Les soeurs Charbrey – Tome 1 : Sans orgueil ni préjugé de Cassandra O’Donnell

La famille Chardrey – 1  Sans orgueil ni préjugé de Cassandra O'DonnelPoche : 256 Pages

Editeur : J’ai Lu (22 mars 2013)

Collection : Semi Poche sentimental

Langue : Français

ISBN-10: 229006985X

ISBN-13: 978-2290069851

Prix Éditeur : 8,90 Euros

4ème de couverture :

Le mariage? Morgana Charbrey ne veut pas en entendre parler! Sa passion dévorante pour les sciences emplit suffisamment sa vie sans qu’elle ait besoin de s’encombrer d’un époux. Cette soif d’indépendance, elle la dissimule derrière une prétendue maladie qui la contraint à rester recluse chez elle, à l’abri des regards courroucés d la haute société. En accompagnant sa jeune soeur Rosalie faire ses débuts à Londres, Morgana était loin d’imaginer que sa beauté et son caractère emporté attireraient l’attention de l’insupportable et ô combien séduisant comte Greenwald…

Mon avis : 
Quand j’ai entamé cette lecture, j’avais assisté quelques jours plus tôt à une conférence sur la romance lors du Salon du livre à Paris où j’avais pu écouter le point de vue de Cassandra O’Donnell à ce sujet. Je peux vous dire que son discours m’a plu et son tempérament encore plus : c’est une femme pleine d’humour et de conviction qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui dit « Mer** » aux idées reçues. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai commencé à lire Sans orgueil ni préjugé, la première romance historique de cette auteure française habituée à la bit-lit avec sa série à succès Rebecca Kean.

Sois belle et tais-toi!

Voilà l’idée universelle qu’ont les hommes des femmes à cette époque et que dénonce l’auteure. En effet, l’héroïne du roman, Morgana Charbrey, est férue de sciences et passe son temps à observer les étoiles ou à fabriquer des objets qui facilitent le quotidien dans le domaine qu’elle régit de mains de maître depuis la mort de ses parents sous la bienveillance de son vieil oncle. Cette intelligence si précieuse, Morgana et les siens savent que la bonne société londonienne en serait scandalisée et ils décident donc d’inventer une histoire rocambolesque (une maladie) afin qu’elle reste « cachée »  aux yeux de tous malgré son incroyable beauté.

Fais ce que je dis et pas ce que je fais!

Morgana a également en charge ses jeunes soeurs et donc encore moins le temps de se préoccuper d’un mari qui, non seulement, lui interdirait de vivre ses passions mais qui risquerait fort aussi de l’éloigner de sa petite tribu. Morgana va devoir donc délaisser un temps son laboratoire pour que sa soeur Rosalie fasse son entrée dans le monde et se trouvait un mari. Rebelle comme son aînée, Rosalie n’est pas vraiment heureuse à cette idée mais elle se plie tout de même aux exigences de Morgana et espère par cette occasion se faire publier par une des plus grandes maisons d’édition dirigée par le comte Greenwald.

Un comte très entreprenant et tenace

C’est à cette occasion que vont donc se rencontrer Morgana et Malcolm Greenwald. Lui est tout de suite subjugué par la demoiselle et son tempérament fougueux, elle est ulcérée par son attitude et ses préjugés mais étrangement troublée par sa présence. Va alors commencer entre eux le jeu du chat et de la souris avec des joutes verbales pleines d’humour mordant et de tension sexuelle comme celle-ci :

— Quel drôle de déguisement vous avez là, miss Charbrey. Si vous voulez mon avis, votre couturière tout comme votre coiffeuse mériteraient d’être flagellées, lança-t-il.
— Tout comme votre tailleur, milord. Cette tenue vous donne l’aspect d’un paon endimanché, rétorqua-t-elle en souriant d’un ton acide.
[…]
— Ma chère, si vous n’appréciez pas mes vêtements, je me ferai un devoir de les ôter, il vous suffit d’en émettre le souhait.

C’est sans conteste l’un des aspects les plus attrayants de l’histoire et qui nous fait tenir en haleine pour savoir quand, enfin, cette chère Morgana va céder à ses instincts. A moins que Malcolm ne change d’avis quand il découvrira la vérité sur Morgana? Il faudra acheter le roman pour le savoir!!

Pour conclure :

Sans orgueil ni préjugé est une bonne romance historique, agréable à lire mais sans réelle surprise. Il m’a manqué ce soupçon d’aventures qui rend un récit palpitant. Par contre, j’ai beaucoup apprécié  les petites touches d’humour des personnages et le caractère bien trempé de l’héroïne. Premier essai donc réussi pour Cassandra O’Donnell, une auteure française qui n’a rien à envier à ses homologues britanniques ou américains!

Se Lit bien

Ce livre vous intéresse ? Vous pouvez l’acheter ICI

 
A propos Mymyworm 703 Articles

Fan de cinéma et de séries TV, je m’occupe entre autre de la section « Jeux » sur Songe d’une nuit d’été. La romance historique est ma lecture de prédilection mais j’aime aussi changer de registre à l’occasion.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*