LES CHRONIQUES DE MANGAMANGAS, WEBTOONS & BDSEINEN

Love Fragrance N°1 de Kintetsu Yamada

  • Éditeur : KANA
  • Date de sortie : 5 février 2021
  • Prix éditeur : 7,45 €
  • Broché : 208 pages
  • ISBN-10 : 2 505 088 063
  • ISBN-13 : 978-2505088066

Son résumé :

Asako est employée chez Liliadrop, une entreprise de produits de bains populaire. La jeune femme est complexée depuis toujours par son hyperhidrose, elle transpire énormément. Un jour, Kôtarô, le « nez » de l’entreprise, qui s’occupe du développement des nouveaux produits, s’approche d’elle. Il trouve son odeur particulièrement inspirante. La jeune femme n’est pas insensible au charme de Kôtarô et ce complexe, qui a tant fait souffrir Asako, pourrait devenir un atout pour l’entreprise ? !

Mon avis :

Une fille qui est complexée par son excès de sueur va rencontrer le « prince charmant 2.0 » en la personne du nez de l’entreprise dans laquelle elle travaille au service de comptabilité.

Entre eux, l’alchimie est là, enfin surtout pour Kentarô le héros. Un homme sûr de lui qui obtient toujours ce qu’il veut. Et en l’occurrence ce qu’il désire plus que tout, c’est pouvoir renifler Asako à sa guise.

Si dans l’ensemble, j’ai quand même aimé cette histoire, certains points m’ont dérangé. Déjà, il faut savoir qu’Asako est timide et introvertie à cause de son hyperhidrose. Ce n’est pas drôle pour elle et je la comprends. Je déteste transpirer à l’excès, c’est insupportable. De fait, elle complexe à mort et Kôtarô lui adore l’odeur d’Asako.

Un aspect qui matchera bien entre eux, mais…

Sauf que sa façon d’aborder Asako, sa manière d’agir avec elle peut-être interpréter comme du harcèlement. Le jeune homme semble abuser de son autorité auprès de la jeune femme qui ne sait pas lui dire non (c’est ce qu’elle montre). Ce qui me gêne c’est que leur relation prend vite un tour plus intime. Pour moi, ça va un peu trop vite en fait.

Même si Asako semble apprécier son Jules, et qu’effectivement Kôtarô a l’air d’être un homme honnête et attentionné, je ne sais pas… Il manque quelque chose pour que ça me paraisse crédible.

Peut-être parce que le héros prend tout à la légère. J’admets que la scène où il emmène Asako dans sa « tanière » (un lieu qui se trouve dans leur entreprise) pour tirer un petit coup, j’ai trouvé ça sordide.

Si l’histoire peut être plaisante, ces points-là m’ont fait tiquer. Je trouve que ça manque de finesse et de profondeur. Le mal-être d’Asako est réel. Alors certes, Kôtarô lui montre que son odeur peut être un atout et non une gêne, mais ça n’enlève pas le problème finalement. Asako transpire trop et ne sait toujours pas comment vivre avec ça. Petit copain ou pas.

J’aurais aimé que cet aspect soi traité avec plus de délicatesse, et mieux exploité qu’un banal :

« — hum, toi là-bas, tu sens diablement bon ! Tu vas être ma muse pour les nouveaux parfums de savons. Comment ça tu es gênée ? Mais non, voyons ! Allez soit cool, tu adores mes savons t’as dit ! Et moi je surkiffe ton odeur. Ah, tu veux bien ? Cool. Alors, c’est parti. Tiens si on couchait ensemble tant qu’on y est ? Oh ! Tu étais vierge, trop mignon. Mais sinon, je peux encore te sentir ? Allez quoi… »

Enfin bref, vous voyez ce que je veux dire. Ça tourne presque au fétichisme cette histoire.

Non, je suis un peu méchante parce que j’ai quand même bien aimé, j’attends juste de voir si dans la suite le héros va se rattraper ou s’enliser dans son monde de senteur parfumé à la sueur de l’héroïne.

Love Fragrance N°1 de Kintetsu Yamada

7,45€
8

Dessins et Mise en pages

8.2/10

L'intrigue

7.9/10

Les personnages

7.9/10

L'ambiance du livre

7.9/10

Mon intérêt

8.2/10

Les plus :

  • La romance qui se dessine
  • Les peurs de l'héroïne qui a un problème peu commun

Les moins :

  • Le comportement du héros qui peut être interprété comme du harcèlement
  • Récit qui manque de délicatesse et de profondeur

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive et blogueuse depuis 2005. 🖤🕯 Je suis également une maman en deuil depuis le 16 octobre 2019 🕯🖤 Je reprends goût progressivement à la lecture (et à l'envie de bloguer) et j'essaie d’avancer comme je le peux dans la vie, sans mon enfant 🙏💖

16 Commentaires

  1. Je vois tout à fait ce que tu veux dire, d’ailleurs j’ai essayé d’aborder cet aspect et le côté harcèlement dans mon article.

    Je pense que l’auteur a surtout essayer de traiter ce point de la façon la plus bienveillante possible pour vite passer à l’histoire d’amour, qui m’a vraiment parlé personnellement.

    1. Ah ! J’ai lu ta réponse ce matin, mais je ne voulais pas écrire avec la tête ailleurs (en l’occurrence dans le chapitre 31 de mon tome 2 :P)

      Je vois ce que tu veux dire, mais je ne trouve pas justement que le côté bienveillant soit mis en avant. J’ai bien compris que l’attitude du héros vise à décomplexer l’héroïne, mais… ça ne se voit pas, ni ne se lit comme ça du point de vue féminin.
      Dans mon cas, je vois un gros beauf qui se sert de son statut, de ses droits pour pécho une fille qui n’est pas sûre d’elle.
      Et il est vrai que le fantasme avec la fille timide voire soumise… On est quand même en plein dedans et ça, ça me dérange.

      L’héroïne est timide, j’ai l’impression qu’elle subit plus qu’autre chose. Ce n’est sans doute pas ce que le mangaka veut faire passer comme message, je sais bien, mais c’est hyper maladroit.

      1. Je vois aussi tout à fait ce que tu veux dire. Et tu as tout à fait raison quand tu parle de point de vue masculin. Je pense que le neuf du problème est sûrement là. Étant un homme et malgré mes efforts j’ai quand même eu une éducation qui va avec, et je pense du coup que certaines choses ne me font pas le même effet du coup.
        D’où l’importance aussi du point de vue de l’auteur (ou autrice) qui impacte forcement sur le ton de l’œuvre.

        1. Oui, c’est ça.

          Les points de vue masculins ou féminins divergent. Mais dans une société comme la notre qui évolue, je pense qu’il est aussi important pour les artistes de prendre ça en compte et ne pas se cacher derrière avec des « oui, mais je suis un homme alors ce que j’écris/dessine, tu ne peux pas comprendre ou ce n’est pas fait pour toi. »

          Après, je sais que le Japon est encore calqué sur un modèle patriarcal très présent et les femmes ont vraiment du mal à se sortir de ce carcan machiste.

          Et là, je trouve que ça se ressent dans le récit. L’héroïne ne me semble pas réaliser ce qui lui arrive. Elle me donne cette « mauvaise » impression de subir.

  2. J’ai eu exactement les mêmes problèmes que toi vis à vis de des points avec en plus une héroïne un brin trop soumise égérie de certains fantasmes masculins qui m’a mise très mal à l’aise, alors que j’aurais aimer cette romance intéressante sur le principe avec ce concept autour des odeurs corporelles.

    1. Oui, nous sommes d’accord. En vrai, l’héroïne m’a rappelé une connaissance, très timide, ignorante de l’autre sexe et qui va tomber sous les griffes d’un beau parleur. Ce dernier faisait d’elle ce qu’il voulait.

      Je t’avoue que je ne digère pas la scène où le héros emmène la fille dans son antre. J’ai trouvé ça sordide.

      Mais le postulat de départ est super intéressant. Je crois surtout que le mangaka a voulu évoquer des choses et a été hyper maladroit dans sa manière d’aborder la relation et les complexes de son héroïne.

      1. Je pense aussi que ce n’est pas intentionnel de la part de l’auteur et qu’il ne se rend pas forcément compte de la façon dont les femmes, en plus non japonaises, vont réagir face à ces situations. C’est pour ça que pour moi on est dans un fantasme mal digéré et peut être orienté par son éditeur en plus qui c’est. Mais au vu des derniers chapitres j’ai espoir que ça évolue dans un meilleur sens.

        1. Oui, pour moi c’est de la maladresse. C’est vrai qu’au Japon on est loin de la libération des sexes comme en Europe. C’est un pays patriarcal aux mœurs qui peuvent nous sembler archaïques par ici.

          Je curieuse de voir comment ça va évoluer dans le manga en tout cas.

  3. C’est vrai qu’il y a un certain coté fétichiste assez malsain au départ, on se demande quel est le problème du gars xD
    Par chance, je trouve que ça s’estompe au fil du tome, et que ça devient plus classique sur la fin, avec le nouveau perso qui arrive.

  4. Il est vrai que le comportement du héros peut être pris comme du harcèlement et que certains passages manque de délicatesse, mais encore une fois (toujours mon côté lectrice facile) ce fut un coup de coeur ^^’

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :