Love in the Darkness – Chapitre 37 : Céder ou non

Niklaus
[Point de vue Klaus]

J’entrais dans ma suite, qui collait celle d’Elijah. Un silence de mort y régnait. J’étais toujours aussi énervé qu’avant ma partie de chasse. Rien, pas même la chaleur rassasiante du sang humain ne m’avait aidé à combler ce vide à l’intérieur de moi. La douleur sembla disparaître, ou du moins s’estomper un peu lorsque je balançais ma veste sur l’un des fauteuils en cuivre noir de ma chambre. Je m’arrêtais net et profita une seconde de ce moment de répit où l’intensité de la douleur diminuait. Lentement, je tâchais de me concentrer et d’analyser ce qu’il se passait autour de moi.
La pièce était toujours aussi vide et tranquille… Une odeur planait dans l’air. Une odeur douce, ensoleillée que j’aurais reconnue entre mille. Son odeur à elle. J’en était certain.
Trois options s’imposèrent à moi :
– Soit la femme de ménage qui s’était occupé de ma chambre portait le même parfum, ce à quoi j’allais remédier rapidement afin de ne plus être troublé ainsi. Non, ça ne pouvait pas être le cas, certes c’était son parfum, mais plus encore. C’était aussi l’odeur de sa peau, de ses cheveux, le goût de ses lèvres et celui que je me faisais de son sang… C’était elle, vraiment elle.
Cela réduisit mes options à deux :
– Soit je devais fou. Le visage, le corps et l’odeur de Caroline hantaient mes nuits, j’y pensais sans cesse, ne faisait que me l’imaginer dès que je fermais les yeux. Peut-être qu’à force d’être loin d’elle mon cerveau devenait défaillant…
– Soit elle était réellement venue ici,elle avait traversé ma chambre, frolé les draps de mon lit, touché mes affaires proprement rangées dans les grandes armoires de l suite. Oui, c’était ça, je la voyais presque entrain d’exécuter ces mouvements…

Je me remémorais ma conversation avec Rebekah et un gros doute me fit l’appeler, j’étais certain qu’elle avait quelque chose à voir avec tout ça.

« Nik ? » 

« Tu n’as pas fait ce que je crois, n’est ce pas ? »

« Pardon ? »

« Je suis dans ma suite, tu pensais sérieusement que je n’allais rien remarquer ? Quoique cela devait au contraire faire partie de ton plan. »

« Écoutes-moi Nik »

« Non, toi tu vas m’écouter. Quoique tu es fait, peu importe ce qu’il se passe, règles-moi ça. Tu n’as pas à intervenir, j’ai pris une décision et tu dois la respecter. Tu m’a compris Rebekah ? » m’énervais-je

« Bien. » répondit-elle rapidement avant de raccrocher

On frappa à ma porte. A tous les coups, il s’agissait soit de Rebekah pour soutenir le bien fondé de son idée de la ramener vers moi, soit Elijah qui venait soutenir Rebekah. un grognement m’échappa et j’ouvris ma porte avec force et mon coeur s’arrêta de battre.
Ou au contraire, il se remis à battre de nouveau après trois mois de dysfonctionnement.

Caroline était face à moi. De jolies boucles dorées la rendaient rayonnante et encadraient son doux visage à la fois rassuré et terrifié. Elle semblait avoir peur de moi et je compris rapidement pourquoi. Elle avait du entendre m conversation avec ma soeur et avait peur d’être rejetée. Pourtant elle était là, devant moi.

« Klaus » souffla-t-elle comme si j’étais un simple mirage

Sa voix… Je soupirais, conscient que j’allais vraiment avoir du mal à ne pas craquer.

« Que fais-tu ici ? » lui demandais-je

Elle me regarda d’un air interdit comme si la raison de sa venue était évidente.

« Rebekah n’aurait pas dû te faire venir jusqu’ici, c’est trop dangereux pour toi Trésor. »dis-je, n’ayant pas réussit à m’empêcher de lâcher un surnom « Quoique c’est en partie de ma faute, c’est moi qui lui ai demandé de t’appeler. »

« Vraiment ? Pourquoi ? » demanda-t-elle

« Un vampire m’a défié ce matin, il pensais être supérieur aux autres et capable de m’effrayer. J’avais autre chose à faire que de m’attarder à apprendre le respect à cet abruti…jusqu’à ce qu’il prononce ton nom. J’ignore si c’était pour toi ou une autre Caroline, mais toujours est-il que je l’ai tué. Dans le doute, j’ai préféré demander à ma soeur de s’assurer que tu allais bien. »

Je gardais une certaine distance entre elle et moi qui m’&tait insupportable mais necessaire pour ne pas perdre l’esprit et la serrer contre moi. Néanmoins, Caroline fis un pas en avant pour s’approcher de moi.

« C’est terminé maintenant, non ? » hésita-t-elle « On peut rester ensemble… »

« Je ne pense pas que ce soit une bonne idée Caroline »

« Pourquoi ça ? » hoqueta-t-elle

« C’est dangereux pour toi d’être avec moi, je viens de t’apporter un élément de plus qui te le prouve mon coeur… » soupirais-je

« C’est faux ! Etre loin de toi n’arrange rien du tout et je ne suis pas plus en sécurité au contraire. Alors maintenant arrêtes de chercher des excuses, je t’assure que je ne serais mieux avec toi »

« Comment ça ? » demandais-je soudain poussé par mon instinct « En quoi mon absence n’a pas garanti ta sécurité ? »

Caroline garda le silence et rien qu’à sa façon de détourner les yeux, je su qu’elle me cachait quelque chose.

« Racontes-moi ! » insistais-je

Je pris son visage entre mes mains pour l’obliger à me regarder dans les yeux, mais elle les ferma. Elle était décidée à ne rien me dire et j’ignorais pourquoi, jusqu’à ce que son portable se mette à vibrer. Elle rouvrit les yeux et en une seconde j’y vis passer de la peur. Aussitôt, sans aucune gêne, je pris son portable dans la poche arrière de son jean et répondit à sa place. Je gardais le silence pour déjà connaitre le correspondant.

« Allo ? Caroline ? Je sais que tu m’entends. Tu sais il va bien falloir que tu me parles un jour. Soit tu nous dis où est Klaus et nous te laisseront vivre tranquillement comme avant, soit… Tu connais la suite, je suis désolé. Il est un danger pour toi et pour tout le monde, nous devons y mettre un terme. Je vais le tuer avec ou sans ton aide. »

Mon sang ne fis qu’un tour dans mes veines face aux menaces profanées contre Caroline.

« Tu es un homme mort Lockwood ! » crachais-je

« K…Klaus ? Qu’as-tu fais à Caroline ? »

Je faillis m’étrangler face l’allusion que j’aurais pu faire du mal à Caroline, alors qu’il venait lui même de la menacer de mort si elle ne lui avouait pas où je me cachais.

« Dis moi plutôt ce que tu comptais lui faire que je te fasse bien pire. »

Tyler raccrocha et ma colère, mêlée de peur pour elle, explosa contre Caroline

« C’était quoi ça ? Depuis quand est-ce que ça dure ? Pourquoi je ne suis pas au courant ? » criais-je

« Tu n’étais pas là ! »

« Peu importe Caroline. Je suis parti pour te protéger au mieux bordel ! Et toi, tu me caches que cet abruti te menace car il veut me faire la peau ?! »

« Je voulais te protéger ! » s’énerva-t-elle

« C’est à moi de te protéger de ce que je suis, pas le contraire ! »

J’étais fou de rage et d’inquiétude. Je tâchais de ma calmer un peu et passa mes mains sur ma nuque en inspirant à fond. Ce n’était pas de sa faute, j’aurais dû me douter qu’il ne s’arrêterais pas là avant de me voir dans un cercueil pour les siècles à venir.

« Racontes-moi Trésor »

Caroline inspira et me raconta que depuis mon départ Hayley et Tyler avaient commencé à la menacer pour me trouver. Elle n’en avait parlé à personne.Elle m’annonça qu’elle avait peur pour moi, que je sois en danger et que si je l’apprenais, je ne reviendrais jamais vers elle. Ces propos étaient justifiés.

« J’en peux plus Klaus, je ne supporte plus de faire semblant, de vivre comme ça. Tu me manques tellement ! » sanglota-t-elle

Elle se blottit contre moi. Je pris le temps de la regarder attentivement. En voyant la souffrance dans les yeux habituellement si pétillant, son corps si frêle et pâle dans mes bras, sa voix faible et brisée par les larmes, je me rendis compte du mal que je lui avais fait.

« Caroline ? Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Je refuse de te faire d’avantage de mal, cela dit ma présence est néfaste et représente un danger pour toi.. J’aimerais être celui qu’il te faut, mais… »

« Stop, regardes-moi ! »

Je levais les yeux vers elle, elle était si belle… Si seulement je pouvais la protéger de moi-même..

« Qu’est-ce que tu ressens pour moi ? »

« Je ne te mérite pas »

« Pour moi ! » insista-t-elle « Est-ce que tu m’aimes ? »

« Oui, évidemment mais… »

« C’est tout ce qui importe ! On s’aime et on affrontera tout ensemble. On se protégera ensemble ! » dit-elle en posant ses lèvres contre les miennes.

Mon corps s’embrasa et retrouva toute sa vitalité. C’était comme si je respirais de nouveau, comme si mon coeur battait de nouveau, comme si mon sang circulait dans mes veines de nouveau. Au contact et au goût de ses lèvres si douces et sensuelles contres les miennes, tout refonctionnait. Je l’attirais vers mon lit pour lui montrer combien elle m’avait manqué, combien je l’aimais et combien j’allais être assez fou et faible pour ne plus jamais la quitter.Après ce moment sensuelle et intense, Caroline se blottie contre moi, tirant les couvertures pour recouvrir un peu sa nudité, bien qu’elle était parfaite.

« Je t’aime, alors je ne me laisse plus jamais. » exigea-t-elle avec un grand et doux sourire

« Je t’aime aussi Trésor, et je ne te laisserais plus jamais » m’amusais-je


Petit mot de moi : Alors qu’en pensez-vous ? Ces retrouvailles ne sont sans doutes pas à la hauteur de vos attentes, mais encore une fois, cela à un sens. Klaus est terrifié à l’idée de la perdre car il est l’ennemi du monde entier. Cependant il a beau lutter, il aime trop Caroline…^^  De son côté notre belle vampire est amoureuse et bien déterminée à garder Klaus près d’elle, mais s’il dépassait les limites, pourrait-elle lui pardonner ? La suite mercredi ♥

Disclaimer : Rien ne m’appartient, je m’amuse juste avec les personnages déjà existants des livres de LJ Smith et de la série de Julie Plec.

4 Commentaires

  1. leur retrouvaille était parfaite ! rien n’est jamais simple avec Klaus …!
    ton écriture m’a encore permis de voyager!
    merci et à mercredi 🙂

Les commentaires sont fermés.