Love in the Darkness – Chapitre 34 : Laisses-moi te protéger

Caroline
[Point de vue Caroline]

Je sentis mes yeux se remplir de larmes lorsque Klaus lui annonça qu’il partait. Il avait déjà pris sa décision et n’avait apparemment plus qu’à prévenir Rebekah. Klaus me fixait mais je n’arrivais pas à lire quoique ce soit dans son regard. Pourquoi partait-il d’un seul coup comme ça ? Je sentais bizarrement que j’avais une certaine responsabilité dans son départ.

« C’est à cause de moi c’est ça ? » demandais-je en retenant mes larmes

 » Ce qu’il s’est passé, ça se reproduira si je reste ici, ils s’en prendront à toi. »

 » Qu’ils le fassent ! Je n’aurais plus rien à perdre ! » m’énervais-je

 » Je t’interdis de dire une chose pareil Caroline ! Tu m’entends ? Tu as tellement de chose à vivre »

 » Pas sans toi. »

 » Caroline… Il y a à peine deux mois tu faisais tout ton possible pour aider tes amis à me mettre dans une tombe »

J’étais choquée et blessée par ses paroles. Mon ventre se tordait dans tous les sens et j’avais du mal à respirer, la peur de le perdre m’envahissant de plus en plus.

 » Tu remets mes sentiments en doute ? C’est ça ? A ce moment-là j’ai beaucoup à dire figures-toi. » crachais-je

 » Ce n’est pas ça… »

 » Je t’aime Klaus ! Alors tu vas rester avec moi ici ! » exigeais-je terrifiée à l’idée de le perdre

 » Je suis désolée mon cœur mais… »

Je me jetais dans ses bras.

 » Ne pars pas «  le suppliais-je en hoquetant.

« Ma douce Caroline… »

Il referma ses bras autour de moi. J’inspirais à fond afin de savourer son odeur, sa chaleur et sa présence contre moi. Rien qu’à penser une seule seconde que je pourrais perdre ne serait-ce qu’une de ces choses m’arrachait le cœur.
Il était vrai que j’avais longtemps et activement participé à programmer la destruction de Klaus, mais c’était avant de réellement le connaître.

« Je n’y arriverais pas » sanglotais-je « J’ai besoin d’être avec toi. Ça peut te parait insensé, mais c’est le cas. »

« Tu as oublié qui je suis ? » Lâcha-t-il

« Je sais qui tu es, ou du moins je pensais la savoir… » Hésitais-je

« Prends n’importe quelle créature surnaturelle sur cette planète et dis leur mon nom, ils auront tous les mêmes mots et réactions. »

« Pourquoi ? Parce que tu es un Originel ? Parce qu’à première vue tu es la créature la plus puissante et qu’ils ont tous peur de toi ? »

« Ils ont raison. »

« Si tu comptes me faire le numéros du grand méchant loup, je t’arrêtes tout de suite, ça ne prend pas avec moi. » exclamais-je « Je sais combien tu peux être mauvais et dangereux, cela dit que je connait d’autres partie de toi »

« Ce n’est pas le sujet. Si je pars c’est pour que tu continues ta vie et que je reprenne la mienne ailleurs, là où il ne pourra rien t’arriver. »

Il avait dit cela sur un ton catégorique et dur. Je fis mon possible pour chercher des arguments mais mes mots restaient bloqués dans ma gorge sous l’angoisse qui montait en moi.

« Ne pars pas » me désespérais-je

Il me serra contre lui et m’embrassa les cheveux. J’enfouis mon visage dans son cou laissant aller mes larmes. Pendant cet instant de calme et de proximité, je me sentais flotter comme dans une bulle de douceur et me protègeait. Cependant, Klaus ne tarda pas à m’écarter doucement de lui et j’eus l’impression qu’on m’ouvrait le cœur à vif. La douleur que je ressentais à cause de ce vide me fit exploser en larmes et de colère.

« Tu ne ressens rien c’est ça ? Depuis le départ je fais mon possible pour rejeter cette option, mais cela me paraît de plus en plus évident, sinon pourquoi partirais-tu sans moi ? » déballais-je

« Tu n’y es pas du tout Caroline… »

« Pourtant tout laisse penser que… »

Il interrompit ma phrase en posant subitement et brusquement ses lèvres contre les miennes. Je profitais au maximum de cette sensation de désir életrique qui me parcourait le corps. Il s’écarta de moi et pris mon visage entre ses mains.

« Crois-moi, tu te trompes. »

« Alors pourquoi partir sans moi ? » Demandais-je, perdue

« Je te l’ai dit, je veux te protéger. Quand je t’ai vu avec cette flèche près du cœur et que ta peau se violaçait lentement, quand j’ai bien cru que ta vie s’échevait… Ca ne se reproduira pas ! »

« Tu me protégeras peut-être de tes ennemis en me laissant ici, mais tu me pourrais rien contre le mal que ton absence me fera » voulus-je le défier, à tort cependant

« Je peux remédier à cela aussi » souffla-t-il

Je fis un pas en arrière, terrifiée. Voulait-il faire ce que je pensais  ? Voulait-il effacer ma mémoire et mes sentiments ?

« NON ! » criais-je

Aussitôt il m’attira contre lui de nouveau et caressa mes cheveux, s’excusant pour ces paroles.

« Je n’aurais pas dû, excuses moi Trésor. »

« Jamais, tu m’entends ?! Donnes-moi ta parole que jamais tu ne… »

« Je te donne ma parole. »

Je fus rassurée en partie, mais je constatais que la souffrance qui éclatait dans mon cœur était encore bien présente. Les larmes me remontèrent aux yeux et je su qu’à la seconde où il me quitterait, je m’effondrerais.

[Point de vue Klaus]

Je pensais que j’allais pouvoir comme toujours gérer la situation, que cette discussion serait rapide et simple afin qu’elle n’est pas le temps d’avoir mal. Cependant, elle était perspicace et ses larmes étaient insupportables. Je voulais l’empêcher de pleurer, lui dire que je faisais ça car la simple idée de la perdre me détruisait. Je vous tout lui avouer, seulement je n’aurais plus la force de partir ensuite.

Je ne pus m’empêcher de refermer mes bras autour de Caroline et la serra si fort qu’une humaine en aurait été brisée.

«  Ne me laisse pas, je t’en prie… » Pleura-t-elle « Je ne peux pas l’expliquer, je ne comprends plus rien, mais je sais que c’est trop tard, je ne peux plus m’éloigner de toi Klaus ! »

Ses sanglots étaient rauques, ses larmes coulaient dans mon cou. Je dû lutter de toute mes forces et se mordre la langue jusqu’au sang pour ne pas lui dire que moi aussi, je ressentais cela pour la toute première fois en mille ans d’existence, qu’elle avait bouleversée ma vie, la rassurer, lui dire que jamais il ne la quitterait.

« S’il-te-plait… » souffla-t-elle

[Point de vue Caroline]

J’avais mal, tellement mal… J’avais l’impression de me noyer dans mes larmes et ma respiration était douloureuse. Mon cœur semblait sur le point d’exploser et de littéralement se déchirer. Je ne savais pas comment j’en étais arrivé là, comment j’avais pu tomber amoureuse de mon pire ennemi, comment se pouvait-il que ce soit cet homme-là qui était une partie de mon cœur… Car c’était le cas, aussi fou que cela puisse paraître  J’avais l’impression que j’étais destinée à le rencontrer, qu’il était ma destinée. Cet originel qui terrifiait chaque créature sur Terre et dont tout le monde voulait se débarrasser, cet être aussi sombre et mauvais que tendre et délicat, il était l’autre moitié de mon âme. Mon cœur se déchirait pour cette unique raison, une partie se déchirait de moi pour partir avec lui car elle lui appartenait. Mais si une partie de mon cœur lui appartenait, s’il était pour moi mon complément, en était-il de même pour lui ? Je voulu lui expliquer cela et lui demander pour lui, mais je n’y arrivais pas. Je ne parvenais pas à mettre des mots sur ce que je ressentais car c’était trop puissant et trop douloureux à dire.

Klaus détacha mes bras de lui. Je luttais d’abord, mais il m’obligea doucement à le lâcher.

« Caroline… »

« Non ! »

« Je vais partir… »

« Non ! »

« …M’éloigner quelques temps. Il le faut, le temps que je règle tout. »

« Tais-toi » exigeais-je en pleurant plus fort, tordue de douleur

[Point de vue Klaus]

J’étais simplement perdue et choqué. Jamais, je n’aurais imaginé voir Caroline dans un tel état et encore moins pour moi. La voir pleurer et s’accrocher de toutes ses forces à mon cou, c’était… complément dingue, impossible. Honnêtement je ne me voyais absolument pas partir loin d’elle. Je me surpris à penser à rester puis me repris, non, je devais partir pour la protéger le temps de m’assurer que revenir près d’elle n’assurerait pas sa mort.

« Je ne supporterais pas de te perdre Caroline » lui avouais-je

« Alors reste ! » dit-il les yeux brillants, comme si elle était touchée par mes paroles

« Je reviendrais »

« Quand ? »

« Je ne sais pas… » Lui avouais-je « J’ai pas mal d’ennemis à détruire, peut-être cinquante ou cent ans »

Elle eut soudain du mal à respirer et je pris conscience de mes paroles. Rien qu’une journée loin d’elle serait un supplice alors un siècle… Des sensations douloureux traversèrent mon cœur, le en déchirant une partie au passage. Les larmes de Caroline devenaient une torture et il était temps d’y mettre fin.

«Tu ne reviendras pas… »

« Bien sûr que si, quand je serais certain que t’approcher ne signera pas ton arrêt de mort. »

Elle me regardait à travers ses long cils mouillés sans vraiment me croire.

« Je ne suis pas doué pour ça Trésor, je ne peux pas te dire les mots qui… Je tiens à toi Caroline. Je pars pour toi et je reviendrais pour toi… »

Caroline détourna les yeux. Je pris son visage dans mes mains pour l’obliger à me regarder. Sa souffrance ne faisait qu’amplifier la mienne et cela devait impératif que je parte. Cependant une partie de moi avait peur qu’elle doute de mon retour et qu’elle passe à autre chose ou pire rencontre quelqu’un qui… Rien que cette pensée me mis dans une colère noire.

« Regarde-moi, amour ! »

Elle croisa mon regard et mon cœur s’accéléra devant sa beauté. Elle était vraiment la plus belle créature qu’il m’était donné de connaitre. Je compris à ce moment que je l’aimais bien plus que je ne le pensais et que c’était simplement irrémédiable.
Caroline me fixait avec un désespoir et un amour qui me sembla infini qui me donna la force incroyable de débloquer ces mots qui pesaient dans mon cœur.

« Je t’aime » lui avouais-je d’une voix intense « Et c’est pour ça que je dois partir. »

« Tu m’aimes ? » souffla-t-elle en écarquillant les yeux

« Je reviendrais mon cœur, je veux juste que tu me laisses le temps d’être sûre que je peux rester près de toi sans que tu ne sois en danger » dis-je en caressant son visage « Tu peux faire ça pour moi ? »

Elle hocha la tête et ferma les paupières, les larmes perlant au coin de ses yeux. Lorsqu’elle les rouvrit, elle était calmée. Elle effleura ma joue du bout des doigts et je me laissais griser par la douceur de sa peau.

« Je t’attendrais » murmura-t-elle

«  Tu es sûre ? Je suis conscient que tu peux avoir envie de refaire ta vie et… »

« Je t’attendrais Klaus » répéta-t-elle

Sans cherchais plus loin, je posais mes lèvres sur les siennes et l’embrassa avec passion, mettant toute ma rage et tout mon désir pour elle dans ce baiser. Ma belle Caroline noua à nouveau ses bras autour de ma nuque et écrasait ses lèvres contre les miennes.

C’était un mélange envoûtant de passion électrique dès l’instant où nos lèvres se touchèrent, mais aussi d’une tendresse infini exprimant notre amour et notre souffrance. Je respirais le doux parfum des cheveux dorée de Caroline et la pressa plus fort contre moi.

J’eus l’impression de mourir lorsque je me forçais à la décrocher de moi. Après un ultime baiser aussi douloureux qu’intense, je m’éclipsais en coup de vent. Laissant tout ce qu’il pouvait y avoir de bon et de censé avec elle, ne me laissant que du vide et de la souffrance.

Petit mot de moi : Franchement, je ne sais pas ce qu’il m’a pris d’écrire ça ! Ca m’a remuée des pieds à la tête mais je devais l’écrire, je ne sais pas pourquoi. Les chapitres se créent dans ma tête et je les écris pour les sortir. Aujourd’hui, pour Klaus et Caroline, ça se passe ainsi ! Pourtant Dieu sait combien je les aime ^^’
J’espère que ça vous a plu ! ♥

Disclaimer : Rien ne m’appartient, je m’amuse juste avec les personnages déjà existants des livres de LJ Smith et de la série de Julie Plec.

9 Commentaires

  1. wahou , cet enchainement de point de vue était intense … mais tu viens de séparer mon couple mythique ! =O le pire… c’est que ça à du sens et que c’est encore plus fort!
    tu es vraiment douée, et je me surprends à regarder X fois le site le mercredi et samedi en attendant le chapitre du jour !
    bon maintenant j’ai hâte qu’ils se retrouvent …
    ^^

    • Merci beaucoup Liz, ton commentaire me fait trop plaisir ! Et oui, j’ai été assez folle pour les séparer ^^’
      Mais les choses n’ont pas fini d’évoluer 😉

  2. Oulala j’espère qu’ils ne resteront pas éloignes 100 ans l’un de l’autre…c’est une éternité dans notre monde. Lol. Super chapitre. Hâte de lire leur retrouvailles

  3. Haaaa magnifique et si douloureux à la lire à la fois.
    Intense! Frustrant! J’ai bien cru que mon coeur allait exploser.
    C’est beau mais si triste. Klaus qui quitte Caroline… le cauchemar.
    Pourtant on en comprend la raison mais c’est dur quand même.
    Vivement la suite.

  4. Ce chapitre est en même temps merveilleux et triste.
    Mais j’espère quand même que Klaus va revenir dans pas longtemps! 🙂
    Merci pour ce magnifique et long chapitre! ^^
    C’est toujours un plaisir de te lire 😀
    Vivement la suite!!

Les commentaires sont fermés.