Aventures & PassionsLES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESROMANCE HISTORIQUE

Le Duc de Villiers de Eloisa James

Les Duchesses Tome 6 : Le Duc de Villiers de Eloisa James

Le Duc de Villiers de Eloisa JamesPoche : 373 pages
Éditeur : J’ai Lu pour Elle
Date de parution : 2 Décembre 2015
Collection : Aventures & Passions
Langue : Français
ISBN-10 : 2290095591
ISBN-13 : 978-2290095591
Disponible sur liseuse : Oui

Prix éditeur : 7€40

Chronique des : Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 4 ; Tome 5 ; Tome 6 ; Tome 7 ; Tome 8

Son résumé : 

Le duc de Villiers a un problème : père de six enfants naturels, il doit trouver une épouse capable de leur donner une éducation et de les imposer dans la haute société. Autrement dit, une fille de duc. Le choix est restreint : il y a lady Eleanor, caustique et piquante, qui s’habille hélas comme un sac, et lady Lisette, fantasque, sans doute un brin écervelée, mais si belle… Il doit se décider. Villiers fera son choix d’une manière pragmatique, oubliant un peu vite que le mariage est aussi affaire de coeur, et le sien risque fort de ne pas sortir indemne de cette foire à la duchesse…

Mon avis

Depuis le début de la saga des Duchesses, le tome consacré au Duc de Villiers était celui que j’attendais le plus avec celui sur Jemma de Beaumont. En effet, ici, ces dames laissent place à l’homme que l’on a adoré détester et voir évoluer au fil des pages et du temps qui s’écoulaient. D’abord présomptueux, arrogant et cynique, le Duc de Villiers a toujours su nous surprendre tant certains événements de sa vie vont réussir à le changer d’une façon aussi radicale qu’étonnante.

Dans ce nouvel opus, Eloisa James nous présente ainsi un personnage plus amical, posé et réfléchit qu’il ne l’a jamais été. Décidé à trouver une femme qui serait une bonne mère pour ses six enfants illégitimes, le lecteur se retrouve confronté à un homme qui porte un regard bien moins cynique et plus raisonné sur la haute société. Exit les échecs et le libertinage, le Duc se retrouve dans la peau d’un conquistador déterminé à reprendre sa vie en mains.

On découvre donc les enfants de Villiers, et notamment le petit Tobias que l’on avait déjà pu croiser avant, pour lesquels on se prend d’affection très rapidement tant ils sont attachants. Plein de vie et pourtant dignes héritiers de Villiers dans leurs traits de caractère, ces enfants sont un régal pour le roman en lui apportant une petite touche de légèreté et de vie bien différente de d’habitude. Toutefois, Eloisa James n’en oublie pas les problèmes qui régnaient à cette époque, notamment au sein des orphelinats, en nous entraînant dans le quotidien sombre de ces enfants.

Cependant, ce roman ne porte pas que sur Villiers et ses changements, mais aussi sur Eleanor, cette jeune femme qui a eu le cœur brisé et qui est loin d’être une héroïne classique. Pleine de vie et d’ardeur, elle m’a beaucoup plu pour son côté peu conventionnel, mais aussi sa vivacité d’esprit. Véritable battante, et loin de respecter les codes de la haute société, Eleanor fait indéniablement partie de ces héroïnes que l’on adore pour leur côté humain et proche de nous. 

En conclusion, Le Duc de Villiers est un nouvel excellent opus ! Mon seul petit regret étant l’absence de la Duchesse de Beaumont et de quelques autres personnages des premiers tomes. Toutefois, transporter Villiers dans un nouvel environnement pour nous le faire découvrir d’une autre façon était une idée brillante et Eloisa James réussit avec brio à nous faire aimer ce nouveau couple. 

Presque Excellent

Acheter ce livre sur Amazon

Tags
Voir Plus

Songe d'une nuit d'été

Songe d'une nuit d'été est un webzine culturel au féminin consacré à la littérature sous toutes ses formes entre autre chose, mais aussi aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils