LES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESMilan YAYOUNG ADULT

La vie vue d’en bas de Stacey Lee

  • Éditeur : Editions Milan
  • Date de sortie : 17 mars 2021
  • Prix : 16,90 €
  • Broché : 408 pages
  • ISBN-10 : 240801834X
  • ISBN-13 : 978-2408018344

Son résumé :

Atlanta, 1890, Jo est une jeune Chinoise, domestique le jour et chroniqueuse pour le journal de la ville la nuit. Elle tente de bousculer les mentalités et de trouver sa place dans une société profondément sexiste et raciste. Un roman historique et initiatique palpitant qui montre le combat de Jo pour sortir de la misère avec son père adoptif. Une héroïne inspirante dans un roman intelligent, tout en nuances, avec des personnages très travaillés, qui s’éloignent souvent des clichés dans lesquels on voudrait les enfermer.

Mon avis :

La vie vue d’en bas de Stacey Lee est un roman un peu particulier dans le sens où l’autrice pare son récit de faits historiques. Il est bien difficile de se dire que ce titre est un simple roman Young Adult (si on enlève une écriture simple et des problématiques parfois trop facilement résolues) servant à passer un bon moment de lecture, car il parle de divers sujets de société de l’époque — 19e : le racisme avec la place des gens de couleurs dans une Amérique en construction. On y retrouve également, l’émergence du mouvement des suffragettes et tout un tas d’autres thématiques qui m’ont énormément parlé. 

Et sinon, de quoi parle cette histoire ? Nous faisons la connaissance de Jo, une jeune Chinoise qui a été renvoyée de son travail de modiste et qui est contrainte de trouver un poste de domestique.

Jo est une héroïne forte, qui n’a pas sa langue dans sa poche et cela lui vaudra les mésaventures citées plus haut. Être une femme et encore plus, être une femme de couleur dans une Amérique puritaine et raciste n’est pas de bon ton et pour cause. Ne voulant pas se laisser faire et pour se prouver à elle-même, la jeune femme va commencer une carrière de chroniqueuse à la plume acérée dans les colonnes d’un journal sous le pseudonyme de Miss Sweetie. Elle n’hésite pas à y dénoncer les travers de la société et pointer de sa plume toutes les inégalités qu’elle subit au quotidien. Domestique le jour et chroniqueuse la nuit, Jo dénonce et contrattaque avec les seules armes à sa disposition : son humour caustique et son intelligence.

Dans l’ensemble, j’ai apprécié ma lecture même si je ne m’attendais pas forcément à ce genre de récit. La plume de Stacey Lee est agréable, et elle amène son histoire, celle de Jo, avec beaucoup de doigté. Cependant, j’ai trouvé la trame quelque peu « plate ». Elle manquait singulièrement d’action ou de tension pour rendre la lecture addictive et nous y happer totalement (enfin dans mon cas). On sent à travers les mots une volonté d’apporter plus qu’un récit de divertissement. Ce que subit Jo fait réfléchir parce qu’on ne peut pas dire qu’aujourd’hui nous soyons débarrassés de ces fameuses inégalités. Il y a encore du chemin à faire. De fait, malgré des thématiques fortes et intéressantes, j’ai mis beaucoup de temps à lire ce titre à cause du rythme parfois trop lent.

La vie vue d’en bas est un roman à lire pour ce qu’il dénonce et pour son héroïne d’un autre temps qui n’a, cependant, jamais autant trouvé son écho qu’à notre époque.

La vie vue d'en bas de Stacey Lee

16,90€
8.2

La plume de l'autrice

8.5/10

L'histoire

7.9/10

Les personnages

8.5/10

L'ambiance

7.9/10

Mon intérêt

8.0/10

Les plus :

  • Les thématiques abordées
  • Le personnage de Jo

Les moins :

  • Un roman sans doute un peu trop "plat"

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive et blogueuse depuis 2005. 🖤🕯 Je suis également une maman en deuil depuis le 16 octobre 2019 🕯🖤 Je reprends goût progressivement à la lecture (et à l'envie de bloguer) et j'essaie d’avancer comme je le peux dans la vie, sans mon enfant 🙏💖

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :