Iron Widow T1 de Xiran Jay Zhao

J’ai beaucoup entendu parler de ce titre : en bien, en mal, en mitigé et en très bien. Bref, sans les avis différents que j’ai vu passer, peut-être n’aurais-je pas eu envie de le lire. Le pire étant que ce sont les critiques négatives qui m’ont convaincue de me lancer dans cette aventure !

Et pour celles et ceux qui me lisent, je vous vois froncer les sourcils à vous demander si j’ai aimé ou pas ?

Son résumé :

Les frontières d’Huaxia sont défendues par les Chrysalides, gigantesques machines pilotées par les énergies psychiques combinées d’un homme et de sa concubine. Hélas ! les combats sont violents, et si les hommes en réchappent, les femmes sont presque toujours sacrifiées. Malgré cela, Zetian s’engage dans l’armée. Son objectif ? Venger sa sœur en tuant le pilote responsable de sa mort.

Sortie victorieuse de l’affrontement grâce à sa force psychique exceptionnelle, Zetian devient alors Veuve de Fer et rejoint l’élite des combattants. Elle sera dès lors associée à Li Shimin, le pilote le plus dangereux et controversé d’Huaxia. Bien décidée à rester en vie, Zetian compte profiter de son nouveau statut pour lutter contre le système patriarcal qui régit la société. Elle s’en fait la promesse : dorénavant, les jeunes femmes ne seront plus sacrifiées…

Mon avis :

Sincèrement, ce fut une très bonne lecture avec des moments qui m’ont carrément donné des frissons d’excitation tellement c’était puissant, puis d’autres où j’ai été plus réservée.

Alors le livre reprend un personnage ayant réellement existé (un hommage) : l’impératrice chinoise, Wu Zetian, mais l’histoire en elle-même est inventée par l’autrice, Xiran Jay Zhao.

Tout le roman est raconté par l’héroïne, Zetian, qui vit dans une Chine futuriste dans laquelle son peuple affronte de vilains méchants robots qui veulent prendre leur planète. Pour les combattre, les soldats pilotent des machines nommées Chrysalide grâce à leur qi (l’essence vitale), mais pour que cela fonctionne, et sur le principe du yin et du yang, il leur faut une compagne. Sauf que ces dernières sont vouées à être sacrifiées pour les hommes.

En gros, l’autrice dépeint un univers ultra patriarcal où la femme est réservée à un destin des plus funestes. C’est sur la base de la vengeance que l’histoire débute. Zetian rêve de faire payer au soldat qui a tué sa grande sœur. Sauf que Zetian n’en veut pas qu’à lui, mais à la planète entière et bien souvent la jeune femme se perd dans la haine. C’est une écorchée vive.

Étant dans un roman young adult, le monde dans lequel vit Zetian n’est pas très exploité ni explicité. Le lore reste succinct et c’est au lecteur d’en imaginer plus. Mon côté curieux a été un peu frustré, j’avoue. À travers son roman j’ai senti la volonté (un peu forcée) de l’autrice d’écrire un livre actuel avec des thématiques fortes. Pourquoi pas. Le polyamour ne me dérange absolument pas et dans l’ensemble il est plutôt amené de manière naturelle, mais ce n’est pas ce qui est le plus palpitant dans Iron Widow. À la rigueur, ça n’apporte rien de plus hormis de montrer l’ouverture d’esprit des personnages et de l’héroïne.

Non, ce qui m’a tenue en haleine durant la majeure partie de ma lecture, c’est la quête de vengeance de Zetian et les secrets que le gouvernement leur cache et qu’elle va mettre en évidence (un peu par hazard). J’ai adoré le côté « mecha » avec les chrysalides qui m’ont rappelée les animés que je regardais plus jeune, notamment Gundam mais aussi Escaflowne ou Evangelion. Ça m’a permis de mieux visualiser les scènes de combats qui sont plutôt bien amenées et grandioses.

Si j’ai complètement aimé plus de la moitié du roman, j’admets avoir commencé à décrocher vers le dernier quart. À cause de la personnalité de Zetian. C’est un personnage assez manichéen finalement qui ne varie pas d’un iota. Zetian est obnubilée par sa vengeance qui prend le pas sur tout le reste. Elle en devient carrément détestable par moment et j’ai eu du mal à m’attacher à elle vers la fin. Si j’ai adoré ma lecture, sa personnalité a un peu gâché mon enthousiasme.

Pour un premier roman, je trouve quand même que Xiran Jay Zhao a fait un sacré job et je m’incline bien bas pour avoir réussi à imaginer une telle histoire. Dans mon cas, ça a bien matché malgré une héroïne qui se perd dans sa haine (elle en vient à tout mélanger : les hommes, sa famille, ses ennemis… à la fin on ne sait plus contre qui et pourquoi elle se bat) et c’est sans doute là le problème.

Cela dit, je serai là pour lire la suite, car suite il y aura. Un bon roman qui m’a pas mal enthousiasmé malgré ses défauts mis en évidence.

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive, et blogueuse à mes heures perdues.

3 Commentaires

  1. Merci pour cet avis nuancé qui me laisse aussi songeur sur mon envie de découvrir, ou non, ce premier volet. Je pense que je n’ai plus le choix afin de me faire mon propre avis mais pour le moment, il n’est clairement pas une priorité 😉

  2. J’ai eu les mêmes références que toi en tête avec les Chrysalides et ce fut le gris point fort du titre. Les mystères percés par l’héroïne m’ont aussi fait tenir.
    Mais le reste m’a semblé un peu vide (notamment le pendant SF et les aliens) et manichéen + répétitif.
    Je ne demande qu’à être dédie ou plus convaincue par la suite 😅

  3. Je suis tombée par hasard sur ce roman à la Fnac, et je me demandais ce qu’il racontait. Merci donc de ton avis, cela me donne envie de découvrir ce roman, même si le fait que l’univers ne soit pas suffisamment décrit m’inquiète un peu, tout comme l’héroïne trop manichéenne.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :