Accueil ASCF Un milliardaire pour Noël de Liz Talley

Un milliardaire pour Noël de Liz Talley

14 Temps de lecture
4
0

Un milliardaire pour NoëlPoche: 320 pages
Editeur : Harlequin
Date de sortie : 1 décembre 2013
Collection : Prelud’
Langue : Français
ISBN-10 : 2280284022
ISBN-13 : 978-2280284028
Prix : 6€10
Disponible sur Liseuse : OUI

Résumé : Un milliardaire ? Mary Paige n’en revient pas. Elle croyait avoir apporté un café à un véritable sans-abri, et voilà qu’elle découvre que derrière les traits de ce vieillard frigorifié se cache un milliardaire excentrique. Et elle n’est pas au bout de ses surprises : pour la remercier, celui-ci lui propose d’incarner l’Esprit de Noël pour sa prochaine campagne de charité… en échange d’un chèque de deux millions de dollars. Seule contrainte : travailler avec son petit-fils Brennan, un businessman certes séduisant, mais qui voit cette campagne d’un très mauvais œil…

Mon avis

Ravie de vous retrouver pour une nouvelle chronique. Ayant un peu de temps devant moi, j’ai décidé de me plonger corps et âme dans ce roman dont j’attendais beaucoup. En effet, j’avais immédiatement flashé sur la quatrième de couverture et je me suis dit que c’était, pour moi, l’occasion de redécouvrir les éditions Harlequin via leur collection Prélud’. Malheureusement, la mayonnaise n’a pas vraiment pris avec moi. Aller, je vous en dis plus tout de suite.

Le coeur sur la main ou la main-mise sur l’argent

Mary Paige est une jeune femme, tout ce qu’il y a de plus banal : comptable mais pas encore experte, elle vit seule (enfin presque, elle héberge son paria d’ex Simon sur son canapé – qui se permet lui-même d’inviter ses greluches pour jouer au monopoly) avec son chat aveugle. Elle est équilibrée (enfin, pas à tous les niveaux), forte, franche mais, c’est surtout une grande amoureuse de l’espèce humaine : elle a le coeur sur la main et est très généreuse. Elle n’a jamais connu son père mais a vécu une enfance heureuse avec sa mère et son frère Caleb, handicapé qui se bat pour avoir droit à une vie digne.

Brennan est le petit-fils de Ô Grand Monsieur Malcolm Henry Jr, directeur des grands magasins Henry, une des plus grosses fortunes du pays. Brennan est un homme sûr de lui, imbus de sa personne mais blessé intérieurement : ses parents sont décédés durant les fêtes de Noël et il a l’impression que son grand-père ne le considère jamais pour sa réussite et son côté battant. C’est aussi un homme qui n’est pas près de s’engager. Amoureux ? Non, non, il ne connait pas ça ! Il est enfin prêt à succéder à son grand-père pour reprendre la relève de l’empire qu’il a construit.

Une idée farfelue pour rapprocher deux êtres esseulés

Depuis son infarctus, Monsieur Malcolm n’est plus le même. Or, pour lancer la nouvelle campagne des entreprises Henry à l’occasion de Noël, il n’hésite pas à se grimer en SDF afin de tester la générosité des gens. Bien évidemment, Mary Paige, dit MP pour les intimes, le coeur sur la main, fait preuve à son égard d’une grande sympathie, n’hésitant pas à lui offrir une affreuse paire de chaussettes et un café bien chaud. Ce deux présents lui valent de gagner 2 millions de dollars. Eh oui, rien que ça. Ainsi, si Mary-Paige accepte d’incarner l’image de L’esprit de Noël de la compagnie Henry, cet argent est pour elle.

Pour cela, elle va devoir travailler avec Brennan, qui n’est vraiment pas emballé par cette campagne tout comme par les fêtes de Noël. Pourtant, ces deux-là vont devoir travailler main dans la main pour pouvoir satisfaire aux exigences de Malcolm. De traditions familiales en fausse romance, ils vont devoir faire preuve d’imagination pour donner au public ce qu’il veut. Ces deux-êtres là que tout oppose vont commencer à s’apprivoiser. Une seule règle est posée entre eux : non, ils ne coucheront pas ensemble. Mais bien évidemment, tout le monde sait que les règles sont faites pour être transgressées.

Quoi qu’il en soit, Mary Paige et Brennan vont être épaulés par Malcolm et Judy, une ancienne religieuse qui s’occupe maintenant d’un foyer de jeunes handicapés et qui a fait tourner la tête à ce vieux fou ce Malcolm. Ces deux-là vont tout mettre en oeuvre pour rapprocher nos deux jeunes héros. Mais, ce qu’ils avaient oublié, c’est la présence du beau et ténébreux cousin de Brennan, Asher, qui trouve Mary Paige à son goût. L’amour triomphera-t-il ?

Une romance sympathique

Bon, tout d’abord, pour comprendre mon avis, je dois vous dire que je ne suis pas une très grande fan des Harlequins. Pourtant, avec cette collection de romances contemporaines, je me suis dit qu’il aurait peut-être mon bonheur. Alors oui, j’ai flashé sur le résumé de ce livre et je pensais pouvoir découvrir une romance agréable et piquante, avec des personnages haut en couleurs. Mais j’ai été déçue. C’est un peu fade et plat alors que cela aurait pu donner une romance vraiment jolie pour une histoire peu banale.

Oui, l’histoire en elle-même aurait pu être agréable, même si l’omniprésence de l’argent m’a un peu tapée sur le système. Tout est dans le trop ou l’exagération et c’est vraiment dommage. Le luxe, encore le luxe, toujours le luxe. Mais enfin, ce n’est que mon avis. Ensuite, j’ai trouvé les personnages plats et sans relief, exceptés pour Malcolm (adorable et drôle, vraiment) et Judy (toujours une anecdote sous la main). Mary Paige est chiante et lourde : quand elle ne désire pas toujours vouloir avoir le dessus, ses réflexions sont celles d’une gamine pré-pubère. Brennan est là sans être là : froid, distant, jamais satisfait avec juste le profit en bouche. Bref, si les deux héros avaient été un peu plus sympathique, l’histoire n’en aurait été que meilleure.

Par moment, le style d’écriture était un peu lourd et gauche, de quoi vous donnez mal à la tête. Sans parler des longs pavés qui ne servaient pas vraiment à grand chose dans l’histoire, à part des lourdeurs dont on se serait passé. D’ailleurs, pour ne revenir à l’histoire, c’est simple : pas d’action, rien du tout. Même pas un soupçon de suspense, de bagarre, de grosses disputes … Non rien de bien intéressant. On assiste juste aux rencontres de Mary Paige et Brennan, comme un personnage alpha et ça s’arrête là. Enfin bref, comme vous l’avez compris, je n’ai pas du tout accroché. Je dois quand même reconnaître que les efforts sont là et que l’auteure Liz Talley déborde d’imagination. Une romance sympathique mais sans plus. Pas de frissons : toutes les excuses étaient bonnes pour interrompre ma lecture.

En tout cas, je suis sûre que parmi vous, certains trouveront leur bonheur. Mais pour ma part, j’attendais bien trop de cette histoire. Une romance sympathique, mais qui ne vous marquera sans doute pas. Ça vaut quand même le coup d’œil pour certaines scènes gentilles et drôles.

La petite anecdote : après une scène de sexe (bien lisse et plate, sans vie) entre nos deux héros, ces derniers sont enlacés. Et je vous donne en mille leur sujet de conservation … Vous ne rêvez pas non, ils discutaient des poils pubiens de Mary Paige. Sérieusement. Non mais plus tue l’amour tu meurs. 

Moyen

Acheter ce livre sur AMAZON / Acheter ce livre sur DECITRE

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par RockAndStone
Charger plus dans ASCF

4 Commentaires

  1. audrey891

    25 novembre 2013 à 10 10 28 112811

    J’ai adoré lire ta chronique ! Bon clairement, ça ne me tente absolument pas. J’aime bien certains harlequins, mais ceux où il y a une intrigue, un mystère, un meurtre, une trahison, bref un peu de piment.
    Tu m’as tué sur les poils pubiens… Euh, qui parle de ça après l’amour ? Ou même qui parle de ça tout court ?!

    Réponse

    • Rockandstone

      25 novembre 2013 à 19 07 23 112311

      Je te jure, j’en pouvais plus … Je me suis dit : jamais je n’oserai parler de ça dans ces circonstances, hormis avec une esthéticienne à la rigueur et dans d’autres situations ! ^^

      Tout comme toi, j’ai besoin d’un peu plus de matières pour pouvoir apprécier complètement un livre.
      A voir pour les autres romans de la collection, peut-être trouverais-je mon bonheur !

      Réponse

  2. Artemissia Gold

    25 novembre 2013 à 13 01 46 114611

    J’avoue que le coup des poils pubiens me rend curieuse du roman ^^. Dans l’ensemble, j’avoue que ta chronique de donne pas très envie de le lire mais il est dans ma WL et je pense le lire tout de même :p

    Réponse

    • Rockandstone

      25 novembre 2013 à 19 07 21 112111

      Il pourrait te plaire peut-être … Je n’ai juste pas vraiment accroché avec le style ! ^^
      Le coup des poils m’a quand même tuée !

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article qui pourrait vous plaire

J’ai égaré la lune de Erwan Ji

J’ai égaré la lune de Erwan Ji Nombre de pages : 464 pages Editeur : Nathan Date de …