Yawara T6 et T7 de Naoki Urasawa

Je continue de suivre ce manga sur le judo qui fait partie des premiers grands succès de maître Urasawa. Yawara ne brille certes pas par une intrigue complexe ni par un graphisme abouti cependant, je ne peux nier porter beaucoup d’intérêt à ce titre.

Peut-être est-ce la nostalgie des vieux dessins animés que je regardais petite comme Jeanne et Serge pour ne citer que celui-ci. Quoiqu’il en soit, je peux déjà vous dire que j’ai lu ces deux suites avec un certain plaisir.

Dans le sixième tome, nous retrouvons notre chère Yawara qui affronte des adversaires bien plus costaudes qu’elle pour gagner le grand championnat national. Le but étant de montrer à l’un des organisateurs des prochains J.O qui auront lieu à Séoul, la possibilité d’avoir une section toute catégorie. Ainsi, Yawara va s’envoler pour les J.O sous la houlette de son grand-père et l’admiration de ses ami. e. s.

J’aime le côté frais sans prise de tête de ce manga. Il s’agit d’une comédie sportive combinant également un peu de suspense et un brin de romance (je pense à ce pauvre journaliste, Matsuda, qui en pince pour Yawara qui ne le voit même pas préférant le beau gosse de service, que, personnellement, je trouve bien souvent ridicule. Et c’est fait exprès).

Ce qui m’agace, c’est Yawara qui est incroyablement naïve comme si elle ne se rendait pas compte de tout le potentiel qu’elle a. Sa relation avec son grand-père me gêne toujours, mais je pense que ça vient du fait que les mœurs à l’époque et au Japon ne sont pas les mêmes qu’aujourd’hui. La manière de voir les liens sociaux et familiaux est différente.

Le sixième tome se termine sur un petit cliffhanger avec le père de Yawara. On sent que des rebondissements et des révélations vont avoir lieu dans le septième volume que j’ai enchainé vu que je l’avais sous le coude.

Le septième tome reprend sur le combat de Yawara contre l’une de ses adversaires durant les J.O de Séoul. C’est aussi l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le père de Yawara et cela se passe avec l’un des commentateurs, ancien adversaire de ce dernier. Le truc marrant est l’arrivée inopinée du grand-père qui s’incruste l’air de rien. Matsuda quant à lui arrive à rattraper le père de Yawara pour essayer de convaincre celui-ci de revenir encourager sa fille.

Il y a quelques jolis rebondissements dans cette suite comme je m’y attendais et je dois dire que j’ai été happée durant les matchs de notre héroïne. Le dernier est palpitant et jusqu’au bout je me suis demandé si elle allait perdre ou gagner.

Dans l’ensemble, je poursuis la série avec intérêt même si je me demande si on ne va pas finir par tourner en rond. Le scénario nous a menés jusqu’ici et apparemment on est loin de la finalité de l’histoire. Yawara malgré tout ce qu’elle a vécu persiste en changeant d’avis tout les quatre chapitres. Sa relation avec Matsuda n’évolue pas et la fin rappelle furieusement déjà ce qu’il s’est passé avec son grand-père quand ce dernier a décidé d’aider Sayaka.

Bref, c’est une série sympathique et je suis quand même curieuse donc je continuerais. Ces tomes 6 et 7 étaient entrainants et palpitants à souhait avec les différents matchs et adversaires que Yawara a dû affronter. Va-t-elle évoluer ou va-t-elle continuer à vouloir être une jeune fille normale ?

On verra bien.

Avec ces deux tomes, nous avons bouclé l’arc des Jeux olympiques de Séoul

Les dessins restent sympas et le rythme de la narration est entrainant avec des gags qui font parfois mouche (et d’autres moins) malgré quelques longueurs de fut deux bons tomes.

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive, et blogueuse à mes heures perdues.

2 Commentaires

  1. J’ai aussi beaucoup aimé ces deux tes plus centrés sur le sport où la comédie est cependant toujours présente. Comme tu dis ça a un côté old school hyper savoureux. Mais en même temps c’est fort classique et j’ai les mes appréhensions que toi pour la suite tant il reste de tomes 😅

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :