ASCF→ ROMAN HISTORIQUELES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRES

La Bicyclette bleue de Régine Deforges

la bicyclette bleue regine deforgesBroché: 413 pages

Editeur: Livre de poche

Date de sortie: 3 Janvier 2001 (paru en 1983 chez Fayard)

Prix éditeur:6€27

Disponible sur liseuse: Oui

ISBN : 2-253-03383-9

EAN : 9782253033837

Résumé

1939. Léa Delmas a dix-sept ans. Sa famille possède le domaine de Montillac, au coeur du vignoble bordelais. Sa vie se résume aux senteurs de cette terre, à la lumière, à la tendresse des siens. La maison s’affaire aux préparatifs du bal…

Mais la déclaration de guerre va anéantir l’harmonie de cette fin d’été, et jeter Léa dans le chaos.

Elle va découvrir et affronter la débâcle, l’exode sous les bombes, la mort, l’occupation nazie, l’exploitation du domaine, la violence du plaisir, la fragilité des sentiments.

En ces premières années de guerre, Léa va être contrainte à des choix impossibles…

Mon avis:

En apprenant le décès de l’auteure cette semaine, j’ai eu une bouffée de nostalgie pour cette saga que j’avais dévorée quand j’étais adolescente. La bicyclette bleue est le premier tome d’une série de 10 romans dont le personnage emblématique est Léa Delmas.

Une héroïne tête à claques mais attachante

Au cours de ses aventures et des différents romans qui la conduisent de guerre en guerre, le lecteur voit grandir et mûrir Léa Delmas. Mais dans ce premier opus Léa n’a que 17 ans. Nous sommes à la veille de la seconde guerre mondiale. La jeune fille est insouciante, désinvolte, insupportable et amoureuse. Amoureuse de Laurent d’Argilat tout d’abord, un jeune homme bien sous tout rapport mais aussi amoureuse de la vie et de la terre familiale, cette propriété au cœur des vignobles dirigée par son père. Lors d’un pique-nique qui va sceller le dernier jour de paix, Léa rencontre l’énigmatique François Tavernier, un homme plus mûr et aux antipodes de Laurent qu’elle convoite et tente de séduire bien que ce dernier soit fiancé. Car malgré son âge, Léa est une garce, une Scarlett O’Hara qui aime séduire et qui est consciente de sa beauté. Au fil des épreuves et des pertes, se dessine toutefois une héroïne plus touchante au prise avec l’Histoire qui ne l’épargnera pas.

Autant en emporte les préjugés

Destiné à faire partie d’une série de remakes des grandes œuvres américaines commandée par l’éditeur, le roman a pourtant entraîné une polémique. Accusée d’avoir plagié le célèbre roman de Margaret Mitchell, Régine Deforges a dû batailler pendant des années contre les héritiers de l’auteure américaine.  L’intrigue qui se déroule entièrement au cours de l’occupation allemande reprend effectivement les grandes lignes narratives de Gone with the win. Les personnages ont de nombreux points communs. Mais cette similitude disparaît dès le second tome et ne m’a absolument pas gênée. L’esprit libre de Régine Deforges souffle sur cette saga avec une héroïne qui se fiche des préjugés et vit ses désirs sans culpabilité. Il y a de la sensualité dans ce roman, une pointe d’érotisme discret mais écrit sans fausse pudeur. Car le sujet principal du roman n’est pas la romance mais la guerre.

Une héroïne au cœur de la guerre.

La guerre se partage la vedette avec Léa. Elle est le point commun des  romans de la saga. Dans ce premier volet, Léa affronte la défaite de la France contre l’Allemagne nazie. Fuyant la capitale, elle va connaître les bombardements sur les routes de France noircies par les colonnes d’exilés. Elle devra également composer avec la présence allemande qui occupe le domaine familiale de Montillac. L’occupation, la collaboration, la résistance, l’antisémitisme…, l’auteur met en évidence les motivations de chaque protagoniste  pour donner une vision assez complète de cette sombre période.

Après des années, je me suis surprise à relire ce livre avec un plaisir certain. Je vais sûrement aller fouiller mes vieux cartons pour retrouver le tome 2!

Très bon

Acheter ce livre sur Amazon/Acheter ce livre chez Decitre

Tags
Voir Plus

6 Commentaires

  1. Bonsoir
    C’est marrant moi aussi je l’ai lu il y a bien 25 ans… et ce fut mes premiers émois amoureux aux aussi
    j’vais lu une trilogie à l’époque???
    BONNE SOIREE

  2. Et dire que quand tu étais ado je n’étais pas née :green:
    Je crois que j’ai vu ce livre chez mes grands-parents, ma mère a dû le lire je pense. Mais si ça reprend l’histoire de Autant en emporte le vent non merci ! J’ai vu le film très récemment (oui le nombre de pages du livre m’a démotivée) et avec la montagne d’éloges qu’on en fait je m’attendais à une histoire formidable… J’ai détesté… Scarlett est insupportable et même si l’histoire est intéressante le personnage m’a paru si antipathique que quand le film s’est terminé j’ai soulagé !

  3. Et oui tout comme toi Elora, hier, j’ai rererelu ce livre…. Et même 15 ans après ma première lecture de cette histoire j’ai eu mon petit cœur qui a frémit comme au premier jour… Sans conteste La bicyclette bleue m’a donné un vrai goût pour la lecture de romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils