En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut

En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut

Nombre de pages :  160 pages
Éditeur :  Finitude
Date de sortie :  07/01/2016
Langue :  Française
ISBN-10:  2363390636
ISBN-13:  978-2363390639
Prix Éditeur :  15,50 euros
Disponible sur Liseuse :  Oui

Son résumé :  

“Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui mène le bal, c’est la mère, imprévisible et extravagante. Elle n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.

L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.”

Mon avis :

Il y a quelques jours, le titre d’un livre revenait souvent lors de discussions sur les dernières sorties du mois de Janvier. On parlait même d’une possibilité qu’il soit adapté au cinéma au vu de son énorme succès. Ma curiosité s’est emballée et je me suis lancée dans sa lecture pour comprendre la raison de cet engouement…

Et… Il y a quelques heures, je viens de tourner la dernière page. En y repensant, j’ai des larmes aux yeux alors que je souris. Ça fait bien longtemps que je n’ai pas ressenti ça après une lecture!

L’histoire commence par la narration d’un petit garçon qui nous présente sa vie de famille assez “originale” : Le père qui appelle tous les deux jours la mère d’un prénom différent et dont celle ci adore picorer le visage de son fils de baisers tout en lui demandant de raconter ses journées “imaginaires”, les nombreuses soirées dansantes qui dure jusqu’au matin, un animal de compagnie inhabituel (Une grue) au nom de Melle Superfétatoire, un ami de la famille fort jovial portant un surnom assez intriguant, “l’Ordure”, ainsi que de grandes courses chronométrées et organisées dans le couloir… Bref, on a l’impression d’être emporter, dès les premières lignes, dans un tourbillon de fantaisies qui nous fait perdre tous nos repères sans pour autant nous empêcher de sourire.

Puis le tourbillon commence à tanguer lorsque la narration passe entre le père et le fils. A travers toutes ces sensations d’euphorie et d’amusements, la petite touche de “folie” de la mère qui embellit leurs vies, devient peu à peu un poison qui ronge leur mode de vie, pour finir être de plus en plus présente. Pourtant, malgré des situations plus dramatiques, l’humour est toujours présent par le regard du petit garçon et les mensonges volontaires du père. Puis l’amour que partage cette famille est si forte qu’on est ému devant cette volonté de ne pas tomber dans la tristesse et le renoncement.  Et sachant, qu’un jour, tout sera fini,  ils décident de conclure, cette plus belle période de leur vie, sur un coup d’éclat.

Je n’en dirais pas plus car je veux vraiment que vous accompagnez cette famille, que vous ressentez l’amour qu’ils partagent, que vous souriez à leurs fantaisies et que vous soyez émus en les quittant.

Comme je vous l’ai dit, vous aurez l’impression d’être un peu perdue au début, puis vous rentrez dans un tourbillon de sentiments dont vous aurez du mal à quitter même après la lecture.  Par curiosité, je suis allée écouter Nina Simone “Mr Bojangles” et j’ai bien fait attention aux paroles. Tout comme le livre, vous aurez un sourire avec un léger goût de tristesse. C’est mon gros coup cœur de ce début d’année.

Acheter ce livre sur Amazon

 
A propos klolianebooks 119 Articles
Chroniqueuse pour Songe d'une nuit d'été . Autant fan de romance que de thriller, cinéphile à ses heures perdues, collectionneuse de manga et accro aux drama asiatiques.

2 Commentaires

1 Rétrolien / Ping

  1. Les coups de cœurs 2016 des Songeuses – Songe d'une Nuit d'été – Le Webzine Au Féminin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*