Adèle et les Noces de la Reine Margot de Silène Edgar

Chronique réalisée par EoleEole

:star: Adèle et les Noces de la Reine Margot de Silène Edgar

Adèle et les Noces de la Reine Margot de Silène EdgarNombre de pages :  352
Éditeur :  Castelmore
Date de sortie :  15 avril 2015
Collection : Lectures 8 – 12 ans
Langue :  Française
ISBN-10:  2362311457
ISBN-13:  978-2362311451
Prix Éditeur :  10,90€
Disponible sur Liseuse : Oui

Son résumé :

Entre 2015 et 1572, Adèle doit choisir ! Adèle en a marre de ses parents, qui ne comprennent jamais rien. Au collège, elle préfère passer du temps avec ses copines qu’étudier. Aussi, quand elle apprend qu’elle doit lire un livre en entier pendant les vacances, c’est une véritable punition… Mais dans ses rêves, la nuit, l’impossible se produit ! Adèle est à la Cour, au XVIe siècle, au milieu des personnages de La Reine Margot ! Elle rencontre même un beau jeune homme… Ce qu’Adèle vit en 1572 vaut-il la peine de sacrifier ses amis et sa famille de 2015 ?

Mon Avis :

Adèle est une jeune fille de quatrième qui vit sa vie avec ses amies Juliette, Alina et Maëva, mais aussi Guillaume, son ami caché. Quand son professeur lui demande de lire les 450 pages de « La Reine Margot » d’Alexandre Dumas en quinze jours, elle est très énervée car lire, ça ne l’intéresse pas.

Quand elle rentre chez elle, après une énième dispute avec ses parents qui ne s’occupent pas d’elle, elle se force à lire un peu avant de dormir…et se réveille dans un lit différent du sien. En 1572, une jeune femme vient vers elle pour la réveiller, elle dit être sa sœur Agnès et qu’Adèle est au Louvre en guise de dame de compagnie de la future reine Margot qui est sur le point de se marier avec Henri de Navarre (futur Henri IV) ! Et non contente de se retrouver dans le passé, Adèle y rencontre Samuel, un garçon assez craquant.

Le retour à la réalité est difficile. Depuis le décès de sa grand-mère six mois plus tôt, Adèle se sent plus seule que jamais, ses parents l’ignorent ou la grondent, ses amies Juliette et Maëva s’éloignent et ses notes sont en chute libre. Adèle se réfugie donc dans son livre et dans ses rêves de 1572 où quelqu’un s’intéresse vraiment à elle, mais la Saint-Barthélémy approche et Adèle est prête à revenir autant que nécessaire dans le passé pour aider son ami.

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire au début, car c’est très jeunesse. Mais au bout d’une soixantaine de pages, j’ai été prise, comme Adèle, par ses rêves du passé. Je voulais savoir si Adèle allait réussir à sauver Samuel, qui est protestant, de la Saint-Barthélémy, savoir si leur relation avait un avenir étant donné qu’ils ne viennent pas de la même époque. Comme Adèle, j’ai trouvé la vie de 1572 bien plus passionnante que celle qu’elle mène en 2015 et je n’avais qu’une hâte : qu’elle dorme !

Ce que j’ai aussi aimé dans ce livre, c’est qu’il ne se concentre pas que sur le voyage dans le passé, la vraie raison d’être de ce livre, c’est selon moi, de parler d’une rupture familiale. En effet, depuis la mort de la grand-mère, les membres de cette famille ne communiquent plus et Adèle le vit très mal. C’est pour cela qu’elle fuit vers Samuel et 1572. Toute cette histoire permet surtout de faire prendre conscience à cette famille de la rupture qui a eu lieu, et de faire accepter la mort de la grand-mère. C’est le gros point fort de ce livre, même s’il parait très jeunesse au début, il se révèle profond et c’est vraiment intéressant.

Les personnages sont pour beaucoup dans cet aspect d’approfondissement. Adèle qu’on découvre d’abord superficielle et très « ado rebelle », se découvre au fur et à mesure. On prend conscience de sa blessure suite à la mort de sa grand-mère, et c’est une véritable fuite qu’elle opère en dormant. Elle va jusqu’à prendre des médicaments pour dormir tant elle veut aller dans cette endroit où les gens la considèrent vraiment. Même si au début elle m’a énervée, j’ai fini par m’attacher à elle car on ressent vraiment ses blessures et l’injustice de ses parents.

D’ailleurs ses parents…est-ce possible d’avoir autant envie de claquer des personnages ? Parce que là, ils atteignent un niveau de stupidité assez impressionnant. Adèle ne fait que parler dans le vide, ils ne l’écoutent jamais et ne s’en occupent pas mais après ils s’étonnent de ne pas avoir de vraies relations avec elle ?

Enfin, les amis d’Adèle sont à la fois énervants et touchants. En fait, même si l’auteur essaie de les approfondir, je n’ai pas vraiment ressenti de connexion avec eux. Ils n’ont pas un rôle très important. Même Guillaume qui pourrait jouer un rôle vraiment important, ne sert en fait pas à grand-chose puisqu’il n’apporte aucune solution aux problèmes d’Adèle. Adèle elle-même semble ne pas s’en soucier puisque quand ils s’embrouillent elle y pense deux secondes puis passe à autre chose.

Samuel, quant à lui, n’est pas assez approfondi selon moi. Pourtant, je pense qu’il le mériterait car c’est tout de même LE personnage qui attire Adèle dans le passé. Je trouve dommage de ne m’être attachée à lui qu’avec son discours de fin, car il avait pourtant un bon potentiel de départ.

Silène Edgar a une écriture assez addictive une fois qu’on est rentré dans le livre, et on ne peut s’empêcher de tourner les pages. Ce roman jeunesse peut donc aussi être lu par des personnes plus âgées car il traite de sujets plus profonds, en plus de faits historiques, comme la famille ou le deuil.

Très bon

 Acheter ce livre sur Amazon

 
A propos Songe d'une nuit d'été 770 Articles

Songe d’une nuit d’été est un webzine culturel au féminin consacré à la littérature sous toutes ses formes entre autre chose, mais aussi aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*