ASCFLES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESLumen EditionsYOUNG ADULT

The Curse de Marie Rutkoski… Quand Gagner peut-être la pire des Malédictions…

Quand les éditions Lumen nous on parlé de ce titre, je n’ai eu plus qu’une envie : le lire ! Alors ? Mes attentes valaient-elle la peine ?

The Curse de Marie Rutkoski

the-curse-de-marie-rutkoskiNombre de pages : 464 pages
Editeur : Lumen
Date de sortie : 16 février 2017
Langue : Français
ISBN-10 : 2371020885
ISBN-13 : 978-2371020887
Prix éditeur : 15€
Disponible sur Liseuse : NON

De quoi ça parle ?

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

Mon avis

Dès le départ nous sommes pris dans l’histoire et faisons la connaissance de l’héroïne, Kestrel et de son univers ainsi que de ses amis. La jeune fille, malgré les apparences, est pleine de compassion et ne supporte pas l’injustice, même envers le peuple des Herranis qui a été vaincu par le sien. Au fur et à mesure que nous avançons dans le récit, le lecteur découvre un peu plus de ces deux nations qui se sont fait la guerre. Les Valoriens, dont est issue Kesytrel, ont conquis une ville Herrani et fait de ses habitants leurs esclaves. C’est donc dans un contexte assez dur et instable que Kestrel fera le pari le plus fou de sa vie en achetant un esclave alors qu’elle-même répugne à ce genre de pratique. Quelque chose chez Arin, sa force et sa combativité, l’ont touchée. De prime abord, Arin parait froid et dur, pourtant en compagnie de Kestrel il s’adoucira quelque peu.

Une histoire captivante menée avec beaucoup d’intelligence !

L’histoire aurait pu être banale ou déjà vu, mais grâce à la plume de Marie Rutkoski et sa manière d’amener les choses, le lecteur est captivé par ce qu’il lit. Tout est très bien dosé et ici, pas le temps à la mièvrerie. L’auteure n’oublie pas son contexte et nous plonge dans un univers aussi dur qu’il peut paraître exotique. J’avais peur que Kestrel soit trop parfaite, trop forte et intouchable or il n’en ai rien. C’est le genre d’héroïne que j’adore suivre et avec qui j’éprouve énormément d’empathie. Elle doit faire des choix, parfois très compliqués et malgré son jeune âge, elle n’hésite pas à aller jusqu’au bout de ses convictions même si elle doit en pâtir. Chaque jours elle doit rester sur ses gardes, faire attention aux mots qu’elle prononce… J’ai aussi beaucoup apprécié sa relation avec Jess, sa meilleure amie, sa sœur de cœur et le frère de cette dernière Ronan. Là encore, on ne tombe pas dans le cliché, bien au contraire et certains évènements m’ont vraiment serrés le cœur.

The Curse est une histoire éprouvante dans lequel les choix de l’héroïne pourront être déterminants pour sa propre survie. Plus nous avançons dans le récit et plus ce dernier devient haletant et va en crescendo pour finir sur une note incroyable qui laisse le lecteur à bout de souffle et l’envie de connaître la suite.

Une histoire addictive et des personnages enlevés !

Indéniablement, c’est le genre de livre qui peut vous griser. Déjà parce que l’histoire même si elle peut paraitre commune au premier abord, est juste addictive à souhait, qu’elle est loin d’être mièvre et que les sujets traités sont amenés avec une rare intelligence et beaucoup de maturité. L’auteure ne va pas dans la facilité avec un scénario banal et préfère apporter une histoire riche et mouvementée qui ne laissera aucun lecteurs indifférents.

Pour ma part, j’ai juste adoré du début à la fin et j’ai aimé tout autant que j’ai détesté Arin, parce qu’ici, il n’y a pas vraiment d’ennemi à combattre, que l’on se place d’un point de vue comme d’un autre, chacun à ses raisons d’agir comme il le fait… Bref, vous ne l’avez pas encore dans votre PAL ? Vous aimé la fantasy, les histoires de conquête ? Les romances bien dosés un peu(mais juste dans le contexte) à la Roméo et Juliette avec des personnages forts et haut en couleur ? Dépêchez-vous de vous procurer The Curse, vous ne le regretterez pas.

Pour ma part, je trépigne d’impatience de découvrir la suite !

C'était excellent !

Acheter ce livre sur Amazon


— Ça suffit ! grinça-t-il. Arrête cette mascarade, elle n’était même pas de ton sang !

Il lui tenait les avant-bras d’une poigne de fer – elle dut s’escrimer pour se dégager.

— Je l’aimais, pourtant, souffla-t-elle.

Tags
Voir Plus

Artemissia Gold

Administratrice du webzine depuis 10 ans. Songe d’une nuit d’été est un webzine culturel consacré à la littérature (Romans, BDs, Manga, Albums jeunesses etc.) mais aussi au cinéma, aux séries TV, à la musique et tout ce qui touche de près ou de loin au domaine du loisir et de la culture.

14 Commentaires

  1. Je l’ai acheté ce midi (faible, je suis faible haha… et j’ai acheté La faucheuse aussi ahem) et après toutes mes lectures en cours je me rue dessus !

    1. Je sens que c’est le genre de titre qui prend vraiment aux tripes. Déjà quand tu arrives vers la fin du premier tome et que tu vois par quoi elle passe… Kestrel est le genre d’héroïne que j’aime beaucoup. Parce qu’elle n’est pas parfaite, mais que quoiqu’il arrive, elle s’en tient à ce qu’elle trouve le plus juste. J’ai encore plus hâte du coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils