#scandale de Sarah Ockler

Chronique réalisée par RoseRose

#scandale de Sarah Ockler


#scandale, Sarah Ockler (Nathan)Nombre de pages :
 420 pages
Éditeur : Nathan
Date de sortie : 10 juin 2015
Collection : Romans Grand Format
Langue : Français
ISBN-10 : 2092556088
ISBN-13 : 9782092556085
Prix Éditeur : 16,90 €
Disponible sur Liseuse : Non

Son résumé :

LADY BLABLA
2 002 J’AIME
92 PERSONNES EN PARLENT

Vendredi 25 avril

Mes chers petits poissons, voici venu le week-end du bal de promo. Vous savez ce que ça signifie : sexe ! scandale ! Et… paillettes !

Alors n’oubliez pas de partager vos meilleurs clichés du week-end sur ma page Lady Blabla, #scandale, afin de participer au grand concours « Scandale du mois ». Je compte sur vous pour qu’il soit mémorable !
Les vainqueurs se verront décerner une médaille d’or, assortie, bien sûr, d’un sentiment d’humiliation éternelle. Et ça, ça n’a pas de prix !

Allez, amusez-vous bien, mes petits poissons. Soyez sages. Et n’oubliez pas de sourire aux paparazzi !

Bisous,
LADY BLABLA

Le soir du bal d’automne, Lucy se retrouve au bras de Cole, le petit-copain de sa meilleure amie, cette dernière étant malade. Emportée par l’euphorie et son amour secret pour le jeune homme, Lucy finit par commettre l’irréparable : l’embrasser. Mais bientôt, une photo de son baiser avec Cole est postée sur son propre compte Facebook, ainsi qu’une série de photos présentant ses amis dans des situations compromettantes. En quelques heures, le lycée entier la déteste et pour elle, l’enfer commence…

Mon avis :

Comme le dit l’éditeur, ce titre est à mi-chemin entre Gossip Girl et La Liste de Siobhan Vivian. Gossip Girl pour Lady Blabla, qui tient un blog sur lequel les étudiants peuvent poster le pire de leurs soirées avec #scandale, La Liste parce que cette main anonyme entraînera la mise au ban de l’une des élèves, Lucy.

Lucy qui ne rêve que de Cole, malheureusement pris par sa meilleure amie; Lucy qui l’embrasse et se retrouve au lit avec lui, sans se rendre compte que son téléphone a disparu; Lucy qui se réveille le lendemain, s’aperçoit que son compte Facebook a été piraté, et que des photos de la soirée (dont d’elle dans les bras de Cole) ont été diffusées; Lucy, qui se trouve rejetée par tous ses amis, et même convoquée par la directrice de l’établissement, et contrainte à s’expliquer; Lucy, qui se retrouve être l’objet d’un groupe Facebook contre elle… Bref, les élèves entre eux font ressortir le pire. Mais la jeune fille est bien décidée à mettre un terme à cette cabale, et étonnement, ceux qui vont l’aider ne sont pas forcément ceux auxquels elle aurait pensé quelques jours auparavant…

C’est un sujet pas évident qu’a traité Sarah Ockler, celui de l’emprise des réseaux sociaux dans la vie quotidienne, notamment lorsqu’elle touche des populations fragiles comme celle des adolescents. On voit la rapidité avec laquelle une action sur Facebook peut détruire une amitié, une relation amoureuse. On assiste à la descente en enfer de Lucy, responsable mais pas coupable en somme. Revient également dans ce roman la notion de popularité si importante aux yeux des lycéens. Et au-dessus de tout cela, de la pure méchanceté. Lucy voit son casier tagué, elle est brimée à la cantine, en cours…

J’ai trouvé le sujet très bon, mais le traitement n’a pas été à la hauteur de ce que j’attendais. Certains personnages détonnent complètement, notamment la bande S@TAN (Section @ntitechnologie et Addiction au Net), un groupe anti-nouvelles technologies, comme son nom l’indique, ou encore Mme Zeff, la principale, qui est complètement à côté de la plaque. C’est un personnage extrêmement mal construit pour moi, sans caractère, sans corps, avec des réactions minables, dès que je voyais son nom apparaître sur la page ça me hérissait ! La sœur de Lucy est une star du petit écran sur le déclin, avec beaucoup de paillettes à la surface, mais des problèmes comme tout le monde, un vrai cliché. Quant à notre couple maudit, Lucy et Cole, ils représentent des artefacts de lycéens : Lucy est dès le départ décrite comme quelqu’un d’atypique (elle préfère tuer des zombies sur l’ordinateur qu’aller faire les boutiques…), et Cole a un groupe de rock.

C’est vraiment dommage, car l’intrigue relevait d’un problème de société qu’on aurait aimé voir développer de manière encore plus poussée.

Bon

Acheter ce livre sur Amazon

 

4 Commentaires

  1. Si le résumé me donne envie d’en savoir plus, ta chronique ne me rassure pas… Mais même s’il y a des chances qu’il ne me plaise pas, je voudrai me faire mon propre avis! 🙂 La couverture me fait penser au film Ciberbully tu l’as déjà vu?
    Bises!

    • Je trouve que d’autres titres sur la même thématique (le malaise adolescent poussé à son paroxysme) sont mieux faits (je pense notamment aux Cat Clarke). Après effectivement c’est un avis personnel 🙂 Non je n’ai pas entendu parler de ce film ! Il est bien ?

  2. Je partage totalement ton point de vue pour ce roman. le thème est intéressant mais parfois traité de manière superficielle et il y a des personnages pas du tout crédible, c’est clair ! Une lecture sympa et sans doute qui plaira aux ados mais je préfère, sur ce sujet Like me, sorti à la même période.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*