premier abord mais comme le soufflé que tu cites, mon enthousiasme retombe. Je passe donc mon tour pour ce livre mais merci pour la découverte.

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article qui pourrait vous plaire

Médecin et papa de Collectif d’auteurs

Médecin et papa de Collectif d’auteurs Nombre de pages : 384 pages Éditeur : Harlequ…