🎙Interview d’Elodie Meste

Autrice d'Intra-Muros (Juno)

Elodie Meste

Aujourd’hui, j’ai l’immense honneur et plaisir de vous dévoiler une interview que j’ai faite avec Elodie Meste, l’autrice du roman Intra-Muros. Un bon urban-fantasy mâtiné de SF sorti il y a quelques mois chez Juno Publishing.

Salut, Elodie, je suis ravie de pouvoir faire cette petite interview avec toi. Avant de te poser mes petites questions, peux-tu te présenter en quelques mots aux lecteur. e. s de Songe d’une nuit d’été ?

Bonjour tout le monde ! 😊

Je serais ravie de me présenter aux lecteurs et lectrices de Songe d’une nuit d’été ! Je suis Elodie (sans accent !), et je me suis expatriée dans un de ces pays où il fait froid et nuit une bonne moitié de l’année. Alors que je viens du Sud-Ouest de la France !

Je suis une vraie gameuse avec un PC monstre, et je lis aussi avidement. J’arrive à respecter mon challenge Goodreads sans problème. 😊 Bien entendu, j’écris aussi ! J’aimerais bien ajouter une ou deux heures par jour, juste pour les hobbies.

Bien, maintenant entrons dans le vif du sujet (se frotte les mains). J’ai lu avec beaucoup de plaisir ton roman, Intra-Muros, un mélange de dystopie, de romance et d’urban fantasy.

J’ai commencé à écrire Intra-Muros il y a des années, alors que je travaillais encore dans l’édition (j’appelle ça « ma vie antérieure »). Je lisais beaucoup de manuscrits d’urban fantasy et, souvent, je m’arrachais les cheveux en voyant des héroïnes au mieux molles, au pire victimes de mecs dont la principale qualité était d’être sexy. (Qu’est-ce qu’« être sexy » ? Vous avez trois heures.)

Je crois que mon imagination a créé Nina en réponse à ça. Elle ne cherche pas spécialement à être aimable, elle vit sa vie comme elle le veut. Elle a aussi eu beaucoup d’années pour apprendre qui elle est et l’accepter ! Dans ce sens, je dirais que ma plus grande inspiration a été Kelley Armstrong. Beaucoup de ses personnages ne cherchent pas spécialement à être parfaites, et certaines sont même des sorcières, littéralement ou figurativement !

— Et pourquoi avoir opté pour un monde sombre post-apocalyptique ?

J’ai trop joué à la série Fallout… Plus sérieusement, je voulais un monde qui colle à Nina et reflète ce qui ne se voit pas chez elle de prime abord : elle est abîmée et dangereuse, sous son apparence inoffensive. Par ailleurs, ce monde m’a permis de faire ressortir le pire chez les personnages qui contrôlent Paris.

— As-tu été influencée par la situation sanitaire actuelle ?

Pas du tout ! Intra-Muros était terminé avant la pandémie.

Concernant ton héroïne, Nina, elle est atypique et vient du Pérou (si je ne me trompe pas, sinon corrige-moi).

Elle est bien Péruvienne !

Elle ne ressemble à personne que je connais, physiquement parlant. Question caractère, je pense qu’elle a des traits de femmes qui m’entourent, mais je serais incapable de les pointer !

Ensuite, j’ai remarqué non sans une certaine frustration que le roman était assez court. Je pense que ton intrigue et ton univers auraient mérité d’être plus exploités. Tout comme certains personnages secondaires.

C’est vrai qu’il est court, je me suis fait piégée par mon premier roman : j’étais trop pressée de raconter l’histoire principale. J’ai appris de mon erreur, le prochain est plus dodu !

Juno l’a accepté tel qu’il était, aucune recommandation sur sa longueur idéale, elles m’ont laissé la main libre sur mes choix artistiques, ce que j’apprécie plus que je peux l’exprimer !

Là question qui me brûle les lèvres du coup, c’est :

Je ne comptais pas en écrire une, pour moi, c’est un one-shot, mais j’aimerais bien écrire un spin-off pour voir ce qui arrive à Éliza, ou une longue nouvelle sur la rencontre entre Nina et les loups…

J’attends que l’idée me vienne !

J’en reviens au processus de création (oui, je suis très curieuse).

Trop de choses ! Je dirais que la chanson qui me fait immédiatement penser à Nina et à son univers est Push It, de Garbage (j’aime beaucoup Garbage).

Niveau littérature, je lis de tout, mais ma préférence va aux littératures de genre (thriller, romance, fantastique…). J’aime beaucoup Gillian Flynn, qui écrit des femmes « sorcières » et des thrillers efficaces. Et Samantha Shannon est mon premier choix en fantasy/fantastique. Je vous recommande n’importe lequel de leurs livres, ils valent le coup.

Je regarde beaucoup trop de séries. La dernière que j’ai terminée est Castle Rock, mais j’ai été déçue par la fin de la première saison.

— Combien de temps as-tu mis pour écrire Intra-Muros ?

Un mois et demi à deux mois environ pour l’écrire, beaucoup plus pour le laisser mûrir et le retravailler !

— L’as-tu écrit dans le but de te faire publier ou l’idée a-t-elle germé plus tard ?

Je l’ai écrit avec l’idée de le faire publier.

Plusieurs de mes nouvelles avaient déjà été publiées quand je me suis assez fait confiance pour me lancer dans un roman, je n’avais pas le trac de le présenter.

— As-tu eu un ou des personnages chouchous durant l’écriture ?

Ahanu ! Et Nina, bien sûr. Pauvre Yann, il n’a vraiment pas de chance !

— D’autres projets à venir sur le feu ?

Oui ! J’ai aussi écrit une romance contemporaine pleine de gâteaux, qui sortira à l’automne chez Juno, elle s’appelle Petits gâteaux et pièces montées. Une de mes nouvelles horrifiques verra le jour dans l’anthologie Malpertuis XII, en septembre également. En octobre, ça sera au tour d’un livre jeunesse écrit sous un pseudo, qui a pour sujet les règles (et le fait que les règles, c’est plutôt chouette, en vrai).

C’est tout ce qui est sûr pour l’instant, et c’est déjà pas mal ! Il est bien possible que d’autres surprises arrivent en décembre…

— Et pour terminer cette petite séance de questions-réponses, souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Oui !

Merci Julie pour tout ce temps passé à échanger des messages ! C’est vraiment ce qu’il y a de mieux dans le fait d’écrire et d’être publiée, les rencontres que je fais grâce à ça !

Je te remercie infiniment d’avoir répondu à mes questions, Elodie et je te souhaite le meilleur à venir !


Intra-Muros de Elodie Meste – Mon avis

Ce titre est de l’urban fantasy mais il mélange également un univers dystopique que j’ai trouvé intéressant. Cela change de ce qu’on peut lire en urban fantasy plus traditionnelle et je dois bien admettre que ça fait du bien. De plus, Nina, l’héroïne, est une femme de notre temps qui sait ce qu’elle veut et n’hésite pas à se battre pour ses idées. 

Elodie Meste

Où la trouver et la suivre :

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive, et blogueuse à mes heures perdues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :