Rencontre avec Julianna Baggott, L’Auteure De « Pure »

 

Il y a quelques mois de cela, le 16 Juin 2012 pour être exacte, les éditions J’ai Lu nous avaient conviés, quelques blogs, sites et donc moi-même, à un petit-déjeuner intimiste avec l’auteure de Pure : Julianna Baggott. A cette époque, je n’avais lu qu’une partie du roman, mais j’en avais assez lu pour être très excitée et contente de la rencontrer ! Un milliers de questions me bousculaient dans ma tête et croyez-moi, ça chauffait très fort !

 

Julianna Baggott et son mari David

 

Première « bonne » surprise de taille : Julianna Baggott, se débrouille très très bien en français et son mari « David« , qui l’accompagnait, de même. Je fus véritablement charmée par ce couple si soudés et si passionnés par leur travail. Ce petit déjeuner c’est annoncé sous les meilleures auspices  et nous pûmes discuter de son roman à venir en France librement sans le barrage de la langue .
 
Avant de vous en révéler quelques détails, je dois vous dire que si je n’ai pas publié mon billet avant c’est pour une bonne raison : Pourquoi sortir un article sur un livre qui n’est pas encore dans l’actualité du jour ?

 

Discutions Autour de la Table Avec Julianna Baggott

 

J’ai préféré, donc, attendre un peu pour vous dévoiler un peu de ce qui s’était dit lors de cet entretien autour d’une table riche en croissant, café et thé…Bien sur, je vous laisse deviner que ce qui m’importais le plus, n’était pas le café mais  la femme, d’une gentillesse incroyable, qui se trouvait presque en face de moi.
 

La Genèse de Pure

 
Avant tout chose, il faut savoir que Julianna Baggott, est aussi et avant tout, l’auteure de plusieurs romans mais qu’elle écrit dans le même temps, des poèmes (pas traduit en français).
 
Un jour où elle visitait un musée concernant la seconde guerre mondiale, elle regarda un film sur la reconstitution de cette dernière et notamment un passage concernant la bombe atomique. Cette visite l’a marqua énormément. Aux États-Unis, parler de la seconde guerre mondiale et plus particulièrement, des deux bombes atomiques sont des sujets très tabous.
 
Julianna Baggott, avait envie d’écrire quelque chose sur ça. Sur l’implication de la bombe atomique sur le genre humain et sur qui pouvait en découler.

 

Avec l’aide de son assistant, elle se documenta énormément, recherchant le moindre article intéressant concernant cette partie si honteuse de ce qu’avait fait son pays envers un autre pays. Elle a vraiment beaucoup travaillée sur son histoire.

 

C’est ainsi qu’est née sa première dystopie pour Teenager : Pure.

 

Car oui, Pure, est sortit aux États -Unis, en tant que roman « YA / Jeunes Adultes« . Pourtant le sujet qu’il traite est si riche et si « grave » ( effet des détonations sur l’homme et l’animal, les conspirations , et les descriptions…) que les éditions J’ai Lu ont préférés le mettre dans la collection grand format plutôt que celle destinée au plus jeunes : Baam. Ce qui est totalement justifié croyez-moi.
 

Une Dystopie Post-Apocalyptique pas si anodine que çela.

 
Pure, c’est un roman, une dystopie née de la honte d’un pays concernant un fait passé, qui aujourd’hui encore, a laissé de graves séquelles aux Japonais — et pour être allé à Hiroshima, et bien que la ville ait pu renaitre de ses cendres, il reste une trace du passage de la bombe Atomique.
 
D’ailleurs j’ai pu en discuter avec elle, ce qu’elle a énormément apprécié. Elle m’a même confirmé que l’un de ses amis qui est là bas lui avait dit à peu près la même chose.
 
Bien que Pure soit une dystopie post-apocalyptique, on sent l’espoir et la persévérance de son héroïne « Pressia« . Pressia a connu les détonations et en a gardé les séquelles ( que vous découvrirez dans le roman). Pourtant elle se bat pour sa vie et pour aider ceux qu’elle croisera sur son chemin. Plus elle avancera dans ce monde chaotique et cauchemardesque et plus sa conviction de découvrir ce qu’il y a plus loin et au delà, sera forte et tenace.
 
Julianna Baggott ne s’est pas gênée dans des descriptions parfois assez crues. Mais vu le contexte il aurait été dommage qu’elle ne le fasse pas.
 

Pure est donc un roman que je ne peux, encore une fois, que vous conseiller. Il est terriblement bien écrit et dépeint ce que la folie de l’homme à vouloir se prendre pour Dieu pourrait engendrer s’il n’avait plus de barrière ni de restriction.

Nous avons pu beaucoup discuter avec elle, de Pure, mais aussi d’autres choses, sa vie familiale, ses autres œuvres…. Julianna a la chance d’être soutenue par toute sa famille. David, son mari, relit ses textes et la soutient dans tout ce qu’elle entreprend. En lisant, Pure vous comprendrez que l’auteure n’a pas écrit son histoire à demi mot.

 

 

La fin de cet entretient c’est soldé par des séances photos avec Julianna… et une envie terrible de reprendre le livre là où je m’étais arrêtée. Il y a tant de chose à dire dessus qu’un article n’y suffirait pas!

 
Je remercie encore une fois, les éditions J’ai Lu de m’avoir permis de rencontrer cet auteure formidable et d’avoir pu écrire cet article, et puis, je remercie aussi Julianna et David pour leur extrême gentillesse !

 

« C’est sa dernière sortie avant ses 16 ans. Son nom est sur la liste. Son cœur continue à battre fort. Elle a sauvé le garçon. Elle se sent courageuse. […] Un hurlement s’élève non loin d’eux. La Bête est toujours aux alentours »… –Extrait de Pure

 

Le 3 Octobre 2012 dans toutes les bonnes librairies

 

A propos Artemissia 4084 Articles

Créatrice et responsable du webzine « Songe d’une nuit d’été ». 3 enfants, passionnée de lecture. Aime être transportée dans d’autres univers grâce aux livres.

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*