Le seigneur des collines de Geovane Vaudrey

À vrai dire, lorsque je suis tombée sur le résumé, j’ai été prise de curiosité quant au roman. A priori, ça ressemblait à mes yeux à de la fantasy, mais… ce n’était pas clairement explicité. Je vous dis pourquoi plus bas.

  • ASIN : B08P7KRG2T
  • Éditeur : Harlequin
  • Date de sortie : 13 janvier 2021
  • Prix éditeur : 4,99 €
  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 220 pages

Son résumé :

Malgré la teneur de ses sentiments, elle se refuse à lui révéler qui elle est vraiment…

Héritière de la septième colline, et promise à un heureux mariage princier, Léandra se pensait à l’abri du danger. Du moins, jusqu’à ce que son futur époux la trahisse et l’abandonne au profit d’une alliance plus avantageuse. Rejetée par les siens, elle est alors contrainte de fuir son propre royaume pour protéger l’enfant qu’elle porte secrètement en elle. Et, lorsque le séduisant Gabriel de Caritas Sparo, seigneur de la cinquième colline, lui porte secours et la recueille chez lui, elle n’hésite pas à se faire passer pour la fille d’un marchand. Cet homme aux yeux clairs, qui la trouble plus que de raison, multiplie bien vite les petites attentions à son égard. Et, bien que Léandra sente son cœur battre de concert avec le sien, elle ne peut se résoudre à lui révéler son identité, au risque de perdre sa liberté…

Mon avis :

Alors non, ce n’est pas de la fantasy à proprement parler bien que certains ingrédients puissent faire penser le contraire. En fait, pour faire simple disons que la trame de l’histoire se situe dans un univers alternatif mal défini à mes yeux.

L’intrigue se passe au XVIIe siècle dans une contrée imaginée par l’autrice. Si certains personnages historiques français sont mentionnés, c’est tout ce qui nous sert de lien pour raccorder l’invention à la réalité.

Bon, je vais faire ma pinailleuse à deux balles, mais ça m’a gênée. Pourquoi inventer une sorte de mini royaume entre la France et l’Italie ? Je pense qu’avec un peu de recherche, il y avait de quoi faire sans partir trop loin. Ensuite concernant l’univers et les décors, là encore, c’est assez flou et… la faute à mon esprit, mais j’avais l’impression de me retrouver dans un univers moyenâgeux plutôt qu’au XVIIe.

Pour ce qui est de la trame du récit, elle ne va pas plus loin que la romance. Et là aussi, je trouve la construction étrange ou mal amenée. Parce que la première partie du récit se situe avant que l’héroïne ne succombe au père de son enfant (qui n’est pas le héros). Et ça dure quand même sur pas mal de pages.

En fait, vous avez toute l’intrigue dans le résumé. Léandra est une héroïne qui au début du roman se montre sotte, capricieuse et qui ne réfléchit pas beaucoup. La pauvre va se retrouver dans une situation compromettante et son père le roi sera sans appel. Là encore, je n’ai pas compris pourquoi avoir faire sept collines donc sept royaumes. Ils auraient pu être ducs… Enfin bon…

Oui, je vous avais dit que j’étais d’humeur pinailleuse.

La partie que j’ai le plus appréciée c’est lorsque Léandra se retrouve au couvent chez les sœurs. C’est excellent ! J’ai aimé en apprendre plus sur la manière dont étaient traitées les filles de bonne famille qui avaient fauté et les enfants qu’elles y mettaient au monde pour les abandonner ensuite. À mon sens, c’est le meilleur morceau de l’histoire et là, pour le coup, c’est bien amené.

Concernant la romance entre Gabriel et Léandra, je l’ai trouvé fade, insipide (comme le héros qui ne m’a absolument pas convaincue malgré sa gentillesse et sa douceur) et bourré de clichés qui m’ont fait bien souvent lever les yeux au ciel. Et puis tout s’enchaine trop rapidement. L’autrice ne laisse pas le temps à la tension de s’installer. Du coup, tout retombe comme un soufflé. Parfois c’est bien de laisser monter la pression.

Malgré tout, il y avait un fort potentiel dans cette histoire. Je pense que l’autrice s’est trop attardée sur les débuts et aurait dû prendre le temps de développer plus en profondeur son intrigue autour des sept collines et de la romance entre Gabriel et Léandra. Geovane Vaudrey a néanmoins une très jolie plume. Je tiens à le dire.

Dans l’ensemble, je reste mitigée sur ce titre qui manque de consistance à mon goût. L’histoire, l’univers, les personnages auraient mérité d’être plus fouillés et mieux travaillé pour que ce soit intéressant. Puis, le lecteur n’a pas le temps de ressentir. Que ce soit la peur de Léandra, la pression de son secret ou tout le reste. Tout se dénoue trop rapidement et c’est dommage.

Ce billet ne reflète bien sûr que mon avis et j’espère que si vous lisez ce roman, il vous emballera plus que moi. Dans mon cas, ça n’a pas fonctionné et j’en suis la première déçue.

Le seigneur des collines de Geovane Vaudrey

4,99€
6.9

La plume de Geovane Vaudrey

8.0/10

L'histoire

6.5/10

L'univers

6.0/10

Les personnages

6.5/10

Mon intérêt

7.5/10

Les plus :

  • Le passage dans le couvent que j'ai beaucoup aimé

Les moins :

  • Une intrigue, un univers et des personnages qui auraient mérité d'être mieux travaillés

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive et blogueuse depuis 2005. 🖤🕯 Je suis également une maman en deuil depuis le 16 octobre 2019 🕯🖤 Je reprends goût progressivement à la lecture (et à l'envie de bloguer) et j'essaie d’avancer comme je le peux dans la vie, sans mon enfant 🙏💖

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :