Petits délices et grand amour de Nora Roberts

Chronique réalisée par RoseRose

Petits délices et grand amour de Nora Roberts


Petits délices et grand amour de Nora RobertsNombre de pages :
 512 pages
Éditeur : Harlequin
Date de sortie : 4 mars 2015
Collection : Mosaïc
Langue : Français
ISBN-10: 2280333392
ISBN-13: 9782280333399
Prix Éditeur : 20,90 €
Disponible sur Liseuse : Oui

Son résumé :

En opérant le mariage de l’amour et de la gourmandise, Nora Roberts nous offre un volume romantique, envoûtant, tout en passion et en sensualité…

La force d’un regard

Des palaces et des tables prestigieuses, Summer en fréquente chaque jour, elle qui est devenue en quelques années l’une des chefs les plus réputés au monde. Mais lorsque Black Cocharan, propriétaire d’une chaîne de grands hôtels, lui propose de travailler pour lui, elle décline fermement son offre : comment, alors qu’elle chérit par-dessus tout son indépendance, pourrait-elle accepter d’exercer son art sous les ordres de quiconque ? Elle ignore que Blake, peu habitué à ce qu’on lui résiste, va tout faire pour la convaincre. Elle ne soupçonne pas non plus qu’elle-même, attirée dès le premier regard par le séduisant homme d’affaires, aura bien du mal à lui tenir tête.

Envoûtante passion

New York. Son rythme fou. C’est à cette vie-là que Juliet Trent aspirait en quittant sa petite banlieue paisible. Cette vie-là, et le travail de ses rêves : à vingt-huit ans, Juliet travaille enfin comme attachée de presse dans une grande maison d’édition. Un job merveilleux qui l’amène à organiser une tournée de promotion pour Carlo Franconi, le célèbre chef italien qui vient de publier son nouveau livre de recettes. Pour Juliet, le défi est clair : faire un succès du livre de Carlo, sans fondre de désir devant lui sous peine de se voir rejetée dans trois semaines, lorsque leurs chemins se sépareront.

Mon avis :

Deux histoires mignonnes et qui donnent faim, à lire dans l’ordre car le héros du second est l’un des personnages secondaires du premier !

La force d’un regard

Summer est en train de mettre la touche finale à son œuvre. Ses gestes sont suspendus, et son public retient son souffle. Le seul bruit dans la pièce est un air de Chopin. Le gâteau est splendide, mais la jeune femme n’aura de répit que lorsqu’elle l’aura entièrement terminé et contrôlé. Médiocre et moyen ne font pas partie de son vocabulaire, contrairement à un mot qu’elle adore : excellence. D’un bout à l’autre du monde, elle prépare des pâtisseries merveilleuses pour les plus riches : milliardaire qui fiance sa fille à Venise, bombe glacée pour le banquet caritatif du gouverneur, forêt-noire à Athènes… rien ne l’arrête.

Dans l’avion qui la ramène aux États-Unis, Summer passe en revue son planning pour les jours à venir. Il y a notamment un entretien professionnel avec un certain Blake Cocharan, de la chaîne d’hôtels du même nom. Dans sa tête, l’homme est grassouillet, avec un crâne dégarni, des chaussures italiennes, une montre suisse, des costumes français et une voiture allemande. Et si pour ce qui concerne le matériel, Summer n’est pas très loin de la vérité, pour le physique, elle risque d’avoir des surprises !

Summer a vingt-huit ans. Son père est un parlementaire britannique, et sa mère une ancienne actrice de cinéma française. Après une formation à Paris, elle est devenue en quelques années LA chef pâtissier la plus talentueuse. Tout ce que recherche Blake Cocharan, trente-cinq ans, pour remettre d’aplomb le restaurant de son hôtel de Philadelphie. Mais il est bien conscient que Summer, en plus de placer ses prétentions salariales à la hauteur de son talent (qui est immense), a des volontés qui, si elles ne sont pas respectées, donneront lieu à une rupture de contrat : travail avec Chopin, éclairage particulier, ustensiles soigneusement choisis et j’en passe.

Entre ces deux fortes personnalités, la rencontre risque d’être assez… explosive !

Dans cette première histoire, Nora Roberts nous transporte dans le milieu du luxe mais côté cuisine. Et c’est assez sympathique de voir l’équipe aux fourneaux, les disputes entre chefs, les égos qui en prennent un coup ! On apprécie également le combat de Summer contre elle-même finalement, afin d’atteindre l’excellence, son mot d’ordre depuis des années. Enfin, on ne peut que tomber amoureuse de Blake Cocharan, d’abord parce qu’il est beau (ce qui ne gâche rien), ensuite parce qu’il est riche (idem), et enfin parce que son côté romantique finit par ressortir (idem ter) ! Bref, une histoire qui fait partie des bons Nora Roberts !

Envoûtante passion

Juliet Trent, attachée de presse pour une maison d’édition, et en train d’étudier le dossier de Carlo Franconi, l’auteur dont elle a la charge, qui a écrit un livre de cuisine et vient faire la promotion de ce dit-livre aux États-Unis. Et l’Italien est très bel homme, ce qui ne gâche rien. Et cette mission est essentielle pour Juliet : c’est un premier pas vers son indépendance et la création de sa propre agence de relations publiques. Que le nom de Franconi soit aussi connu chez ses confrères que dans les pages people des magasines doit être vu comme un avantage, même si se faire photographier avec une jeune femme différente au bras à chaque apparition n’est pas une valeur de bon goût.

De son côté, Carlo est encore en Italie, et prépare un repas pour la femme de sa vie… sa mère. Oui, c’est un vrai Italien, la mamma comprise. Mais il est temps pour lui de se préparer à sa traversée de l’Atlantique, vol duquel il descendra galamment accompagné, ce qui ne sera pas une grande surprise pour Juliet, qui l’attend dans le hall. Franconi est très beau, sexy, galant comme seuls semblent l’être les Italiens des romans, et prêt à tout pour que sa promotion se passe pour le mieux, sans oublier ses relations avec son attachée de presse bien sûr ! Qui a tout à perdre au moindre faux pas…

Là encore, on accroche à cette histoire qui mêle deux choses que j’aime : la romance et les pâtes ! Franconi est un Italien assez caricatural mais attachant, et Juliet n’est pas née de la dernière pluie, ce qui peut provoquer quelques dialogues savoureux.

En conclusion, ces deux histoires font passer un très bon moment. On peut regretter certains traits de caractère un petit peu grossiers de temps en temps, mais on arrive à faire abstraction relativement facilement. Un ouvrage à conseiller donc !

Très bon

Acheter ce livre sur Amazon

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.