La Colline aux Esclaves de Kathleen Grissom

La colline aux esclaves de Kathleen Grissom

La Colline aux Esclaves de Kathleen GrissomNombre de pages : 432 pages
Editeur : Charleston
Date de sortie : 13 Janvier 2015
Langue : Français
ISBN-10: 2368120297
ISBN-13: 978-2368120293
Prix Editeur : 22,50€
Disponible sur Liseuse : OUI

Son résumé :

États-Unis, 1791. Après avoir perdu ses parents lors de la traversée de l’Atlantique, Lavinia, une jeune Irlandaise âgée de 7 ans, se retrouve domestique dans une plantation de tabac pour rembourser son passage. Placée avec les esclaves de la cuisine, sous la protection de Belle, fille naturelle du maître, Lavinia apprend à faire le ménage et le service, guidée par l’amour et la force tranquille de sa nouvelle famille. Cependant, malgré tous ses efforts, elle ne peut faire abstraction de sa peau blanche et pénètre peu à peu dans l’univers de la grande maison. Lavinia parviendra-t-elle à chevaucher deux mondes que tout oppose ?

L’avis de Lily

Quand on m’a proposé de lire ce roman, j’ai tout de suite été attirée par son thème. Il y a quelques années « La Couleur des Sentiments » de Kathryn Stockett avait fait l’unanimité, plus tard, « 12 years a Slave » et le fameux « Django » traitant également de la condition des esclaves noirs avaient eux aussi connus un grand succès. C’est donc confiante que j’ai commencé ce livre et c’est conquise que je vais vous en parler.

L’histoire débute en 1791 à Tall Oaks, une plantation de tabac près de Philadelphie, quand le « capitaine » James Pyke ramène avec lui une petite fille à la peau blanche et aux cheveux roux. Lavinia, 7 ans, a perdu ses parents et son frère alors qu’ils fuyaient l’Irlande et à son arrivée, elle ne se rappelle de rien des épreuves qu’elle a vécues. Confiée à Belle, une des domestiques de la maison, elle va découvrir un univers très particulier dans lequel les esclaves noirs forment une grande famille et qui abrite bien des dangers si on ne sait pas tenir sa langue ou obéir aux blancs. Lavinia va grandir, élevée par Mama Mae, Papa George comme leurs deux filles Beattie et Fanny, petit à petit elle va retrouver la mémoire et petit à petit sa différence avec les nouveaux membres de sa famille va se faire sentir. Pourtant Lavinia se sent bien plus proche des domestiques que de Mme Martha, la femme du capitaine dépendante au laudanum (somnifère à base d’opium), ou que de ses deux enfants dont l’ainé Marshall commence à effrayer tout le monde sur la plantation.

Je n’en dirai pas d’avantage dans ce résumé car je pense que c’est un livre qui se lit sans trop en savoir sur l’histoire et qui ne réussirait de toute manière pas à retranscrire toutes les émotions qu’elle renvoie.

Le roman débute avec un prologue qui donne tout de suite le ton : Lavinia court avec sa fille en direction de la colline de la plantation. Sur la colline un vieux chêne. Sur le vieux chêne une corde et un corps pendu. Évidemment dès ce prologue on comprend que toute l’intrigue va se concentrer sur les événements qui ont conduit à cette scène de cauchemar et parmi tous les désastres qui vont se produire, on a au moins une certitude : Lavinia survivra assez longtemps pour avoir sa propre fille.

Deux narrateurs se relaient pour retracer l’histoire : Belle et Lavinia. Ce choix de la part de l’auteure est vraiment excellent : quand Lavinia est petite fille, on alterne les points de vue d’une enfant avec ceux d’une adulte, on arrive ainsi parfaitement à comprendre ce que peut éprouver Lavinia. Une fois qu’elle est adulte certains éléments clés lui restent inconnus mais le lecteur est au courant grâce à Belle. Cette dualité est la base même du roman et on se rend compte rapidement que si les choses avaient été dites plus tôt et plus clairement, certains drames auraient pu être évités. Car oui, toute l’histoire est ponctuée de drames et le lecteur ne sera pas épargné. Plusieurs fois je me suis persuadée qu’il était impossible qu’il arrive du mal à tel ou tel personnage et pourtant…

J’ai été extrêmement touchée par le récit, par les très nombreux personnages mais évidemment plus particulièrement par Belle et Lavinia. La solidarité à toute épreuve qui existe entre eux est d’autant plus louable qu’on comprend très vite que si les blancs reprochent quelque chose à l’un d’entre eux alors c’est tout le groupe qui est menacé. Lavinia va heureusement aussi croiser des hommes blancs et des femmes blanches qui montreront plus d’humanité et qui contribueront à tracer le destin de la petite fille.

Cette lecture aura donc été très prenante et bouleversante. J’ai mis du temps à lire ce livre, on a beaucoup de descriptions de la vie des esclaves et certains passages de quelques lignes renferment parfois des éléments très importants donc impossible de lire rapidement, il faut vraiment prendre le temps de s’imprégner de l’histoire. Mais quand on y parvient c’est un pur plaisir de lire les mots de Kathleen Grissom.

Ce roman aura été pour moi un réel coup de cœur et je le conseille mille fois à celles (ou ceux) qui voudraient se plonger dans la période de la traite des esclaves et cherchent un livre fort en émotion.

Inoubliable

Coup de Coeur

Acheter ce livre sur Amazon

 
A propos Songe d'une nuit d'été 769 Articles
Songe d'une nuit d'été est un webzine culturel au féminin consacré à la littérature sous toutes ses formes entre autre chose, mais aussi aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

8 Commentaires

2 Rétroliens / Pings

  1. Les lectures de Janvier 2015 | A Trip to Bookland
  2. Songe d'une Nuit d'été - Le Webzine Au Féminin Les larmes de la liberté de Kathleen Grissom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*