Le premier qui meurt à la fin de Adam Silvera

La préquelle du best-seller mondial Et ils meurent tous les deux à la fin.

«  Ne cherchez pas à comprendre comment nous savons que vous allez mourir, concentrez-vous plutôt sur votre manière de mener à bien votre existence.  »

New York, la veille de la mise en fonction de Death-Cast…

Orion Pagan vit dans la crainte de mourir, il s’est inscrit à Death-Cast pour cesser d’avoir peur. Valentino Prince vient juste de s’installer à New York prêt à mordre la vie à pleines dents. Lorsque Orion et Valentino se croisent à Times Square, c’est le coup de foudre. Mais les premiers appels de Death-Cast commencent à tomber, bouleversant leur vie : l’un a reçu l’appel, l’autre pas.

Mon avis :

Je vais vous avouer un grand secret (ou pas), mais je n’ai jamais lu un roman d’Adam Silvera. Pas même son grand succès dont est issue cette préquelle. Alors avec cette sortie, je me suis dit qu’il serait bien et temps que je remédie à cette lacune. Tout à fait entre nous, je ne regrette pas cette lecture. D’ailleurs, après avoir fini celle-ci, j’ai été voir sur internet ses autres œuvres.

Parce que, j’ai beaucoup aimé la plume d’Adam Silvera et la sensibilité qu’il y a derrière ses protagonistes. Même si on suit plusieurs personnages qui feront les temps forts du récit, comme en ce qui concerne le créateur du Death-Cast par exemple.

Bien sûr nous suivons essentiellement et surtout Orion et Valentino qui vont se rencontrer le soir du lancement de ce projet plutôt morbide et funeste. Comme je n’ai pas envie de vous spoiler l’histoire, sachez que c’est un récit loin d’être triste malgré ses propos. C’est même, en quelque sorte, une ode à la vie, à la liberté et aux différences. C’est ce que j’ai ressenti durant cette lecture. L’histoire entre Orion et Valentino, leur romance pour être plus exacte, est belle, même si, je l’avoue, parfois j’avais beaucoup de peine pour eux. Parce que, dans un sens, c’est très injuste. Surtout quand on connait le dénouement à l’avance.

J’ai eu beaucoup d’émotions lors de cette lecture !

Même si, justement on ne sait rien de comment fonctionne ce « Death-Cast » et que ce n’est pas le propos, moi, j’avais très envie de savoir ! Mais, ici, c’est avant tout centré sur la résilience, sur la manière dont l’être humain avance même au dernier jour de sa vie, son « Jour Final ».

Cela aurait pu être pathétique, mais c’est loin d’être le cas. La façon dont la trame est mise en place et les aventures que vont vivre nos héros, cela me fait plus penser à une comédie de fin d’année avec le décompte du Nouvel An. Parce qu’on fond, c’est ce que fêtent nos personnages, un nouveau départ, une nouvelle vie.

Malgré quelques longueurs, j’admets avoir lu cette préquelle avec beaucoup de plaisir et d’émotion. Orion, Valentino, mais aussi Dalma, Scarlett ou bien encore Gloria ou Rolando… autant de personnages qui auront su m’accrocher à leur parcours, parfois bien difficile.

Au fond, Le premier qui meurt à la fin est une belle romance, un hymne à la vie, la résilience et c’est sans doute tout ce qu’il faut retenir de cette histoire.

La plume de l'auteur/l'autrice
Traduction
L'histoire
Les personnages
Le genre de l'histoire (Romance, Suspense, Aventure, Thriller, Fantasy...)
Mon impression générale

Une préquelle captivante avec deux héros qui ont su toucher mon petit cœur ❤️

User Rating: Be the first one !

Julie F. / Artemissia Gold

🦋 Julie / Artemissia 🦋 Lectrice compulsive et blogueuse à mes heures perdues. Depuis peu, j'écris des romans publiés aux éditions Elixyria sous le nom de plume de Julianna Hartcourt.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :