Accueil ASCF L’héritière Rebelle d’Elizabeth Beacon

L’héritière Rebelle d’Elizabeth Beacon

8 Temps de lecture
1
0
4

Chronique réalisée par EoleEole

:star: L’héritière Rebelle d’Elizabeth Beacon

L'heritiere rebelle de Elizabeth BeaconNombre de pages :  310
Éditeur :  Harlequin
Date de sortie :  1er avril 2015
Collection :  Les Historiques
Langue :  Français
ISBN-10:  2280330903
ISBN-13:  978-2280330909
Prix Éditeur :  6,95€
Disponible sur Liseuse : Oui 

Son résumé :

Angleterre, Régence.

Séquestrée dans son propre château par un intrigant qui veut l’épouser pour s’approprier son héritage, lady Théa Hardy s’enfuit et se réfugie en pleine forêt, dans une cabane où la découvre Marcus Ashfield, vicomte de Strensham. La prenant pour une pauvresse, il l’emmène chez ses cousins qui l’engagent comme servante. Là, Théa n’aura plus qu’à attendre tranquillement son vingt et unième anniversaire, six semaines plus tard, qui la rendra majeure et libre. Du moins, si le vicomte ne s’aperçoit pas qu’il a pris sous son aile non pas une servante, mais l’une des plus riches héritières de la contrée…

 Mon Avis :

L’histoire fait très romanesque. On rencontre Théa brièvement quand sa « tante » la somme d’épouser son fils, puis on ne la revoit que lors de sa rencontre avec Marcus Strensham, un soldat revenu en Angleterre après les guerres contre Napoléon, et qui cherche un abri en forêt pour son cousin blessé, Nicholas.

Bien que l’on sente une tension entre eux, Théa et Marcus ne s’apprécient pas particulièrement au début. Ils se cherchent et se chamaillent beaucoup. Décidée à cacher son identité d’héritière gâtée, Théa accepte d’être embauchée comme servante chez l’autre cousin de Marcus, Ned (Edward). Mais l’attente jusqu’à sa majorité, qui l’émancipera de la tutelle de Granby Winford, son odieux cousin qui veut l’épouser pour faire main basse sur son héritage, est bien loin.

J’ai bien aimé l’histoire dans son ensemble, mais l’auteur tourne trop en rond dans l’exploration de la romance. Les personnages ne cessent de répéter qu’ils s’énervent, mais qu’ils se meurent d’amour l’un pour l’autre tout en croyant que ce n’est pas réciproque. Il est dommage que ces interrogations intérieures qui tournent vite à la répétition, prennent le pas sur les actions plus intéressantes mais très courtes qui se passent vers la fin du roman. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire à cause de ça, et je ne m’y suis réellement intéressée qu’au bout de 150 pages, soit presque la moitié du roman.

L’intérêt est venu du contexte historique, un peu exploité. Napoléon est en exil et les Anglais sont soulagés. Ce contexte historique ne prend justement toute son importance que vers les deux tiers du roman et j’aurais aimé qu’il soit un peu plus développé car pour quelqu’un de novice en la matière, il est assez compliqué à comprendre.

J’ai également apprécié que les héros ne fassent l’amour que vers la fin du livre, chose plutôt rare dans les romances. Cela leur donne le temps de se découvrir autant que nous les découvrons. J’ai beaucoup aimé le personnage de Nicholas, je l’ai trouvé drôle et attachant. Je l’ai beaucoup plus apprécié que Marcus, qui m’a énervée par son étrangeté dans ses réactions : il refuse de s’attacher ou de s’approcher physiquement de Théa, mais si elle fait quelque chose de mal, il l’embrasse en guise de punition. Où est la logique ?

J’ai un peu plus supporté Théa car elle est courageuse et ne se laisse absolument pas faire, une héroïne avec ces traits de caractères est toujours appréciable. Malheureusement elle pêche par ses interrogations intérieures à répétitions qui donnent légèrement envie de la claquer !

Enfin, l’écriture d’Elizabeth Beacon est addictive sans être exceptionnelle. Cette romance est bien mais pas époustouflante. Elle ne se révèle vraiment intéressante que vers la fin et ne se concentre pas sur les bons aspects. Une romance que j’ai bien aimée malgré tout mais que je ne recommande pas forcément à ceux qui ont déjà un peu de mal avec la romance historique.

Presque Bon

Acheter ce livre sur Amazon

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Songe d'une nuit d'été
Charger plus dans ASCF

Un Commentaire

  1. DarkAthena59

    22 avril 2015 à 13 01 25 04254

    Je viens de finir ce livre, et en effet, si l’histoire et les personnages ne sont pas exceptionnel, la lecture reste toutefois plaisante.

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article qui pourrait vous plaire

Concours : 4 exemplaires de Sauvage de Chantal Fernando à gagner !

Parce que nous vous l’avions promis, voici un concours pour gagner un livre très hot…