Love in the Darkness – Chapitre 20 : Options


Caroline & Klaus
[Point de vue Caroline]

Nous devions nous mettre en route. Tyler m’embrassa sur la joue et m’annonça qu’il montait en voiture avec Bonnie car elle avait besoin d’un hybride pour un sort expérimental, j’ignorais pourquoi faire. La voiture d’Alaric se gara devant la maison, il nous salua et alla chercher Damon qui était toujours à l’intérieur avec Stefan et Elena. Je du monter avec Klaus, ce qui ne m’enchantait vraiment pas.

J’avais fait mon possible pour oublier ce qu’il s’était passé, en vain. Ça me hantait et je ne savais plus quoi en penser.
Il démarra la voiture et nous partîmes à toute vitesse de Mystic Falls. Un silence de plomb régnait dans le véhicule et j’avais les nerfs à vifs. Il a suffit qu’il pose le regard sur moi pour que la colère prenne le dessus.

 » Tu vas arrêter ça ! Je ne supporte plus tes regards et tes idées mal placées, ton arrogance et ta manie de me pousser à bout ! « 

 » Du calme trésor, je ne fais rien de mal ! Pourquoi es-tu autant sur les nerfs ? »

« Je ne te supporte pas. »

« Ce n’est pas l’impression que j’ai eu la dernière fois »souri-t-il

« Une erreur, rien de plus. Un moment de pitié sans doute. »

Klaus tourna la tête vers moi, ne prêtant aucune attention à la route. Il me fixait et s’approchait. Mon souffle se bloqua.

« Arrête de lutter Caroline »

« Arrête la voiture. »

Il regarda la route et ignora ma requête.
Après quelques minutes de silence, il se lança dans un monologue.

« Je vais rendre les choses plus simple Caroline. Soit tu arrêtes de lutter maintenant et tu acceptes la situation, soit tu t’entête à nier ce qu’il s’est passé, tu continues à me repousser et ça s’arrête là. Je te laisserais tranquille. Toute fois n’oublies pas ceci, si tu choisis la seconde option tu la regretteras. Non pas parce que je vaux mieux que ce crétin de Tyler, ce qui est malgré tout le cas, mais parce qu’il s’est passé trop de chose entre nous et que tu finiras par t’en rendre compte. »

Son discours a remué quelque chose au fond de moi. Je savais pertinemment cela. J’avais remarqué son attirance pour moi et je devais avouer que la réciproque était vraie. Malgré ce qu’il était, malgré les horreurs qu’il avait faites, malgré qu’il semble parfois que le mal l’incarnait, il déclenchait quelque chose au fond de moi.
Je ne pus m’empêcher d’imaginer ce que serait la première option avec lui, mais la rejetait vite. C’est non, j’aimais Tyler.

« C’est ce qu’on verra. »

Il resta impassible, mais je sentais qu’il était furieux. Le silence regagna la voiture pendant un long moment avant que je ne le brise. Je ne cessais de penser à ces options… Je me sentais coupable envers Tyler de penser à ça, de me sentir différente avec Klaus, de ressentir quelque chose d’autre…

« J’aime Tyler. »

« C’est ce que tu crois. »

Il resta concentré sur la route

« On va dire l’option deux. »

Cette fois il gara la voiture sur le bord de la route et descendit. Il vient ouvrir ma portière et me demanda de sortir. Soudain inquiète, je m’exécutais aussitôt. Il me regarda avec un regard plein de colère et s’approcha si près de moi que je fus bloqué entre lui et la voiture. Ma respiration accéléra. Il mit ses mains de chaque côté de ma tête, sur le toit de la voiture. Il marmonna quelque chose comme quoi j’avais le don de le rendre fou et il plongea ses yeux dans les miens un long moment.

« Un jour viendra où tu tomberas dans mes bras. » me susurra-t-il.

Son souffle frôla mon cou, je fis mon possible pour ignorer les frissons qui parcouraient mon corps et lui fis face sans flancher. L’odeur de sa peau m’enivrait et ses lèvres étaient vraiment proches des miennes.
Il avait raison, je me mentais.
« Caroline… » souffla-t-il

« Arrêtes s’il te plait, j’ai choisi ! »

Toujours aussi près de mon cou, il y déposa très légèrement ses lèvres, ce qui enflamma tout mon corps.

« Tu sens ça ? Je sais que oui mon amour, ose me dire le contraire. »

« Je ne peux pas… arrêtes... » le suppliais-je

« Très bien Caroline, j’arrête. »

Résigné, il s’éloigna de moi et remonta dans la voiture. Je fus surprise par le vide que je ressentais à ce moment, comme s’il m’avait pris quelque chose. Je montai en silence en voiture et une demi-heure plus tard, nous étions sur place.

Il s’agissait une sorte de ferme abandonné au milieu de nulle part. Klaus avait réussi à infiltrer quelques-uns de ses hybrides dans le clan adverse, nous révélant enfin où Katel se cachait. Nous étions garé dans les hauteurs des collines et attendions les autres qui prenaient tous un chemin différent pour prévoir une issue de secours en cas de problème.

Klaus sorti de la voiture et appela quelqu’un avec son portable. Au bout d’un petit moment je sorti à mon tour et demanda de qui il s’agissait. Klaus me regarda avec indifférence et m’informa que Bonnie et « mon petit ami adoré » allait bientôt arriver et que personne n’avait de nouvelles de Damon ou Stefan.
Il ne décrocha pas un mot et je senti qu’il creusait un gouffre entre nous. Je l’avais rejeté, encore une fois, une fois de trop, et cette fois il s’éloignait.
Par curiosité, je commençais à lui faire la discussion, essayant de me rapprocher, mais rien n’y faisait, il s’était complétement fermé à moi.

Je sentis mon cœur se serrer, je fus surprise par la douleur que son silence me faisait ressentir. Klaus avait l’air complétement indifférent, je le perdais, cela me fit mal. Une chose était sûre, mon cœur avait changé de propriétaire…

« Tu pourrais au moins faire l’effort de parler. Je t’ai vexé ? C’est pour ça que tu m’ignores ? C’était trop facile... » le provoquais-je

Klaus me fusilla du regard et craqua sous la colère. Il m’attrapa à la gorge et grogna. Je sentais que je l’avais blessé et que ma fausse indifférence le mettait hors de lui.
Le contact de sa peau contre ma gorge m’électrisa. Cette peur, cette adrénaline, ce désir…

« Klaus ?« soufflais-je

« Quoi ? » rugit-il

« Embrasses moi ! »

Il se figea et grogna, comme si je me foutais littéralement de lui.
Au contraire, la moindre fibre de mon corps voulait sentir la douceur et la ferveur que je m’imaginais dans mes rêves, de ses lèvres contre les miennes.
Je posais ma mains délicatement sur sa joue et approcha son visage du mien lentement. Klaus semblait hésiter, comme s’il s’agissait d’un piège, il était réticent.

Peu à peu j’eus l’impression que le gouffre entre nous se refermait et au moment où il céda et plaqua ses douces lèvres contre les miennes, ce fut comme un choc. Comme si je venais de percuter un mur. Je ne pouvais pas être plus près de lui qu’à ce moment. Il caressa ma lèvre inférieure avec sa langue pour m’inciter à ouvrir la bouche. Klaus me serrait si fort contre lui qu’une humaine aurait eu les os broyés. Mes mains se baladaient dans ses cheveux, je sentais une vague puissante d’énergie et de chaleur me redonner vie, mon cœur était sur le point d’exploser et j’aurais aimé que cela dure à jamais.

Lorsqu’il se recula, nous nous regardâmes en silence, tous deux hors d’haleine. Je me demandais s’il ressentait quelque chose, ou du moins j’aurais voulu savoir ce qu’il ressentait précisément à ce moment.

« Dois-je comprendre que tu ne renonces finalement pas à l’option n°1 ? » souri-t-il

Je lui souris aussi, encore sous le choc de l’émotion. Un bruit de voiture nous ramena d’un coup à la réalité. Tyler descendit de la voiture sans Bonnie et il se précipita vers moi pour me prendre dans ses bras. Mon regard se portait sur Klaus, il savait que ce qu’il se passait entre nous ne pouvait pas se faire à la vue de tous. C’était un secret…
A sa façon de me regarder, j’eus l’impression de voir Damon regarder Elena avec cet air de possession qui dit « si seulement je pouvais le tuer pour que tu sois mienne »
Cependant, j’évitais de trop m’avancer, c’était Klaus… Peut-être ne voulait-il que jouer… Peut-être étais-je juste sa distraction du moment…

« Où est Bonnie ? » demandais-je une fois redescendu sur Terre

« On a dû faire demi-tour, Stefan avait besoin d’elle, je n’en sais pas plus. Elle a dit de se concentrer seulement sur la mission. » répondit Tyler

« Alors on y va. » dit Klaus

Nous nous avançâmes vers la grande ferme, sans savoir ce qui nous attendais. Seule mission : trouver Jeremy et tuer Katel avant qu’elle ne nous tue. Le hall était très sombre et nous prîmes un couloir noir et étroit. Tyler passa devant, je le suivis avec prudence. Il s’arrêta d’un coup quand il fut face à une porte entre-ouverte d’où provenait du bruit. Mes veines s’enflammèrent lorsque je sentis Klaus s’arrêter derrière moi et poser discrètement ses mains sur mes hanches.

Je savourais ce moment, pensant que passer cette porte signait peut-être notre arrêt de mort. Je posais une main sur celle de Klaus et suivis Tyler qui entrait à présent dans la pièce.

Petite note de moi : J’espère que ça vous a plu !! Ça peut paraître un peu précipité, mais Caroline pense qu’ils se jettent tous dans la gueule du loup, nous serions nombreuses à profiter de nos potentiels derniers instants de la même façon avec Klaus. Je me trompe ? 😉

Disclaimer : Rien ne m’appartient, je m’amuse juste avec les personnages déjà existants des livres de LJ Smith et de la série de Julie Plec.

4 Commentaires

  1. Chapitre très court, sifff !! On en veut toujours plus ma belle Laura. J’aime ta façon d’écrire, elle me fait ressentir chaque petites émotions de tes histoires ! Enfin caroline se laisse aller avec klaus, merci à toi de nous donner ça, car ds la série on peut toujours courir pour voir ça !! hihihi
    Vivement la suite, j’ai hâte de savoir ce qui va se passer.

    PS : pendant les fêtes de Noël, va tu continuer à poster ou tu vas faire une pause ?

    Bisous

  2. J’adore les rapprochements!

    C’est bien une fille: elle le veut pas mais quand il l’ignore elle y retourne ^^
    Normal qu’elle craque c’est bientôt la fin du monde 😉

    à très vite pour la suite j’espère!

  3. G adorer g hâte de savoir la suite . Tu est très douée au moin la ils passent à l action s mieux la série. Vivement week end sois sur Caroline et klaus ou damon et Elena j ai trop hâte de savoir sa ça être long merci pour s histoire génial

Les commentaires sont fermés.