Les Survivants, de Ingar Johnsrud

Une enquête du commissaire Fredrick Beier : Les Survivants, de Ingar Johnsrud

Broché : 608 pages
Éditeur : Robert Laffont
Date de parution : 8 juin 2017
Collection : La Bête Noire
Langue : Français
ISBN-10 :222119019X
ISBN-13 :978-2221190197
Disponible sur liseuse : Oui

Prix éditeur : 21€50

Son résumé :

Le commissaire Fredrik Beier et son ancienne collègue, Kafa Iqbal, en froid depuis l’affaire Solro, doivent enquêter sur le meurtre d’un homme censé avoir disparu des années plus tôt. Sur le lieu du crime, Kafa retrouve une photo abîmée au dos de laquelle est inscrit, en russe,  » Калипсо  » : Kalypso. Au même moment, dans les égouts de la ville d’Oslo, des rats se délectent d’un autre cadavre.
Une tragédie lie les deux victimes, mais pour la comprendre, il faut remonter jusqu’à une opération secrète aux conséquences désastreuses, datant de l’Union soviétique…

Mon avis :

Comparé à l’une de mes auteurs préférés (Camilla Läckberg en l’occurence), Ingar Johnsrud est un auteur de romans noirs norvégien qui m’intriguait au plus haut point. Si je le découvre avec le second volume de sa trilogie consacrée au commissaire Fredrick Beier, je n’ai pas manqué d’informations sur le premier tome et j’ai été plus que ravie de découvrir la plume de cet auteur. Les Survivants est donc un roman passionnant, dont la construction typique des auteurs nordiques pourra dérouter plus d’un lecteur, mais qui donne ce petit quelque chose en plus au roman.

Dès le début, nous sommes donc plongé dans l’histoire : un meurtre sordide, un homme torturé mais censé être mort 20 ans plus tôt, et ce sont des secrets anciens et dangereux qui refont surface à propos d’une mission top secrète en Russie. D’un banal accident de voiture à une mission qui tourne mal, les cadavres semblent être reliés entre eux pour une raison encore inconnue. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le commissaire, en proie avec une amnésie suite à une potentielle et mystérieuse tentative de suicide, aura bien du mal à démêler le vrai du faux…

Je dois admettre que j’ai été vraiment captivé par cette histoire. Très bien ficelée et assez cohérente, elle nous plonge dans les rouages des services secrets, de la police et des missions dont le grand public ne doit jamais rien savoir. Entre secrets, complots et trahisons, Ingar Johnsrud réussit à nous entraîner et à nous perdre dans des chemins nébuleux avant de nous dévoiler une vérité glaçante. De la Russie à la Norvège, ce sont des personnages au caractère fort et endurcis que nous suivons donc, mais qui n’en demeurent pas moins dénué d’une certaine sensibilité. De fait, il est difficile de ne pas s’attacher à Fredrick Beier, cet homme qui semble avoir beaucoup souffert et qui pourtant continue de se battre pour la justice malgré des méthodes parfois peu orthodoxes.

Sur fond de guerre froide, Ingar Johnsrud nous entraîne dans une enquête endiablée où les choses sont parfois plus compliquées qu’on ne le pense, et la vérité, juste sous nos yeux. Pourtant, le roman subit parfois quelques longueurs qui ralentisse le rythme avant que celui-ci ne reparte sur les chapeaux de roue. Une cadence étrange et qui alourdit malheureusement le récit à certains moments, même s’il n’en demeure pas moins un très bon titre. Et si j’ai découvert Ingar Johnsrud avec ce roman, je garde son nom dans un coin de ma tête et attend avec une certaine impatience la suite des aventures du commissaire Fredrick Beier. Sans nul doute, la suite sera dingue, étant la fin du roman…

Acheter ce livre sur Amazon

 
A propos Chouquette 345 Articles

Chouquette, chroniqueuse sur Songe d’une nuit d’été. Dévoreuse de livres et séries télé, accro à James Bond et Harry Potter. Le reste du temps, je suis étudiante en Droit et photographe amateur :)

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*