Le Doux Venin des Abeilles de Lisa O’Donnell

La couverture est magnifique. Le résumé intriguant, j’avais une envie folle de lire ce roman qui n’est pas un roman Young Adulte ou Jeunesse mais un roman pour adulte. Eh oui, pour une fois je change un peu de registre et pour tout vous dire, ça ne fait pas de mal !

Le Doux Venin des Abeilles de Lisa O’Donnell

Le Doux Venin Des Abeilles de LISA O’DONNELLBroché: 363 pages

Editeur : MICHEL LAFON (7 février 2013)

Langue : Français

ISBN-10: 2749917999

ISBN-13: 978-2749917993

Son résumé :

« Aujourd’hui, c’est la veille de Noël. Aujourd’hui, c’est mon anniversaire. Aujourd’hui, j’ai quinze ans. Aujourd’hui, j’ai enterré mes parents dans le jardin. Personne ne les regrettera. »

Après la mort brutale de leurs parents, Marnie, quinze ans, et sa petite sœur Nelly décident de poursuivre leur vie comme si de rien n’était, bien que chacune d’elle soupçonne l’autre de les avoir assassinés. Personne ne semble se douter de leur sort. Excepté Lennie, l’homme qui vit dans la maison voisine. À force d’observer leurs faits et gestes, il finit par remarquer que les deux jeunes filles sont livrées à elles-mêmes, et les prend sous son aile. Au fil des mois, amis, voisins et autorités – sans compter le dealer du coin qui en a toujours après leur père – commencent à poser des questions. Et un mensonge en entraînant un autre, Marnie et Nelly s’embourbent dans une aventure qui pourrait leur coûter bien plus qu’elles ne peuvent payer. D’une plume incisive et percutante, Lisa O’Donnell nous livre un roman à trois voix envoûtant et inoubliable. Le Doux venin des abeilles est l’histoire comiquement macabre d’âmes en perdition, dont le seul espoir de rédemption est de se tourner les unes vers les autres.

Mon avis :

Voilà un roman qui m’a pris aux tripes comme on dit. D’une lecture facile et agréable, on rentre vite dans l’histoire de ces deux jeunes adolescentes livrées à elle même après la mort brutale de leurs parents.

Nous nous retrouvons plongés dans la tête de Marnie, la plus grande des deux sœurs, quinze ans et qui en parait tellement plus, de sa petite sœur Nelly, jeune personne aussi étrange qu’adorable et leur voisin gay : Lennie.

La vie des deux sœurs n’est pas rose, même pas en demi teinte; elle est triste à pleurer…enfin presque. Presque, parce que même si leur vie ne fait pas rêver, les deux filles ont bien l’intention de s’en sortir et de le prouver à la terre entière, en commençant par leur entourage. Tout commence par la mort des parents. Ne voulant pas être séparées et se retrouver dans des foyers sociaux, elles décident de les cacher dans le jardin. Enfin, c’est Marnie qui dirige et Nelly sa petite sœur, qui suit.

Marnie, ne veut pas suivre le même chemin que ses vieux qui étaient drogués et alcooliques; malgré tout, malgré qu’elle soit très intelligente, elle n’en mène pas large pour autant, elle se drogue, fume et donne son corps pour un peu de réconfort. Elle en a vu Marnie, bien plus qu’une ado de son âge n’aurait du. Quant à sa petite sœur, elle n’est pas mieux lotie.

Il faudra attendre l’aide inespérée de leur voisin homosexuel, Lennie, pour que leur vie change un peu et soit recadrée. Malgré tout, elles ne lui diront pas la vérité au sujet des parents enterrés dans le jardin, préférant servir à tous, l’histoire de leur disparition en Turquie les abandonnant à leur propre sort. C’est tellement plus simple pour elles.

Sur des airs de conte ou de légende Urbaine

C’est ainsi que de fil en aiguille, et par des rencontres tantôt inopinées tantôt burlesque, Marnie et sa sœur  se retrouvent plongées jusqu’au cou dans un mensonge qu’elles aimeraient finir par enterrer à jamais. Heureusement pour elles, des gens à l’air peur recommandable s’avéreront des bouées de secours aussi inopinées qu’espérées. Quant à ceux qui se disent de leur propre sang, il faut parfois bien reconnaitre que les gènes ne font pas forcement la famille.

Malgré sa dureté évidente, ce roman nous dépeint comment deux gamines qui ont tout pour sombrer, tentent tant bien que mal de se raccrocher à l’espoir et à la vie. Pour moi, ce roman est un petit conte de fées urbain, dépeignant à merveille comment, quand on le veut et quand on sait saisir sa chance, on peut s’en sortir. La route sera  longue dure et périlleuse mais Marnie et Nelly montrent que même par des moyens parfois choquant, parfois dur ou burlesque, si on veut on peut s’en sortir.

Deux gamines, deux victimes, deux survivantes d’un monde qui ne leur fait aucun cadeau… ou presque!

J’ai adoré la plume incisive et directe de Lisa O’Donnell qui ne s’embête pas dans son récit et nous dépeint de manière abrupte et sans concession, une histoire vraie parfois dure, parfois drôle et émouvante. On peut être dans un premier temps choqué et mal à l’aise par les choix et la vie plutôt sordide de ses deux sœurs vivant dans un quartier de Glasgow plutôt défavorisé. Mais au final on est vite embarqués dans la tête de Marnie qui mène la danse suivie de prêt par Nelly et Lennie, le voisin homosexuel arrêté pour outrage sur la voie publique.

Le début m’avait un peu déprimé : c’est triste, c’est sale, ça colle au cœur, on en voit presque la conclusion de manière sombre, négative et pourtant… Il suffit qu’un voisin que l’on pensait mauvais ou un dealer encore plus terrible qui vous oblige à reprendre vos études de façon sérieuse, pour que  l’ombre d’un espoir naisse dans mon cœur et celui de Marnie et Nelly; même si pour les deux gamines, c’est un peu plus dur de croire au père noël quand depuis toute petite on vous montre les aspects les plus nauséeux de l’être humain.

Et pourtant, pourtant Lisa O’Donnell a réussie le pari fou de transformer son histoire, de la rendre d’une beauté éclatante là où l’on ne s’y attendait pas et de finir de nous achever par une fin à vous plaire pleurer toutes les larmes de votre corps, parce que c’est beau, parce que toutes les sales histoires d’enfants maltraités, d’enfants abandonnés, devraient terminer ou commencer par cette magnifique fin pleine de joie et d’espoir!

Le début de ce roman fut un véritable coup au cœur pour finir par un véritable coup de cœur !!  Un livre qui vous ébranlera jusqu’aux tréfonds de l’âme.

Un grand merci aux éditions Michel Lafon de nous faire découvrir des écrivains avec un talent aussi rafraichissant.

Ce livre vous intéresse ? Vous pouvez l’acheter ICI

 
A propos Artemissia (Julie F) 4106 Articles

Créatrice et responsable du webzine « Songe d’une nuit d’été ». Un site culturel 100% féminin. Il est consacré à la littérature (romance, jeunesse, bit-lit, thriller, MxM entre autre chose), mais aussi aux mangas, à la BD, aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

4 Commentaires

  1. En trois mots : je suis conquise !

    Merci pour cette belle chronique, ça donne envie de s’y plonger aussitôt ! Par contre, apparemment il est tout récent, j’ai donc peur de ne pas le trouver avant un certain temps dans ma bibli…

    • J’espère que tu pourras le trouver rapidement. Ce roman m’a totalement conquise. Je ne connaissais pas du tout cette auteure. Apparemment c’est son premier roman. Mais je suis heureuse que ma chronique t’ai donné envie, j’avoue qu’hier après avoir fini le livre j’avais une pêche d’enfer !
      L’histoire des ces deux ado est bouleversante.
      Tu te dis que même si les bases sont mauvaises, il y a toujours un moyen de s’en sortir; il suffit de savoir écouter et voir les bonnes personnes… et ce n’est pas forcément celles que l’on croit!

      Je pourrais en parler pendant des heures de ce livre ^^…

      • Ça se ressent ^^. D’ailleurs, c’est également ce souffle passionné avec lequel tu as rédigé ce billet qui m’encourage à ouvrir ce livre (même si l’histoire m’intéresse également). Chez moi souvent, une quatrième de couv’ ne suffit pas et c’est la personne qui en parle qui déclenche le vrai déclic.

        Mais ça m’a l’air d’être un roman initiatique comme je les aime en tout cas. Comme tu dis, il faut savoir écouter et surtout accorder sa confiance aux bonnes personnes. Malheureusement c’est rarement le cas, je pense qu’on est tous passé par là, on s’est tous déjà trompé sur quelqu’un… D’une certaine manière c’est aussi comme ça qu’on grandit, c’est ça l’apprentissage de la vie :).

        Tu auras mon retour dès que je l’aurai fini en tout cas, que ce soit dans 3 semaines ou 3 mois !

        • Merci à toi Nyx 😀

          J’avoue que le début m’avait passablement déprimée. Leur vie n’est pas joyeuse à toutes les deux et avec toutes les embrouilles qui arrivent… et pourtant… pourtant à un moment donné la vapeur s’inverse et tu veux y croire, autant, si ce n’est plus qu’elles. qu’elles peuvent y arriver et s’en sortir.

          Il y a des haut et des bas mais la fin, je l’ai trouvée magique et incroyablement porteuse d’espoir.

          J’ai hâte d’avoir ton avis 😀 On pourra en rediscuter alors !

1 Rétrolien / Ping

  1. Bilan Mensuel Des Lectures Du Mois (BMDLDM) #1 – Février 2013 – Songe d'une Nuit d'été - Twilight-Fascination.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*