La Baleine Blanche des mers mortes de A. Wellenstein et O. Boiscommun

Histoire complète en un tome

Impossible de ne pas reconnaître le style d’Olivier Boiscommun lorsqu’on feuillette les pages de cet album. Ensuite, impossible non plus de ne pas tiquer devant le nom d’Aurélie Wellenstein ! J’admets avoir son roman, Mers Mortes, qui trône depuis un moment dans ma pile à lire d’urgence ! Et vous savez quoi ? Eh bien, après avoir lu cette magnifique bande dessinée autant vous le dire, je viens de l’en sortir et le roman est dorénavant sur ma table de nuit près à être dégusté comme il se doit !

De quoi parle La Baleine Blanche des mers mortes ?

Mers et océans ont disparu. L’eau s’est évaporée, tous les animaux marins sont morts.

Dans un monde changé en désert, la mer fantôme revient hanter les hommes.
Paris en ruines tremble sous l’ombre d’une baleine blanche et seuls les musiciens de l’Opéra parviennent à canaliser sa fureur en jouant pour elle.
Jusqu’au jour où deux voyageurs s’en mêlent : une femme qui danse avec les méduses et un homme au passé trouble.
Sont-ils du côté des survivants ou de celui des spectres ?

Lire un extrait de l’album

Mon avis :

J’ai dévoré cette bande dessinée de la première page à la dernière ! Il s’agit d’une histoire inédite, un préquel à l’univers du roman Mers Mortes. On retrouve d’ailleurs le héros, Bengale dont les pas le portent dans un Paris dévasté et plus particulièrement devant ce qui reste de l’opéra Garnier.

Là, il rencontre une drôle de fille, Chrysaora (j’ai eu un coup de cœur pour elle) qui danse avec des méduses lors de l’une des apparitions de la mer fantôme. Les deux jeunes gens, vont alors se retrouver en compagnie d’un groupe de survivants, tous musiciens qui habitent l’opéra.

Les dessins sont beaux et la couleur directe donne indéniablement un plus à l’ambiance de la bande dessinée.

Cela lui confère une âme que l’on retrouve bien trop peu dans tout ce qui se produit aujourd’hui. Les couleurs sont belles, chaudes, presque chaleureuses alors que le récit, lui est sombre et poignant. Poignant du côté des mammifères marins et on le ressent d’autant plus grâce aux rêves de Bengale. Je dois bien reconnaître que j’ai eu beaucoup d’empathie pour cette baleine qui voit son petit mourir. On se glisse dans leur peau et on comprend leur colère vis-à-vis des humains. Tout comme ces dauphins qui se retrouvent emprisonnés dans des filets et dont on balance les cadavres dans l’eau sans aucune pitié pour eux.

De fait, la venue de la mer morte qui vient hanter les hommes et dont les fantômes des poissons et autres animaux marins prennent leurs âmes est presque une juste vengeance (dans un sens). On retrouve d’ailleurs cette baleine qui tourne autour de l’opéra et dont seule la musique parvient à calmer sa colère légitime. L’humanité  a détruit ses mers et ses océans sans aucune considération pour sa faune et sa flore. Comme si, finalement, ce qu’on ne voit pas n’existe pas…

La comparaison faite entre les êtres humains et les animaux marins n’est pas des plus flatteuses pour les hommes. Déjà, la manière dont Bengale et Chrysaora sont traités par la troupe de l’opéra ne laisse guère de place à l’empathie pour ces gens là. Tout comme le passé de Chrysaora ou bien encore celui de Bengale. Ce dernier est un héros, sombre et taciturne. J’ai beaucoup aimé la manière dont Boiscommun le représente avec son blouson à l’effigie d’une méduse qu’un gamin prend pour celui de The Punisher (il y a un peu d’humour, sans que ce soit déplacé, malgré la dureté des thèmes abordés). Et étrangement, c’est ce qu’est, en quelque sorte, Bengale.

Sans trop vous spoiler l’histoire (ça serait dommage), moi qui n’aie pas encore lu le roman, j’ai tout de suite adhéré à l’univers d’Aurélie Wellenstein. Cette bande dessinée est une très bonne entrée en matière et le tout est sublimé par les dessins d’Oliver Boiscommun, une association plus que parfaite ! Cela nous offre une bande dessinée complète avec laquelle, loin d’être frustré, on a envie d’en connaitre plus et de faire perdurer le plaisir. Et c’est génial parce qu’il y a le roman ! Et pour ceux qui ont déjà lu le roman, cela complète l’univers de Mers Mortes, lui apportant un plus graphique plus que bienvenu !

Bref, j’ai adoré la BD, les dessins, l’histoire et je pense qu’elle plaira à un très grand nombre. Voilà une intrigue qui s’attache à nous dépeindre, sans en faire trop, ce que pourraient ressentir les animaux marins face aux dérives humaines sur la pollution des mers et océans et ses conséquences sur le long terme si on ne fait rien.

Dessins et Mise en pages - 89%
L'histoire - 89%
Les personnages - 89%
Le genre de l'histoire (Romance, Suspense, Aventure, Thriller, Fantasy...) - 89%
L'intérêt des lecteurs - 92%

90%

Superbe et poignant

Une BD somptueuse, une histoire en un volume, forte avec des personnages (surtout les animaux marins) poignants. Une sorte de conte horrifique qui tire la sonnette d’alarme sur le devenir de nos mers et océans. J’ai vraiment adoré !

User Rating: 4.6 ( 2 votes)

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive et blogueuse depuis 2005. 🖤🕯 Je suis également une maman en deuil depuis le 16 octobre 2019 🕯🖤 Je reprends goût progressivement à la lecture (et à l'envie de bloguer) et j'essaie d’avancer comme je le peux dans la vie, sans mon enfant 🙏💖

2 Commentaires

  1. J’ai justement reçu la BD il y a deux jours, et j’ai hâte de m’y plonger. Contrairement à toi, j’ai déjà lu Mers mortes qui a été une claque monumentale. J’avoue l’avoir trouvé très dur (j’ai même sauté certaines scènes…), mais sans que ce soit inutile. J’ai donc un peu peur de me plonger dans la BD, même si je sais que je vais adorer l’histoire. En tout cas, ton avis me donne envie d’y plonger dès maintenant ;).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :