Éducation Meurtrière — Leçon n° 1 de Naomi Novik

Je crois qu’on ne présente plus cette autrice dépeinte comme l’une des nouvelles références en matière de fantasy féminine. En l’occurrence, j’étais bien curieuse et pressée de découvrir son nouveau roman et ce nouvel univers qui m’intriguait et m’appelait de toutes ses forces.

Son résumé :

Bienvenue à la Scholomance, une école pour les surdoués de la magie où l’échec signifie la mort… au sens propre. Dans cet établissement, il n’y a pas de professeurs, pas de vacances et pas d’amitiés, sauf celles qui sont stratégiques.El Higgins est particulièrement bien préparée pour sa première année. Elle n’a peut-être pas d’alliés, mais elle possède un pouvoir assez puissant pour raser des montagnes. Elle semble donc de taille à affronter cette scolarité hors normes. Le problème ? Sa magie pourrait aussi tuer tous les autres élèves.

Mon avis :

Bon. J’ai lu ce roman en deux temps… plutôt espacé d’ailleurs. Pourquoi ?

Eh bien… déjà, j’ai eu du mal avec l’héroïne, Galadriel, dite El. Tout le roman est de son point de vue et… bon sang le début était une succession de pensées interminables. Pour nous présenter le contexte, nous présenter qui elle est, ses camarades, Orion sa némésis, et enfin, son école de magie bien peu conventionnelle (et très flippante).

Au début, le fait qu’elle porte le même prénom que l’Elfe Noldo dans l’univers de Tolkien m’a interpellée et bien plu (je suis faible que voulez-vous)… ensuite, l’idée de l’école de magie dans laquelle les élèves ont le droit de s’entretuer… Pourquoi pas ! Allons-y gaiement et voyons ce que ça donne.

Mon souci, c’est que El est infernale et son caractère… J’ai vraiment eu du mal avec elle sur les premiers chapitres. Si la plume de Naomi Novik reste agréable, je suis navrée, peut-être n’étais-je pas dans le bon « mood », mais… j’ai décroché assez rapidement, car ça manquait, à mon goût, d’action et d’interaction.

Arrivée à la page 100, j’ai reposé le livre parce que je n’arrivais pas à rentrer dedans. Finalement, j’ai mis un bon mois à pouvoir me replonger entre ses pages et cette fois, j’ai réussi à le lire jusqu’au bout.

Dans l’ensemble, je reste mitigée. Parce que je trouve le style voulu un peu lourdingue. Galadriel passe le plus clair de son temps à penser et expliquer comment fonctionne son école de magie. Le Lore est mis en avant au détriment du reste et… soyons honnête, il n’y a rien de tel pour décrocher (enfin dans mon cas). L’intrigue est donc mise en retrait au profit de l’univers.

Concernant les personnages, heureusement qu’ils sont là et j’ai commencé à bien apprécier Galadriel après une présentation d’elle assez « rock’n roll ». Une héroïne qui n’hésite pas à prendre les lecteurs à parti d’ailleurs. J’ai aimé suivre ses interactions avec ses camarades, et bien sûr sa relation avec Orion, un jeune homme qu’elle n’aime pas plus que ça, mais qui a quand même un grand rôle à jouer. Que ce soit dans sa tête ou ailleurs.

Le côté « école de magie » à la Battle Royale m’a bien plu, et même si je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Harry Potter, Naomi Novik a su réinventer un univers complet (même si je n’ai pas encore tout capté), avec sa définition de la magie et tout le reste.

Pour le moment, je ne sais pas si je lirais la suite malgré la fin des plus intrigantes (enfin la dernière phrase surtout). J’avoue que je reste dubitative parce que j’ai quand même dû me forcer pour terminer ce titre et ça me désole vu que j’adore l’autrice. Enfin, je verrais. Peut-être retenterai-je cette lecture plus tard en espérant qu’elle passe mieux. Si c’est le cas, je reviendrai vous en parler ici.

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive, et blogueuse à mes heures perdues.

10 Commentaires

  1. Je te rejoins sur ton avis, même si je n’ai pas eu le courage de le reprendre et de le terminer. Le personnage principal m’a rebuté. J’ai aussi trouvé que les premiers chapitres étaient construits de la même manière, donc sans surprise.

    1. Oui, tu as l’impression d’avoir une mise en place qui ne finit jamais… Et je me suis souvent demandé « mais c’est quand que ça commence, vraiment ? »
      C’est la première fois que ça me fait ça avec cette autrice :/

  2. Pareil. J’avais vraiment envie de que ça démarre, réellement, que l’auteur abandonne un peu la description de l’univers pour entrer dans le vif du sujet. Elle aurait dû moins s’attarder sur l’univers dès le départ et donner des informations progressivement.

  3. Le fait que vous soyez autant parmi ceux que je suis à avoir eu du mal, à avoir dû vous forcer, à ne pas avoir trop accroché à l’héroïne, me fait peur. Ce sont les mêmes critiques qui reviennent en général… Après je trouve que l’autrice a toujours eu une gestion particulière de son rythme et ses thématiques déjà sur ses précédentes oeuvres, alors ça reste à voir. Mais puisque c’est une série je vais au moins attendre les retours sur le prochain tome 😅

    1. Oui, Naomi Novik aime prendre son temps, c’est pour cela que j’avais bon espoir, mais je trouve que le soucis ici, réside que le roman est à la première personne… et puis il faut supporter les débuts avec l’héroïne. Tu me diras si tu le lis ? Je suis curieuse d’avoir ton ressenti dessus 🙂

  4. Même ressenti que toi… et ça me désole parce que j’aime beaucoup l’auteure… Mais je me dis que peut-être je ne suis pas faite pour ses séries plus young adult (je trouve ses one-shots plus adultes). Il y a des auteurs avec qui je ne choisis que leurs romans avec une certaine cible. Par exemple Adrien Tomas, je ne lis que ses Young Adult, je n’arrive pas rentrer dans ses autres romans. Enfin… ça reste dommage pour Education Meurtrière parce que l’idée était là.

  5. Une amie me l’a récemment offert, alors que je ne l’avais pas spécialement ajouté à ma WL. Du coup, je me renseigne un peu ^^.

    Ton avis me rassure autant qu’il m’effraie lol. Le roman a l’air original malgré quelques éléments déjà vus (mais qu’on apprécie tout de même), mais s’il est aussi difficile de rentrer dedans… Trop de descriptions, ce n’est pas trop pour moi d’habitude.

    Enfin, on verra bien ;).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :