La Cave de Natasha Preston

Un thriller Young-Adult coup de poing dont on ne peut pas ressortir indemne.

:star: La cave de Natasha Preston

Nombre de pages :  400 pages
Editeur : Hachette Romans
Date de sortie :  19 avril 2017
Collection :  Hors-séries
Langue :  Français
ISBN-10:  201702810X
ISBN-13:  978-2017028109
Prix Editeur :  18€
Disponible sur Liseuse : Oui

Son résumé :

Imaginez une maison comme n’importe quelle autre. Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire. Derrière cette armoire, une porte. Au-delà de cette porte, des escaliers. Et en bas, une cave. Une cave où sont séquestrées trois filles, Rose, Iris et Violette, soumises à la folie maniaque et meurtrière d’un homme : Trèfle.
Dans une autre maison, dans une ville où il ne se passe jamais rien, Summer mène une vie parfaitement banale. Elle a des parents, un frère, des copines, un petit ami. Mais un soir, sa route croise celle de Trèfle, et Summer ne rentre pas chez elle. Elle se retrouve enfermée dans une cave en compagnie des autres filles et rebaptisée Lilas. Mais contrairement aux autres filles, elle n’est pas prête à accepter son sort jusqu’à faner et dépérir…

:star: Mon avis :

La cave est un thriller Young-Adult particulièrement éprouvant où on parle de séquestration et surtout d’un véritable lavage de cerveau sur plusieurs jeunes femmes. J’ai lu ce roman d’une traite, à la fois fascinée et effrayée par ce que je lisais, voulant absolument savoir comment toute cette horreur pouvait bien finir.

Summer n’a que 16 ans et en se rendant à un concert, elle se fait kidnapper. Son kidnappeur l’appelle Lilas et l’emmène dans une cave où tout un appartement est aménagé et où il y a déjà trois autres filles : Rose, Iris et Violette. Elles lui disent qu’elles vont former une famille et que leur kidnappeur s’appelle Trèfle. Elles semblent franchement résignées, à la limite du syndrome de Stockholm et pour Summer ce n’est pas possible. Elle n’est pas prête à baisser les bras et veut se battre pour vivre et retrouver sa famille, sa vie banale de lycéenne et surtout son petit-ami Lewis.

Ce roman est vraiment très bien mené, c’est un thriller vraiment très efficace. Durant toute ma lecture, j’étais entre deux feux, je voulais soit faire des pauses pour assimiler l’horreur de ce que je lisais ou soit continuer pour savoir ce que Summer et les autres filles allaient devenir. L’auteur est vraiment très très forte ! J’ai lu beaucoup de romans de ce genre et cela faisait longtemps qu’un thriller ne m’avait autant retournée et pris aux tripes. J’étais vraiment inquiète pour les filles, je trouvais presque insoutenable tout ce qui leur arrivait, qu’un tel malade puisse faire de telles choses.

Ce qui est aussi très intéressant, c’est que l’on va suivre bien sûr le point de vue de Summer, ce qui fait que je me suis beaucoup attachée à elle, j’ai adoré sa personnalité, c’est une véritable battante. Mais on va aussi suivre deux autres points de vue : ceux de Trèfle et de Lewis. Pour Trèfle, je trouve ça intéressant d’avoir  le point de vue du méchant en quelque sorte, ici ça a encore plus renforcé mon dégoût du personnage, qui est un véritable fou dangereux qui vit dans son propre monde où ses « fleurs » comme ils les appellent sont mieux avec lui qu’en liberté. Pour Lewis, par contre ça m’a vraiment brisé le cœur. Il est absolument dévoué à Summer, à mes yeux il est le copain parfait (et ressemble pas mal à mon propre chéri en plus, ce qui m’a encore pus émue) et surtout il ne lâche rien dans ses recherches.

Ce qui est assez choquant aussi, c’est que ça arrive à une mineure, car toutes les autres filles dans la cave ont plutôt une vingtaine d’années. Non pas que cela minimise la chose, mais je voyais tellement Summer comme une enfant encore innocente…Franchement, si vous êtes parent et que vous trouvez que votre enfant n’est pas assez vigilant, mais mettez-leur ce livre dans les mains et là vous serez sûrs qu’ils se méfieront des inconnus ! Trêve de plaisanterie, j’ai trouvé que ce roman était quand même bien sûr très adapté au public visé, qui est à partir de 16 ans, je dirais. Mis à part quelques scènes de violences et de meurtres assez soft, tout est évoqué à demi-mots ou sous-entendus. Ce n’est pas la violence qui est choquante finalement, c’est tout l’endoctrinement que réalise Trèfle sur ces pauvres femmes, c’est ça qui est absolument horrible. Je pense que là, l’auteur a signé un roman choc et j’espère qu’il ne va pas passer inaperçu car il est vraiment très intéressant, il faut le lire !

Ce roman est vraiment un thriller coup de poing comme je n’ai jamais pu lire, j’ai eu du mal à poser mes mots pour chroniquer ce livre éprouvant, donc j’espère vous avoir convaincu de sauter le pas, car on ne peut pas à côté de ce roman. Je le déconseille quand même aux plus fragiles d’entre vous car je le trouve assez dur psychologiquement.

Acheter ce livre sur Amazon

 
A propos Littlepadfoot 169 Articles

Chroniqueuse sur Songe d’une nuit d’été depuis août 2014. Future libraire, je lis de tous les genres avec une prédilection pour la littérature contemporaine, le thriller, le New Adult et le Young Adult.

4 Commentaires

  1. Je l’avais repéré ce livre dès sa sortie, mais étant maman (alors certes d’un garçon), j’avoue que j’ai du mal avec ce genre de livre. Mais il me tente vraiment, surtout en sachant qu’on a également le point de vue du méchant … je le note dans ma wish-list

    • Franchement ça peut s’appliquer à tous les enfants, dans tous les cas, les garçons n’en sont pas pour autant moins vulnérable. C’est vrai que moi je me suis inquiété en me mettant à la place des jeunes femmes, mais en tant que Maman ça doit pas être évident non plus à lire, ce type de thème.

  2. Un roman qui me plaira je suis certaine… La couverture détonne avec le sujet traité en tout cas. Elle dégage une douceur je trouve. Très contraste avec la séquestration!

    • Franchement, après la lecture et quand tu en comprends tout le sens, ça fait beaucoup moins doux, ça fait frisonner ^^

1 Rétrolien / Ping

  1. Songe d'une Nuit d'été - Ce qu’il s’est passé sur Songe – Semaine#2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*