Yawara ! T05 de Naoki Urasawa

Je continue doucement, mais sûrement à lire cette vieille série de Naoki Urasawa. Si le dessin est encore hésitant et le fond désuet, je dois admettre que je considère Yawara ! comme une « série doudou ». J’aime la lire, car ça me vide la tête, et je ris toujours assez facilement devant la déconvenue de certains des personnages.

De quoi parle ce manga (résumé général) ?

Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline. Il a été annoncé que les JO de Barcelone accueilleraient enfin la discipline féminine dans la compétition. Jigorô rêve donc de faire de sa petite-fille la première championne olympique féminine de judo. Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d’amour, d’idol… Bref, elle n’aspire qu’à une vie d’adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions. Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier…!

Mon avis :

Si j’ai pris un énorme plaisir à lire ce nouveau tome, je dois bien admettre que Yawara et son grand-père m’ont quelque peu gonflé, si je puis me permettre. Déjà, les ambitions de la jeune fille, avouons-le, ne volent pas haut. Alors qu’elle pourrait briller sous le feu des projecteurs en devenant le nouvel espoir de son pays en judo, notre jeune héroïne ne souhaite que flirter, être à la mode et devenir une femme au foyer exemplaire.

C’est là que l’on voit la différence de mentalité et les changements opérés en plus de trente ans. Le titre est vieux et par moment, on le ressent vraiment avec l’attitude de Yawara. Et ne parlons pas du grand-père qui maltraite sa petite-fille pour faire d’elle ce qu’il veut : une championne. 

En fait, le personnage de Yawara est en totale contradiction avec celui de Sayaka (sa rivale) qui, elle, souhaite plus que tout montrer qu’elle est la meilleure. Parfois, je me dis que ça serait bien que Yawara perde contre elle. Parce qu’au fond, elle se ment à elle-même. Vouloir être comme tout le monde est compréhensible, mais je ne suis pas certaine que c’est ce qu’elle désire vraiment. À côté de ça, il y a le journaliste, Kosaku Matsuda qui la suit et l’encourage. Une sorte de grand frère qui aimerait bien plus. L’humour est là, et c’est ce qui est le plus plaisant dans ce titre. Les déconvenues et déconfitures des personnages sont parfois bien drôles et cocasses. Comme le grand-père qui veut impressionner le président des Jeux olympiques. Ça aussi, ça m’a rappelé des souvenirs. Parce qu’on parle des J.O de Séoul et moi, forcément, ça me renvoie à la série d’animation que je regardais gamine, Jeanne et Serge, pour celles et ceux qui ont connus.

Yawara ! continue de me plaire malgré son côté vieillot. C’est une excellente comédie sportive qui me rend nostalgique d’une autre époque. À travers son héroïne, nous découvrons également un Japon patriarcal où, à l’époque, la plupart des jeunes femmes n’aspiraient qu’à être une bonne épouse. Les temps ont bien changé, même au pays du Soleil Levant et je suis curieuse de voir qu’elle carrière Yawara finira par embrasser. Pour ce qui est du dessin, je ne vais pas me répéter, le style encore hésitant et imparfait de Naoki Urasawa ne me dérange pas plus que ça. Même si son trait a bien évolué depuis, j’aime bien et je serai au rendez-vous avec le prochain tome.

Dessins et Mise en pages - 69%
L'histoire - 80%
Les personnages - 80%
Le genre de l'histoire (Romance, Suspense, Aventure, Thriller, Fantasy...) - 80%
L'intérêt des lecteurs - 85%

79%

Amusant

Une suite toujours aussi palpitante malgré une héroïne parfois agaçante. Mais on l’aime bien. Certes, ce manga date, malgré tout, je prends grand plaisir à le suivre.

User Rating: Be the first one !

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive et blogueuse depuis 2005. 🖤🕯 Je suis également une maman en deuil depuis le 16 octobre 2019 🕯🖤 Je reprends goût progressivement à la lecture (et à l'envie de bloguer) et j'essaie d’avancer comme je le peux dans la vie, sans mon enfant 🙏💖

2 Commentaires

  1. Je partage ton sentiment de série doudou drôle et réconfortante et en même temps je trouve qu’on tourne un peu en rond et la longueur de la série (20 tomes!) commence à me faire peur…

    1. Oui, c’est vrai que ça n’avance pas des masses et c’est ce qu’on se disait avec mon mari… 20 tomes… ça fait un peu peur pour la suite. Bref, on verra bien, pour le moment, je le lis avec plaisir et c’est ce qui compte au final 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :