Tess de Thomas Hardy

Tess de Thomas HardyBroché: 448 pages
Editeur : Hachette Black Moon (13 février 2013)
Collection : Black Moon
Langue : Français
ISBN-10: 2012029973
ISBN-13: 978-2012029972
Prix : 18€

Résumé : La jolie Tess est d’une fraîcheur à faire chavirer tous les cœurs. Surtout celui de son prétendu cousin, Alec. Mais l’odieux personnage n’est qu’un imposteur…et un profiteur ! Lorsqu’il séduit la jeune fille puis la déshonore, la belle se promet une chose : ne jamais se marier. Jamais ! Jusqu’à ce qu’elle rencontre Angel. Éduqué, riche, généreux…Tess succombe, résiste, doute. Sera-t-elle à jamais poursuivie par son inavouable passé ? Ou se pourrait-il qu’Angel la sauve de sa destinée ?

Mon avis

Un classique de la littérature anglaise que je ne connaissais pas. Je sais, honte sur moi. Que le foudre s’abatte sur moi. On fait tous des erreurs, je sais, et c’était lamentable de ma part mais maintenant, ça y est, j’ai rectifié le tir. Il a fallu que Black Moon sorte une réédition de livre pour que je lise et j’en suis ravie. En effet, même si ce livre n’est pas un coup de cœur, il n’en reste pas moins « délicieux » (enfin, tout est relatif, car pour ceux qui ont lu le livre, je ne pense pas que l’histoire de l’héroïne soit délicieuse, à n’importe quel moment du roman).

Une jeune fille de sang noble

Tess est belle, jeune, fraîche. Elle ne porte pas encore sous ses épaules tout le poids de sa vie. Sa famille est pauvre et n’est vraiment pas un modèle : son père noie son désespoir dans l’alcool, sa mère n’est pas capable de faire une lessive entière et ses frères et sœurs, tous plus jeunes qu’elle, compte sur la jeune fille pour les aider à avancer dans la vie. Mais lorsque que M. Durbeyfield, le père de Tess, apprend qu’il a du sang noble dans les veines et que son nom n’est qu’une distorsion du titre D’Urberville, il reprend espoir. C’est alors que la vie de Tess, naïve mais pourtant forte et sûre d’elle, bascule : elle va vivre l’enfer. Jusqu’à reprendre espoir, l’espoir d’une vie meilleure qui se terminera de façon tragique. L’amour pousse au crime

 Deux prétendants, un seul coeur

Tess ira à la rencontre des parentés à D’Urberville, sous l’impulsion de sa mère qui cherchera à la marier à un lointain cousin. Elle rencontrera la mère et le fils Alec Stoke D’Urberville, qui n’ont que D’Urberville le titre. Ce dernier lui propose de travailler dans le domaine. Mais sous cette attention particulière, il cache des intentions malsaines. Il fait la cour à la jeune femme, celle-ci est gênée et lui résiste. Mais par une nuit bien triste, Alec abuse de la jeune femme. Et commence alors, une période bien difficile pour la jeune femme qui tombe enceinte. Elle se renferme sur elle-même et est considérée comme une pestiférée dans le village où elle est retournée vivre, chez ses parents.

Elle décide de prendre sa vie en main, de quitter ce village où les yeux qui se posent sur elles, malgré les bonnes âmes, ne sont que reproches et regrets. Tess part travailler dans une laiterie, à quelques miles de son village natal. Là bas, elle fera la connaissance d’Angel. Elle en tombe éperdument amoureuse, tout comme lui. Pourtant, ce n’est pas les rivales qui manquent. Mais a-t-elle le droit d’aimer alors qu’elle a été salie par cet Alec ? Angel peut-il aimer Tess, envers et malgré tout ? C’est là que repose l’intrigue de toute l’histoire. Mais je ne vous en dis pas plus, je n’ai pas envie de vous révéler les petits secrets de ce bijou.

Ce que je peux vous dire c’est que l’on va de bouleversement en stupéfaction, de moments de bonheur intense à des presque-rencontres avec la mort. Tout ça par la faute d’un seul homme, Alec, tout ça parce qu’il a besoin des jeunes femmes pour se sentir en vie. Alors que ce dernier se tournera vers la religion, cette dernière s’en éloignera, pour le meilleur et pour le pire.

Un univers bien réel

Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé là une histoire très juste, notamment sur la condition de la femme dans les années 1800, sur les mœurs sexuelles de l’époque et surtout sur la modernisation à travers l’allégorie du Diable. En somme, il s’agit d’un roman superbement bien écrit, attention tout de même dans un style de l’époque. Et je dois dire que certaines fois, les tournures empruntées sont un peu lourdes. En tout cas, j’ai plongé avec envie dans ce monde d’honneur, de tristesse, de malheur, et aussi d’espoir, même si ce dernier finit par nous abandonner au fur et à mesure des pages. En tout cas, je regrette de ne pas avoir lu ce petit bijou avant ça.

Les descriptions interminables qui ne menaient, au final, à rien m’ont également gâché le plaisir de la lecture. Par contre, le fait de découper le livre en 7 parties, portant chacun un titre sur l’évolution de Tess dans sa vie de jeune femme, est une excellente idée et tellement judicieuse pour la lecture. Ils nous éclairent dans la lecture et nous permettent de suivre avec passion l’évolution de Tess. Et par contre, j’ai trouvé, par moment, quelques, comment vous dire, invraisemblances qui ne gêneront peut-être que moi ! ^^) notamment lorsque Alec devient un homme d’église (cela m’a valu un énorme fou-rire d’ailleurs, nerveux sûrement car l’histoire n’a absolument rien de drôle). La fin m’a surprise, à tout point et j’en suis encore toute retournée. Mais croyez-moi, ça vaut le coup !

A toutes les personnes qui adorent les années 1800, qui veulent comprendre et s’interroger sur les mœurs à cette époque, qui veulent connaître les codes qui étaient appliqués, qui veulent vivre une histoire d’amour palpitante, n’hésitez pas à vous plonger dans ce classique de Thomas Hardy.

Se Lit Très bien

Ce livre vous intéresse ? Vous pouvez l’acheter ICI

 
A propos RockAndStone 516 Articles

Charlie – Rockandstone, passionnée de musique et amoureuse des livres.
#TeamRonWeasley

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*