Kaleb de Myra Eljundir

 

Voilà un livre que j’avais hâte de lire. Déjà parce que le héros était dépeint comme un anti-héros, un mauvais garçon qui aime faire le mal.Il était, d’ailleurs, présenté, un peu, comme le Dexter en culotte courte. J’avais donc vraiment hâte de commencer à lire ce roman.
 

Kaleb de Myra Eljundir

 

Broché: 456 pages
Editeur : ROBERT LAFFONT (14 juin 2012) – Collection R
Langue : Français
Prix Editeur: 18€
ISBN-13: 978-2221126820

Son résumé :

C’est si bon d’être mauvais…
SAISON 1. À 19 ans, Kaleb se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?

Le premier tome d’une trilogie qui, à l’instar de la série Dexter, offre au lecteur l’un de ses fantasmes : être dans la peau du méchant.

Déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15 ans.

 

Mon avis : Eh bien, j’ai été très très surprise parce n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais.

Kaleb ,est certes un empathe qui n’arrive pas vraiment à dominer sa puissance et qui ne contrôle ni sa propre colère et encore moins celle des autres, mais il n’a rien d’un Dexter. Ce premier opus, nous plonge dans la vie très tourmentée du jeune homme.
 

Quand Tout Bascule

 

Au départ, Kaleb  Helgusson, était un jeune homme populaire à qui tout souriait. Il était aimé des gens et cela lui suffisait. Jusqu’au jour ou une bagarre dans son lycée sert de déclencheur à son don d’empathie qui était lattent. De jour en jour, Kaleb, voit sa vie basculer. Il ne comprend pas ce qui lui arrive et il est totalement dominé par ce sentiment de colère grandissant qui le pousse à faire des choses ignoble. Complètement paumé au départ, il se confiera à son voisin junkie : Robin Moreau. Ce dernier l’aiguillera sur ce qu’il est.

Loin d’être ravi de son état, Kaleb, oscillera entre l’envie de se contrôler et celle de se laisser aller à ce terrible pouvoir. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est qu’il est traqué par Les Sentinelles, une armée secrète au méthode plus que douteuse qui se croit défenseur de l’humanité en éradiquant les EDV.

 

Oubliez tout ce que vous avez cru savoir

 

C’est dans ce mélange de roman à suspens mêlé, d’un peu de fantastique, que le lecteur découvre l’univers noir  glauque, mais cependant fascinant de Kaleb.

Ma surprise passée, j’ai vraiment eu du mal à lâcher le roman, et j’avoue avoir été plusieurs fois surprise par la plume de l’auteur. Certains passages sont juste magnifique. Elle sait très bien retranscrire les relations difficiles entre un père qui tente tant bien que mal d’aider son fils et ce dernier qui bien qu’il l’aime ne peut pas, et ne sait pas lui avouer ce qu’il lui arrive.

 

Quand suspens rime avec Fantastique

 

J’ai eu beaucoup d’empathie pour Kaleb. Il m’a fait de la peine dans son incompréhension de voir sa vie d’avant lui lacher totalement entre les doigts, sans qu’il n’arrive à y faire quoique ce soit. Il est paumé, il aimerait être aidé mais il est seul. Ce don, qui lui vient d’une longue lignée Islandaise appelé « Les enfants du volcan » (EDV),  s’il n’est pas maitrisé, pourrait l’amener à faire le mal, et à se perdre dans les ténèbres jusqu’à ne plus pouvoir y revenir.

Le lecteur sent que Kaleb tente tout ce qu’il peut pour se contrôler. Il cherchera des indices qui pourraient lui permettre de comprendre ce qu’il devient. Myra Eljundir, nous mène, tout comme Kaleb, totalement par le bout du nez, nous faisant croire à des vérités qui se révèleront bien plus complexe et parfois même, erronées.

La fin est des plus palpitantes et surprenante. Mais aussi des plus rageantes ! Ça se termine là où le lecteur aimerait enfin en savoir plus ! Un joli cliffangher qui nous fait espérer un second tome encore plus épique que le premier.

 

Suspens, Sang et Sentiments.

 

J’avoue que ma surprise passée, j’ai vraiment accroché au roman. L’idée de départ avec cette « légende » liée au volcan est intéressante et elle arrive à nous offrir une histoire pleine de rebondissement. Un roman au rythme haletant, trépidant, que nous avons du mal à lâcher tellement il est prenant. Le style de l’auteur est fluide et pleins de promesse.

 

Un très bon roman, que je vous conseille si vous aimez les histoires sanglantes avec beaucoup de suspens et de rebondissement !

 

C’est que ça rebondit beaucoup là dedans :p

 

 
A propos Artemissia (Julie F) 4107 Articles

Créatrice et responsable du webzine « Songe d’une nuit d’été ». Un site culturel 100% féminin. Il est consacré à la littérature (romance, jeunesse, bit-lit, thriller, MxM entre autre chose), mais aussi aux mangas, à la BD, aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

4 Commentaires

  1. Bonjour !!!!!!!!!!!!!!!
    A la fin du résumé on peut lire  » Déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15 ans. » Pourquoi???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*