Accueil ASCF A L’eau de Rose – Gwyn Cready

A L’eau de Rose – Gwyn Cready

13 Temps de lecture
4
0

Gwyn Cready - A l'eau de roseRelié: 528 pages
Editeur : MILADY (23 août 2013)
Collection : CENTRAL PARK
Langue : Français
ISBN-10 : 2811210660
ISBN-13 : 978-2811210663
Prix : 8€20
Disponible sur liseuse : Non

Résumé : Lorsque la critique littéraire Ellery Sharpe, journaliste à la plume acerbe, commet un impair dans les pages du Vanity Place, son chef lui inflige la pire des punitions : rédiger un article élogieux sur la romance, un genre qu’elle méprise. Pour ne rien arranger, son ex est engagé pour l’épauler sur ce projet. Et cette mission lui tient particulièrement à coeur, car le magazine est prêt à doubler son salaire s’ils arrivent à se mettre les lectrices dans la poche. Se pourrait-il que la jeune femme change d’avis sur les romans d’amour ? Et sur son ex ?

Mon  avis

Bon, je dois vous avouer que j’ai très peu le temps de lire en ce moment. Mais, je me suis enfin remise à la romance avec un titre de la collection Central Park de Milady. A l’eau de rose m’avait séduite par sa couverture et surtout par le résumé qui suivait. Je me suis donc plongée corps et âme dedans. Mais pour tout vous avouer, j’ai été à demie séduite par ce roman … C’est un pavé pour ne rien vous cacher et les 150 premières pages du livre n’ont pas un grand intérêt. Mais finalement, on se laisse prendre au jeu avec, tout de même, quelques réserves.

Quand une journaliste se plonge dans les romances

Ellery Sharpe est une critique littéraire pour un célèbre magazine, Vanity Place. Magazine très snob, Ellery n’hésite pas à descendre en flèche tous les auteurs de romance et ces dernières, considérant celles-ci comme tout sauf de la littérature. Mais suite à un article très critique sur une romancière très en vogue (qui s’avère être également la maîtresse de son idiot de patron), elle est dans l’obligation de rédiger un article de 3000 mots sur la romance, une ode à ce genre si elle veut garder sa place au sein de magazine. Malgré son caractère de battante, elle n’a pas d’autre choix et se voit donc partir à la rencontre, en une semaine, des lectrices (et des lecteurs) de romance, de spécialistes en tout genre et de partir dans les lieux si magiques dépeints par les livres. Et comble du comble, elle est accompagnée d’un photographe de renom, Alex MacKenzie, qui est, malheureusement, son ex.

Alex est un photographe qui travaille également pour Vanity Place. Mais il souhaite abandonner sa carrière de photographe pour se consacrer à son rêve : avoir sa propre brasserie et fabriquer sa propre bière. Ancien compagnon d’Ellery, cette dernière l’a abandonné sans aucune explication. Pittsburgh, comme il l’a surnomme, n’a jamais vraiment supporté sa vie nocturne, son addiction à l’alcool et sa supposé passion pour les drogues. Et quand il apprend qu’il va devoir collaboré avec elle pendant une semaine, son petit univers bascule et tout remonte à la surface. Sera-t-il capable de surmonter la tristesse qu’il a en lui depuis cet abandon ? Et surtout, sera-t-il capable de pardonner ?

Sur la trace des Highlanders…

Alex est là pour accompagner Ellery dans sa quête, également pour accompagner son article de quelques photos, mais il est également chargé par son chef de la surveiller et de le tenir au courant de l’avancé de son article. Alex jouera donc les espions en échange du doublement de son salaire si Ellery rédige un article plus qu’élogieux sur les romances. Il commence tout d’abord à lui acheter les classiques en matière de romance : Vamp (une histoire de vampires dont on nous parle tout le long du bouquin) ainsi que le grand Kiltlander. D’abord réticente, Ellery va se plonger dans les deux romances durant ses interminables trajets à travers l’Angleterre et l’Ecosse. Jusqu’à en faire des rapprochements avec sa propre histoire.

D’abord sérieuse, Ellery va se laisser tenter par les plans d’Alex qui lui concocte une semaine de folie. Elle va se retrouver seins nus dans un bar avant tomber dans les bras d’Alex pour une seule et dernière nuit. Puis, elle ira à la rencontre d’amateurs de romance et sera surprise de constater que les hommes aiment aussi lire ce genre de livres. Puis elle va rencontrer un docteur Albrecht, spécialiste en sociologie qui, pour elle, les romances s’inspirent de la vie d’autrefois. Et ce docteur, avec un accent allemand prononcé, va avoir un impact fulgurant sur la vie d’Ellery, sur ses choix et sur ce qu’elle désire réellement dans la vie.

Ellery va apprendre à enfin être elle-même, à dire non, à garder son intégrité intacte et sera capable d’envoyer balader tout ceux qui se mettront en travers de leur chemin. Elle pourra enfin pardonner à Alex la fin tragique de leur relation, à se rapprocher de sa sœur et, enfin, savoir ce qu’elle désire réellement dans la vie. Qui aurait pu croire que les romances auraient un tel impact sur sa vie ?

Une histoire peu banale pour une fin évidente.

L’histoire est sympathique, vraiment mais il manque ce petit truc qui aurait fait qu’il soit divin. Il manque ce petit grain de folie, cette étincelle entre les deux héros. Pourtant, à leur manière, ces deux-là sont sympathiques mais aucun lien ne se crée réellement entre eux dans l’histoire. Leur relation est plate, en aucun cas sensuelle. Et puis, pour une romance dite “sexy”, les scènes de sexe entre nos deux héros manquent cruellement de piquant. On fait également des sauts dans le passé pour enfin comprendre ce qui a cloché entre nos deux protagonistes dans la passé. Mais ces derniers sont longs et parfois dénués de sens. Ils n’apportent pas grand chose à l’histoire car, pour ma part, j’ai trouvé qu’il était facilement aisé de deviner ce qu’il s’était mis en travers de leur chemin.

D’ailleurs, une chose m’a cruellement dérangée : les nombreux passages en référence à des romans historiques. Il y en a des pans entiers et ça casse le rythme de l’histoire. Un peu, pourquoi pas ? Mais autant, franchement, ça ne présage pas grand chose de bon. C’était si long que j’ai passé quelques pages, pour ne rien vous cacher. Honnêtement, j’ai juste eu l’impression que l’auteur a cherché à augmenter le nombre de pages de son roman. Et Dieu sait que c’était juste gonflant.

Néanmoins, l’histoire est sympathique et la progression d’Ellery est fulgurante. Les personnages secondaires sont sympathiques et drôles. J’ai passé un moment plutôt plaisant mais je n’ai pas accroché à la relation entre Alex et Ellery, sans aucune magie ou profondeur. C’est vraiment dommage car l’auteure est passée à côté de quelque chose.

Se Lit bien

Acheter A L’Eau de Rose

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par RockAndStone
Charger plus dans ASCF

4 Commentaires

  1. smellslikerock

    25 août 2013 à 17 05 28 08288

    Ce livre ne me tente pas vraiment alors que d’habitude je suis assez bonne cliente pour ce genre d’histoire…

    Réponse

    • Rockandstone

      25 août 2013 à 18 06 23 08238

      Pour ma part, il a été décevant !

      Réponse

  2. caroverdelivre

    1 septembre 2013 à 10 10 40 09409

    J’adore la couverture mais je crois que cela en restera là après lecture de la chronique.

    Réponse

    • Rockandstone

      1 septembre 2013 à 20 08 17 09179

      Peut-être qu’il pourrait te plaire, qui sait ! ^^

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article qui pourrait vous plaire

J’ai égaré la lune de Erwan Ji

J’ai égaré la lune de Erwan Ji Nombre de pages : 464 pages Editeur : Nathan Date de …