ASCFCINÉ & SÉRIE TVLes Séries Télé

Spartacus – Blood And Sand (Le Sang Des Gladiateurs)

Voilà une série dont j’entends parler depuis tellement d’années !  J’avoue que l’aspect grosses brutes sanglantes qui se battent ne m’avait pas enthousiasmé des masses… Pourtant j’ai adoré 300 et la série Rome… Bref, il m’en aura fallu du temps pour sauter le pas !

Spartacus – Blood And Sand (Le Sang Des Gladiateurs)

Spartacus - Le Sang des GladiateursTitre original :Spartacus: Blood and Sand
Créée par : Steven S. DeKnight (2010) – Robert Tapert et Sam Raimi en sont les producteurs délégués.

Avec :

John Hannah : Quintus Lentulus Batiatus
Manu Bennett : Crixus
Lucy Lawless : Lucretia
Andy Whitfield : Spartacus
Nick Tarabay : Ashur
Peter Mensah : Doctore Œnomaüs
Viva Bianca : Ilithyia
Lesley-Ann Brandt : Naevia
Jai Courtney : Varro

Genre : Drame, Guerre, Historique
Statut Production : achevée
Format : 42 minutes

Résumé et Synopsis :

C’est dans le sang et le sable des arènes que s’écrit la légende de Spartacus. Puissant guerrier Thrace trahi par un ambitieux légat romain, Spartacus est réduit en esclavage, contraint de devenir gladiateur s’il veut un jour revoir sa femme. Au sein de l’école de gladiateurs du machiavélique Batiatus et de son épouse Lucretia, Spartacus recevra l’enseignement de l’impitoyable Doctore pour devenir le plus redoutable des combattants. Mais entre l’hostilité des autres gladiateurs et les manigances de Lucretia, Spartacus devra tout sacrifier pour pouvoir survivre…

Spartacus – Blood And Sand (Le Sang Des Gladiateurs) La Ba en VO

 

Mon Avis :

J’avoue que l’aspect gore m’avait rebuté et que c’était une des choses qui m’avaient fait freiner les quatre fers en l’air ! Malgré tout le bien que j’en avais entendu. Et puis un jour, je me suis lancée et… quelle claque !!

Claudius GlaberCa faisait longtemps qu’une série ne m’avait pas fait autant d’effet. En gros, l’histoire relate celle d’un guerrier Thrace rebaptisé Spartacus quand il sera épargné et mis en esclavage par les méchants, vilains pas beaux de Romains. Le super méchant et grand ennemi de notre beau spécimen mâle … heu Spartacus, Claudius Glaber, me rappelait quelqu’un. Hormis son sadisme évident, ça se lit dans ses yeux, justement ses miroirs de l’âme (ouaaah, je me prends pour un précieuse ridicule) me rappelaient vaguement quelque chose. En fait l’acteur qui interprète le vilain de l’histoire n’est autre que Craig Parker !!! Et là grand moment de blanc vous ne voyez pas de qui je parle. Mais siiii, si je vous dis : Darken Rahl ou bien encore : Haldir de Lórien ?! Vous le resituez ?

Bref, Spartacus est amené pour être tué dans l’arène en combat tout à fait non singulier, encore moins équitable mais Ô stupeur et tremblement : il gagne. Quintus Batiatus qui possède des esclaves-gladiateurs et voyant les compétences du Thrace, sans parler de sa popularité, propose de l’acheter pour le former dans son Ludus. Comprenant que Spartacus a besoin d’une bonne laisse, il lui fait la promesse de retrouver sa femme : Sura, qui a été capturée et mise en esclavage loin de lui.

Spartacus - Sura

De là, la lutte de Spartacus et l’attente de pouvoir enfin retrouver sa femme, l’emmèneront de combat en combat et surtout il devra se faire une place parmi les autres gladiateurs du ludus de la maison Batiatus… Et là mon petit cœur d’artichaut tout à fait chaud bouillant cri : Crixus !!! Avec force et conviction. Je ne sais pas pourquoi mais dès le départ j’ai eu le béguin pour ce personnage arrogant, sur de lui mais très fidèle et pas si bête qu’il n’en a l’air.

Le Gladiateur Gaulois - Crixus ( Spartacus)

Dès le début, en bon Gaulois, il détestera Spartacus mais il faut dire que ce dernier ne fait rien pour faire changer ça et se faire aimer. Bien au contraire. Il se fiche de tout et de tout le monde. Il n’a qu’un but : retrouver sa femme. J’avoue que parfois il m’a franchement gonflé.

Avec tout ça, le spectateur va découvrir l’univers impitoyable non pas de Dallas mais de l’arène, des combats, des entrainements et surtout les relations tumultueuses qu’entretiennent, gladiateurs et maitres.

Entre bain de sang, sexe, luxure et complot, vous allez en prendre pleins les yeux. Les scènes de combats sont très stylisées, inspirées de 300 mais avec encore plus de sang. Au début, j’avoue que j’avais un peu de mal et puis c’est comme tout, on fini par s’y habituer.

Spartacus

Chaque personnage est bien pensé et travaillé, on apprend à les aimer, les détester. Spartacus est sans doute celui qui claque le plus dans cette ambiance imprégnée de testostérone. Il y a du mâle partout, à vous faire baver d’envie, il y a en a pour tous et tous les gouts.  Mais attention aux âmes sensible car on les voit très clairement nu de la tête… au pied en passant par le milieu. Si ! Si ! N’agrandissez pas les yeux comme ça voyons.

Voilà une série qui à tout pour convaincre un publique hétéroclite. Le défunt Andy Whitfield a su donner une dimension à Spartacus d’homme charismatique et torturé. Il n’a qu’un but, qu’un seul idéal ; non celui de sauver le monde mais simplement sa femme. Si les autres doivent périr, il ne les prend pas en compte et ne l’implique pas dans la balance de sa conscience. Il est têtu et extrêmement dangereux. De plus, il a vraiment le physique de l’emploi pour ce rôle.

Spartacus et Batiatus - Blodd and Sand

Les autres personnages ne sont pas en reste et chacun veut sa part du gâteau, on retient notamment le couple de romain : Batiatus et sa femme Lucretia qui veut manipuler et croit manipuler son monde mais elle tombe sur une vipère du même acabit qu’elle, en plus jeune : Ilithyia, la femme de Claudius Glaber. Cette espèce de femme-enfant aux faux airs insouciants, aussi dangereuse qu’un cobra, est bien décidée à faire tomber Spartacus et tout ceux qui se présenteront sur son chemin.

Ilithyia femme de Claudius Glaber - Spartacus

Au premier abord, on pourrait croire que cette série est sans fil conducteur et que hormis les combats, le sexe et la nudité, c’est vide. Croyez-moi, il n’y a rien de plus faux.

Spartacus, la sang des Gladiateurs, est une série ultra addictive qui ne vous laissera pas de marbre.

Pour ma part, j’ai simplement et tout bonnement adoré ! C’est une série qui me mets incroyablement de bonne humeur… peut être que parce que par le biais des combats sanglants de l’arène, je me vidais totalement la tête. Et puis je suis une femme faible, pouvoir admirer de beaux spécimen en mouvement… il n’y a rien de mieux 😀

Après, on peut ne pas apprécier ce genre là mais si comme moi vous avez adoré la série Rome et le film 300, vous ne pouvez pas ou ne plus passer à côté de la série « Spartacus ». Ca vaut franchement le détour…et quel détour !

Un coup de coeur

Spartacus – Blood And Sand (Le Sang Des Gladiateurs) – Galerie

Tags
Voir Plus

Artemissia Gold

Administratrice du webzine depuis 10 ans. Songe d’une nuit d’été est un webzine culturel consacré à la littérature (Romans, BDs, Manga, Albums jeunesses etc.) mais aussi au cinéma, aux séries TV, à la musique et tout ce qui touche de près ou de loin au domaine du loisir et de la culture.

4 Commentaires

    1. La saison 2 est bien mais pour d’autres raisons. Toutefois, il est vrai que l’acteur qui incarnait le premier Spartacus portait un peu la série et son remplaçant, bien que bon dans le rôle n’a pas le même charisme. Mais j’en reparlerai dans ma chronique de la seconde saison bientôt 😉

  1. Pas très emballé par la chose … La seule fois où l’on m’en avait parlé, ce fut pour ces fameuses scènes de luxure. J’ai l’étrange sensation que cela fait l’effet d’une éponge : ça absorbe le reste. Non, je reste plutôt adepte à la limite des films sortis.

  2. J’avais la même réticence que toi à regarder cette série. Et puis je me suis lancée et j’en suis devenue accro. J’ai dû regarder la série entière en moins d’une semaine tellement cela me passionnait 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils