L’Armée furieuse, Fred Vargas

L’armée furieuse, Fred Vargas

L’Armée Furieuse de Fred Vargas

Broché: 439 pages

Editeur : J’ai lu (5 juin 2013)

Collection : J’ai lu

Langue : Français

ISBN-10: 2290041009

ISBN-13: 978-2290041000

Non disponible sur liseuse

Résumé : Avec sa petite blouse à fleurs et son air timide, Valentine Vendermot et son histoire de fantômes ne sont pas de taille à mobiliser une brigade parisienne. Pourtant le commissaire Adamsberg a très envie de s’intéresser à cette chevauchée nocturne dans le bocage normand. Il délègue l’enquête en cours et se rend sur les lieux: Ordebec, son église, son bistrot, son chemin de Bonneval, ses crimes atroces….

Mon avis :

 L’armée furieuse ?  « – C’est une association ? Quelque chose autour de la chasse ? »

A peine sorti d’une enquête sur le meurtre d’une accro au ménage étouffée par son mari à la mie de pain, le commissaire Adamsberg voit débarquer dans ses bureaux une petite vieille normande venue jusqu’à la capitale pour demander son aide. Pourquoi venir d’aussi loin, me direz-vous ? Tout simplement parce que l’histoire de Valentine Vendermot est loin d’être ordinaire et qu’accessoirement elle déteste le capitaine de gendarmerie de son village. La famille Vendermot, elle-aussi, n’est pas banale. En effet, Lina, la fille de Madame Vendermot, prétend avoir vu une nuit, sur un chemin forestier, La Mesnie Hellequin, cette armée  dont personne ne croit en l’existence mais dont on hésite, malgré tout, à prononcer le nom.  D’autant que l’apparition de cette armée légendaire est signe de mauvais présage puisque quiconque apparaît chevauchant à ses côtés est condamné à mourir dans les trois semaines.

L’armée furieuse annonce la mort d’individus qui ont tous quelque chose à se reprocher. Alors quand un certain Herbier, un chasseur détesté par tout le village, apparaît dans la vision de Lina aux côtés de l’armée et disparaît quelques jours plus tard, le doute s’installe et certains se mettent à trembler. Les autres visages apparus à Lina vont-ils mourir également ? Qui est donc le quatrième homme dont elle n’a pas distingué les traits ?  La légende était-elle réelle ou cache-t-elle  les exactions d’un tueur ingénieux ?

« Il y a beaucoup de détails dans le monde, vous avez remarqué ça? Et comme chaque détail ne se reproduit jamais sous la même forme et met en branle d’autres détails, ça va loin et ça va loin « 

Quel plaisir de retrouver le nonchalant, rêveur et pourtant terriblement efficace commissaire Jean Baptiste Adamsberg ! A peine revenu d’une enquête au fin fond de la Serbie dans Un lieu incertain, où il s’est vu confronté au mythe du vampire que le personnage fétiche de Fred Vargas est de retour avec cette légende du XIème siècle.

Mais ne vous méprenez pas, Fred Vargas n’écrit pas de romans fantastiques, bien au contraire,  mais des « rompol » comme elle les appelle; des romans policiers qui dépoussièrent le genre aussi sûrement que l’auteure exhume du fin fond du Moyen-âge la légende de la Mesnie Hellequin dite L’Armée furieuse.  Pas de fantastique dans ses romans mais un côté merveilleux et décalé qui est toujours un vrai régal. Comme souvent dans les romans de cette zooarchéologue de formation, la petite histoire côtoie et se mêle à la grande ou plutôt à ces croyances collectives qui sont une source inépuisable d’inspiration.

Ce douzième roman (le neuvième mettant en scène le personnage du Commissaire Adamsberg) ne fait pas exception à la règle. Fidèle à un schéma bien rodé et terriblement efficace. Fred Vargas promène son lecteur d’intrigue en intrigue, de détail en détail jusqu’à ce qu’une question se pose : Quel est le rapport entre les meurtres de cette petite ville normande, celui d’un industriel carbonisé dans sa voiture à Paris et cette curieuse histoire de piégeur de pigeons ? Mais  peut-être n’y a-t-il aucun lien. Allez savoir…

Si vous ne connaissez pas encore les romans de Fred Vargas et que vous êtes des puristes du roman policier, vous serez sans doute déconcertés par ses intrigues pleines de fantaisie, ses dialogues parfois farfelus et la galerie pittoresque de ses personnages. Mais c’est ce qui fait, selon moi,  tout le charme de cette auteure.

Tout y est question de subtilité, de détails et surtout d’anti-confomisme dont le principal emblème est le commissaire Adamsberg et sa brigade. Entre un hypersomniaque, une « déesse » imposante, un puits de sciences alcoolique, un versificateur, un zoologue spécialiste des poissons d’eau douce et j’en passe, Jean Baptiste Adamsberg  est le chef de file de tout ce petit monde dont les méthodes de travail sont aussi variées que leurs personnalités.

« En soi, perdre du temps ne gênait pas Adamsberg. Insensible à la brûlure de l’impatience, il n’était pas prompt à suivre le rythme souvent convulsif de ses adjoints, pas plus que ses adjoints ne savaient accompagner son lent tangage. Adamsberg n’en faisait pas une méthode, encore moins une théorie, mais il lui semblait que, concernant le temps, c’était dans les interstices presque immobiles d’une enquête que se logeaient parfois les perles les plus rares. Comme les petits coquillages se glissent dans les fissures des rochers, loin de la houle de la haute mer. En tout cas, c’était là que lui les trouvait. »

Des personnalités décalées, on en trouve dans chaque roman de Fred Vargas. La fratrie Vendermot avec Lina la visionnaire, Hippolyte l’aîné qui possède la faculté de parler à l’envers et  Antonin, le garçon « d’argile », rentrera sûrement dans la galerie déjà bien fournie des personnages atypiques de l’auteure.

Mais loin d’être un roman léger, L’Armée Furieuse est une enquête policière rondement menée et palpitante. On attend avec impatience le moment où le voile va se lever sur les différentes intrigues. J’ai refermé le livre avec une seule interrogation…. Il est pour quand le prochain?

Vous l’aurez compris, je ne peux que vous recommander la lecture de ce roman que vous pourrez savourer sans réserve même si vous ne connaissez pas les précédents opus.

Excellent : très belle histoire !

Cette histoire vous intéresse ? Vous pouvez l’acheter ICI 

2 Commentaires

    • Les premiers avec Adamsberg ne sont pas forcément les meilleurs. Mais l’avantage c’est que tu peux les lire dans le désordre ce n’est pas gênant. Je te recommande Pars vite et reviens tard ou Debout les morts ( sans Adamsberg)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.