Les Chicago Stars Tome 7 : Tout Feu, Tout Flamme de Susan Elizabeth Phillips

Les Chicago Stars - Tome 7 Tout feu tout flamme de Susan Elizabeth Phillips

Cela fait un paquet de temps que traine dans ma PAL quelques tomes de la série des Chicago Stars. Après mes récentes lectures Jeunes adultes et autres, j’avais envie de reprendre cette série qui m’appelait à corps et à cris. Ayant choisi au hasard, il se trouve que j’ai pris le dernier tome sorti. Bon, pas grave, ça ne me gâchera aucunement les autres( il me reste les 5 et 6 à lire pour être à jour).

Les Chicago Stars Tome 7 : Tout Feu, Tout Flamme de Susan Elizabeth Phillips

Les Chicago Stars - Tome 7 Tout feu tout flamme de Susan Elizabeth Phillips

Poche: 416 pages
Editeur : J’AI LU -(3 octobre 2012)
Collection : J’ai lu promesses
Langue : Français
ISBN-10: 2290058033

Son résumé :

Une récente blessure oblige le riche et célèbre Dean Robillard à mettre sa carrière de quarterback entre parenthèses.

Alors qu’il se rend dans sa propriété du Tennessee au volant de son Aston Martin, déboule dans sa vie une drôle de fille déguisée en castor. Blue a dix-huit dollars en poche, aucune perspective d’avenir et un passé plus que chaotique.

Ils n’ont rien en commun à part une enfance douloureuse. Ils se battent comme chien et chat à la moindre occasion. Et surtout, ils n’auront que l’autre à qui se raccrocher quand les embrouilles commenceront…

Mon Avis :

Cette fois ci Susan Elisabeth Phillips pointe son extraordinaire plume sur Dean Robillard, le quarterback de l’équipe des Chicago Stars. Comme certains de ses confrères des tomes précédents, ayant été blessé, il décide de prendre du temps pour lui et de voir comment se porte la villa qu’il réaménage dans un bled paumé loin de la grande ville.

Sur le chemin, il va rencontrer une véritable tornade en la personne de Blue Bailey. J’avoue que j’étais bien curieuse de voir comment ce couple aussi improbable qu’incongrue allait pouvoir se supporter l’un et l’autre.

Dean est riche, il est beau, a les femmes qu’il veut. Quand il ne joue pas au foot, il est mannequin et ne s’habille qu’avec des vêtements de marque. Même sa voiture est une voiture de marque. Blue ne fait absolument pas partie de son monde. Elle est aussi pauvre que Job, n’a pas d’attache, pas de boulot et se complet dans son Tshirt extra large datant de l’an des calendes Grecques et son vieux pantalon de yoga qui de noir est passé à gris avec le temps.

Comme vous pouvez le constater, ils n’évoluent absolument pas dans le même monde et pourtant…

C’est en la voyant courir comme une folle dans la rue en tenue de Castor, que Dean aura l’envie furieuse de l’aborder, allez savoir pourquoi et depuis… il ne l’a plus jamais quitté… ou presque… De fil en aiguille et en passant du temps ensemble, ils finiront par s’apprécier l’un et l’autre mais leur différence pourra t-elle faire leur force ou bien les séparera t-elle à un moment donné ?

Chacun, bien sur, cache des squelettes dans le placard et des blessures que le temps n’a pas vraiment su réparer ni effacer… et puis il y a la famille de Dean qui est aussi un drôle de morceau à gérer.

J’avoue que j’ai toujours aimé le style et les idées de Susan Elisabeth Phillips. Ses histoires sont en générale, belles, alambiquées et pleine de promesses.

Ce tome avait tout pour être génial. La différence évidente entre les protagonistes était-elle que je me demandais bien comment l’auteure allait pouvoir les gérer et les réunir. Autant vous le dire, il y a des passages qui m’ont serrés le cœur. Blue sous des dehors de Punky Brewster (pour celles qui connaissent) est attachante et fera beaucoup d’effort pour devenir aussi indispensable que possible auprès de Dean. Elle souffre d’un grand complexe affectif et s’est forgée une carapace de dur à cuire pour ne plus s’attacher à personne. Trop déçue dans son enfance par ceux en qui elle avait une absolue confiance.

Dean quant à lui, aurait vraiment pu me faire craquer s’il n’avait pas eu des attitudes et des agissements envers Blue qui m’a juste sidérée mais dans un sens ça collait aussi parfaitement avec sa personnalité(et puis lui n’ont plus n’a pas eu, une enfance évidente). A la place de Blue je l’aurai jeté comme une vieille chaussette dégueu. Mais Blue l’aime et elle veut croire en lui. Sur le coup, je l’ai encore plus admirée mais c’est ce qui m’a aussi dérangée, c’est la fin. Elle vous laisse un gout amère, les propos et les actes de Dean ne montrent pas qu’il l’aime vraiment et j’ai trouvé que le dénouement arrivait un peu comme un cheveux sur la soupe. C’est trop beau pour y croire… comme si il manquait un pan important.  Et puis j’ai aussi eu l’impression que c’était Blue qui faisait tout les efforts pour lui prouver à lui qu’elle était digne de son amour et de sa confiance. Leur deal avant l’épilogue m’a juste laissé perplexe.

Sincèrement, je ne remets pas en cause la plume de l’auteure qui comme d’habitude est géniale. Elle sait nous faire, rêver, rire et pleurer mais cette fois ci, c’est la fin et les attitudes de Dean qui ne m’ont pas plus. Ce n’était pas juste à Blue de devoir prouver des choses et même s’il le reconnaît aussi à la toute toute fin, j’ai trouvé que ça ne sonnait pas juste.

Voilà donc un roman qui m’a laissé un goût d’amertume et d’inachevé même si je l’avoue, je l’ai lu avec un très grand plaisir.

Se Lit bien

Ce livre vous intéresse ? Vous pouvez l’acheter ICI

A propos Artemissia (Julie F) 4184 Articles
Créatrice et responsable du webzine "Songe d'une nuit d'été". Un site culturel 100% féminin. Il est consacré à la littérature (romance, jeunesse, bit-lit, thriller, MxM entre autre chose), mais aussi aux mangas, à la BD, aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.