UN AUTRE REGARD

Bonjour à tous,

Comme vous avez pu le constater ces derniers temps, l’humeur chez la famille Cullen est à la morosité. Je ne saurais dire pourquoi, nous semblons tous être dans une période d’introspection et de remise en question. Je n’y fais pas exception.

Pour ajouter à cet état de fait, je viens vers vous pour discuter d’un point qui me trouble.

Rubens - Le massacre des innocents

Vous n’êtes pas sans savoir que Carlisle et moi nourrissons un intérêt tout particulier pour la Russie et son Histoire. En cherchant une référence historique à ce sujet sur internet, je suis tombée sur quelque chose qui m’a profondément heurtée et a fait ressurgir en moi nombre de questions et de souvenirs. Une reconstitution vidéo de l’exécution du dernier Tsar de Russie et de ses enfants. N’ayez crainte, je ne vais pas vous faire un cours d’Histoire, ni l’éloge de l’impérialisme. Mais la barbarie de ce simple extrait m’a laissée dans un état de bouleversement que je n’aurais soupçonné.

Edward nous parle régulièrement de la monstruosité de notre condition de vampire. Même si je n’ai de cesse de lui dire le contraire, il a raison dans un sens. Nous ne sommes pas humains.

Mais qu’est-ce qu’un monstre ? N’y a-t-il pas en l’homme une part bien plus monstrueuse que dans tout autre être vivant ? Ne nous a-t-il pas montré au cours des siècles sa capacité de destruction ? C’est un lieu commun que j’énonce là, certes. Mais souvent je me demande comment nous positionner, nous vampires. Les 2000 dernières années ont vu croitre cette barbarie pour atteindre aujourd’hui son apogée. Plus perfide que jamais car teintée de morale et d’idéal. Tuer pour une idée ou une croyance n’est-il pas l’expression même du pire ? Tous les massacres à travers les âges ont été menés au nom d’une idéologie. Comme une excuse pour semer la mort en toute bonne conscience. Une tentative de justification du mal. Les exemples sont innombrables : Croisades, guerres de religion, Shoah, génocide rwandais, chasse aux sorcières, bolchévisme, Intifada, inquisition religieuse, Saint Barthélemy, Hiroshima, Goulags, Tian’anmen, Srebrenica, Révolution culturelle, … on pourrait passer des heures à les énumérer.

Plusieurs membres de la famille ont goûté durant leur vie humaine à ces extrémités, ces exactions dictées par des certitudes se voulant « justes ». Carlisle a été transformé alors même qu’il suivait un père aveuglé par son fanatisme religieux. Alice a été enfermée et aliénée pour avoir été « différente ». Jasper a pris part à une guerre en grande partie motivée par des divergences politiques.

Pourquoi certains hommes sont capables de la pire barbarie et d’autres non ? Qu’est-ce qui, dans la vie d’un homme, peut le mener à la sauvagerie ? Ou alors, le monstre est-il présent en chaque être humain ? Telle une force intrinsèquement liée à la condition humaine. Dans ce cas, la représentation populaire du monstre n’est-elle pas simplement le miroir de ce que nous craignons le plus en nous ?

Parfois je doute de qui nous sommes. De ce que nous sommes.

Suis-je différente ? Suis-je meilleure, alors que je suis moi-même pleine de certitudes et de croyances ? Tranquillement installée dans mon bureau, entourée de ma famille, je me veux plus morale et plus raisonnée que ceux qui ont fait l’histoire de notre monde. Etaient-ils si différents de moi, ces bourreaux et ces tortionnaires ? Mon existence est paisible et heureuse, et mes convictions n’exigent pas de moi que je prenne les armes.  Mais si les choses avaient été différentes … Si j’étais née dans un pays en guerre, si je n’avais connu que la tyrannie d’un régime, la misère, la faim et la peur, si j’avais vu ma famille mourir … aurais-je été capable du pire ? Peut-être.

Ces quelques lignes n’attendent pas de réponse. Il n’y en a pas. C’est un débat que j’ai souvent avec Jasper et Edward, dont la question les préoccupe également et que j’avais envie de partager pour une fois.

Sur cette note sombre, je vous souhaite à tous un très bon week end.

Esmée.

81 Commentaires

  1. C’est vrai qu’Edward parle toujours de vous (les vampires) comme si vous etiez le pire des monstres sur terre. Mais vous êtes pas plus monstrueux que certains. Je me pose moi aussi des questions en ce moment et est ce que la bagarre ne serais pas dans nos gène ?! Puis en réalité vous n’etes pas des monstres. Vous êtes juste plus intelligent pour vous rendre compte que tuer est mal. L’homme ne se rend pas compte du mal qu’il fait autour de lui, ils se sont attaqués au pays voisins maintenant c’est à la terre d’empatir….

    Bisoux à vous, Les Cullen.
    Béré…

    • Bonjour Béré,

      Merci pour ton commentaire, mais je ne suis pas totalement d’accord avec toi. Je ne pense pas que notre intelligence soit ce qui nous distingue de l’homme. L’être humain commet le mal en toute conscience, et je crois qu’il sait très bien faire la différence. Nombres de philosophes se sont penchés sur la question du bien et du mal chez l’homme, et pour n’en citer qu’un, Nietzsche y a consacré la plus grande partie de sa vie. Après, à savoir si la monstruosité est dans nos gênes, je n’en sais rien. Peut-être ? Je pense que tout homme en est capable (certains plus naturellement que d’autres) à partir du moment où il est mis dans une situation extrême. C’était là le propos que je tenais à souligner dans ce texte. Vaste question n’est-ce pas ?

      Je t’embrasse,
      Esmée.

  2. Vaste sujet Chère Esmée, je pense avec conviction qu’un monstre reste tapi dans chacun de nous.
    L’éducation, la culture, l’information , tout ce que chaque parent que nous sommes fait en sorte que nos enfants ne versent pas dans de tels extrêmes. Mais que dire des différents média qui abreuve chaque jours nos rejetons de nouvelles plus abjects les unes des autres , que dire des informations télévisés qui nous montre ce qu’un être dit humains est capable de faire…on tue pour un paquet de cigarette, on viole parce que l’on dit non!
    Nous vivons dans un monde ou la morale s’absente de façon dangereuse. Concernant notre jeunesse , c’est a nous parents de mettre des bornes , de savoir prendre le temps d’expliquer même si cela peut être déstabilisant donc de faire notre job de parents.
    Ma chère Esmée , vous êtes une personne que j’apprécie beaucoup, pour moi vous êtes une maman aimante , une mère ayant une grande patience et contrairement a certaines humaines un sens maternelle sur-développé.
    Avec tout mon respect et ma sympathie.
    My immortal

    • My immortal,

      Comme tu le dis si bien, vaste sujet ! A quoi tient la capacité de certains à laisser parler la bête en eux ? Comme toi, je pense que le mal est en chaque individu, au même titre que le bien. Mais à quoi tient la propension de certains à s’y laisser aller, là je n’ai pas plus de réponse que les autres. C’est bien là le sujet de mes interrogations. Certes l’éducation, la culture et l’environnement jouent un rôle déterminant, mais est-ce vraiment la cause ? Ou sont-ce seulement des facilitateurs ? La violence est banalisée aujourd’hui, ce qui rend ses sujets inconscients qu’ils la commettent. Mais cela n’a pas toujours été le cas. L’homme existe depuis des millénaires et il n’a pas toujours subit cette banalisation, cependant il a toujours été capable de commettre le mal bien plus facilement que le bien. Pourquoi ? N’oublions pas que l’homme (aussi bien que le vampire) est une race de l’espèce animale. En conséquent, elle en a ses particularités, à savoir l’instinct de chasse et l’instinct de survie. L’homme est un prédateur dont la société a dompté ses instincts les plus animaux. Alors avons-nous fait erreur en pensant que ces instincts pouvaient être domptés ? … Encore des questions et des questions …

      Merci pour ton commentaire.
      Affectueusement,
      Esmée.

  3. Bonjour Esmée,

    Je suis contente de lire enfin un de tes articles.
    C’est un très bon débat que tu nous fait part, et mon opinion est la suivante.
    Je ne pense pas que les vampires, soit plus des montres que les êtres humains. Regarde nous petits humains que nous sommes, je regarde tout les matins les fait divers sur internet et je m’apperçois de beaucoup de monstruosité faites par les humains comme par exemple toutes les guerres qu’il y a, les hommes qui frappe ou tue leurs femmes, les personnes jouant les barbares avec leurs animaux, des parents qui tuent leurs enfants sans éprouvé aucun remord et j’en passe.
    Vous les vampires, vous voulez seulement survivre dans un monde hostile, un monde d’humain.
    Les humains sont parfois monstreux, on a tous un côté sombre en nous, vous étant obligé de vivre avec les humains, avec les décennies qui ce sont passés, vous avez peut être la sensation de devenir comme nous et de ce fait vous vous sentez différents, soit des monstres.

    Bien sur, nous les humains, nous ne sommes pas tous pareils et heureusement d’ailleurs. Il y a les pacifiques, qui espère désespérement un monde plus calme et meilleures.

    Bisous à toi Esmée et bisous à toute la famille Cullen.
    Sophie

    • Bonsoir Sophie,

      Merci de me faire partager ton opinion. Mais les vampires ne sont pas moins monstrueux que les humains, d’où mes interrogations. Nous avons été humains je te le rappelle, et comme l’a souligné Jasper à juste titre, nous avons gardé les particularités des hommes en plus des notres. Nous sommes plus prédateurs que les hommes peuvent l’être. Et lorsque je vois le travail que nous devons faire sur nous même pour maîtriser nos instincts naturels, la question s’avère déjà beaucoup moins simple à élucider. La famille Cullen n’est pas une représentation fidèle de ce que sont les vampires. Je parlerais plutôt de nous comme d’une exception, et malgré cela nos instincts et nos pulsions n’ont jamais vraiment disparu.
      D’autre part, je pense que la question de la monstruosité humaine n’est pas quelque chose que l’on peut juger aussi facilement. Si nombres de philosophes de renom y ont consacré leur vie, c’est bien que le sujet n’est pas une évidence même, et demande moult réflexions. C’est pourquoi j’insiste beaucoup sur les causes de cette monstruosité. Chose que vous semblez ne pas prendre beaucoup en compte.

      Je t’embrasse,
      Esmée.

  4. Chère Esmée
    Tu relèves ici des questions très intéressantes et auxquelles il n’est pas aisé de répondre. L’homme est capable du meilleur comme du pire, autant il peut avoir le cœur sur la main et se montrer altruiste, autant il peut se changer en le pire des monstres.
    Ça m’intrigue, que ce soit à grande échelle qu’à échelle individuelle, comment peut on expliquer le massacre de populations entières pour des idéaux? Est-ce même réellement pour défendre leur morale? Moi je pense que ce sont les intérêts matériels cachés ou non qui dictent la conduite des grands noms de l’histoire, ils déguisent ça en arguments nobles et les populations suivent. On peut se demander pourquoi ils ne se sont pas posés de questions avant de s’adonner les yeux fermés à ce genre de pratique mais qui les en blâmerait? C’est facile pour nous de les juger après tellement d’années de recul, mais tu as raison Esmée, rien ne nous garantie qu’on aurait agit différemment à leur place avec toute cette pression collective et dans les mêmes circonstances extrêmes.
    Je ne dis pas que c’est une raison pour tout oublier ou tout pardonner car le choix est toujours présent même s’il est difficile à percevoir parfois; c’est pour ça qu’on doit essayer du moins de garder l’esprit clair, se mettre à la place d’autrui et ne pas avoir peur de se poser les bonnes questions, et surtout se demander si on pourra toujours se regarder en face dans le miroir après nos actes.
    Merci Esmée pour ce texte qui nous pousse justement à réfléchir et à nous remettre en question 🙂

    • Ma douce Farah,

      C’est un plaisir de savoir que mon texte aura eu au moins cette utilité. Les questions que tu poses sont intéressantes. Qu’est-ce qui pousse les hommes à agir en masse ? Pourquoi ne posent-ils pas de question ? Tu as probablement raison lorsque tu dis que les motivations sont avant tout matérielles, mais en partie seulement. Je pense que la quête de pouvoir est également une donnée à ne pas négliger. De même qu’il ne faut pas perdre de vue que la réflexion et le recul sur le bien fondé de nos actes sont quelque chose de très difficile à émettre lorsque l’on est pris dans un mouvement et une idéologie de masse. L’endoctrinement est un poison qui annihile tout pouvoir de réflexion, au même titre que la peur. Garder l’esprit clair lorsqu’on est emporté par la force de la guerre, des doctrines, de la religion, de la rébellion, de la haine, de la propagande … n’est pas forcément chose facile. De tout temps nombre de voix se sont élevées contre l’aveuglement des hommes, mais à quel prix ? Je pense que la plupart de ces hommes et femmes ont cru sincèrement à la cause qu’ils défendaient alors même qu’il étaient pris dans les évènements et les drames qui jalonnent notre Histoire.

      Merci d’avoir pris le temps de me lire et de donner ton avis.

      Je t’embrasse,
      Esmée.

  5. J’ai lu enfin un de tes articles 😀 Ceci est vraiment un débat. Nous humains avont tous un côté sombre. Et vous vampire n’êtes pas plus monstrueux que l’être humain. Bien à toi Esmée. Coralie

  6. Cher Esmée, je viens de lire ton texte ou beaucoup de qusetion se mêle, c’est vrai que la fin du star de russie a très terrible, mais si je peux te réconforté, ce n’est qu »une suposition, on dit que l’une de ces filles a survécu au massacre,oui, une balle la juste frolé vers la tête et cela la fait tomber dans les pommes, lors que l’un des gardes a vu qu’elle bougait, il ne la pas jeté dans le puits mais il la mise dans une maison,ensuite , on dit qu’elle est allée s’installer aux Etats-Unis sous un faux nom. C’est que l’on dit , et moi j’y crois ,doncx en quelque sorte , la lignée du roi de mon pays natal n’est pas morte , elle vie au jour le jour dans notre monde , mais elle se cache comme vous, pour préserver la vie tranquille de ses enfants et petits enfants.
    Certains hommes hommes sont des barbares, on a pu le voir avec hitler ,mussolini,et beaucoup d’autres, il ne faut pas que tu doute, que ta famille doute de ce que vous êtes, des vampires, bon , intelligent, plein de tendresse, et un coeur plus gros que la terre entière. Pour moi,vous êtes des gens normaux,qui on juste quelques petits trucs en plus,et pour te le dire franchement Esmée, j’aime ce côté différent. Car pour moi , vous êtes uniques sur un point, votre amour que vous portez au autre.
    désolé si je me suis un peu laissée aller, vous n’êts pas des montres , c’est nous l’Homme qui en est un , car nous gachons des vies humaines pour des bêtises,comme nous gachons notre belle terre.
    merci pour cette lettre
    a bientôt
    vicou

    • Ma chère Victoria,
      Je dois dire que ta réponse m’a quelque peu interpellé, et c’est avec l’aval d’Esmée que je me permets de répondre sur son article.
      Je suis, comme toi je pense, fasciné par ce riche pays qu’est la Russie. Et tout comme toi, la tragédie qui a frappé le tsar Nicolas II et sa famille m’a bouleversé. Mais c’est la lutte finale de sa fille Anastasia qui me fascine le plus. Permets-moi de compléter le récit plutôt fidèle que tu as fait de la survie de cette pauvre innocente.
      Lorsque le tsar a été assassiné, l’opinion internationale ne l’a pas su immédiatement. Ce n’est que quelques semaines plus tard que l’on a révélé leur exécution. On ne peut pas les en blâmer, c’est le genre humain de dissimuler de telles atrocités.
      Quoiqu’il en soit, dans les années 20, une jeune femme amnésique est apparue en Allemagne. Elle était la veuve d’un soldat russe. Au début personne ne savait qui c’était. Les médecins se sont très vite intéressés à son cas. A mesure que les jours passaient, leurs doutes concernant l’identité de la mystérieuse femme russe se sont amenuisés. La grand-mère d’Anastasia a été avertie. Celle-ci au début ne croyait pas à ce miracle, jusqu’à ce que le chien de la famille, Zubrowska , qui avait été sauvé in-extremis par la cuisinière du palais, reconnaisse Anastasia. Elle a vécu heureuse et a eu pleins d’enfants, ce qui a permis de perpétuer la lignée de Nicolas.
      Je ne sais pas si tu en as entendu parler, mais on raconte que sa sœur aurait également survécu. Elle aurait été graciée au dernier moment par Youri Jivago, le bras droit de Lénine qui, ayant vu une photo d’elle, serait tombé fou amoureux et aurait voulu l’épouser. Mais comme tu le dis si bien ce ne sont que suppositions.
      Je conclurai en citant ce vieux proverbe russe de Vladimir Leninsky: « Camarades, là où il y a ne volonté, il y a un chemin. »

      • Bonjour Jasper, merci d’agrandir ma connaissance,je ne connaissais pas cette partie de l’histoire. Je te remercie donc de m’avoir donner les pièces du puzzles qui me manquaient. Je suis tout à fait d’accord avec le proverbe, même si je ne le connaissais pas. Ce qui m’étonne le plus chez toi, ce n’est pas le savoir que tu as(enfin si un peu, heu beaucoup à vrai dire), mais c’est que tu retiens très facilement les choses et que tu as aussi un très grand amour qui déborde sur toute les personnes que tu aimes ou avec laquel tu as de la sympathie, je penses que je devrais m’expliquer pour mon premier dire, c’est que je ne pensais pas que tu te souviendrais de mon vrai prénom. Je l’ai mis au début, mais comme il y a quelques filles qui se nomment victoria et bien j’ai préféré prendre un diminutif,enfin,je ne devrais pas m’étonner de sa, mais cela me fasine encore plus sur ta propre vie, tu ais un personnage réservé mais qui n’a pas peur de dire ce qu’il pense, et c’est cela que j’aime en toi, franc mais en étant discret. Je suis pareil mais beaucoup plus réservé( je ne dis pas tout ce que je penses).
        Bon sur ce je te dis bonne journée car je crois bien que je m’égard. Désolé Esmée, mais ce que m’a écrit Jasper m’a profondément émue, passe une bonne journée toi aussi avec……Carlisle.
        vicou

    • Chère Victoria,

      Je connais assez bien l’histoire du dernier Tsar de Russie, mais ce n’était pas là ce dont je souhaitais parler. Je l’ai juste citée en exemple car c’est ce point qui m’a faite m’interroger. D’autre part, je pense qu’il serait bon que tu approfondisses un peu plus tes recherches sur le sujet, car la thèse de la survie d’une des filles du Tsar a été réfutée à de maintes reprises. Il s’avère donc que c’est totalement faux. Depuis, tous les corps ont été inhumés, TOUS identifiés de façon on ne peut plus sérieuse, et la famille a été réhabilitée et même canonisée par l’Eglise orthodoxe de Russie.

      Merci cependant de nous penser uniques. Je ne crois pas que l’amour que nous nous portons ne soit que l’apanage de la famille Cullen. L’homme, s’il est capable d’une haine sans nom, est également capable d’amour, et le prouve.
      Je te remercie quand même pour ce sympathique commentaire ma chère.

      Affectueusement,
      Esmée.

      • Chère Esmée, je ne cherche pas à savoir si cette histoire est vrai,pour moi elle l’est. Mais je crois que ton fils Jasper est un petit peu du même avis que moi sur cette histoire, et même, il dit qu’une autre fille a survécu. Loin de moi de vouloir chercher la bagarre, surtout avec toi, aimante et douce Esmée, si je peux te demander une faveur, je ne sais pas si tu l’acceptera, mais je te la poses quand même, est ce que tu pourrais débattre avec Jasper sur cette histoire pour que je puisses enfin savoir si oui on non Anastasia a survécu au massacre, merci à toi. Je sais que l’Homme est capable dans faire bénéfice, car j’en ai fait bénéfice quand mes parents mon adopté,ma soeur et moi. Je penses que je vais m’arrêter la car je ne sais pas comment te dire ce que j’ai voulu te dire dans le commentaire au dessus.Cela ne fait rien, au juste une question ,est ce que tu compte repartir en russie prochainement avec Carlisle??????
        merci Esmée de m’avoir répondu
        passe un bonjour à Carlisle
        vicou

        • Victoria, nul besoin de débat entre Jasper et moi, puisqu’il sera d’accord avec moi. En effet, il semble qu’il se soit joué de toi. Ne lui en veux pas, il peut être très taquin et farceur parfois. Tu trouveras quelques informations plus détaillées sur le sujet ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_II_de_Russie#Du_massacre_.C3.A0_la_r.C3.A9habilitation
          pour ce qui est de la mort de la famille, et ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_II_de_Russie#Confirmation_et_inhumation pour ce qui est de l’authentification des corps. Compte tenu du niveau actuel de la science, je pense qu’il n’y a plus aucun doute sur la question.

          Je suis heureuse de savoir que tu as pu gouter dans ta vie à la bonté d’une famille qui t’a recueillie près d’elle. Preuve que les humains ne sont pas que des monstres comme bon nombre de personnes semblent le croire ici.
          Pour ce qui est de la Russie, nous n’avons pas programmé de voyage là-bas pour le moment, mais maintenant que nous y avons une ravissante demeure, nous aurons l’occasion d’y retourner souvent.

          Affectueusement,
          Esmée.

          • Cher Esmée, merci de m’avoir répondu si vite,alors Jasper c’est joué de moi…….Est ce que tu pourrais lui dire qu’il n’est pas bon de trop taquiner une fille du nord car le plus souvent,elle se prenne au jeu et ne s’arrête pas. Merci des renseignements, et s’il te plait, est ce que tu pourrais tirer les oreilles à Jasper, je sais que cela ne lui fera pas mal, mais moi cela me fera plutot rire quand je rêverais se soir, toi la douce Esmée tirande les oreilles à un polison garçon. Merci Esmée, et si un jour vous partez en russie, par exemple, cet hivers, est ce que tu pourrais me le dire ,comme sa je penserais à vous quand je serais là bas( je pense y partir cettte hivers) .
            merci et bonne journée
            vicou

          • Moi taquin? D’accord, j’ai peut-être un tout petit peu embelli la réalité… Mais une chose est sûre, Anastasia avait bien une soeur! (elle en avait même trois) Tu vois bien que je n’ai pas dit que des bêtises…
            Victoria, je m’excuse si je t’ai blessée, telle n’était pas mon intention. Je voulais juste te taquiner gentiment.

          • Jasper, ne t’inquiète pas, tu ne m’a point blessé, en faite tu as plutôt réveillé un vieux démons en moi, je te laisse le loisir de deviner lequel c’est, je penses que tu trouveras facilement. bonne journée, et j’adore quand on me taquine, mais ensuite, j’embêtes et je ne m’arrêtes plus; donc prépare toi à ce que je te taquine aussi,enfin plutot essayer,et avec la dernière phrase, est ce que tu vois de quel démons je parle??? tu vois je suis un peu comme Emmett, mais en beaucoup moins costaude.
            bonne journée a toi
            désolé Esmée si j’ai répondu sur ton poste, j’espère que tu ne m’en voudras pas ,je ne recommencerais plus jamais
            vicou

  7. Chère Esmée!
    Votre article est très intéressant! Je me suis posé les mêmes questions que vous après avoir lu « Les âmes vagabondes ».
    Les Hommes prétendent se battre pour la liberté en commettant des crimes qui sont parfois d’une violence telle que même un animal sauvage ne pourrait faire pire… Comme le disait My Immortal on tue même pour un paquet de cigarette! Où va le monde!
    Vous qualifiez les vampires de « dangereux » je pense sincèrement que l’Homme l’est bien plus… Il est capable de tellement d’atrocités… Le but d’un vampire est avant tout de se nourrir, alors que pour l’Homme c’est souvent gratuit ou, comme vous dites, sous de faux prétextes tels que la politique, la religion ou le racisme (entre autres).
    Chacun de nous devrai étudier la question de l’avenir du monde…
    Sur ce je vous souhaite égalemment un très bon week end.
    Je me langui de vous lire à nouveau! 🙂

    Lily

    • Chère J-and-Me,

      Il est intéressant que tu cites cet ouvrage de Madame Meyer, puisqu’il est l’illustration parfaite de mon propos. Cette femme réussit en 600 pages à nous faire accepter le bien fondé de la mission de ces « âmes » qui envahissent des planètes et s’infiltrent dans des hôtes pour les protéger d’eux même et du mal qu’ils se font. Elle prône ainsi la privation de liberté et l’aliénation d’individus pour le rétablissement du « bien » et d’une cause qu’elles croient juste. Et même s’il n’y a pas de violence dans la façon de faire des âmes qu’elle décrit, je ne vois aucune différence entre elles et les « monstres » auxquels je fais allusion dans mon texte. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’un comme l’autre, ils imposent leur volonté. Ce livre, personnellement, m’a fait froid dans le dos, car je ne suis même pas sure qu’elle se soit rendue compte du propos qu’elle défendait au fil des pages.
      D’autre part, si je décris le vampire comme « dangereux », c’est bien parce qu’il l’est. Encore une fois, la famille Cullen fait figure d’exception par le mode de vie que nous nous sommes imposés. Nous n’en restons pas moins des prédateurs dont les instincts sont bel et bien présents, même si nous parvenons tant bien que mal à garder un ascendant sur eux. Toutefois, souviens toi de James, Victoria, Laurent ou même des Volturi qui n’ont, eux, rien à voir avec nous. Pour eux aussi, le crime est (ou était) bien souvent gratuit. Ne sois donc pas trop prompte à tirer des conclusions sur la condition humaine. Ce qui m’interpellait avant tout, c’était les raisons de tels agissements. Quel évènement dans une vie peut nous faire perdre toute humanité ? La voilà la vraie question.

      Bien affectueusement,
      Esmée.

      • Chère Esmée,

        tout d’abord merci beaucoup de prendre le temps de me répondre! 🙂
        Je me suis mal exprimée (un peu de mal a trouver mes mots ces temps-ci :)) je suis entièrement d’accord avec votre point de vue.
        Moi aussi ce livre m’a un peu choqué pour les mêmes raisons. Comment peut-on croire que toute privation de liberté est une solution?
        Au plaisir de vous lire a nouveau
        Amicalement
        Lily

  8. Esmée, comme je l’ai souvent répété depuis que je viens ici, les humains sont bien pires que vous autres vampires. J’ai toujours dis également que l’homme était le 1er prédateur de sa propre espèce ! Mensonges, guerres, viols, meurtres, vols etc. ont lieu quotidiennement.

    Ces mêmes yeux qui parcourent ton texte ont été témoins de bons nombres d’horreurs. Pourquoi ? il n’y a pas un seul jours ou je ne me pose cette question.

    Pourquoi des soldats meurent a cause des choix de leurs dirigeant ? Pourquoi se sont toujours les civils qui subissent les conséquences des guerres, pourquoi des enfants innocents sont manipulés par des adultes sans scrupules dans le seul but de faire d’eux de redoutables guerriers ? Pourquoi la haine d’un seul homme peut faire un génocide ? Pourquoi il existe des pédophiles, des violeurs …

    Oui pourquoi tout est prétexte ? La cupidité, la vengeance, le désarroi, le désir, peux pousser un humain à devenir un démon. Je pense que chacun de nous possède un coté obscur, et que nous somme maître de notre destin, il ne tient qu’a nous de résister, de faire en sorte que la bête enfuit profondément le reste à jamais.
    c’est nous qui choisissont ou non d’appyer sur la détente …

    Les humains sont capables du pire, mais aussi du meilleur. Regarde les yeux d’une mère contemplant son enfant, n’y a-t-il rien de plus beau qu’une maman souriant à son bébé ?
    Et tous les gens bénévoles pour des associations caritatives, (restos du cœur, médecins sans frontières etc..) n’essayent –il pas de changer ce monde ?
    L’inconnu qui donne un euro au mendiantafin qu’il puisse se nourrire, ou encore celui qui aide à traverser une personne âgée, celui qui vient au secours d’une jeune fille agressée. Les parents qui cèderont devant les yeux importateurs de leurs enfants. Les gens qui donne de l’amour à un enfant alors qu’i n’a aucun lien de sang avec eux… des exemples il y en a des tonnes, simplement nos yeux ne voient que ce qu’ils veulent.

    Même les soldats ne sont pas toujours mauvais, ils font le sacrifice ultime pour sauver des milliers de vies, n’est-ce pas en quelque sorte un acte d’amour ? L’amour de leur patrie, l’amour de leurs peuples ?

    Je ne sais pas si j’ai réussi à transmettre le message que je souhaitais te donner, mes mots sont peut-être maladroits. Mais je pense qu’il y a bien plus d’acte d’amour dans ce monde que de mauvais chose, cependant, les médias ne nous font partager que ce qui peut choquer et faire vendre. la nature humaine veut qu’elle se réjouisse du malheure des autres…

    Comme tu le dis, « Ces quelques lignes n’attendent pas de réponse. Il n’y en a pas »

    Ces mêmes yeux qui parcourent ton texte ont été témoins de bons nombres d’horreurs, mais heureusement, ils sont aussi les témoins de belle chose, c’est ce qui personnellement m’aide à tenir le coup dans ce monde de brutes…

  9. Bonsoir, Esmée,
    Je pense que les humains décrètent que les vampires sont des « monstres » (je ne le pense pas, je cite) parce qu’ils tuent leurs semblables (aux humains) Mais les hommes tuent aussi pour manger, et pourtant, tout le monde s’en fiche. Et c’est encore plus barbare d’élever des êtres vivants uniquement pour qu’ils servent de nourriture à une espèce située quelques échelons plus haut dans la chaine alimentaire. Et ce n’est qu’un exemple; les humains sont bien plus brutaux et cruels parce que, n’ayant jamais eu vraiment à lutter chaque jour pour survivre, ils accordent moins d’importance à la vie d’autrui. Comme le dis si bien Elton John : « Some say eat or be eaten, some say live and let live, but all are agreed, and they join the stampede, you should never take more than you give ». Mais Papou a raison, il faut savourer un maximum les belles choses qui nous arrivent, car on ne sait jamais quand arrivera le prochain moment de bonheur, et surtout s’il arrivera. Je pourrais écrire encore des pages et des pages, mais je vais m’arrêter sur ces mots : nos petits tracas quotidiens ne sont plus que de la paille au vent quand on réalise ce qui se passe ailleurs dans le monde, et là, on se dit : Quelle chance j’ai de vivre ici!!!

    • Chère Sniffle,

      Que d’affirmations dans ces quelques lignes ! Effectivement l’homme tue pour se nourrir. C’est un carnivore, donc par définition il doit se nourrir de chaire animale. Aujourd’hui, on compte plus de 6 milliards d’êtres humains sur cette planète. Quelle autre alternative à l’élevage de masse ? Envoyer 6 milliards d’humains à la chasse le week end ? Je ne faisais pas allusion à ce point dans mon texte, mais aux atrocités commises au nom de croyances, pour un roi ou un pays, dans les méandres des guerres, …
      D’autre part, tu énonces une contre-vérité absolue lorsque tu dis que l’homme n’a jamais eu à lutter pour survivre. Ah bon ? L’histoire de l’humanité ne se résume pas à la société occidentale du 20ème et 21ème siècle. Aujourd’hui encore, la grande majorité de la population de cette planète se bat au quotidien pour survivre, se nourrir, boire … C’est précisément la peur et la frustration nées de cette obligation de lutter pour sa survie qui est le terreau des plus grandes révoltes et révolutions. C’est ce qui permet aux doctrines religieuses et politiques de bâtir leur socle, à la haine et au ressentiment de prendre racine. Et ce de tous temps. Il est bien plus facile d’enroler et de manipuler quelqu’un lorsqu’il est assailli par ses besoins vitaux que quelqu’un qui ne manque de rien, car cette deuxième personne jouit d’une liberté bien plus grande.
      Mais tu as parfaitement raison de dire que nous (et je me comprends dedans, ma famille et moi-même) avons de la chance de vivre aujourd’hui dans des pays comme les notes, épargnés que nous sommes par les horreurs de la guerre et de la misère, libres de nos choix et de nos opinions.

      Merci d’avoir pris le temps de partager ton avis.

      Affectueusement,
      Esmée.

  10. Chère Esmée,
    Comme je l’ai toujours prétendu,l’homme se mene de lui meme à sa perte,la détermination du bien et du mal…..c’est relatif.
    Chacun peu se révéler capable des pires actes qui soient,il n’y a qu’a regarder les informations….
    La méchanceté gratuite,on en a tous fait l’expérience un jour….il y a des gens qui ont besoin d’un prétexte c’est tout.
    Il y a une différence entre se « battre » pour une « bonne cause » (et là je pense aussi à vous),et chercher à faire le mal pour faire du mal….
    Il faut savoir profiter de chaque instant de bonheur qu’il nous ai donné de vivre,et si l’on peu donné un peu de ce qu’on a, à quelqu’un qui est dans le besoin,faisons le.
    Sur ce,je crois que tout a été dit.
    Bien à toi
    Caly

      • Esmée,
        Tout d’abord,merci à toi de prendre le temps de répondre.
        Ensuite, quand je dis « tout a été dit »je pensais uniquement pour moi…je ne voulais simplement pas m’étendre plus sur le sujet de crainte de t’ennuyer.
        Je souhaitais juste rajouter ceci :
        Heureusement qu’il reste quand même des gens qui ont du bon en eux. Je souhaite que chacun arrive à trouver son équilibre intérieur.

        Merci chère Esmée…bien à toi et ta famille
        Caly

  11. Chere Esmée je suis contente de te lire de nouveau.
    Tres bon debats!!Ce n’est pas parce que vous etes des vampire que vous etes des montres.Moi je connait des humains qui sont bien plus montres que bien des vampires.alors moi je crois que nous soyons vampire ou humain ont es tous pareil.
    Il y a des bonnes personnes et des mauvaises personnes comme,il y a des bons vampires comme des mauvais vampires.Alors dire que vous etes des monstres parce que vous etes des vampires alors la je suis contre,non meme que vous etes (les Cullens) beaucoup plus humain que certain humain.Bon je pourais en dire plus long sur se sujet mais je n’aurais pas assez de place pour tous dire…

    bye Esmée et passe le bonjour a ta belle grande famille que j’adore.Je vous embrasses et au plaisir de te relire

    • Chère Meltess,

      Je n’ai jamais dit que nous, vampires, étions des monstres. Edward s’en charge suffisamment pour les autres. J’affirme et réaffirme que nous sommes des prédateurs, au même titre que l’homme, le requin, le lion ou un nuage de sauterelles. Je m’interroge avant tout sur ce qu’est un monstre et comment on le devient.
      A méditer.

      Affectueusement,
      Esmée.

  12. Chère Esmée

    Je pense que certains humains sont des monstres encore plus féroces que des vampires. La famille Cullen êtes des vampires qui ont choisi une vie de « végétariens ». Mais le plus dramatique c’est que nous, humains avons le pouvoir de choisir entre le bien et le mal.
    La condition humaine ouvre des opportunités. L’éducation que nous avons reçu, l’éducation que nous donnons à nos enfants déterminera si l’on fait de bonnes ou de mauvaises personnes.
    Dans notre monde, les médias prennent une place dominante!! Ils existent malheureusement des atrocités, des guerres, de la souffrance mais aussi des bonnes choses. Les journalistes nous montrent le plus souvent les mauvaises choses et notre petite tête humaine retient que le négatif.

    Je crois en un monde meilleur où la douleur et la souffrance seraient moindre mais l’homme doit se remettre en question.

    Bonsoir Esmée. Bonne soirée à toute ta famille
    affectueusement
    Vivi

  13. Ma chère Esmée,
    A plusieurs reprises nous avons évoqué le sujet, et tu connais mon opinion là-dessus. La monstruosité n’est pas l’apanage des vampires ou même des humains. Les animaux eux-mêmes sont capables des pires cruautés entre eux. Mais il y a une chose primordiale qui nous différencie de ces derniers : la raison. Les prédateurs ne sont poussés que par leur instinct, tandis que nous, humains et vampires confondus, nous sommes des êtres doués de raison, ce qui rend les atrocités que nous commettons impardonnables. Religion, idéologie, politique… tous ces arguments purement subjectifs qui nous poussent dans nos retranchements nous sont dictés par une seule et même chose : notre faculté de penser. C’est elle la fautive. Et c’est à cause d’elle que nous sommes, nous tous sans exception, capables de trouver une certaine délectation dans la cruauté et du raffinement dans les tortures…
    Il est bien délicat pour nous, vampires, de nous situer dans tout cela. Bien que nous possédions l’intelligence des humains, nous avons aussi cet instinct typiquement animal qui parfois prend le dessus sur notre raison… Alors sommes-nous, à l’instar des humains, responsables de nos actes barbares? A moins que nous soyons juste les victimes innocentes de nos pulsions animales…

    • Jasper, mon ange,

      La finesse de tes reflexions soulève une question que je n’avais pas envisagée sous cet angle. Je me rends compte que j’aborde la dualité de notre condition très régulièrement sans jamais y réfléchir vraiment. Le vampire à la fois victime et bourreau est une vision intéressante. Mais dans l’absolu, l’homme n’est-il pas également sujet à cette contradiction ? Il possède l’intelligence propre à son espèce mais également des instincts (pour certains très animaux) qui dictent sans qu’ils en aient conscience leurs actes. La classification des besoins par Maslow en est l’édiction parfaite : Besoins physiologiques (manger, boire, se réchauffer, dormir, …), Besoin de sécurité (sécurité physique, morale et matérielle), Besoin de reconnaissance et d’appartenance sociale (expression et intégration à un groupe), Besoin d’estime (respecter, être respecté, et être reconnu), Besoin de réalisation (apprendre, communiquer, participer). La quête de l’assouvissement de ces besoins humains est instinctive. Mais n’est-elle pas également ce qui a toujours motivé l’action humaine ? Que peut la raison face à l’instinct humain dès lors qu’il s’agit de se nourrir, de boire, de se protéger ? Pas grand-chose à mon avis. Donc en ce point, je pense que la violence des instincts humains peut être aussi forte que celle des vampires. Ce qui nous différencie d’eux alors ? Selon moi, uniquement les armes physiologiques dont nous disposons, et qui placent les vampires avant les hommes dans la classification des prédateurs de cette planète.
      Je suis d’accord avec toi, la raison et la faculté de pensée sont ce qui nous distingue (humains et vampires) des animaux. A cela j’ajouterais notre « conscience ». Et c’est elle qui rend notre cruauté impardonnable. Mais finalement, que sommes-nous si ce n’est des animaux plus généreusement pourvus par la nature ?

      Merci Jasper des débats passionnants que tu m’offres.
      Je t’embrasse,
      Esmée.

      • Ma chère Esmée,

        je dois dire que toi aussi tu m’offres des débats enrichissants qui me permettent de pousser la réflexion au-delà de mes simples théories.
        Je suis d’accord avec toi, l’être humain, tout comme nous, peut faire abstraction totale de sa raison et n’être dirigé que par ses instincts dès lors que sa survie (ou celle de ses proches) est en jeu. Mais quelle est la part de l’animal chez l’humain? Cette part est-elle aussi importante qu’elle l’est chez nous? Je reste persuadé que nous sommes bien plus avilis par nos instincts primaires que les hommes.
        Mais en fin de compte, comme tu l’as si bien dit, peu importe la proportion de bestialité qu’il y a en chacun de nous, ce qui compte c’est notre conscience, c’est elle qui pose les limites du bien et du mal… c’est elle qui rend nos crimes impardonnables.

  14. De belles paroles, de beaux rêves ! Qu’est ce qu’un monde meilleur ?

    Pardonnez moi, mais j’ai quand même envie de répondre a quelques uns même si ce n’est pas vraiment le but de la lettre d’Esmée que de débattre.

    « Et c’est encore plus barbare d’élever des êtres vivants uniquement pour qu’ils servent de nourriture à une espèce située quelques échelons plus haut dans la chaine alimentaire. » que préconises-tu ? De nous nourrir de bambou et de racines ? Dis moi, qu’est ce qui est le plus barbare, d’élever des cochons et des poules pour nourrir sa famille ou bien de regarder ses propre enfants mourir de faim ? As toi de voir, moi je préfère la première option !

    « Les humains sont bien plus brutaux et cruels parce que, n’ayant jamais eu vraiment à lutter chaque jour pour survivre, ils accordent moins d’importance à la vie d’autrui. »
    Toi tu n’as peut –être jamais vraiment lutter pour survivre, mais va dire au gens d’Afghanistan, aux africain ! Même en France, tous les jours il y a des gens qui se batte pour survivre, pour se loger, pour ne pas mourir de froid l’hiver !
    d’autre part, es tu prête a donner ta vie pour quelqu’un d’autre ?

    « Papou a raison, il faut savourer un maximum les belles choses qui nous arrivent, car on ne sait jamais quand arrivera le prochain moment de bonheur, et surtout s’il arrivera. » Ai-je vraiment dis ça ? Je ne vois pas ! J’ai dis qu’il y avais bien plus de moment heureux dans ce monde que nous le pension, mais que nous ne savions pas les regarder ! Du moins c’est que je voulais dire …

    « Quelle chance j’ai de vivre ici!!! » va dire ça à tous les sans abris, les sans papier, les sans familles, les sans amours …

    « Il y a une différence entre se “battre” pour une “bonne cause” (et là je pense aussi à vous),et chercher à faire le mal pour faire du mal…. » Toutes les « bonnes causes sont elles vraiment bonnes ? Hitler a massacré de nombreuses vies pour une cause qu’il pensait juste – créer une race supérieures, les croisades ont fait des victimes car les catholiques pensaient qu’il devait accomplir une « bonne cause » … il n’y a pas de bonne ou de mauvaise cause, il n’y a que des prétextes !

    « Il faut savoir profiter de chaque instant de bonheur qu’il nous ai donné » à condition d’en avoir ! Facile de dire cela quand on vie dans le « luxe » d’avoir un toit, a manger dans son assiette …

    « L’éducation, la culture, l’information , tout ce que chaque parent que nous sommes fait en sorte que nos enfants ne versent pas dans de tels extrêmes. » -« L’éducation que nous avons reçue, l’éducation que nous donnons à nos enfants déterminera si l’on fait de bonnes ou de mauvaises personnes. « Nous ne sommes pas tous égaux ! Certain ont eu la chance d’avoir une éducation d’autre non ! Heureusement que ce n’est pas le facteur déterminant !

    « Je crois en un monde meilleur où la douleur et la souffrance seraient moindre mais l’homme doit se remettre en question. » Bonne chance …

    « Il y a les pacifiques, qui espère désespérément un monde plus calme et meilleures. » dis moi quelles sont les méthodes employés par les pacifistes pour se faire entendre ? Les jets de pierres sur les CRS ? Verser une remorque de tomates, ou encore vider une citerne de lait sur la route alors que des gens meurent de faim ?

    Bon je crois qu’il est préférable que je cesse cette discussion ici, je suis amère, et vous n’y êtes pour rien …
    Juste une dernière chose, la vie est une partie de Poker, le bien et le mal ne sont que les deux faces d’une seule et même carte, et c’est à nous de savoir laquelle poser sur la table !

    • je constate que tu es en colère. Donc pour être franche, l’éducation est un facteur qui me semble important mais elle ne fait pas tout c’est un fait!!
      Certains n’ont pas eu la chance d’avoir une éducation mais ils ne sont pas tous forcément mauvais heureureusement!!!Mais tu ne peux pas nier que la façon d’élever nos enfants déterminent leur choix futur!!

      Quant à la fameuse phrase « un monde meilleur…. blabla », on a le droit d’y croire mais apparemment pas toi! Pourquoi pas un jour, on sera tous mort peut-etre !! et pourquoi pas? Pourquoi devoir vivre dans la peur de mal faire? pourquoi toujours écouter la souffrance des gens? pourquoi certains aiment faire le mal? pourquoi la maladie emporte des gens qu’on aime?
      On parle d’essayer de faire le bien donc une question en rapport avec mon travail…. Pourquoi détruire des médicaments réutilisables pour faire de l’énergie renouvelable pour les pays développés alors que des tas de gens en ont besoin dans d’autres pays? Quelques gélules d’antibiotiques pourraient sauver des vies pour une simple bronchite!!! quelques sachets pour sauver d’une diarrhée!! quelques solutions de réhydratation pour des nourrissons!!!

      D’accord pour le monde meilleur, il faudra revoir mais ne croit pas que je suis une simple sotte car tous les jours je suis confrontée à la souffrance et la douleur des gens!

      Mais l’être humain reste quand meme le seul à être maitre de faire le bien ou le mal !! Donc à lui de faire le bon choix….
      Moi, j’ai fait le mien…

    • Bonsoir Papou,

      Je me permets de répondre à tes deux commentaires en un seul. Contrairement à ce que tu penses, c’était bien le but de ce texte que de débattre. Une chose m’a particulièrement interpellée dans ton deuxième commentaire :
      « Quelle chance j’ai de vivre ici!!! » va dire ça à tous les sans abris, les sans papier, les sans familles, les sans amours … Certes, la misère et le malheur existent bel et bien autour de nous, mais penses-tu réellement que ce ne soit pas une chance aujourd’hui de vivre dans un pays développé, en paix, où l’abondance est maître mot, où tu peux avoir accès aux soins médicaux, à l’enseignement, où tes enfants peuvent aller à l’école, où tu peux dire ce que tu penses, où ta famille et tes amis ne dorment pas sous une pluie d’obus, où tu as accès à l’information, où tu as le droit de vote, où tu peux crier haut et fort tes opinions sans risquer de finir en prison, où la justice est encore exercée avec équité, où tu peux te promener sans marcher sur une mine ? Il y a des inégalités, oui. Il y a de l’égoïsme, oui. Il y a de l’abus, oui. Mais à l’heure actuelle, je trouve un peu exagéré de dire que vivre dans un pays occidental n’est pas une chance. Il est plutôt bon de savoir le reconnaître et d’en apprécier la valeur.
      Pour en revenir à ton premier commentaire, en effet, il y a du bon en l’homme. Beaucoup de bon même. Loin de moi l’envie de le nier. Ce n’était simplement pas le propos de mon texte. Je m’interrogeais surtout, comme je l’ai dit plusieurs fois, sur les causes, et non pas les conséquences, de la barbarie humaine. Ce qui, dans la vie d’un individu, peut le conduire à commettre des actes atroces, ou comment la guerre, la misère, les croyances, l’ignorance, l’endoctrinement … peuvent transformer un homme en monstre. Tu cites la mission des soldats comme acte d’amour ? C’est un non sens. Si tu faisais référence à l’ONU, elle n’existe que depuis 60 ans, et ne fait pas légion à l’échelle des conflits mondiaux et de l’histoire de l’humanité. De tous temps, un soldat n’a toujours été qu’un homme qui part se battre contre un autre. Les deux portant en eux l’amour de leurs patries respectives, persuadés l’un comme l’autre de se battre pour une cause « juste », et légitimant de ce fait les actes qu’ils commettent.

      Le thème de la monstruosité en l’homme est un débat passionnant mais bien trop vaste pour être traité dans sa totalité ici. Je me garderai donc bien d’émettre la quelconque affirmation à ce sujet. Je m’interrogeais et vous interrogeais simplement sur ce que nous serions capables de faire ou d’être en d’autres circonstances. Si la vie nous avait confrontés au pire.

      Merci à toi d’avoir pris le temps d’exposer ton point de vue sur la question.

      Affectueusement,
      Esmée.

  15. je ne te prends pas pour une sotte vivi, je ne me le permettrai pas !
    et je ne suis pas en colère, juste écoeurée …
    dédolée, je ne vouslais froisser personne !

    • Chère Papou,

      J’ai lu avec attention tes réactions, que je comprends même si je ne les partage pas toutes. J’ai un peu de mal à saisir la raison de ton écœurement, et je dois dire que ta seconde réponse est plutôt virulente.
      Cet article n’a que pour but de partager avec vous mes réflexions, et je ne tiens pas à ce qu’il soit sujet de discorde. Nous sommes ici pour nous détendre et échanger.

      Donc, j’aimerai beaucoup qu’on évite ce genre de prises à parti sur un texte dont ce n’est ni le propos ni l’objectif.

      Merci de ta compréhension,

      Esmée.

  16. L’être humain est capable du pire comme du meilleur, les vampires étaient humain avant de devenir vampires. Ils ne sont donc pas plus monstrueux que les humains…
    Une vie d’humain, et même une vie de vampire n’est pas suffisamment longue pour avoir le recul nécessaire.
    C’est plutôt en termes de civilisation qu’il faut raisonner, et de ce point de vue, nous ne pouvons que nous améliorer. Évidemment en chemin, nous commettrons des erreurs, erreurs qu’ils nous faudra payer et réparer. Nous sommes encore des enfants, et l’on apprend pas dans la facilité, on apprend en se trompant et en souffrant. Le sable maudit le feu qui le torture et le déforme, mais quand il devient un vase de cristal, il comprend la nécessité d’en être passer par là.
    Nous sommes tellement occupés à éviter les pierres et les ornières, que nous ne voyons plus le chemin et oublions même sa destination…

    • Bonjour Yoh,

      J’aime beaucoup ta façon de voir les choses. Penser l’homme en termes de civilisations en devenir est une représentation intéressante. Et pour le moins optimiste. C’est là le fond du débat, est-ce que l’homme apprendra de ses erreurs ? Est-ce qu’il en est capable ? Ou bien 2000 ans d’histoire n’ont seulement été l’illustration de la nature l’homme ? Auquel cas, aucun changement n’est à espérer. Est-on mauvais par nature ou le devient-on ? On en revient au débat sur l’inné et l’acquis. Je ne suis pas anthropologue ni philosophe, et n’oserai m’aventurer à y répondre.

      Merci infiniment pour cette réponse qui ouvre la voix à de nouvelles interrogations.

      Affectueusement,
      Esmée.

  17. Esmée, tu sais à quel point ce sujet m’a toujours travaillé… trop. Tu me tends une perche que je ne peux ignorer. Je m’excuse à l’avance du pavé que je t’ai préparé.

    Edward

    (…)

    La monstruosité. Voilà un mot évoquant le mal dans tout son apanage. Mot inventé par l’homme pour donner un sens à ses pires vilenies. La notion du bien et du mal, notion  essentielle à l’humain depuis le jour où  il sut régir sa vie en société. Ce jour où il dut inventer une barrière imaginaire pour stopper ses pires instincts : la religion. « Dieu notre père… » ainsi commence chaque prière mais l’homme n’est ni tolérant ni partiale. Le monstre se cache en chaque religion. L’instinct du bien et du mal étant redéfini selon l’humeur de quelques religieux au ventre si bien repus par les richesses de leurs péchés. Que ne faut-il pas inventer pour se donner des raisons… Des raisons pour justifier leur folie des massacres.

    L’homme par nature est un chasseur. Il chasse pour vivre et survivre avec le temps. Pas  seulement il vrai mais ce ne fut pas toujours la cas. Il fut un temps ou l’homme n’ayant pas les connaissances d’un esprit aiguisé ne se laissait guider que par la faim et son instinct de survie… Avec les siècles il évolua et son cerveau se développa… développant ainsi les envies les plus basses aux plus utiles. Se nourrir, faire du feu, construire un endroit ou dormir avoir sa terre… devenir l’alpha : celui qui dominera son groupe etc. L’homme avec son évolution voit la bête ressurgir de manière vicieuse. Doté d’un esprit Cartésien il démontrera avec le temps qu’il est bien souvent capable du meilleur (les évolutions scientifiques et matérielles) mais surtout du pire (la guerre).

    L’intelligence de l’homme est-elle donc le fléau de l’humanité ?

    Depuis le jour ou l’être humain fut capable de penser il fit la guerre. La guerre hélas existe de tout temps. Qui sommes nous pour pouvoir donner l’exemple ou la moindre critique à ce sujet ? Serai-je capable de donner la moindre opinion objective face à ce que le monde subit  chaque jour ?

    Je ne suis rien. Rien qui puisse me donner le droit de juger. Je me juge assez pour le faire des autres. Qu’aurais-je à y gagner ? La folie est-elle la seule clef de voûte des fous et des monstres ? Nous sommes tous un peu fou et sommeille en chacun de nous un instinct primitif de bête sauvage, d’animal enragé. La religion maîtresse de tous les maux de toutes les excuses. Nous qu’elle est la notre ? Serais-je hypocrite ou réaliste ?

    Depuis que je vis avec vous je réajuste à chaque jour que mes yeux voient, la conception de mon conditionnement. Le monstre ne serait-il pas la peur primitive de tout être  éduqué dans la peur de Dieu ? La peur du bien et du mal ? Mais qu’est ce le bien ? Qu’est ce le mal ?

    À l’époque ou l’homme chassait pour manger ? Était-il un monstre ? À l’époque ou l’homme tuait et massacrait pour gagner un bout de terre ; sa terre… était-il un monstre ? Celui où il se permettait d’exaucer sa folie sanguinaire en tuant par millier des frères des pères et des mères et leur enfant en leur sein, à la gloire de dieu… Ce même homme là qui se disait à la solde du bien—celui de Dieu, son Dieu— était-il un monstre ?

    Oui car le monstre né de la peur des hommes est en chacun de nous. Ce monstre qui n’est autre que l’instinct primaire/primitif qui sommeille en chacun de nous désinhibé de toute barrière social et morale.

    Quand on regarde le temps et les époques il y a toujours eu des guerres et toujours pour les mêmes raisons. Génocide juif (du temps des Pharaons ; du temps de César et plus récemment Hitler) Génocide Tzigane (Hitler) Génocide vietnamien… Cambodgien… Je pourrais encore en citer longtemps. Autant de massacre pour des idéaux ( Religion, race, territoire) qui paraissent bien dérisoires face aux massacres qu’ils engendrent. La vérité c’est qu’il est bien heureux que la génération du vingt et unième siècle ne connaisse pas ces temps de terreurs absolues. La vérité c’est que je ne pense pas que nous aurions agit mieux si nous avions été à la place des uns comme celle des autres. La vérité c’est que… nous aurions combattus pour les choix et les idéaux inculqués par nos parents, notre nation et nos dirigeants.

    La vérité, c’est que la guerre détruit du tout au tout la moralité, pâle barrière instaurée par des érudits qui avait compris que sans cela nous passerions notre temps à nous entretuer pour le moindre détail. La vérité c’est que si les monstres existent c’est pour le bien même de l’homme et de son humanité. Le monstre, se refuge de la paix des âmes qui veut leur faire croire que l’immoralité et la sauvagerie n’existent que dans le subconscient humain sans jamais en sortir.  Le monstre des cauchemars celui qui se tapi sous le lit (dans les subconscient humains toujours) pour ne jamais en ressortir grâce à une éducation saine et des parents aimants. La vérité c’est que si jamais personne n’avait eu les connaissances de l’intelligence sans doute n’aurions nous jamais souffert de la guerre et de la folie monstrueuse dont nous sommes capables présentement. Le feu fut le signal du début de la guerre humaine. Le déclic qui s’allume. Il suffit d’un homme au dessus des autres et le résultat fut prouvé à maintes reprises.

    Je pourrais continuer ceci ainsi :

    Si l’homme n’était pas doté  d’intelligence aurait-il était un monstre dans toute sa splendeur ? Aurait-il été capable d’inventer la guerre ? Il suffit d’un souffle pour que tout s’enflamme. Ainsi sont les dirigeants et leur peuple ayant moins accès aux connaissances.

    Le savoir pour tous ?

    Justement si tous les hommes étaient égaux au sein de l’éducation n’y aurait-il pas moins de guerre ? Moins d’horreur ? Si chaque être humain avait conscience de ce que la mort entraîne chez autrui sans que sa moralité ne soit entachée par quelques valeurs instruises par des dirigeants obnubilés par le pouvoir ? Est-ce que cela aurait changé la donne ? Rien n’est moins sûr. 

    Savoir ou ne pas savoir ? Telle est la question

    Au contraire si l’être humain était resté inconscient du savoir— s’il n’avait jamais vu sa lumière révélatrice comme nous l’explique Platon avec le mythe de la caverne— serait-il moins fou et plus juste ? Faut-il que nous gardions tous des œillères pour être en paix ? Ne pas savoir serait-il la clef de la paix dans le monde ?

    Toutes ces idées me donne envie de rire, désabusé, l’homme au porte du savoir n’est-il bon qu’à se mettre des bâtons dans les roues ? Doit-il automatiquement souffrir pour être heureux ?

    Étrange comme toutes les questions peuvent être reliées entre elles. Vraiment étrange.

    (…)

    En résumé ma chère Esmée, je coupe mon texte car sinon je crois que la plupart des lecteurs de ce site  vont finir par s’endormir dessus (…) tu m’en vois navré cela dit. 

    (…)

    Comme le souligne si justement Jasper dans son commentaire, avons nous plus d’excuse par le fait que nous soyons juste et tout simplement guidés par notre instinct animal : notre instinct de survie encré au plus profond de nous et ce depuis la nuit des temps ?

    Pourrions-nous prôner notre monstruosité  dans le seul but de survivre à cette terre ? L’homme tue t-il par plaisir ou pour survivre ? Sommes nous finalement moins barbare que l’être humain même ? 

    Au final, la paix de l’humanité  ne reposerait-elle pas sur l’ignorance des hommes ? Au final nous qui avons aussi bien qu’eux cette faculté de penser, l’avons-nous mis à sa juste cause/ sa juste valeur ?

    Dans notre cas et seulement dans notre cas : j’oserai dire oui. Ce pacte que nous avons signé avec notre père, notre barrière du bien contre le mal (…) à vouloir ne montrer en nous que les choses bonnes et essentielle. Nous sommes cultivés mais à quel prix ? N’avons-nous pas souffert tous pour arriver à ces changements ? 
 

     

    Faut-il souffrir pour connaître la joie et le bonheur ? L’homme a t-il besoin de sa propre folie pour apprécier les bonnes choses ? Être en paix ?

     

    Je crains Esmée que nous pourrions passer des siècles à commenter les faits et gestes des hommes sans pour autant trouver la moindre vérité, la moindre excuse à leurs actes passés présents et futurs. La vérité est cruelle mais tellement humaine.

     

    Regarde toi dans mon miroir petit homme tu y trouveras le monstre qui sommeille en chacun de vous.

     

    Nous simple reflet de vos peurs les plus folles. Simple témoignage de vos actes les plus barbares. L’excuse du mal pour le bien et du bien pour le mal. Ainsi sois-tu… humain.

     

     

    • Edward, mon chéri,

      Quelle réponse ! Je ne la reprendrai pas dans son ensemble car je suis en grande partie d’accord avec ton raisonnement. Cependant, il demeure des points sur lesquels j’aimerai rebondir.

      Je me suis beaucoup amusée à voir la tournure que prenait ta réponse. Elle en ressemblerait presque à un pamphlet contre la religion. Tu sembles octroyer à la religion sous toutes ses formes une grande part de responsabilité dans les exactions commises au cours de l’Histoire par l’homme. Certes, je ne nie pas que les religions ont bien souvent été, et sont encore aujourd’hui l’étendard brandi dans un grand nombre de luttes et de massacres, mais je pense que ce serait passer à côté d’une partie de la question que de considérer que s’en est la seule cause. Beaucoup des grandes tueries ont été menées au nom d’une idéologie dont la religion n’était pas une motivation ou du moins pas la principale (nazisme, fascisme, communisme, épurations ethniques pratiquées depuis l’Antiquité…). Je chipote un peu j’en suis consciente mais j’y tiens, car ce sont celles qui me choquent le plus. Je trouve réducteur de croire que la main qui tient le glaive n’a toujours été guidée que pas un aveuglement religieux. C’est faire de l’homme une victime dénuée de discernement et de libre arbitre. Or, je crois que c’est précisément sa conscience qui donne la dimension barbare à ses actes.
      Mais qu’ils soient religieux, politiques, raciaux ou autres, les idéaux défendus sont-ils la vraie motivation ? En fait, j’ai l’impression que l’on s’égare en cherchant en même temps à analyser les motivations de la barbarie des hommes et leur capacité à discerner le bien du mal.

      D’autre part, tu poses la question de l’intelligence humaine comme la particularité pouvant expliquer sa capacité de destruction. « Si l’homme n’était pas doté d’intelligence aurait-il été un monstre dans toute sa splendeur ? Aurait-il été capable d’inventer la guerre ? Il suffit d’un souffle pour que tout s’enflamme. Ainsi sont les dirigeants et leur peuple ayant moins accès aux connaissances ».
      En effet, ce ne sont pas les érudits qui se battent, et il a été prouvé au cours des siècles que l’absence d’éducation et la précarité est un vivier pour l’endoctrinement tant religieux que politique (les mêmes que cités un peu plus haut). Il est bien plus simple d’envoyer sur champs de bataille un individu qui n’aura pas l’éducation ou l’intelligence d’analyser et contester le bien fondé de sa mission. Alors est-ce seulement une question d’intelligence ?
      A y regarder de plus près, on peut également observer chez tous les animaux (dans une moindres mesure certes) vivant en meute des combats pour la place de chef. C’est le plus fort qui mène le groupe ou la meute (le loup étant l’exemple le plus flagrant, mais on retrouve également ce procédé chez les singes, les félins, les bovins, les canidés, les pachydermes, … même les moutons se battent entre eux pour la place de leader [Lorsque tu retourneras sur mon île avec Bella, observe les crabes sur la plage, tu pourrais être surpris par le spectacle qui s’y joue]).
      Alors qu’en déduire ? Je ne sais pas trop. Je me contente d’observer et de constater. L’agressivité est-elle finalement propre, non pas à l’homme, mais à l’espèce animale dans son ensemble ? Comme une arme pour sa survie et sa perpétuation ? Une partie (et une partie seulement) du raisonnement de Darwin dans sa théorie de l’évolution, notamment dans ce qu’il a appelé « la sélection naturelle », repose sur cette idée : Certains traits et comportements favorisant la survie d’une espèce donnée sont conservés, transmis et renforcés de génération en génération. De ce postulat est née « la théorie de la sélection de parentèle » par Hamilton puis popularisée par Wilson qui développe l’idée que le comportement humain, comme tous les animaux sociaux, est régi par un mécanisme de reconnaissance de l’appartenance à un groupe apparenté, en grande partie définie par une dimension géographique, ce qui serait une explication aux distinctions marquées entre les groupes (culture, vêtements …) et à certains actes chez l’homme comme l’altruisme entre individus d’un même groupe, et surtout la xénophobie et la guerre. Celles-ci étant une réaction de défense face aux groupes non apparenté visant à la préservation du groupe apparenté.
      Alors à nouveau, qu’en déduire ? L’homme, et à plus large extension l’animal, sont-ils génétiquement programmés pour s’entre-tuer ?

      Si l’on dit que la nature dans son infinie complexité et ingéniosité ne laisse rien au hasard, et que tout sur cette planète a un rôle et un but, n’est-ce pas alors le sort de l’homme que de se détruire ? Depuis sa création, la planète a connu plusieurs ères, plusieurs cycles. Une multitude d’espèces sont apparues et se sont éteintes, et ce bien avant l’apparition de l’homme. Alors, l’espèce humaine n’est peut-être pas finalement différente des autres ? Si l’intelligence dont la nature a doté les hommes n’avait que pour objectif de les mener à leur propre destruction afin qu’ils achèvent leur propre cycle et laissent place à une nouvelle espèce encore plus évoluée. Après tout, c’est bien la logique de la Théorie de l’évolution ? Mais je vais m’arrêter là pour ce qui est des idées abracadabrantes, on a depuis longtemps dépassé les frontières de mes capacités intellectuelles.

      Défense d’idéaux, goût du pouvoir, Religion, génétique, intelligence, … quel que soit l’aspect sous lequel on aborde l’explication du caractère belliqueux et destructeur de l’être humain, chaque question en ouvre une multitude d’autres. Et je crains que ce vaste débat ait raison de nous bien avant que nous puissions en entrevoir les limites.

      Mon Edward, je suis navrée si mes propos sont un peu confus, et pas vraiment à la hauteur de ta réponse. Mais comme tu vois, je me perds moi-même dans mes propres questionnements.

      Je t’embrasse.
      Esmée

  18. Très chère Esmée,
    Vous avez vu juste, en chacuns de nous, humains, vampires, loups-garou, ou autres encore, nous recelons une part d’ombre, un monstre tapis en nous, ne souhaitant qu’une chose, jaillire et faire le mal.
    Malheureusement, je crois que parfois nous ne sommes pas suffisement fort pour le combattre, et que nous cédons, soit par envie, par plaisir de faire souffrir les autres (et là, nous devenons fous), soit parce que nous baissons les bras (puisque faire le mal est tellement plus simple).

    Les humains disent toujours se battrent pour le bien, pour leurs convictions, pour leurs libertés…
    Mais quand arriverons nous enfin à ne plus devoir passer pour la violence pour changer les choses!!
    La violence ne sert à rien, si ce n’est à faire versées plus de larmes, plus de sang, plus de peur dans les veines des civiles et soldats!

    Aujourd’hui même dans les jeux vidéos que l’ont donnent au enfants, la violence y ai à part entière.
    Mais ne sommes-nous pas en train de forger une future génération de violence?

    L’historien anglais James Anthony Foudre a dit: les animaux sauvages ne tus jamais par sport, l’homme est la seul créature pour qui la torture et la mort de ses semblables est une distraction.
    L’homme serait-il donc le pire animal qui soit?

    Bref, tout cela pour dire, que vous avez une fois de plus tout à fait raison.

    Pardon pour mes idées, un peu, décousues.
    Bien à vous, merveilleuse Esmée.
    Angela

    • Chère Angela,

      Tu pointes des questions intéressantes. Notre force à ne pas nous laisser aller à notre part sombre. Je crois comme toi qu’un combat se joue en chacun de nous, et comme tu le dis, bien souvent la mauvaise solution est la plus simple). De même que le choix de la violence pour faire changer les choses. La parole et l’écoute sont deux exercices des plus difficiles qui exigent patience, compréhension, empathie et conviction. Malheureusement nous ne sommes pas tous égaux dans ces domaines. Peut-être l’une de raisons de ce constat que nous dressons aujourd’hui.

      Je ne sais pas si j’ai tout à fait raison, mais pour moi il est important d’essayer de comprendre ce qu’il se passe autour de moi, ce qui fait que l’humanité est ce qu’elle est, et ce sur quoi reposent notre civilisation.

      Merci pour cet échange.

      Affectueusement,
      Esmée.

      • Très chère Esmée,
        Je suis d’accord avec vous, chercher à comprendre cette humanité est particulièrement ardue mais interresante.
        Merci de m’avoir répondue, merci aussi pour cet échange.
        Chaleureusement,
        Angela

  19. sujet dont on pourrait debatre des heures…. je ne sais pas ou vous placer et je n’ai pas a le faire car le contexte est different et il est vrai que voir edward se torturer l’esprit sur votre condition est parfois dur! car on ressent bcp de souffrance dans ses mots! cependant je pense vis a vis de ce que tu dis qu’un monstre est caché deriere chaque humain! car les humains sont tous capables sans exception de faire le mal avec cruauté meme quelqu’un dont on n’aurait rien soupsonnée! les humains sont incontrolables imprevisibles on peut d’un jour a l’autre se faire tuer par son voisin un collegue de travail qui pete un plomb! les lyceens qui flingues leurs camarades pour imiter les jeux video, les crimes pationnels je pense que tt le monde est capable du pire quand quelques chose boulverse sa vie… nous sommes tous un peu des monstres un jours ou l’autre a notre facon.
    je ne sais pas si vous arriverez a suivre ce que je pense! je suis assez confuse moi meme tellement je ressens du degout vis a vis des choses que les hommes peuvent faire.

    merci de partager tes questionnements.
    pichu

    • Bonjour Pichu,

      J’ai très bien suivi ton propos, et le partage. C’est à peu près les conclusions auxquelles j’en suis arrivées. L’élément perturbateur dans une vie qui nous mène à commettre un acte de barbarie. Cependant, savoir si l’on est tous capables du pire, je ne saurais l’affirmer. Peut-être dans les situations les plus extrêmes ? Et encore … Comme tu le dis, l’homme est tellement imprévisible. Et j’ajouterai « différent » d’un individu à l’autre. Il est difficile de se prêter à des généralisations concernant l’espèce humaine tant elle est singulière et contradictoire.

      Merci pour cette réponse.

      Je t’embrasse,
      Esmée.

  20. chere esmee
    Certains hommes sont des barbares sa c est une realiter comme tu la citee sur ton commentaire …part contre heureusement pour nous tout les hommes ne sont pas tous cruel et barbarre .

    je pense que pour les vanpire c est pareil il y a les sanguins et les calmes (sans jeux de mot bien sur)pour votre famille vous ete des calme et je pense que vous avais votre place ici sur notre si jolie terre ….

    amicalement flo

    • Chère Florinee,

      Les hommes sont des barbares, c’est un fait. Conan était leur chef.
      Tous les hommes ne sont pas cruels et barbares, c’est également un fait. Ils peuvent cruels ou barbares.
      Il y a les vampires sanguins et les vampires calmes, c’est à nouveau un fait. Enfin, ils sont surtout hématophages.

      On a notre place ici, sur votre jolie terre ? J’espère bien, on se donne suffisamment de mal pour ça ! 😉

      Pardon ma chère Florinee, je me ris bêtement de toi. Je peux être bien immature parfois. Merci infiniment de la haute opinion que tu nous portes. C’est très gentil de ta part.

      Affectueusement,
      Esmée.

  21. que de commentaires long !!^^

    Malgré mon jeune age je me pose les même questions que toi.
    Comment pouvons nous vous repporchez quelque chose alors que l’humain *a mon sens* est dix fois plus monstrueux que vous, quand je vois des hommes qui balancent contre des murs des animaux vivant, et qui ensuite els dépouillent alors que leurs coeurs battent encore, comment peut on ce permettre de dire que nous sommes l’être le plus développé?
    POur moi l’homme, l’être humain est la pire création que dieu ou que quoi ce soit est pu creer.
    Je m’enporte sans doute un peu, je m’éloigne sans doute du sujet, j’en suis navré.

    Tu n’a pas vraiment donné de point de vu arrêter, mais je vais quand mm te donner le mien, je pense qu’en chaque homme comme en chaque vampire, un monstre est et demeure tapis dans le noir qui n’attend que de sortir, des fois ce monstre est dompter et ne sors jamais mais il peux tout aussi bien prendre le dessus et piller l’ame humaine et vampirique!
    C’est un point de vu enfantin du au de mes 18ans mais c’est ce que je pense.

    Il n’y a pas d’homme ou de vampire bon ou mauvais par nature c’est nous même qui nous faisont etre ce que nous voulons devenir.

    Bref voila moi qui voulait pas faire un un commentaire long je suis désolé que tu es eu a lire tous ça 🙂
    En tout cas merci a toi d’avoir partager tes points de vues avec nous c’est toujours un plaisir de voir tes questionnements et de pouvoir les partager.

    J’espere que toute ta petite famille va bien, et que votre morosité n’est que passagère 🙂
    Je t’embrasse <3
    Elodie.

    • Chère Elodie,

      Que de fougue dans ces quelques lignes. Effectivement, je pense que tu t’emportes un peu. Dire que l’être humain est la pire création de Dieu, est quelque peu excessif. Moi j’aurais plutôt tendance à dire qu’elle est une des plus belles. De par sa complexité, sa dualité, et ses capacités infinies. Tu es encore jeune, et je pense que tu auras au fil des années maintes occasions de nuancer ton propos et comprendre par toi même combien la définition de l’humanité est un sujet complexe.

      Mais c’est très intéressant d’avoir l’opinion de la jeune garde que vous êtes, et de constater que tout ceci nous vous laisse pas indifférents.

      Je t’embrasse,
      Esmée.

  22. chere Esmée

    La barbarie de certains hommes comment la comprendre ?
    Edward a beau souvent penser que vous etes des montres
    je ne suis pas de cette avis
    Des montres sont des persones sans sentiments
    Incaple de souffrir ou d’etre heureux
    Vous, vous etes des etres aimants, toujours soucieux du bonheur de chacun dans votre famille
    Le monstre est néanmoins en chaque personnes
    mais il faut savoir le controler humains comme vampire
    certaine personne laisse leur monstre intérieur les dévorer
    cela dit c’est seulement ce que je pense

    Bonsoir a vous

    Marion

    • Bonjour Marion,

      Es-tu bien certaine de ce que tu avances ? Qu’est-ce qui pousse les hommes à la barbarie sinon la haine, le ressentiment, l’ambition, la vengeance, le désespoir … ? Ce sont bien là des sentiments. Je crois moi, que c’est bien la violence des sentiments humains qui aveuglent leur perception et leur jugement au point de les mener aux pires extrémismes.
      Quant à savoir si le monstre est en chacun de nous, c’est bien là une question que je me pose. Sans pour autant pouvoir y répondre.

      Merci d’avoir partager tes impressions avec moi.

      Je t’embrasse,
      Esmée.

  23. chère esmée,
    je ne posséde pas les bons mots pour débattre avec autant de talent que tes fils, mais mon opinion est exactement la même que celle qu’ils ont déjà défendus à la perfection, pour moi il est tout simplement dans la nature de l’homme de faire le mal autour de lui, ((pardonne moi mais je vais prendre un exemple français puisque je suis française ^^) mais les rois de france s’occuper à se faire la guerre (ils ne connaissait pas les jeux vidéos à l’époque xD) mais aujourd’hui lorsque je vois à la télé les politiciens ou les chefs d’état se lancer des piques à la figure et faire trinquer le peuple en déclenchant des guerres (atomqiue ou nucléaire) et bien tu vois pour moi rois de france ou président c’ets du pareil au même sau f que l’époque est différent tout comme les moyens utiliser mais bon c’est pareil….
    l’homme ne supporte aps de vivre dans un monde sans guerre, il est dans sa nature de chercher noise à son voisin, et tous les moyens sont bon pour ça ( religion, idéologie, politique, etc…) une chanson dit quand les hommes vivront d’amour, les soldats seront troubadour … et bien je doute fort que cela arrive un jour car rien n’arrête les hommes dans leur folie….
    les animaux tue par néccésité d’ailleurs jamais on ne verra une lionne abandonner la carcasse d’une antilope aprés l’avoir tuer, dans le but de s’amuser. Non les animaux n’obéissent qu’a leur instinct de s’alimenter au contraire de l’homme qui serait prêt à tuer n’importe qui jusqu’a sa famille par plaisir, non en vérité c’est nous les hommes qui sommes des monstres, des créatures sortie de l’enfer, alors que les vampires sont comme les animaux eux ils tue pour s’alimenter pas par jeu. Et ils ont un émorme atout dans leur manche car ils ont déjà vécus et donc acquis des leçons pendant leur vie humaine, ils peuvent donc apprendre de leur erreur, alors que l’homme prend un palin plaisir à « oublier » ce qu’il a fait comme mal pour recommencer dix fois pire, les vampires, eux sont avantager, ils n’oublie pas et peuvent donc se dire  » non ce n’est pas bien, » vous êtes plus évolués que nous et donc nettement moins barbares et puis vou sposséder un coeur d’or que bon nombre d’humain ne possédent pas et ne posséderont jamais.
    Voilà, j’espére que mon humble avis ( pas trés explicite, vraiment navré, mais je ne suis pas aussi talentueuse que tes fils pour m’expliquer) t’auras fait comprendre pour quoi j’apprécie bien plus les vampires que les hommes.

    Je tiens à m’excuser uen nouvelle fois pour mon commentaire au combien long et tirer par les cheveux, mais merci sincérement d’avoir prix le tant de me lire et merci infiniment à toi d’avoir partager ton point de vue avec nous ( petite confidence entre nous Ce sujet m’interpelle à chaque fois que je regarde les infos à la télé c’est pour te dire que je me pose souvent les mêmes questions que toi 😉 et permet moi de te dire que c’était un privilége et un immense plaisir de pouvoir discuter avec toi de cela.

    Je t’embrasse tendrement en éspérant que ta morosité passagére ne sera plus qu’un lointain souvenir ( regarde un spectacle comique ou demande à ton fils Emmett de faire le clown , il est trés douée pour remonter le moral 😉 et quand on à le vague à l’âme ^^ – pitié qu’il ne lise pas cela sinon je suis griée -et puis il es adorable) te t’envoie milles baiser à toi ainsi qu’a toute ta famille, et j’éspére avoir trés bientôt le plaisir de te relire 🙂
    amicalement cynthia.

    • Chère Cynthia,

      Quelle réponse tu m’offres là ! Je ne sais pas s’il est dans la nature de l’homme de chercher la guerre à son voisin. Pour moi, il ne le fait pas sciemment. Ce n’est que mon opinion, mais il me semble que la guerre n’est qu’un moyen pour l’homme d’atteindre ses désirs et ses objectifs. D’ailleurs, la cruauté humaine ne s’illustre pas uniquement par la guerre.

      Cependant, je me permettrai de te contredire quand à la nature des vampires. Ne crois surtout pas que les vampires soient des saints, totalement guidés par leur instincts et qui ne tuent que pour s’allimenter. James, Victoria, Laurent ou même les Volturi sont le parfait exemple des atrocités que les vampires sont capables de commettre, uniquement par plaisir et amusement.

      Je ne vais pas refaire le débat sur la nature humaine et vampirique ici, il y en a tant à dire ! Nous n’aurons jamais de réelle réponse à apporter je le crains.

      Merci infiniment de cette réponse intelligente et argumentée. C’est un plaisir d’avoir ce genre de conversations avec vous, lectrices. Merci également de tes tendres attentions à notre égard.

      Prends soin de toi,

      Affectueusement,
      Esmée.

  24. chere madame esmee

    je suis ravie que vous vous moquier un peu de moi sa me fait plaisire de savoir quand lisant ma com vous avais rigoler (je suis fiere d avoir put vous donner quelque minute de sourire )

    amicalement flo

  25. Ma très chère Esmée,

    Face à un tel débat sur les fondements même de ‘notre’ humanité, je me sens si petite, si jeune. Pourtant, j’ai envie de donner à mon tour mon point de vue . . .

    A la base, il faut bien l’admettre, nous sommes tous des animaux. Des animaux primitifs, des animaux guidés par de basses envies, de basses pulsions. Nous tuons pour manger, nous nous battons pour défendre notre territoire. Nous serions prêts à tout pour notre seule survie. Et l’évolution n’a rien changé à cela. L’évolution nous a juste fourni des armes pour mieux tuer, des techniques pour mieux nous battre. Et toujours plus de raisons de nous entre-déchirer. Nous nous nourrissons désormais d’idéologies contradictoires, qui nous incitent à éradiquer certains pour que d’autres puissent vivre heureux. Nous défendons nos dieux à grands coups de bombes sans même tenter de comprendre pourquoi nous le faisons.

    Bien sûr, nous savons différencier le bien du mal, en théorie. Nous écarquillons grands les yeux devant les atrocités commises dans le passé, nous sommes effarés par toutes les guerres qui grondent, nous pleurons toutes ces victimes innocentes. Mais malgré notre lucidité, nous recommettons sans cesse les mêmes erreurs. Nous jugeons celles des autres, nous avons même bâtis des tribunaux et créé des nombreuses lois pour cela, mais nous serons les premiers à avoir recours à cette bonne vieille loi du Talion à la moindre attaque contre nous, nos proches, notre religion, notre pays, notre communauté, nos idéaux. Bien sûr, le fait que l’homme puisse distinguer le bien du mal semble prouver sa supériorité intellectuelle, mais le simple fait qu’il existe la possibilité -et la quasi certitude d’ailleurs- qu’il puisse mal agir prouve l’infériorité de son esprit.

    Au final, le monstre s’est toujours caché au fond de nous. Il se nourrit simplement des écarts de notre esprit influençable qui cède si aisément devant des hommes de poigne. Il se nourrit même de notre altruisme, des illusions que nous nous faisons parfois quant à ce fameux monde parfait que d’autres semblent nous décrire. Il se nourrit de leur soif de pouvoir, de leur envie d’asseoir dignement celui-ci, de leur besoin d’être reconnu, et ce quels que soient les moyens. La bête est là, toujours, au fond de nous. Et on a beau la museler, rien n’y fera ; elle fait partie de nous.

    Bella

    • Ma très chère Bella,

      Pardonne-moi d’avoir mis tant de temps à te composer une réponse. Je n’ai pas d’excuse.

      J’aime beaucoup le regard que tu poses sur ce sujet? Probablement dû à ta condition humaine bien plus récente que la notre. En effet, je trouve également qu’il y a quelque chose d’irrémédiable dans le comportement des hommes. Ils observent et déplorent le passé sans pour autant en tirer de leçon, et en assurent la perpétuation, comme pris dans un tourbillon de haine, de violence et de vengeance toujours plus fort. J’en reviens à la question que je posais à Edward. Est-ce dans les gênes des hommes que de s’entretuer ? Est-ce une caractéristique que mère nature leur a donné pour qu’ils survivent et chutent, s’inscrivant ainsi dans un cycle et dans une évolution des espèces ?
      Qu’est-ce qui fait avancer les hommes ?
      Tu parles toi aussi du monstre qui se cache au fond de nous. Et si le monstre et l’homme n’étaient qu’un ? Pourquoi vouloir personnifier cet aspect de l’être humain plutôt que de reconnaitre qu’il est un trait de caractère à part entière de l’homme ?
      Me revoici partie à échafauder des théories plus abstraites les unes que les autres. Je crains ma douce que ce sujet soit bien au delà des compétences dont nous disposons, et que nous ne pourrons jamais trouver de réponse à ces questions empiriques et existentielles. Merci infiniment d’avoir pris le temps de discuter avec moi, et surement qu’un soir d’ennui, nous reprendrons cette discussion au coin du feu avec Edward et Carlisle.
      Je t’embrasse.

      Esmée.

  26. Waouh, quelle passionnante discussion, merci Esmée de l’avoir lancé, et merci à tous et à toutes qui avaient débattu, c’est très enrichissant à lire 😉
    Pour ma part, je pense un peu comme « tout le monde », dans le sens où c’est parfois facile pour ‘nous’ – les gens qui mènent une vie paisible et heureuse, de se dire qu’il y a vraiment eu des horreurs sans noms sur Terre. Mais comme l’a dit Esmée… Et si nous avions du prendre les armes? Si un dictateur nous avait poussé à se méfier de tout, à tuer par peur? Néanmoins, à partir d’ici, la question qui se pose est: massacrer, est-ce basculer dans l’inhumanité la plus totale ou revenir aux instincts les plus primaires et bestiaux de l’Homme? Sincèrement, je n’ai pas la réponse. Mais voilà, Edward a parfois prétendu que votre nature de vampires faisait de vous des monstres, que les hommes avaient tous une âme. Or, je ne peux m’empêcher de me dire que vous êtes tellement plus bon, vous les Cullen, que Hitler, Mussolini ou d’autres… Sur ce, je vous laisse, je me rends à mon cours d’histoire… Parlerons nous de la Russie, c’est à Alice de me le dire ^^
    Bien à vous, Cullen et humains 😉
    Delfy.

    • Bonjour Delfy,

      Tu me vois des plus ravie de te voir rebondir sur ce qui étaient mes interrogations initiales. Comment réagirions-nous face à l’adversité et à un quotidien bien plus brutale que celle que nous connaissons ? C’était bien là le sens de mon texte, et non pas une réflexion empirique sur le genre humain, qui est, entre nous, bien au delà de notre portée.

      Effectivement, nous sommmes, nous Cullen, surement plus bons que des Hitler, Mussolini ou autres. Mais, soit dit en passant, cela n’est pas trop difficile. Qu’en est-il de notre bonté par rapport aux autres hommes. Par rapport à ces humains ordinaires qui se débattent comme ils peuvent au quotidien dans un monde fou ? Ce sont ceux là qui m’intéressent …

      Merci pour ton commentaire.

      Affectueusement,
      Esmée.

      • Chère Esmée,
        Tout d’abord merci de m’avoir répondu 😉
        Pour poursuivre dans ma lancée, je dirai que dans ceux qui subissent les dictatures, il y a ceux qui se battent pour survivre, et malgré le mal qu’ils peuvent faire, je les admire. Car sinon, on se range dans ceux qui collaborent avec le régime. C’est horrible, mais pour moi la question est là: en cas de dictatures, est-ce que je ferai tout pour me sauver, sauver les gens qui me sont chers, y compris me rallier à des hommes dont les idées m’ont toujours effrayé, dégouté? Ou alors serai-je prête à tout au nom de la Liberté?
        J’aime à croire que je me rangerai dans la 2° catégorie. Comme tout le monde, vampires et humains… Même si, comme l’a dit Alice plus bas, les vampires n’ont presque à rien à craindre de personne..
        De mon côté, je suis comme beaucoup, j’ai la chance de vivre en paix, alors jamais je ne lancerai des idées racistes, telles qu’elles soient.
        Il y a encore énormément de choses à dire sur le sujet, et tant que cela ne vous ennuie pas douce Esmée, je serai ravie de continuer la discussion 😉
        Amicalement,
        Delfy.

        • Chère Delfy, je vois que tu touches enfin au réel débat qui m’animait et dont le texte faisait l’objet. Je pense qu’il est bon d’être honnête avec soi même, et de ne pas se bercer d’illusions quant à ce que nous sommes et serions capables d’être. Le courage de se dresser contre le mal au péril de sa vie est une chose rare qui demande une conviction et un engagement dont peu sont capables. Celà fait-il de nous des être mauvais pour autant ? Heureusement que de tels hommes existent, prouvant par là même que le mal n’est peut être pas l’unique apanage de l’homme.

          Merci pour ce débat, et d’avoir pris le temps de comprendre mes pensées.

          Affectueusement,
          Esmée.

  27. coucou la famille CULLEN
    vraiment magnifique et touchant tout les textes que vous avez écrit…
    ca fait trop plaisir de vous voir vous répondre ensemble!!
    moi je suis vraiment touché…es c est beau.
    je vous embrasse a tous!
    a très bientôt.

  28. Bonsoir Mme Esmée,

    Je lu et relu votre texte ainsi que les commentaires laissé.

    C’est un sujet assez chargé d’opinions et émotions, un débat sans fin.

    J’aimerai vous laisser mes admirations ici pour la sensibilisation que vous apporter à tous et chaqu’un.

    Bravo, si je peux me permettre ainsi.

    Bonne soirée à vous et Carlisle

    Bren. xx

    • Bonjour Bren.,

      Merci beaucoup pour ce commentaire très aimable. Je suis contente que ces quelques lignes trouvent un écho chez nos lectrices. Effectivement, c’est un sujet et un débat sans fin, mais qui, même s’il est totalement abstrait, nous concerne tous.

      Affectueusement,

      Esmée.

  29. Bonsoir Esmée !la nature de l’homme ,pssssss vaste sujet .
    Pour moi une femme de 41 ans pssssssssss…… haaaaa

    Agressivité,Cruautè,Jalousie,Cupidite, ext…….un monstre est caché deriere chaque humain.

    Amour, Tendresse, Passion, Bonheur, ext…..est caché deriere chaque humain aussi .
    Un débat sans fin effectivement -Affectueusement a vous !!-

  30. Quel sujet passionnant. On pourrait en discuter pendant des heures (ce qui n’est pas un mal, loin de là).

    Mon point de vue rejoint celui de Jazz et Edward, je ne vais donc pas répéter ce qui a déjà été dit.

    Cependant, nous sommes dans une situation difficile nous vampires, puisque nous ne pouvons qu’être conscient de notre monstruosité. Elle est visible.
    L’être humain n’est pas parfait, et peut trouver dans ce fait une excuse à bon nombre de ces actes, aussi barbares soient-ils. C’est facile pour les humains, il leur suffit d’avoir l’air propre sur eux, d’avoir un discourt cohérent et bien pensant pour cacher et expliquer toutes leurs erreurs.
    Nous n’avons pas cette « chance ». A la base nous sommes humains, avec la même part d’ombre et de folie. Seulement, est rajoutée à cela notre condition de vampire. Certes nous avons des atouts physiques qu’ils n’ont pas. Mais ils ont leurs revers : notre besoin de sang. Et pas n’importe lequel. De sang humain.
    Face à eux nous sommes des êtres supérieurs (physiquement parlant), des prédateurs nés. Le vampire est un loup pour l’homme. Il est facile pour un vampire sans trop de scrupules de se croire vraiment supérieur, de se prendre pour Dieu, et de décider quel humain doit vivre ou mourir.
    Ça c’est monstrueux.

    Maintenant, nous avons la chance d’avoir trouvé une parade en nous nourrissant d’animaux. Nous avons le choix. Le choix de ne plus être des monstres dans la mesure du possible. Et c’est le plus important je crois.

    • Ma douce Alice,

      Je suis ravie de voir qu’encore une fois tous les membres de la famille ont la même approche des choses et se comprennent. Nous ne referons pas l’histoire ni la nature.

      Je suis également contente que tu pointes la question de la supériorité physique des vampires et leur pouvoir de vie ou de mort. C’est un fait, il serait aisé de se prendre pour un Dieu, et de se laisser aller à des dérives ignobles. Avoir le pouvoir de tuer d’un simple geste, sur une envie ou un besoin, en étant soi même à l’abri de toute menace, est une condition qui pourrait nous faire perdre toute notion de morale et d’éthique. Mais le vampire a-t-il réellement le pouvoir de décider de la vie et de la mort d’un homme, ou bien se l’est-il octroyé ? Comment se permettre de juger de la valeur de la vie humaine, et de qui la mérité ou non ? Certains hommes se sont appropriés ce pouvoir au cours de l’Histoire, et l’on en connait tous le résultat.
      Finalement, je commence à trouver que nous, vampires, et à fortiori Cullen, sommes particulièrement sages et disciplinés à côté de amis humains … 🙂

      Merci d’avoir pris le temps de partager ton opinion avec moi.
      Je t’embrasse,

      Esmée.

  31. Les Hommes se sont toujours disputés le pouvoir, la richesse.
    S’il n’y aurait pas eu ces facteurs, si nous serions tous sur la même parfaite égalité (ce qui serait impossible), une partie des guerres auraient peut-être pus être évités.

    Bien entendu, il y a comme vous l’avez dis, l’instinc; ou encore les opinions personnelles qui elles, sont bien différentes de l’aspect matériel des choses.

    Mais c’est vrai, en l’Homme il y a un équilibre ,un peu bancale certe, entre le bien et le mal.

    Mais je vais arrêter de radoter, ce sujet est bien trop vaste et complex…^^

    • Chère Ana,

      En effet, le pouvoir et la richesse sont également pour moi les deux principaux facteurs d’inégalité et de conflit qui ont toujours menés l’humanité. Mais les opinions personnelles ne finissent-elles pas par se mêler à ces désirs de pouvoir, poussant l’homme à ignorer bien souvent le mal qu’il commet au profit de cette quête ?

      Vaste et complexe comme tu dis.

      Merci pour ta réponse,

      Affectueusement,
      Esmée.

      • Chère Esmée,

        C’est vrai que tout ce mêlent, que ça devient un cercle vicieux.
        Mais, ce qui me dégoûte le plus, c’est surtout ce pouvoir de l’argent.
        Le Dieu Dollard que vénère tous les puissant de ce monde; ils sont prêt à empoisonner la Terre de toutes les façons possibles, à faire des guerres inutiles et par conséquent faire des millions de victimes pour quelques pétro-dollards et autres intérets…

        C’est dégoûtant !

  32. Bonjour Esmée ,
    j’ai attentivement lu votre écrit que je trouve fabuleux 🙂
    Oui le mal sommeil en nous tous mais pourquoi ? Aucune idée. Ainsi , sommes nous fait.
    Nous en avons tous plus ou moins conscience.
    Dans la vie , on avance dictée par ce besoin de réussir , de prouver au monde notre supériorité et pour certains c’est par la guerre , la torture. Certes c’est horrible.
    Mias je sais que si un jour , quelqu’un fait du mal à ma famille , à mon compagnom , à ses filles croyez moi je n’aurai plus aucun respect pour la personne venant de les faire souffrir et je ferai en sorte que plus jamais il ne respire.
    Dans ce cas là , je serai capable de tuer et d’être violente.

    Pour les guerres c’est aussi cette logique : attaquer avant d’être attaqué.
    L’Etre humain est faible et il le sait d’où ce besoin de contrôler , diriger et detruire.

    La violence cache toujours de grande faiblesse…

    bonne journée Esmée !
    merci pour ce super texte et d’avoir à nous faire réfléchir ^^
    Bises
    Aurélie

  33. Olala… Il est vrAis que le débat peut étre difficile, cars chacuns a sa propre opignion sur la queston. Moi pars exemle en lisant fascinaion, je me suis posé une question en rapport avec la votre. Est-on nous humain pas plus monstrueux que les vampires?? Celons moi la réponce et oui, cars les humains tue sans raison, pour le plaisir si je puis dire ( ex: hitler ). N’est-il pas plus honorable de tué pour De nourir? En tout cas, si je devait mourir demain je préférerai savoir que ces pour nourir quelqu’un ( de beau de préférence ) que pour le plaisir d’un étre sanguinaire!!! Et je ne voudrait pas reméttre en causse votre mode de vie, cars je ne peut pas y prendre pars, je suis humaine. Mais vous tuer pour vous nourir quand méme: des animaux certe, mais l’humain n’est-il pas lui méme un animal? Je laisse ma question en suspent pour vous dire que vous devriez donner des cour a ma mére. lol !!!!! Je vous admire pour la facon dont vous aez accueillie bella.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*