MÊME SI CE NE SONT QUE DES MOTS…


Mon cher Edward,

Jamais je ne remercierai assez Alice de m’avoir indiqué l’existence de cet endroit et de m’avoir aidée à m’y inscrire. Par ce biais, je peux être en contact avec toi d’une nouvelle manière. Les messages que tu as laissés sur ma note hier soir m’ont touchée, même si tes mots ne sont guère différents de ceux que tu me dis de vive voix, ils me marquent parce que je peux les relire à volonté. Je peux retrouver autant que je le souhaite ta sollicitude qui transparaît à travers ce que tu écris, ainsi que ta tendresse… La façon dont tu m’écris « mon amour », cela me fait rougir et me donne envie d’être près de toi, pour te l’entendre le dire en vrai…

Tu sais, j’ai lu aussi les différents articles que tu as écrits… Ils sont si beaux ! Tu écris si bien ! Tu es doué pour l’écriture comme pour tout le reste. Je ne me lasserai jamais de te lire, Edward, et tes mots me font t’aimer encore davantage. Je sais qu’en t’écrivant ceci, je suis très maladroite, à peu près autant que dans la vie. J’espère que ce que je ressens transparaîtra à travers ce simple message. 

Peut-être devrais-je me contenter de te dire que je t’aime. Cela ne me paraît pas suffisant, cependant. J’aimerais tellement connaître de jolis mots, de belles phrases, m’exprimer comme une héroïne de roman, mais je ne suis qu’une simple humaine maladroite qui a parfois du mal à s’exprimer. Je suis si insignifiante à côté de toi, d’Alice, de Rosalie et de tous les autres de ta famille… Je n’ai peur d’aucun d’entre vous, mais je me sens si petite, parfois… Cela ne m’empêchera cependant pas de t’aimer.

Je t’aime, Edward. Et tant que tu voudras de moi, je t’aimerais toujours. Et même au-delà.

Bella

7 Commentaires

  1. Par où vais-je bien pouvoir commencer. Par quoi ?

    Parfois, même bien souvent, je me rends compte à quel point tu sous-estimes l’amour que je te porte. Si tu le savais, si tu le comprenais, tu n’aurais pas écris avec une telle verve tes dernières phrases. Tu ne l’aurais pas fait car tu aurais alors su que ma contenance aurait atteint ses limites.
    Emmett est furieux, c’est le deuxième clavier que je détruis par la force de mes doigts qui ne se contrôlent plus sur les touches.

    Bella, Bella, Bella… J’ai profité d’une de tes absences pour rédiger ma réponse car je ne sais pas si j’aurai pu contenir l’envie irrépressible que j’ai de te serrer dans mes bras. Me contenir tout court.

    Non tu n’es pas insignifiante, bien au contraire tu es le soleil de ma vie de monstre. Mon échappatoire, ma raison de ce pourquoi je reste ici. Enfin Bella je te dirais aussi ceci : Je sais bien les sentiments que tu me portes. Je les sais même si parfois j’ai l’impression de rêver. Je le sais depuis bien longtemps ma douce.

    Je suis heureux de te voir ici même si j’avoue que ma pudeur n’arrive pas à se faire à l’idée que d’autres personne que toi puisse lire nos échanges épistolaire. Tu me diras à quoi bon le cacher puisque S. Meyer risque encore de tout dévoiler dans un de ses livres. Oui tu auras sans doute raison mais que veux-tu, on ne me changera pas aussi facilement… pas après plus d’un siècle d’existence.

    Pendant que j’y pense, tu diras à Alice que pour la Ferrari dernier modèle c’est non. Puisqu’elle n’ose pas me le demander d’elle-même ma réponse sera par la négation.

    Bon courage pour tes épreuves.

    Celui qui ne vit que pour toi.

  2. Moi, je trouve que tu ne te débrouilles pas mal Bella… Naturellement, tu n’arriveras peut-être pas au niveau d’Edward, mais bon, je me demande si quelqu’un le peut…

    Alice aime la nouvelle Ferrari ? Moi je l’adore… Dis, dis…Edward, je peux en avoir une moi ? *prend son air de chien battu* J’ai été sage tu sais !! Alors ?

  3. Edward : Je sais à quel point cela peut t’être difficile d’exprimer tes sentiments, mais je n’ai pu m’empêcher de t’écrire cette lettre et d’attendre une réponse de toi. J’avoue par ailleurs avoir parfois du mal à te cerner, à cause de ta pudeur, probablement. Tes mots sont cependant si agréables à lire, une fois encore, et au diable ce que S. Meyer pourrait en faire…

    Alice savait que tu dirais non pour la Ferrari. Elle le savait même depuis le début, c’est pour ça qu’elle ne t’en avait pas parlé.

    Angel of the light : Personne n’arrivera jamais au niveau d’Edward, mais je te remercie du compliment.

  4. Je suis déçue Edward ! Déçue mais je le savais. Mais comme je sais que tu sais que je sais que tu m’offriras une nouvelle décapotable… Quoique la Ferrari a l’air si rapide.

    Bella si tu savais la chance que tu as ! Jasper lui n’a jamais été doué pour les mots. Remarque avec ce qui se passe dans notre intimité il est loin d’en avoir besoin ! Hi ! Hi ! Hi !

  5. Suis-je obligé de te répondre ici ?

    Non, tiens je t’entend qui descend les escaliers alors je te dirais de vive voix ce que je pense de tout ceci Alice !

    Bella : Ma pudeur n’est que le reflet de ma possessivité à ton égard mon amour. Savoir que d’autres puissent connaitre ce que je pense alors que j’aimerai que tu sois la seule au fait de mes propos les plus intimes…

  6. Oh Bella et Alice ont rejoint ce blog (dsl, je débarque)!! C’est génial!
    Bella écrit bien! (je n’en doutais pas une seconde remarque) X3
    Elle est superbe cette image!! Tu l’as trouvé où?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*