Love in the Darkness – Chapitre 12 : Nos vies entre ses mains.

[Point de vue Bonnie]

Damon était méconnaissable. Stefan s’approcha de lui doucement pour essayer de le calmer, son frère le jeta à travers la vitre de la fenêtre, déjà cassée, de la chambre. Stefan revient à toute vitesse et continua de calmer Damon mais ce dernier le colla au mur en grognant, je dû intervenir. Je provoquais un anévrisme dans le cerveau de Damon jusqu’à ce qu’il tombe à terre. Stefan en profita pour l’immobiliser et commença à tout raconter à son frère.

« Elle va bien Damon, ok ? Ce n’est pas son sang, je l’aurais reconnu entre mille. Il semble qu’il y a eu un affrontement entre deux personnes, les deux voulant certainement Elena. Je n’ai retrouvé aucun corps aux alentours cependant.» Expliqua Stefan

« Mais qu’est-ce que vous foutez là alors qu’Elena est Dieu sait où avec un taré, voir plus !! » Cria Damon, essayant d’éloigner son côté vamipre

« Bonnie s’en occupe. On ne peut pas y aller comme ça Damon, il vaut en savoir un maximum si nous voulons sauver Elena. »

Damon bouillait. Stefan, malgré sa peur pour Elena, faisait au mieux rester assez calme afin de réfléchir. Il me demanda où j’en était dans mon sort de localisation.

« Je l’ai trouvé. Il y a quelqu’un avec elle, un homme. Je n’arrive pas à en voir plus, il faudrait que… » Commençais-je

« Que quoi ? » lança Damon

« Je me lie à elle afin de connecter son esprit au mien, qu’elle nous donne le plus d’informations possible. Ca va être difficile et non pas sans riques je suppose, comme chaque sort, mais ça vaut le coup d’essayer.»

« Attend tu es sûre de toi Bonnie ? Tu es forte je n’en doute pas mais la magie ne fait pas que des bonnes choses… » dit Stefan

Je haussais les épaules, je n’en savais pas plus, juste que j’en étais capable. Stefan semblait inquiet.

 » C’est ok, fais-le Sorcière ! » lança calmement Damon

Je regardais Damon, et je vis qu’il avait compris que c’était la seule solution, que j’en étais capable. Il avait confiance en ma magie, du moins lorsque c’était pour Elena. Pour une fois Stefan se rangea à l’avis de son frère.

Je me concentrais et commençais le sort. Je visualisais Elena dans une voiture avec un homme au volant. J’entrais dans sa tête et l’insista à avoir un gros coup de fatigue, un bâillement, puis elle s’endormi. Je devais faire le vide en moi, joindre nos esprits. J’ignore combien de temps cela allait marcher.
Je ne sais pas où j’étais, mais j’y étais seule avec Elena.

« Bonnie ? Où sommes-nous ? »

« Je n’ai pas le temps de t’expliquer Elena, donnes-moi ta main, vite ! »

Elle le fit. Je pouvais voir ses derniers souvenirs. Elle sortait de la salle de bain lorsqu’un homme l’attrapa et mis sa main devant sa bouche pour l’empêcher de crier. Il la traînait vers la porte avec force. Soudain un autre homme, plus imposant, bondit par la fenêtre et libéra Elena. Les deux gars se battaient, du sang giclait de partout, des meubles s’effondrèrent et le soi-disant sauveur éventra son ennemi. Il emporta Elena avec lui, dans sa voiture, puis il mis le corps de son ennemi dans le coffre et verrouilla les portières. Je vis la route, les paysages, les panneaux…

« Hey réveilles-toi ! »

La connexion était rompue, il avait réveillée Elena. J’en avais cependant assez pour savoir où elle était et j’espère pouvoir l’aider. Je racontais tout aux garçons, nous allions avoir besoin de secours… Caroline, Klaus et Alaric nous rejoignirent et on se divisa en deux voitures.

Alaric Damon et moi étions dans la première. Elena n’était qu’à une trentaine de kilomètre. Ma connexion avec elle ne fonctionnait que lorsqu’elle fermait les yeux et faisait le vide dans sa tête, mais avec cet homme qui la surveillait, c’était assez compliqué.

Je décris l’endroit où la voiture du ravisseur s’arrêtait, Damon semblait connaître. Tout à coup un violent mal de tête me pris au point que je laissais échapper un cri. Damon se retourna vers moi et Alaric commença à passer avec moi à l’arrière. J’eus l’impression que mon ventre se déchirait de l’intérieur, j’étais plié en deux et hurlais de toutes mes forces. Ce ne pouvait être que l’œuvre d’une sorcière, elle essayait de me tuer. Les sorcières n’avaient pas le pouvoir de tuer leurs sœurs… Pourtant c’est ce qu’elle faisait…C’était de la magie noire. La douleur était telle que je perdis connaissance, juste le temps de dire à Alaric, qui me tenait dans ses bras, qu’Elena était en danger.

[Point de vue Elena]

L’homme qui m’avait enlevé venait d’arrêter la voiture, nous étions devant une maison immense et lugubre. Une femme arriva vers nous en courant, elle était métisse, les cheveux très courts et noirs, le regard mauvais, le visage usé par le temps et elle semblait furieuse, ouvrant ma portière elle me traîna sur la route par les cheveux. Elle prononçait des mots incompréhensibles, ma tête ma faisait atrocement mal et me fit hurler. La terre tremblait, elle y puisait, même plus profondément encore, elle tirait son énergie des ténèbres.

« Bon Dieu Katel qu’est-ce que tu fais ? »

« Elle est connectée à une sorcière, Cruzce ! »

« Quoi ? »

« Leurs esprits sont liés, la sorcière est en route je la sens approcher. J’ignore pourquoi je sens autant sa présence, elle n’est pas puissante vu ce sort de débutante. Elle devait ignorer qu’en liant leurs esprits, elle liait d’une certaine façon leurs corps. Je vais la mettre hors service. J’aimerais la tuer, mais ça tuerait le sosie et je sais que tu en as encore un peu besoin. »

La douleur me fit perdre connaissance. J’espérais que Bonnie allait bien… Elle ne devait pas être seule, Stefan et Damon devait être avec elle.

A mon réveil, j’étais attachée à une chaise et à des perfusions… L’homme de la voiture entra dans la petite pièce sombre où je me trouvais, je devais être dans une cave. Il débrancha le matériel de mon bras et parti avec ses deux poches de sang. Il me dit qu’il reviendrait quand je serais de nouveau à cinq litres de sang. Je n’en revenais pas ! Il allait me garder ici pour mon sang, le laissant se régénérer à chaque fois, jusqu’à ce que mon corps s’épuise complétement…

J’entendis soudain un bruit de clés quelques longues minutes plus tard et la porte de ma cellule s’ouvrit. Ils balancèrent le corps de Caroline et refermèrent la porte. J’eu du mal à aller jusqu’à elle, j’étais faible. Elle reprit connaissance rapidement.

« Qu’est-ce qu’il s’est passé Caroline ? Tu vas bien ? »

« Une embuscade. Les hybrides nous attendaient, je ne sais pas comment ils ont su… »

« Où sont les autres ? »

« Je ne sais pas. On était séparé, on a perdu la voiture d’Alaric de vue et ils nous sont tombés dessus… »

Je la pris dans mes bras à la fois pour la rassurer et me rassurer moi. Caroline sembla désolée en voyant les marques de perfusions sur mes bras. Nous restâmes sans bouger un moment, un très très long moment… puis un bruit sourd retenti, puis un second. La porte s’ouvrit avec force.

Stefan et Klaus venait d’arriver. Stefan me pris aussitôt dans ses bras, enfin un peu de sécurité. Klaus aida Caroline à se relever. Des hybrides arrivèrent, ils étaient prêts à nous bondir dessus.
Caroline était la plus prêt, ils la fixaient, grognaient. Klaus attrapa lentement la main de Caroline et la tira derrière lui avec force. Ils attaquèrent. Klaus arracha le cœur du premier qui s’approcha de lui d’une main, gardant Caroline collée dans son dos. Stefan en tua deux autres, il m’avait envoyé dans les bras de Caroline qui m’attrapa du bras droit car ne lâchait pas la main de Klaus.
Leur chef, Cruzce, intervient pour faire cesser le combat et sauver les deux hybrides restant.

« Oh Niklaus, quelle bonne surprise ! » lança Cruzce

Nous nous regardâmes, Klaus le connaissait ? Ce dernier sembla étonné, comme s’il ne se souvenait pas de lui, ou bien qu’il ne s’attendait pas ce que cette personne soit en vie.

« Viens avec moi Nik, nous avons beaucoup de chose à nous dire. Ah viens aussi joli sosie, j’ai besoin de sang. »

Personne ne bougea.

« Elena c’est ça ? Gardes à l’esprit que je n’ai rien à faire de la vie de tes camarades, leur arracher le cœur ne me dérange pas ! »

Je devais y aller. Stefan essaya de me retenir mais je le repoussais gentiment, je ne voulais pas qu’il lui arrive quoi que ce soit. Klaus regarda Caroline dans les yeux d’une drôle de façon, lâcha sa main avec regret et s’avança aussi vers la porte.

Je marchais dans les couloirs humides, ce sous-sol était immense. Les hybrides marchaient devant, Cruzce et Klaus suivait et j’étais derrière, seule. Cruzce était un peu plus petit que Klaus et restait assez imposant avec ses yeux noirs et ses cheveux bruns. Je passais devant une porte entre ouverte, je vis un corps attaché, celui de Bonnie. Je me précipitais à l’intérieur.

« Bonnie ? Tu m’entends ? »

Aucune réaction… Je regardais autour de moi, Alaric était là aussi, inconscient. Mais où était Damon ?

« A peine nous avons le dos tourné que le sosie s’enfuit ! C’est une manie… Toute fois c’est pour aider ses amis… Bien différente de Katerina. Qu’en penses-tu Niklaus ? Cette Elena semble plutôt tenir de la belle Tatia non ? »

Les deux hommes me regardaient. Cruzce avec curiosité et Klaus comme s’il se remémorait de mauvais souvenirs. Le premier m’attrapa par le bras et me dit qu’il voulait du sang…encore.

 [Point de vue Caroline]

Stefan et moi tournions en rond dans la cellule. La porte n’était pas assez solide pour nous empêcher de sortir, cela dit nous ignorions combien d’hybrides était présent mais il y en avait plusieurs, nous les entendions… C’était du suicide, il nous fallait une aide extérieur.
D’après ce que nous avions pu entendre, Bonnie était dans une pièce pas loin de la notre, mais où étaient les autres ?

Deux bonnes heures plus tard, Klaus fit son entrée accompagné de deux hommes. Il souriait, prenant cet air narquois, il semblait avoir changé de camps. J’avais envi de lui arracher les yeux. Il s’approcha de moi. Stefan demanda où était Elena, Klaus haussa les épaules, toujours souriant. Stefan bondit sur lui mais ce fit poignarder par les deux hybrides.

« Vous pouvez sortir, je dois parler à la fille. » dit Klaus

Etant donné que Stefan était hors service si je puis dire, ils acceptèrent. Je lui demandais à mon tour où était Elena. Il me fit face et je sentis mes crocs sortirent de colère, à ce moment, il mit un doigt contre ma bouche et me fit signe qu’on nous écoutait.

« Que de questions. Si je suis là ma belle c’est pour t’offrir la possibilité de sortir d’ici. Cruzce est assez spécial, mais faire affaire avec lui est plutôt intéressant. Il me fait penser à Rebekah, dommage qu’elle ne soit pas la pour le revoir. Tout comme Damon d’ailleurs, il n’est jamais là quand il faut…Bref, joins toi à nous Caroline, tu vaux mieux que de croupir ici avec les perdants…»

A ma grande surprise il sortit un portable de sa poche, se mit a écrire rapidement puis me le tendit. Il me fit signe de le prendre et de me taire.
Vu son dialogue, je savais déjà que je devais joindre Damon et lui dire que Rebekah pourrait l’aider, connaissant ce gars.

« Je te laisse réfléchir Caroline, regarde bien. Une nouvelle option s’ouvre à toi. Quand tu seras décidé, demande à ceux qui gardent la porte de venir me chercher. »

Que de sous-entendus… j’étais perplexe, nous ne savions jamais dans quel camp il était ! Klaus leva sa main et frola ma joue si légérement que si je ne l’avais pas vu, je ne suis pas sûre que je l’aurais senti. Lorsqu’il disparut de la pièce, je m’assis près de Stefan et commençai à fouiller dans le téléphone. Un message était enregistré, celui qu’il venait d’écrire je présume.

[La petite Sorcière est deux pièces à ta gauche avec le chasseur. Il sera difficile d’atteindre Elena, elle est sous surveillance. J’ignore où est Damon, mais pour une fois il serait utile. Je n’ai pas changé de camps, mon coeur. Je sais que tu y as pensé. Je fais mon possible pour que tu ne sois pas la prochaine sur la liste, dommage pour Stefan. Fais attention à toi Caroline. Effaces ce message.]

J’étais sous le choc. Qui aurait cru que Klaus… Non il voulait juste sortir d’ici, peu importe qui il devait manipuler pour y parvenir ! Sa technique devait marcher, il a bien faillit m’avoir… Ma seule option était de l’écouter.
Soudain j’entendis un hurlement, celui d’Elena. Je fis un message à Damon, priant de toutes mes forces pour qu’il ait son portable et qu’il puisse nous aider…

J’entendis, encore et encore puis j’eus une réponse.

[ J’y travaille Barbie.]

Sauvée ! Je lui envoyais tout ce que je savais. On vint chercher Stefan… Ça s’annonçait très mal pour lui. De plus Klaus n’allait peut-être pas pouvoir me protéger longtemps… Les hybrides me lancèrent de la verveine pour que je ne les empêche pas d’emmener Stefan. Pourvu que Damon trouve une solution, nos vies dépendaient de lui…

Comme vous pouvez le voir, voici deux nouveaux personnages tout droit sorti de mon imagination tordue et débordante. Vous aurez plus de détails demain dans un nouveau chapitre tout aussi long ! Et comme promis, un beau Delena ! 🙂

PS : Qui aime Klaroline ?

Disclaimer : Rien ne m’appartient, je m’amuse juste avec les personnages déjà existants des livres de LJ Smith et de la série de Julie Plec.

9 Commentaires

  1. merci pour tous ces chapitres , ton écriture est vraiment agréable !! perso j’adore Klaroline, et je pense que le jeux du chat et de la souris entre eux y est pour beaucoup, là ça devient plus sérieux c’est encore meilleur !!!
    bonne écriture 😉

  2. C’est vraiment trop bien!! 🙂 Bravo! ^^ J’ai hâte de savoir la suite surtout si tu nous promet un « Delena »!! 😀
    Moi j’ai bien Klaroline aussi… ^^
    Vivement demain! 😉

Les commentaires sont fermés.