Les Chroniques de Nick de Sherrilyn Kenyon : Le commencement (Traduction)

 

Je vous propose, à l’occasion, de découvrir un extrait du « Commencement » des « Chroniques de Nick » qui est aussi sur le site de Sherrilyn Kenyon.
 
Ça vous donnera un aperçu de ce que sera la série( par contre il s’agit de ma traduction personnelle qui est assez « bancale » mais  nous ferons avec :p ).
 
J’ai véritablement hâte de l’avoir dans notre si belle langue de Molière !
 

Les Chroniques de Nick de Sherrilyn Kenyon : Le commencement (Traduction)

 

  ∞  Le monde des chasseurs de la nuit est  comme vous  ne l’avez jamais vue auparavant. Il est sombre, grave et  dangereux …
 
Il y a aussi beaucoup de rire et de plaisir.
 
Mon nom est Nick Gautier et ceci est l’histoire de ma vie.
 
Dans un premier temps, sachez prononcer mon nom. C’est Go-shay pas Go-tee-ay ou Goat-chay( Le H était en option et comme le dit ma mère, on est bien trop pauvre pour avoir une lettre en extra). Je ne suis pas non plus un de ces fantaisistes créateurs de mode français. Je suis juste un simple gosse…aussi normal que quelqu’un qui aurait pour mère une strip-teaseuse et un père qui a fait carrière dans la criminalité.
 
Mais comme ma mère dit si souvent:  » les amis sont ceux que Dieu nous donne pour compenser les familles dans lesquelles nous sommes nés ». Et ma mère, en dépit de sa profession est une dame et je me battrai contre quiconque affirmera le contraire. Considérez ça comme un avertissement. Vous respecterez Cherise Gautier ou vous aurez à faire à moi.
 
Mon royaume est le quartier français et je règne là bas en tant que prince. Tout le monde me connait comme je connais tout le monde. Des Galeristes aux artistes, restaurateurs, Prêtresses Vaudou, en passant par les médiums qui sont partout. Tous sont comptés parmi mes amis.
Maintenant, je ne m’en sors pas trop mal pour un gamin dont l’éducation a été faite dans la rue. J’ai balayé le planché du magasin de confection de poupées, en plus de quelques autres jobs plus ou moins inavouable. Ma mère me tuerait si elle le savait. Je travaille aussi  en tant que guide touristique  pour l’opérateur« Les Morts-vivants de la Nouvelle Orléans ». Tous les touristes qui viennent visiter le quartier français, en prennent un pour faire le circuit. Puis vous savez…  sur ce point, de sinistres évènements ont souvent lieu . Eh zut,  moi qui fais ça la plupart des nuits juste pour éviter de m’ennuyer.

∞ Vous voulez lire la suite ? Cliquez sur ceci =>

 

Je veux dire, vraiment, les démons ? Les loups garous ? Des Dieux et Déesses dans les rues ( autres que ces portraits que l’on retrouve pour les Mardi Gras ) Des vampires ? Qui croirait à toute cette merde ?
Les seuls suceurs de sang que j’ai vu étaient des avocats aux costumes super chers et des putains de gros moustiques ( si vous avez déjà été à la Nouvelle Orléans, alors vous devez connaitre les Bombardiers B-52 dont je parle). D’ailleurs, maintenant que Anne Rice a quitté la ville, elle en a pris beaucoup avec elle. Nous sommes une zone vampirique libre.
 
Et puis un soir, j’ai décidé que même si j’avais déjà fait beaucoup de mauvaises choses dans ma vie, je n’allais pas encore pigeonner de nouveaux  touristes, peu importe combien d’argent ils avaient sur eux que moi je n’avais pas. Ainsi, au lieu de frapper sur des innocents,  les gars que je fréquentais s’en sont pris à moi.
 
Ils m’auraient tué, eux aussi, si un mec mystérieux, une sorte de personnage apparut de nulle part, n’était pas intervenu en les frappant si vite que je n’ai pas pu le voir. Puis le trou noir.
 
La chose suivante qu’il faut savoir sur moi, c’est que depuis, je fais partie d’un monde que je n’aurais jamais imaginé même dans mes rêves les plus fous. Et mes rêves peuvent être très bizarre.
 
Les chasseurs de la nuit les appellent les Daimons mais moi je préfère leur donner le nom « effrayant » comme tous ceux qui sortaient de là. Des démons suceurs d’âmes. Ils sont contrôlés par une déesse qui a été prise au piège dans un univers qu’elle méprise. Maintenant c’est le jeu du chat et de la souris entre Apollimy et le chasseur de la nuit: Acheron.
 
Le gagnant gouvernera le monde.
 
Et moi, je me retrouve au beau milieu de cette guerre.
 
Croyez-moi, être un mort vivant ce n’est pas pour les amateurs et ce n’est pas un passe-temps que de jouer avec le paranormal. Toutes ces choses horribles qui surgissent de la nuit sont réelles et vous ne devriez jamais entrer en contact avec elles lorsqu’elles ont leur véritable forme. Elles existent et sont toutes autour de nous. Depuis le boucher et le boulanger de Saint Anne à la fabrique de poupée ancienne sur Royal street. Le capitaine de mon équipe de football est même un loup garou.
En fait, votre restaurant préféré pourrait très bien être géré par une famille entière de ce genre de créatures.
 
Et qui pourrait croire que la fille pour qui j’ai  le béguin provient d’une longue lignée de gens qui veillent sur les chasseurs de Vampires ?
 
Comment je connais tout ça ?
 
Non, je ne suis pas un de ces morts-vivants ou une autre forme d’être surnaturel qui vivent et travaillent dans le quartier. Je travaille juste pour eux maintenant.
 
Et j’adore chaque minute que j’y passe.

Source VO

 

A propos Artemissia (Julie F) 4107 Articles

Créatrice et responsable du webzine « Songe d’une nuit d’été ». Un site culturel 100% féminin. Il est consacré à la littérature (romance, jeunesse, bit-lit, thriller, MxM entre autre chose), mais aussi aux mangas, à la BD, aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

2 Commentaires

  1. Cet extrait met l’eau à la bouche!!!!! J’ai vraiment hâte de découvrir la suite. Il ne me reste plus qu’à patienter ou à me mettre à l’anglais!!
    Merci pour la traduction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*